Partagez | 
 

 Izei Ingenoc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 91
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 296
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Izei Ingenoc   Dim 21 Jan - 6:09


Izei Ingenoc


Je suis né dans un village au nord, mes parents sont éleveurs de moutons. Des gens sympas, à mon souvenir. Malgré la technologie, on a toujours pas inventé une machine pour emmener les bestiaux idiots paître dans les collines. Du coup c'est nous qui le faisons. Depuis des siècles, peut être. C'est pas une vie très romanesque, il y a pas grand chose à en dire. J'ai commencé mon noviciat vers mes quinze ans.

Je suis le cadet d'une fratrie de sept garçons. Partir était la seule chose à faire. Trois de mes frères aînés étaient mariés et leurs femmes sont venus vivre à la ferme et pondre leurs mômes. Problème de surpopulation évident. On m'a proposé l'option parce que j'étais le plus calme de la bande et que j'avais l'âge requis, j'ai dit oui. On a le droit à un chouette uniforme et on est pas obligé de regarder des saloperies de moutons toute la journée, moi ça me convient très bien. De toute façon c'est pas comme si j'étais parti m'enrôler dans un culte idolâtre ou chez les Oisillons, calme toi.

Donc j'ai commencé à suivre des cours de trucs, comme tout le monde. Le début du noviciat est plutôt généraliste, il faut le temps de faire le tri entre celui qu'on peut mettre dans la même pièce qu'un noble sans rougir et le soudard de base. Renvoyer chez eux ceux qui ont pas les épaules pour ça. Au bout d'un moment on choisi qui fera la piétaille et qui fera l'officier. Quoi qu'on en dise, c'est plus facile de faire le second quand on a appris à lire avant d'avoir appris à se branler. Néanmoins j'ai apprécié qu'on me demande autre chose que de faire le métier de mes parents. Du coup j'ai bien adhéré au délire du Prieuré. J'ai fait des efforts. D'autant que j'étais dans les meilleures conditions possibles. Des copains de mon âge, des vêtements qui sentent pas la bergerie et un lit que j'étais pas obligé de partager avec trois frères pétomanes. On a su capter mon intérêt.

Au bout de quelques années, j'ai commencé à ressentir de la frustration. J'étais pas spécialement plus intelligent, ni plus fort que les autres, bah... moyen partout quoi. Même en essayant très fort. D'une part ça heurtait ma fierté, d'autre part j'aimais ma petite vie au Fort et j'avais pas envie d'en sortir pour commencer le vrai travail, celui avec les gens bêtes et pas intéressants de l'extérieur (peut être un peu effrayants aussi). Une façon de rallonger très très longuement mon apprentissage et de me distinguer était d'apprendre la magie. J'ai choisi cette option.
A partir de là... ouh là là. J'avais très peur, au début, mais dans les faits la première fois qu'on rentre en classe personne ne se jette sur vous pour vous torturer. En fait ça prend plusieurs mois de seulement se pincer le bras. Et à l'époque on était assez nombreux pour avoir le droit d'abandonner afin de se vautrer dans sa médiocrité comme avant. Ça dépend des époques et des urgences du moment, mais le but de la formation n'est pas de rendre les Prieurs fous et affaiblis physiquement. Et on ne refile pas le pouvoir de se téléporter à n'importe qui.

Tu sais quelle est la cause de mortalité numéro un de mes élèves ? Pas les hémorragies. Pas la crise cardiaque. C'est le sol et les murs. Les gens se déconcentrent, et ils se matérialisent pas dans la bonne direction. Je te raconte pas de calculer les distance quand on est en mouvement et sous les tirs. L'avantage du sol, c'est que le mec est déjà enterré. Mes premiers cours de téléportation je les donne sur un terrain sableux avec une pelle à portée de main. Des fois j'arrive à en déterrer un. Quand c'est les murs... c'est cracra. Ça fait de la purée de fraise des deux cotés et personne a envie de nettoyer ça. C'est pas un fait très connu parce qu'on voit rarement un Prieur mourir de cette façon à l'extérieur, mais voilà. Tout ça pour dire que j'arrive pas avec des tenailles chauffées à blanc et la bave aux lèvres devant une meute d'adolescents terrifiés. Ça serait contre-productif. Et on m'a pas fait le coup non plus.

Bref. J'en étais à dire comment j'ai appris. Bah bizarrement, même si au début j'avais très peur, après je trouvais que ça allait pas assez vite pour moi. J'en étais même vexé. Je n'y arrivais pas en plus ! Même en me pinçant la base de l'ongle comme un fou ça donnait rien. Plusieurs mois ! Et plus j'insistais, plus les formateurs me disaient de ne pas insister, qu'il fallait du self control.
On nous prévient que souffrir très longtemps pour des prunes ça peut rendre un peu nerveux et donner des idées bizarres, et qu'il faut pas les suivre, mais je m'en foutais. Une nuit j'ai pris un couteau à pain et j'ai décidé que mon petit orteil gauche ne m'étais pas si utile. J'ai essayé de m'en désolidariser. Je dis « essayé » parce que je me suis évanoui au passage où il faut tronçonner l'os, quand même. Mais pour me téléporter, ça, je me suis téléporté ! C'était très gratifiant. On m'a sévèrement engueulé. C'est la fois où je me suis le plus fait engueuler de ma vie. C'est pas du tout rentable de se couper en petits morceaux pour avoir des gros pouvoirs, surtout quand on est pas en situation de combat. Et j'avais foutu un sacré merdier dans la salle de bain. Mais bref.

Ça faisait quand même une bonne histoire. Ça m'a laissé une aura d'ardeur au travail même si je suis pas le plus futé de la portée. En réalité il m'a fallu trois ans de plus pour seulement commencer à maîtriser la téléportation (entre deux j'ai eu vingt ans pour m'entraîner, alors repenser à mon niveau de l'époque me fait rougir de honte). Et puis après ça eh bien... j'ai continué sur ma lancée, comme un con. Et j'ai battu tous les petits malins, les doués de naissance, à l'usure. J'ai pas fait grand chose d'autre ou alors je m'en souviens pas. Des fois on me demande de sortir du Fort, pour des raisons qui ne m'intéressent pas beaucoup, du coup je fais tout bien ce qu'on me dit de faire pour pouvoir vite rentrer à la maison.
Nom :  Ingenoc
Prénom :  Izei
Âge : 46 ans, né le 34e jour de la Saison du Repos 1080.
Genre : Masculin.
Titre(s)/Métier : Prieur/Vicaire de la douleur.
Faction : Prieuré
District : Prieural
Vertu : Persévérance.
Vice : Lâcheté.
Etranger : Non.
Pouvoirs : Entraînement militaire (pistolets)
Endurance des Prieurs [+]
Magie de la Douleur [+]

opinions

Je ne m'intéresse pas beaucoup à ce qu'il se passe à l'extérieur du Fort. J'imagine que la nourriture, les vêtements et le reste me parviennent grâce à des activités humaines, mais tout ça peut se dérouler loin de moi avec ma bénédiction. Pour ce que j'en sais à l'extérieur c'est plein de consanguins violeurs idolâtres qui font passer l'héritage de Myre après tout le reste. Comme des animaux. C'est peut être même des étrangers. Faut dire que je sors uniquement pour le boulot, je vois pas vraiment le meilleur de l'humanité du coup. Mais je m'en fous je loupe rien.
L'humanité veut pas me voir non plus de toute façon. Des fois je suis obligé d'aller à des trucs mondains depuis que je suis un peu vieux, une histoire de figuration, et mon sens du sacrifice m'oblige à le faire. Mais personne n'aime être présenté à un cinglé qui s'automutile. Les gens s'imaginent des trucs, d'autant qu'on a pas trop le droit d'en parler. En plus je suis pas un très bon convive à table parce que je suis très pointilleux sur la nourriture, cherchant le régime alimentaire parfait pour me maintenir en forme pour toujours. Si un scientifique quelconque disait qu'il faudrait se foutre des crevettes dans le cul pour soigner ses articulations, je serais déjà en train de bondir avec le cul en pole position.
Je suis très fort pour répéter ce qu'un mec a écrit il y a cinq cents ans sur la respiration pendant la pratique de la magie, le reste m'est inconnu. Un peu la géographie, comment louer des chevaux et de quel coté est le devant d'un bateau... mais guère plus. Du coup je tâtonne entre superstitions et rumeurs pour tous les autres aspects de mon existence.



Descriptions

Bah j'ai deux bras deux yeux un nez une bouche. Des cheveux blonds sur le dessus. Une taille moyenne. Des fois je porte des lunettes parce que j'ai un peu la vue qui baisse. Je m'entraîne et je mange comme il faut parce que c'est nécessaire. J'ai des cicatrices cracra un peu partout, souvent des bleus sur la figure. Je commence à encaisser mon âge, parce que j'ai quand même une activité un poil physique. Pour la même raison, j'ai un peu tendance à faire la gueule et à être nerveux. Ça dépend si j'ai trop pratiqué la magie et si je suis en convalescence d'une blessure ou une autre. Je prends très très rarement de l'opium dans ces cas là, parce que ça nique mes pouvoirs pendant un moment et que c'est un peu contre les préceptes. J'en prends quand même des fois parce qu'il faut pas basculer dans le fanatisme idiot non plus. Et du coup dans ces cas là j'ai l'air d'un abruti fini à la pisse.
Les fringues je m'en fous, je me fournis chez le mec qui s'occupe des uniformes. Mes holsters, mes bottes et les trucs comme ça sont par contre taillés sur mesure, parce que je suis vraiment à deux centimètres près en terme d'efficacité.



Dernière édition par Izei Ingenoc le Sam 24 Mar - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 590
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1209
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Izei Ingenoc   Dim 21 Jan - 9:56

Ça fait plaisir de te revoir à bord, mon vieux.

La fiche est nickel, l'avatar va arriver dans le courant de la semaine. Je te valide.

N'oublies pas de compléter ton profil ^^


Et bon jeu !

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
 
Izei Ingenoc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Registre de la Population :: Validées-
Sauter vers: