Partagez | 
 

 Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 423
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1798
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Mer 28 Mar - 23:27

Les filles ainsi que le cocher étaient passés sans grande difficulté dans l'enceinte de la belle ville d'Excelsa alors que tous les quatre étaient encore il y a peu de temps dans une campagne à jouer à cache-cache avec des Oisillons. Enfin... Surtout la grande perche mastoc et la petite brunette qu'était Zaira. Son amie c'était... Hildred, oui voilà, Hildred. C'était quand même un sacré bébé et la tenancière du bar de L'Octo était encore surprise en voyant la nana descendre de la charrette qui se rehaussa instantanément.
Le cocher et ami de Winifred avait scellé un lien de secret avec elle, elle allait devoir lui être redevable, et pourquoi ? Parce que deux petites (ou presque) nanas n'étaient pas capables de bien se tenir en ville. Qui allait payer les pots cassés et risquer son statut ? Ben c'était bibi wini. Et c'était pas plaisant pour la maquerelle qui n'aimait pas les histoires, encore moins celle des autres.
Tout le monde fut pressé à rentrer dans le bar, tenu à ce moment par Rivière qui gérait sans grande difficultés l'espace. Ziato, un grand habitué des lieux était sur le comptoir, debout, avec un balais dans une main et portait  l'autre sur son front comme pour regarder l'horizon.

- c'est à moi qu'tu parles ? Dit-elle ne se souciant plus du tout du sort des deux nanas qui l'avaient suivi mais avait été interpellée par Ziato ivre. > ! <
- J’ai l’intention de réquisitionner un de ces bâtiments, de trouver des matelots à Tortuga et de piller, voler et saccager comme un forban sans âme et sans cœur. > ! <
Winifred qui connaissait bien les contrées lointaines pour faire du commerce avec ne connaissait pas ce lieu et se disait que le vieux rêvait.

Ziato loucha sur Winifred et à l'aide de cette dernière qui lui tendit la main, il descendit de son compto... navire, titubant. Il tentait une formulation de phrase bien trop mal articulée pour être comprise. La patronne de L'Octo tentait de le faire descendre tout en l'invitant à régler sa note avant qu'il ne parte comme un voleur.

- A moins d'avoir un gouvernail et des voiles sous votre jupon... Ce qui m'étonnerais... > ! <
- C'est à moi que tu parles ? Lui dit-elle en le coupant dans son élan.

Wini attrapa les épaules du p'tit homme qui ne tenait même plus debout et l'amena devant les petits copains matelots qui l'accompagnaient (elle ne l'aurait pas réellement foutu dehors, faut pas croire !). Ils comprirent qu'il était temps de rentrer chez eux. Ils négocièrent avec Ziato pour qu'il lâche les pièces qui étaient dues à L'Octo et quittèrent les lieux bruyamment.

Wini se recoiffa avant de se tourner face à Zaira et Hildred. Elle était en colère et en même temps rassurée.

- BON. T'aime bien les omelettes ? Tiens, jte casse les oeufs > ! <dit-elle en s'adressant à Zaira. Elle ne connaissait pas assez la grande nana pour s'en prendre à elle, mais la môme, elle la connaissait et ça l'énervait ! Casser des oeufs était une métaphore pour faire comprendre à la jeune femme qu'elle avait fait une belle connerie et qu'elle allait en faire les frais avec une belle leçon de morale.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫



Dernière édition par Winifred Cooper le Mar 3 Avr - 22:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaïra Pichardo
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 557
Fiche : Zaira
Vice : Impulsive
Faction : Citoyens
District : Portuaire
Influence : 1103
Occupation : Violoniste danseuse

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Jeu 29 Mar - 18:23

La fin du trajet s’était faite sans beaucoup de parole. De mon côté, les émotions de la journées m’avaient un peu assommée. Je ne parvenais pas à me détendre totalement même si la présence de mes deux amies aurait dû être suffisante pour me rassurer. Lorsque nous sommes arrivées à destination c’est à dire dans les quartiers d’Octopus, je sautait de la charrette et mes jambes furent reconnaissantes de de pouvoir retrouver une terre qui lui manquait un peu et mes muscles se réjouirent d’avoir la possibilité de vérifier leur élasticité. Par réflexe, je jetai un coup d’oeil alentours afin de vérifier que nous n’étions pas attendues. C’était stupide, mais pas tant que ça. Notre sauveuse avait visiblement berné son monde et il n’y avait pas de raison que les oisillons aient dépêché un comité d'accueil ici, mais avec cette mafia, on ne savait jamais trop à quel saint se vouer.

Je me dirigeai immédiatement vers l’avant du véhicule pour remercier la tenancière de l’Octopus. Décidément je ne me ferais jamais à cette double identité. L’établissement et la femme qui le faisait tourner ne pouvait porter le même nom. Mais c’était encore un de mes aprioris… Quand-à mes remerciements, l’action était semble-t-il la première vertu de notre sauveuse et elle ne me laissa pas en placer une si bien que mon sourire reconnaissant en fut la seule marque qu’elle intercepta.

Visiblement elle était de nouveau opérationnelle pour finir de gérer le cointre-temps que nous lui avions imposé. Je me tournai vers Hildred pour lui adresser une grimace gênée. Il était certain qu’on n’avait pas facilité la vie à la tenancière de l’Octopus.

A l’intérieur, une scène surréaliste nous attendait. Surréaliste mais à peine surprenante car j’avais déjà eu affaire avec le pirate de pacotille qui se dressait sur le comptoir. Il était un habitué et lors de ma prestation ici, il nous avait fait un brin de causette. Je savais qu’il n’était pas méchant pour deux sous et le spectacle qu’il donnait était réjouissant en comparaison de ce que je venais de vivre et j’eus envie de rire.

“Vous avez passé trois jours sur une plage à boire du Rhum ?”*

Il ne pouvait en être autrement pour expliquer l’état du matelot et de ses camarades par la même occasion car ils ‘avaient pa l’air bien à jeun. Je les regardai vider les lieux le rire au bord des yeux. Ils avaient réussi à me redonner un peu d’insouciance, tandis qu’Octopus se mettait en tête de nous offrir à manger. Les oeufs de ma nouvelle amie me rappelèrent combien j’avais faim.

“Tu n'imagines même pas à quel point !”**


Et puis je croisai son regard et compris qu’il n’était pas question de cela mais bien du début d’une discussion qui ne serait pas si plaisante que que deux oeufs au plats. Je me demandais ce que j’avais bien pu faire pour mériter les éclairs qui brillaient dans ses yeux. Sans doute se rendait-elle compte qu’elle venait de se mettre dos la pègre d’Excelsa… Je m’accoudai au comptoir et baissai les yeux.

“Je ne croyais pas que ça finirait de cette manière.”***

Citation :
* Pirates des Caraibes
** Pirates des Caraïbes
*** Le retour du roi


Dernière édition par Zaira Pichardo le Jeu 29 Mar - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-moissons-du-ciel.forumactif.com/
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 423
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1798
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Jeu 29 Mar - 19:59

Winifred perdait presque patience alors qu'elle avait été zen tout le long du trajet. Mais ce n'avait été qu'une façade pour leurrer les éventuelles personnes que la cargaison croiserait, mais là, les deux nanas étaient chez elle, dans SA maison avec LEURS emmerdes et voilà qu'elles en foutaient partout chez elle. Rivière s'approcha du comptoir, curieuse et Wini ne l'en empêcha pas, c'était une fille discrète et elle était à sa place derrière le comptoir alors elle entendrait.
La patronne avait veillé à ce qu'il n'y ai personne de compromettante dans la pièce et Ziato et ses collègues venaient de laisser libre place à deux petits gars qui buvaient leur bière dans le fond de la salle en se racontant des souvenirs de la belle époque.

Rivière et Winifred regardaient Zaira avec intérêt.

- Si vous voulez bien nous expliquer point par point comment ça s'est passé exactement. > ! <

Elle parlait bien évidemment de leur baston, pas de leur échappée de la serre tout à l'heure. Mais pas le temps de laisser l'explication de la gamine et sa grande copine se faire que la porte s'ouvrit avec un certain vacarme. Toute une flopée de mecs entrèrent, visiblement c'était des marins vu la dégaine et ils étaient 7 ou 8, plongés dans une telle conversation qu'ils n'entendirent pas Octopus leur crier de faire doucement avec la porte.
L'un d'eux était à fond dans des explications qui pouvaient laisser supposer qu'ils avaient trouvé un sublime trésor...

- Et quoi que cette clef déverrouille, à l’intérieur il y a sûrement un objet de valeur ! On va donc chercher à découvrir ce que cette clef déverrouille ! > ! <

Wini alla les accueillir en allant prendre les commandes. Les gars étaient déjà installés à table, mais la patronne allait surtout s'assurer que les gars n'allaient pas loucher sur les filles. Elle revint au comptoir et attrapa les bras de Zaira et Hildred pour les amener derrière le comptoir, plus précisément dans la pièce de la réserve qui se trouvait derrière le comptoir, c'était plus prudent à cette heure ci où les gens déboulaient. Rivière prit la suite des opérations pour aller servir les gars d'après la commande filée par les mains de la patronne.
Mme Cooper attendait des explications, elle ne voulait pas se mettre inutilement dans la merde et était surtout bien trop curieuse de savoir comment ces deux nanas s'étaient mises les oisillons au cul pour les laisser partir comme ça.

- Hé ! Tête de poulpe ! T'as rien oublié ? > ! <

Winifred se retourna, c'était Warwick qui faisait son apparition dans la pièce, le fils de la patronne, avec dans ses mains la bourse plein de ducats de sa mère. Il venait de la trouver par terre près du comptoir.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Zaïra Pichardo
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 557
Fiche : Zaira
Vice : Impulsive
Faction : Citoyens
District : Portuaire
Influence : 1103
Occupation : Violoniste danseuse

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Ven 30 Mar - 18:14

La femme ne semblait pas vouloir en rester là et c’était à moi que revenait de faire le récit de mésaventures qui nous poursuivaient depuis la nuit où j’avais croisé le chemin de ces ordures qui ne semblaient pas vouloir abdiquer depuis que leurs sales gueules avaient croisé les muscles d’Hildred. La façon dont elle nous emmena dans l’arrière-boutique en disait long sur sa détermination.

Je me disais qu’après ce qu’elle avait fait pour nous elle méritait bien que je lui raconte tout et pourtant, ma gorge se desséchait comme si elle s’opposait à cette confession. Son regard perçant disait qu’elle nous avait sorties de la mouise mais qu’elle ne nous faisait pas plus confiance que ça à priori. J’avait l’impression soudain de passer au tribunal de ses valeurs.

Je regardai autour mes yeux traversant la porte en direction de la salle du bar ?

« C’est sans danger ? » *

Qu’est-ce que je craignais ? Qui se souciait de savoir qu’une fille était obligée de se cacher parce qu’elle avait échappé à un viol ? Cette pensée me fit monter un acide que le meilleur des alchimistes n’aurait pas renié. Un mélange de désespoir et de de rage.  Je respirai profondément et contractai mes lèvres rageusement comme pour me redonner du courage avant de jeter un denier regard à la géante.

Je n’avais plus qu’à raconter la nuit et la rencontre de quidams et comment ils se sont transformés en loups. La fuite et la capture, mon impuissance et puis l’arrivée de la géante et son intervention désintéressée et inespérée. Et puis encore la fuite dans la nuit des bas-fonds du ports, la peut d’être découvertes… Il en était né un truc qui ressemblait à de l’amitié même si quelques jours peuvent n’être qu’une flatteuse illusion.

Je souris à Hildred toute la reconnaissance et l’affection que je lui vouais

« Ça fait du bien de temps en temps de voir qu'on n'est pas tout seul sur le chemin, ça élargit la route pendant un petit moment, c'est quand même mieux que rien. » *

Voilà c’était aussi simple que ça. Ça aurait pu en rester là. Je ne comprenais pas l’acharnement de ces crapules à vouloir nous faire la peau. Qui étions nous pour eux ?

« J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner. » *

Quelque chose roulait sur ma joue et en comparaison avec l’acide des mes yeux, cela ressemblait à une caresse.
Je me rendis compte alors que mes yeux étaient restés rivés sur la pointe de mes pieds. J’avais tellement honte soudain de ne pas avoir vu venir ces types. Tellement honte de ne pas avoir été capable de me sortir de cette merde toute seule, tellement honte d’y avoir entraîné les deux femmes qui m’entourait ce soir. Mais la honte était un sentiment que je détestais. Menke et Tia m’avaient appris la droiture dont les petites gens peuvent se targuer et la fierté aussi dont ils peuvent se prévaloir et je n’avais rien fait pour provoquer tout ça. Alors je redressai vivement la tête pour croiser le regard de la tenancière.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-moissons-du-ciel.forumactif.com/
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 423
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1798
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Ven 30 Mar - 18:37

Winifred qui aimait faire croire qu'elle avait un cœur de pierre et une once de bienveillance venait d'être prise par les sentiments et étaient bien triste de voir la mine déconfite de la petite Zaira. C'était une brave gamine, Wini le savait pertinemment. Une petite nana qui aimait la musique, qui aimait les gens, qui était d'une douceur sans pareille et bienveillante elle aussi. Elle ne s'était pas mise dans le pétrin volontairement, elle en était persuadée. Et même la grande perche qui bronchait pas un mot n'était surement pas une mauvaise bougresse, sinon Zaira ne se serait pas attachée à elle comme elle avait l'air de l'être.
Pourtant, plus la tenancière de L'Octo regardait la jeune femme, plus elle se demandait comment elle avait pu faire la rencontre de ladite Hildred et comment elles s'étaient liées d'amitié. Tout les opposait.
Wini soupira, elle ne voulait pas faire paniquer la môme, mais après tout, et comme elle le pensait à chaque minute depuis quelques heures déjà, les problèmes des autres, c'est les problèmes des autres.  Elle posa son index sous le menton de Zaira et lui releva la tête, avec douceur cette fois, aussi bien dans ses gestes que dans son regard et sa voix.

- La vie c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. > ! <

C'est vrai quoi, quand tu en arrives là alors que t'es pas du genre, c'est qu'il y a eu des événements imprévus, des choses qui ont fait que.

- Tu sais ce que j'ai compris ? Tu n'es qu'un gosse. > ! <

Ce n'était pas dit avec méchanceté, c'était un constat. Elle avait quoi, même pas 20 ans ? Des erreurs on en fait tous. Dans le pétrin, on s'y colle tous une fois. Et si t'as personne pour t'aider, bah tu peux rester dans la merde longtemps. Winifred avait été aidée, elle, dans sa carrière, même dans les moments dangereux, dans les moments où il ne valait mieux pas être là et qu'elle l'était. Il y a toujours eu quelqu'un pour lui sauver les miches et par la suite elle a appris à ne plus faire d'erreurs. Ce soir, c'est elle qui aidait ces deux nanas, mais elle espérait que c'était bien la dernière fois.

Elle ne laisserait pas Zaira dans la merde pour ce soir, et en ferait de même pour sa copine. Juste cette fois. Que ça leur serve de leçon.  

- Je t'aime bien, dit-elle en s'adressant à la brunette. Et des mots comme ça qui sortaient de la bouche de Wini, c'était pas offert. > ! <

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫



Dernière édition par Winifred Cooper le Dim 1 Avr - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaïra Pichardo
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 557
Fiche : Zaira
Vice : Impulsive
Faction : Citoyens
District : Portuaire
Influence : 1103
Occupation : Violoniste danseuse

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Sam 31 Mar - 8:52

Voilà j’avais réussi à tout déballer et je m’attendais, vue la tonalité menaçante du début de notre conversation à ce que Winifred nous jette dehors avec pertes et fracas. Après tout, cela ne la regardait pas. Elle n’avait pas maille à partir avec la pègre et cela pouvait avoir de fâcheuses conséquences pour ses affaires. Je laissai son doigt me remonter le menton et j’écoutai sa réponse. Je ne comprenais pas trop ce qu’elle voulait dire. Je me suis dit que ça voulait dire qu’il fallait que j’accepte les surprises que la vie allait me réserver, bonnes ou mauvaise. Elle avait raison sans doute. Elle est faite de tant de hasard que se dire qu’on va tout maîtriser c’est comme se dire qu’on va arrêter le temps. En quelques instant je vois les années dont je me souviens passer dans les yeux de la femme qui tente de me donner une leçon de sagesse : Menke, Tia, Mathé, mes doigts s’écorcher sur les cordes de mon violon, mes chutes après une figures trop ambitieuse et puis les concerts et tout ça n’avait qu’un but et un moyen entrer au conservatoire, maintenant je voyais tout ça s’éloigner parce que je m’étais trouvée au mauvais endroit au mauvais moment et que j’allais passer le reste de ma vie à fuir ou me cacher. Tout semblait bien réel même si c’était un eu extrême, mais les soupçons d’Octopus me faisaient accepter le fait que je l’avais mérité.

Pourtant, j’avais tout planifié, tout organiser pour que ma vie tourne autrement, pour que la musique soit toute ma vie et qu’elle inonde celle du genre humain. Ce n’était pas possible ! Ça allait s’arrêter, et tout allait reprendre son cours. Mais pour le moment je n’arrivais pas à ressentir de sentiment positif. Je serrai les dents pour répondre à la femme dont la sagesse des ans me révoltait

« C'est comme si des centaines de poignards vous transperçaient tous en même temps... On ne peut plus respirer, on ne peut plus penser... ou juste à la douleur qu'on éprouve. » *

Sans doute je ne comprenais rien et sans doute elle avait raison de me prendre pour une. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Mais en ce moment, la seule chose que j’avais envie de garder de moi était ma jeunesse. Elle allait me donner le temps de recommencer. Je n’allais pas laisser les adultes me détruire. Ce n’était pas juste. J’oubliais que depuis peu je faisais officiellement partie des adultes. Une chose était certaine je ne voulais pas faire partie des adultes résignés qui paient leur tribu à la machine à la pègre et au prieuré. Je sentais le vent de la révolte et de la haine souffler en moi et emporter ce qui restait de moi et ça me faisait du bien. Ça me donnait la sensation que je reprenais la main sur mon destin. Cette société était une vraie merde et personne ne semblait s’en rendre compte et personne ne semblait vouloir la changer. De toute façon ceux qui avaient les moyens de le faire n’en avait pas l’intérêt. Je sentais des poignards pousser au bout des mes bras et des explosions rassasier mon cerveau.

Et puis elle finit par m’achever. Elle m’aimait bien ? Ce fut comme si elle avait pris ma résolution dans sa main et qu’elle l’avait réduite en poussière noire. Une poussière noire qui me tombe dans les yeux et me fait exploser le cœur. Une explosion c’est pas ce que je voulais ? Malgré moi mes bras enlacent le coup de la « vieille femme » et ma tête tombe sur son épaule en même temps que les larmes de mes désillusions inonda ient son giron.

« Tu as tout vu, tout fait, tu as survécu. C’est ça le truc hein. Survivre. »
*

Et puis ? Et puis quoi ? Que faire une fois qu’on a survécu ? Attendre la prochaine épreuve ? Je ne voulais pas juste survivre. Je voulais faire mon histoire de ma vie.

« Est-ce que je rêve ? » *
Revenir en haut Aller en bas
http://les-moissons-du-ciel.forumactif.com/
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 423
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1798
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Sam 31 Mar - 20:45

- Nous voilà débarrassés du superflux, on va pouvoir passer à l'essentiel. > ! <

Parce que oui, bavarder dans une réserve pleine de bouteilles précieuses, de la bouffe, un piano et un escalier, c'était certes très intéressant, mais dehors y'avait de la volaille qui voulait attraper les petites renardes, et le temps passait. Elle n'allait pas laisser repartir les deux gonzesses comme ça en pleine nuit alors qu'elles n'étaient pas encore hors de danger. Mais elle n'allait pas non plus les mettre dans le dortoir principal parce qu'il risquait d'y avoir du monde. Pas comme dans le bar à l'heure actuelle où il n'y avait que quelques petits pigeons alcoolisés. Il était également hors de question qu'elles roupillent à l'étage, fallait pas déconner.

- Je vais t'en trouver une de maison où tu vas pouvoir dormir et même manger avec un peu de chance. > ! < Dit-elle à Zaira tout en jetant un oeil à Hildred pour voir la réaction de cette dernière. Bien évidemment, c'était de sa propre maison dont elle parlait.
Elle avait des matelas en rab et pourrait très bien les faire dormir au sous-sol qui n'était occupé que par des liquides, mais il y avait aussi potentiellement la cuisine. Les deux lieux étaient safe pour la nuit, mais les filles devraient quitter les lieux avant l'aube, si toutefois elles acceptaient de dormir là.
Elles avaient intérêt à accepter en même temps, Winifred n'allait pas se mouiller pour les clopinettes alors il fallait bien que son aide serve à quelque chose.

Rivière déboula dans la réserve, l'air pressé et gêné à la fois. Elle n'osait pas parler à la tenancière devant les filles, visiblement, mais voyant que la patronne de bougeait pas, elle balança finalement la question qui lui tenait à coeur :

- Sur le coq, où se trouve la bite ?  > ! <
- Que... quoi ? Pourquoi ? Dit-elle avec un ton très étrange. Bien plus interloquée à présent par la question que par la nécessité de trouver une planque à Zaira et Hildred pour la nuit. > ! <

Rivière fit demi tour et retourna au bar. A tous les coups c'était encore des p'tits gars qui s'amusaient à tester la naïveté de Rivière. Enfin, elle ne l'était pas sur tous les points, encore heureux. Mais en ce qui concernait les questions existentielles, elle était forte pour suivre la masse pour se les poser.

Winifred se retourna à nouveau vers la brunette et son amie qui jouait les muettes, peut-être l'alcool qu'elle avait bu en route l'avait un peu calmée. Elle fit un signe de tête pour connaître l'avis des nanas sur l'offre de dormir ici.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫



Dernière édition par Winifred Cooper le Dim 1 Avr - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaïra Pichardo
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 557
Fiche : Zaira
Vice : Impulsive
Faction : Citoyens
District : Portuaire
Influence : 1103
Occupation : Violoniste danseuse

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Sam 31 Mar - 23:46

Je ne savais pas trop de quoi elle parlait en évoquant le superflu et je me tournai vers Hildred, stoïque qui n’avait pas pipé mot pour essayer d’évaluer ce qu’elle avait pu comprendre mais le visage fermé de mon ami ne me laissa pas deviner le fond de ses pensées. Comme elle ne nous jetait pas dehors, j’en déduisis qu’elle me croyait et que nous pouvions au moins avoir le bénéfice du doute. Bref j’avais sans doute passé le test de façon satisfaisante.

Je souris donc avec gratitude à la femme qui avait en outre, comble de tact fait mine de ne pas noter mes effusions. Je ne savais pas trop comment la remercier de sa sollicitude alors je me contentai de hocher la tête. Et puis je me contentai de la regarder penser. Visiblement elle était en train de mettre sur pied un plan de bataille mais je ne connaissais pas les forces en présence et je pensais bien à autre chose tandis qu’elle nous proposait de rester dormir. Bonne idée. J’avais déjà mis deux personnes je ne voulais pas risquer d’être suivi jusque chez moi et mettre en plus en danger mes parents. Je marmonnais un truc un peu stupide qui ne pouvait pas exprimer la reconnaissance que j’avais à l’esprit

«Ça a été un vrai plaisir de vous rencontrer. » *

L’intrusion de la serveuse me fit sursauter et la question qu’elle posa était si incongrue dans le contexte qui était celui des tris femmes qui avaient des allures d’exorcistes à comploter dans une arrière-boutique qu’elle réussit à m’arracher un ricanement qui contrastait étrangement avec mes larmes de tantôt. Je n’était vraiment pas maîtrese de mes émotions mais je n’avais pas la force de m’attarder là-dessus.
Je haussai les épaules en direction d’Octo :

« Bon ben c’est la nature… » *

Ce n’était pas très charitable de laisser la pauvre fille se débrouiller toute seule avec les plaisanteries douteuses des clients. Je saisit un torchon pour la suivre et aller l’aider mais le regard impérieux de la tenancière m’en dissuada instantanément. Elle avait raison, si on « tait venu ici c’était pour se faire discrète. Ce n’était pas le moment de se faire remarquer par le faune qui fréquentait la taverne à cette heure.

Je regardais la porte qui le menait à la salle avec un peu de reconnaissance pour la petite serveuse qui venait de me sortir de mes idées noires et je me mis à fredonner un vieil air qui me venait de je ne savais où :

« Un coq aimait une pendule
Tous les goûts sont dans la nature...
D'ailleurs ce coq avait bon goût
Car la pendule était fort belle
Et son tic tac si doux si doux
Que le temps ne pensait surtout
Qu'à passer son temps auprès d'elle »
*

En d’autres temps je l’aurais sans doute mieux interprétée mais, je coptais sur l’indulgence des mes amies pour ne pas relever les canard qui derrière le coq n’allaient pas tarder à rejoindre les préoccupations de nos tympans. C’est le silence maintenant d’Hildred qui m’inquiétait je l’interrogeai du regard pour savoir ce qu’elle pensait de tout cela. Personne ne lui avait vraiment demandé son avis jusque-là. Elle hocha de la tête et me rassura sur son assentiment.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-moissons-du-ciel.forumactif.com/
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 423
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1798
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Dim 1 Avr - 16:34

Winifred allait préparer les couchettes pour que les deux nanas puissent y passer la nuit sans craindre que le grand méchant loup ne vienne les dévorer dans la nuit. Au petit matin, elles auront disparu, c'est ce que se disait la patronne, c'était le mieux pour tout le monde, surtout pour elle à vrai dire, mais elle n'avait pas cet établissement dans le but de planquer des petites nanas bastonneuses d'un jour. Elle avait une taverne, pour les clients lambdas, et un premier étage réservé à l'élite. Personne ne se planquait ici, personne ne passait plusieurs nuits d'affilées (si ce n'était pour les affaires et dans ce cas Winifred demandait des preuves ou les récupérait autant que faire se peut) et il allait en être de même pour Hildred et Zaira. L'approbation de la première n'avait pas été confirmé mais dans le doute elle allait faire descendre deux matelas dans les cuisines.

- Si je ne suis pas de retour dans 5 minutes... Attendez plus longtemps ! > !  <

Elle alla à l'étage, défendu aux nanas, pour aller chercher le matériel nécessaire. Elle espérait y croiser quelqu'un qui pourrait l'aider dans le transport des matelas, draps et oreillers. Mais pendant son absence, Rivière revint. Cette fois elle n'avait pas de questions à propos d'un coq ni à propos de bite. Elle était venue amener un petit sandwich maison aux nanas et en tendit un à Zaira après en avoir donné un à la grande perche.

-Mange, ma fille. > ! < Lui dit-elle avec un large sourire.

Ils avaient été préparés maison, avec du pain frais, quelques de tranches de jambon cru, un peu de fromage et une feuille de salade. C'était ce qu'il traînait et qui ne coûtait pas cher à l'établissement pour prendre soin de ces nanas.
Winifred arriva accompagnée d'un de ses employés de l'étage, le brave Opthimus (le préféré d'Otton mais ça, c'était un secret) avait bien voulu prêter main forte. Ils passèrent tous les deux devant les deux nanas (Rivière était repartie au bar) et se rendirent en cuisine pour y étaler les lits.
Un peu plus à gauche, un peu plus à droite, voilà, de façon à ne pas gêner le passage même si il n'y avait pas grand chose de super technique au menu du soir, fallait que la piste soit dégagée au besoin.
Les filles allaient devoir se débrouiller jusqu'à la tombée de la nuit, Wini ne voulait pas les voir trainer dans le bar et elle leur expliqua qu'elles ne devaient en aucun cas aller à l'étage, que l'escalier était strictement réservé au personnel. Elle rajouta que si elles avaient besoin d'aller aux toilettes, elles devraient se démerder avec l'évier de la cuisine (mais leur dit pour les rassurer que des commodités se trouvaient dans le bar, à elles de se débrouiller pour être discrètes si vraiment ça urgeait).
Winifred avait du travail, et son absence au bar après avoir été vue à l'extérieur au moment des faits pourrait être sujet à suspicion alors elle indiqua aux filles qu'elles seraient autonomes pour la soirée. Quelqu'un leur apportera de quoi bouquiner. Un dernier mot fut rajouté, Octopus précisa que rien ne les retenait ici et que si elles souhaitaient partir, elles étaient libres, à condition de ne jamais mentionner Mme Cooper pour leur évasion.

Rivière fit une dernière interruption pour glisser un mot à l'oreille de Zaira sans que Wini n'entende avant de repartir aussi sec.

- Elle veut que tu aies un comportement irréprochable. > ! <

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫



Dernière édition par Winifred Cooper le Dim 1 Avr - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zaïra Pichardo
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 557
Fiche : Zaira
Vice : Impulsive
Faction : Citoyens
District : Portuaire
Influence : 1103
Occupation : Violoniste danseuse

MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   Dim 1 Avr - 21:51

Et maintenant elle nous avait abandonnées Hildred et moi dans son arrière salle. Visiblement elle ne voulait pas que nous montions et nous en étions réduites à rester bizarrement silencieuses, la géante et moi. Au bout de quelques instants je me surpris à faire les cent pas entre les deux murs sans parvenir à me maîtriser. Après la pression de la fuite puis la tranquillité coupable de du voyage jusqu’à la cité et ma détresse de l’interrogatoire que m’avait fait subir Winifred, j’essayais de faire le tri entre toutes ces émotions contradictoires toutes consécutive à cette fameuse nuit que je croyais derrière moi et qui me revenait comme un boomerang.

Lorsque la tenancière redescend avec ses couchettes et que Rivière se soit repointée avec son sandwich, je surprends son regard interrogateur sur la grande nana qu’est Hildred. Evidemment je ne peux pas dire que je la connaisse beaucoup plus mais son mutisme n’augure pas de ce qu’elle peu penser ou même de sa présence parmi nous. Je sais qu’elle est là complètement et entièrement comme si quelque chose l’avait missionnée pour un but supérieur. Je m’approchai de Winifred pour lui souffler _ en fait je ne savais pas comment lui dire là maintenant ce que j’avais à lui dire sans que ça fasse comme si je parlais de mon amie comme si elle n’était pas là :

«Si elle a l'air un peu à côté c'est peut-être parce qu'elle est en train de penser à quelqu'un. » *

Elle était vraiment une personne extraordinaire au premier sens du terme et si je me sentais petite à côté d’elle, ce n’était pas seulement à cause de sa taille. Je n’avais pas envie que notre hôtesse la prenne pour quelqu’un juste de bizarre voire d’inférieur.
Puis je l’aidai à agencer les couchettes tandis que la géante comblait un creux lç quelque part en dessous de ses poumons dont le souffle n’avait toujours pas servi à prendre la parole. Je me demandais bien ce qui pouvait courir dans sa caboche en ce moment. Une fois les préparatifs terminés que m’adossai contre le mur les mains derrière mes reins en regardant les lits d fortune et mes compagnes d’aventure. Je ne savais pas si je pourrais ma glisser dans le sommeil :

« J'arrive pas à dormir, j'ai pas faim, j'ai les mains moites en permanence, l'estomac noué. »*

Je savais que j’étais bien entourée et pourtant je ne m’étais pas sentie aussi seule depuis bien longtemps. M’étais-je déjà senti aussi seule, avec le sentiment que personne ne comprenait ce que je ressentais, ce que pensais ? Je pensais à Menke et Tia. Ils devaient de faire du mouron et étaient sans doute les personnes qui me connaissaient le plus et me comprenaient le mieux et ils n’étaient pas là.

Hildred sembla comprendre brièvement mon malaise car elle s’approcha de moi la bouche encore pleine et me demanda ce qui me tracassait en me posant sa grande main dans le haut du dos en se penchant vers moi, preuve qu’elle s’inquiétait véritablement de moi.

« - Je bous quand je pense à la patte que ce gros macaque a accrochée sur moi. » *

Soudain j'eus l'impression de m'être libérée d'avoir prononcer cette phrase de rage. Il n’y avait plus qu’à se souhaiter une bonne nuit et espérer qu’elle nous permettrait de trouver le sommeil et de nous éclipser demain avant l’aube et retrouver nos pénates. Faudrait que je propose à Hildred de venir chez moi parce qu’elle risque de pas passer inaperçue dans la ville…
Revenir en haut Aller en bas
http://les-moissons-du-ciel.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une couverture et un verre de rhum [PV Zaira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La couverture miracle
» Recherche des Verre Long Drink F913
» Vends : biberons verre 240 ml Remond
» urgent ! comment on s'enlève un bout de verre dans le pied ?
» Lepesqueux, la route du Rhum et les Conquérants.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Extérieure :: District Portuaire :: L'Octo-
Sauter vers: