Partagez | 
 

 Now gaze on our goddess of justice with her shimmering, glimmering blade [Isabela]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Otton Egidio

avatar
Prince Prieur


Messages : 105
Faction : Prieuré
Influence : 488
Fiche : Ici
Date d'inscription : 28/12/2017
District : Prioral
Protecteur : Lui-même
Occupation : Premier Prieur

MessageSujet: Now gaze on our goddess of justice with her shimmering, glimmering blade [Isabela]   Mar 6 Fév - 14:03

La Ville était calme.

Dans la mesure où une métropole de la taille d'Excelsa pouvait être calme, bien sûr. Mais la vie suivait son cours, sans émeutes, sans menaces se profilant à l'horizon. Du haut de la fenêtre de l'armurerie des officiers, Otton Egidio observait l'Océan à ses pieds. A cette distances, la vagues glacées qui s'écrasaient contre la falaise en bas ressemblaient à des petits ilots de mousse dans un bain et non à une force de la nature déchaînée, poussée par le vent.

D'un geste lent et appliqué, il fit encore glisser le chiffon sur la lame huilée de son épée. Observant le résultat sous la lumière des lampes, le Premier Prieur sourit. La Persévérance ne se limitait pas à un entraînement acharné. L'entretient de son matériel faisait partie de ces tâches apaisantes qui liaient ce Précepte à celui de la Vigilance. Toujours prêts. Et prêts à tout. Même si cela faisait trop longtemps qu'il n'avait pas été obligé de dégainer son arme pour un combat réel, il devait être prêt.

Il rangea son épée à pommeau cuivré dans son fourreau et remit l'huile et les tissus sur l'étagère, à côté de la pierre à aiguiser. Après avoir remis et reboutonné la veste de son uniforme, il ajusta son ceinturon et retrouva ainsi son apparence quotidienne naturelle. Un coup d’œil à l'horloge suspendue au mur lui suffit pour l'informer qu'il était temps de revenir aux affaires de la Ville. Et du Prieuré, par la même occasion.

Quelques couloirs et volées d'escaliers plus tard, il était de retour dans son bureau. Trop de son travail se déroulait ici ou derrière le meuble identique posé au Palais princier. Mais c'était là son devoir et il fallait bien l'accomplir. Heureusement, la paperasse n'était pas la seule au programme de cette matinée. Après une heure seulement, on vint frapper à sa porte. Après un nouveau regard à l'horloge, il invita la personne qui attendait sa permission à entrer.

- Ah, soeur Isabela. Merci de vous être déplacée.

Il lui fit signe d'avancer.

Une femme telle qu'on la lui avait décrite. Jeune, certes, mais manifestement forte et certainement impressionnante. Otton ne la connaissait pas personnellement, mais ses états de service ainsi que les rapports qu'il avait pu avoir depuis la caserne nord étaient plus que suffisants pour le convaincre. Le nom de Velásquez n'avait plus besoin de titres et d'étiquettes. On savait d'où elle venait et, même si elle avait encore beaucoup de choses à prouver, ses supérieurs plaçaient déjà de bons espoirs en elle. Et à raison.

Le Premier Prieur écarta les documents qui s'entassaient devant lui et reporta son attention à la jeune prieuse se tenant droite devant lui.

- J'ai entendu que vous aviez pu faire connaissance avec son Altesse le Prince Lutyens. Pas moins de trois témoignages étaient parvenus plus ou moins directement jusqu'aux yeux ou oreilles d'Otton. Impassible, il poursuivit. J'aimerai que vous me fassiez part de vos impressions concernant cette... soirée.


Dernière édition par Otton Egidio le Jeu 8 Fév - 8:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isabela Velásquez

avatar
Excelsien(ne)


Messages : 17
Faction : Prieuré
Influence : 97
Fiche : Par ici !
Date d'inscription : 22/01/2018
District : Borée
Occupation : Prieuse (Garde urbaine)

MessageSujet: Re: Now gaze on our goddess of justice with her shimmering, glimmering blade [Isabela]   Jeu 8 Fév - 3:29

La matinée s’était déroulée dans le chaos le plus total. Réveillée aux aurores par un ordre de convocation de la plus haute importance, Isabela avait été jetée de son lit dans la plus grande des paniques.

Oh, elle se doutait bien, en se couchant, que la folle soirée de l’avant-veille, ainsi que ses répercussions sur la journée qui l’avait suivie allaient lui valoir quelques remontrances. Après tout, même avec tous les efforts du monde, et la diligence que le prince avait eu la gentillesse de lui faire appeler, la jeune prieuse avait pris ses fonctions avec une heure de retard. Bien sûr, les circonstances étaient exceptionnelles, mais elle n’était pas sûre d’être tout à fait prête à les avouer à qui que ce soit. Heureusement pour elle, ses collègues de dortoirs l’avaient couverte, et c’est à peine si le frère Vitalis avait risqué un regard courroucé dans sa direction lors de la relève de l’après-midi.

Alors, un petit sermon, entre le déjeuner et l’entraînement, ou bien une permission de sucrée ici où là, elle s’y était préparée. Elle aurait même trouvé ça plutôt honnête.

Une convocation tout ce qu’il y a de plus officielle dans le bureau du Premier Prieur d’Excelsa, en revanche… c’était, comment dire, plutôt inattendu.

Là encore, ses compagnons de chambrée s’étaient révélés d’une assistance précieuse. Tous presque aussi inquiets de cette nouvelle que la pauvre Isabela elle-même, ils l’avaient aidé à se préparer, au petit matin, défroissant et briquant les différentes pièces de son uniforme pendant qu’elle filait se laver, puis veillant à ce que son allure soit impeccable, du bout de ses bottines jusqu’à la pointe de la longue natte qui repose entre ses omoplates.

Elle avait remercié chacun d’eux par un sourire, puis une étreinte, au moment de partir, en s’efforçant autant qu’elle le pouvait de ne pas laisser transparaître sa nervosité. De leur côté, et malgré la fatigue apparente de leurs traits, ils avaient fait de même.

Les prieurs et les prieuses de cette ville étaient tous ses frères et ses sœurs, bien sûr, mais ces cinq-là, plus que tous les autres, et peut-être plus, même, que la mère qui dormait dans sa chambre non loin de la caserne, étaient sa famille la plus chère.

Après ça, on lui avait confié un cheval, ainsi que quelques instructions de dernière minutes – dont l’heure et l’endroit exact où elle devait se rendre – puis Isabela était partie.

Le trajet avait duré un instant, ou une éternité. Perdue dans une jungle de pensées toutes aussi hostiles que confuses, la jeune prieuse avait eu du mal à s’en rendre compte. Heureusement pour elle, le canasson connaissait le trajet presque aussi bien qu’elle, et elle était arrivé au Fort sans incident, avec près d’une heure d’avance.
Elle n’avait pas pu se résoudre à se promener, le ventre trop lourd d’incertitudes, concernant son avenir proche, et avait fini par atterrir dans un couloir, debout bien droite dans son uniforme d’apparat, juste à côté d’un fauteuil dans lequel elle s’était trouvée bien incapable de s’asseoir.

Pourtant, tout ça ne pouvait pas… être si terrible, pas vrai ? On n’allait tout de même pas l’exécuter pour avoir… quoi, au juste. Encouragé la princière ivresse ? Dormi comme un sac sur le royal canapé ? Bon, d’accord, elle avait un peu traîné à ramener son altesse à bon port, mais qui pouvait la blâmer pour un tort dont elle avait, pour la grande majorité de la soirée, ignoré jusqu’à l’existence ?

Mais tandis que ses doigts se promenaient, pensivement, sur le délicat rebord d’une petite rose brodée, très discrète, dans le creux intérieur de son gant, toutes ces questions-là, dans son esprit, trouvaient un écho bien plus pessimiste et accusateur.

Elle avait manqué de vigilance, ce soir-là. Elle avait eu besoin de distraction, et autorisé le vin et la musique à lui dérober son attention. Tellement de choses auraient pu se produire, par sa faute. Et si ce soir-là, dans cette taverne, quelqu’un avait décidé de venir étriper le si charmant petit Prince Compositeur, elle aurait très bien pu faillir dramatiquement à son devoir premier.
Elle avait été distraite. C’était inacceptable. Pourquoi était-elle toujours si insupportablement distraite dès qu’il s’agissait de regards brillants et de dentelles légères ?

Ce fut l’esprit bourdonnant d’inquiétudes et de reproches, et les poings serrés par une invincible tension qu’elle emprunta le chemin qu’on lui avait indiqué jusqu’au bureau du Prince Egidio. L’heure était là. Elle hésita encore une seconde, devant l’imposante porte de bois, puis frappa.

Chacun des coups résonna jusqu’au fond de son estomac.

Le corps droit, et l’air concentré, la jeune prieuse s’avança dans la pièce dès qu’on lui en accorda la permission. Elle fit quelque pas, méditant sur la bonne distance à laisser entre elle et le bureau du premier prieur. Elle arrêta son choix un peu au hasard, à un bon mètre de son supérieur, serrant ensemble les talons de ses bottines, puis se raidit, attendant que l’on annonce la couleur.

Ou bien le jour et l’heure de son exécution.

Au moment où les lèvres du Prince Egidio se mirent à énoncer leurs premiers mots, Isabela ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils. Elle n’était définitivement pas préparée à ce qui se passa alors.

« Mes… Mes impressions… ? »

Isabela était parfaitement immobile, figée dans une posture très protocolaire, qui la faisait paraître encore plus grande qu’elle ne l’était. Sur son visage, pourtant, on pouvait voir briller une vaillante lueur de confusion.

Elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’attendait son supérieur, à cet instant précis.

« En réalité, pour… la plus grande partie de cette soirée, j’ignorais complètement que j’avais affaire à… son Altesse. Il me semble que… c’était là son intention ? »

Elle se sentait scrutée. Disséquée, presque. Comme un de ces cadavres qu’on envoyait parfois à l’Apothicariat sur des charrettes.
La jeune prieuse n’était pas vraiment habituée à ce que chacun de ses mots aient autant de poids. De pouvoir. Car elle n’avait pas non plus envie d’attirer des ennuis à Elikia. Au Prince Lutyens. Est-ce que c’était seulement possible ?

Sûrement que lorsqu’on atteignait le rang de Prince, il n’y avait plus grand monde pour vous taper sur les doigts. Pourtant, s’il en existait une, à Excelsa, capable d’atteindre le prince compositeur de son jugement, c’était bien le Premier Prieur lui-même.

Bon sang, Qu’est-ce qu’elle était censée répondre, au juste, qui ne soit trop incriminant pour personne, et qui satisfasse dans la foulée la drôle de question de son Altesse le Prince Egidio ?

« Quoi qu’il en soit, dès que j’ai su… » Ou presque. Mais s’il y avait bien eu hésitations, débats et protestations, ils n’avaient que peu retardés sa décision. « Dès que j’ai compris ce qu’il en était, j’ai évidemment mis en œuvre tout ce que j’ai pu pour le ramener saint et sauf au Palais. Hm. »

Evidemment.

« Je… ne me permettrait pas d’émettre un jugement sur… les motivations ou les décisions du Prince Lutyens, ce soir là. Je ne crois pas que cela soit ma place. Je suis simplement heureuse que l’incident n’ait pas eu de conclusion dramatique et que tout soit rentré dans l’ordre. »

Peu importait, après tout, que l’ensemble des moyens utilisés pour veiller au bon retour du prince aient été particulièrement confus et peu professionnels. N’est-ce pas ? L’essentiel était que tout le monde soit retourné intacts à la sécurité et que…

Une pensée la glaça soudain.

« Tout… tout est bien rentré dans l’ordre, n’est-ce pas… ? »

Dans son dos, sa main droite vint discrètement enserrer la gauche gauche, son pouce se pressant inconsciemment dans le creux de son poignet, juste sur la ligne de son tatouage, comme à chaque fois que l’incertitude la gagnait.

Et si le prince avait attrapé un… un genre de fluxion, sur le chemin du retour ? Ou s’était fait voler un effet important ? Est-ce qu’on l’accusait de quelque chose, à la fin ? Est-ce que des rumeurs s’étaient répandues sur son incompétence ? Ses manquements aux préceptes, ou à sa fonction ? Sur…

Dans le secret du creux de son poignet, la pulpe de son pouce rencontra le petit relief d’une rose, et dans la poitrine d’Isabela, son cœur marqua un battement plus profond que les autres.

Non, ces choses-là, personne ne pouvait les savoir. Pas vrai… ?
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio

avatar
Prince Prieur


Messages : 105
Faction : Prieuré
Influence : 488
Fiche : Ici
Date d'inscription : 28/12/2017
District : Prioral
Protecteur : Lui-même
Occupation : Premier Prieur

MessageSujet: Re: Now gaze on our goddess of justice with her shimmering, glimmering blade [Isabela]   Jeu 8 Fév - 14:21

Otton écouta attentivement. C'était là une des choses qu'il faisait très bien. Rester impassible et serein sans rompre le contact visuel, c'était dans ses cordes. Manifestement, cela pouvait mettre des gens mal à l'aise mais dans son esprit cela compensait les fois où lui-même se retrouvait mal à l'aise face à ses compatriotes. De toute façon, la jeune prieuse en face de lui s'en sortait plutôt bien.

Même déstabilisée par une tournure des événements qu'elle n'avait de toute évidence pas prévue, elle se reprit rapidement pour faire un résumé concis de sa soirée en compagnie d'Elikia Lutyens. Otton hocha la tête.

- C'est un bon acteur, on ne peut pas lui enlever ça.

Ce constat fut prononcé sur un ton neutre, s'alignant avec le reste des paroles et des gestes du Premier Prieur. Il fit signe à Isabela de poursuivre. Son discours était un peu hésitant, mais on pouvait difficilement douter de sa sincérité. Et, tenant compte de toutes les informations que le prince ait pu rassembler sur cette jeune femme, elle avait certainement géré la situation au mieux de ses possibilités, furent-elles limitées par l'alcool.

Ses espoirs étaient justes, bien sûr. Elikia était rentré, sain et sauf. Son réveil avait probablement été douloureux mais ce n'était certainement pas la première ou la dernière fois que l'artiste goûtait aux plaisirs de la boisson. Ainsi donc oui, tout était rentré dans l'ordre. Exactement comme les choses devraient être. L'ordre était, selon beaucoup de gens, un (sinon le) résultat à obtenir du bon respect des Cinq Préceptes.

- Oui, tout est rentré dans l'ordre. Le ton de la voix d'Otton se détendit un peu. Même si j'aurais préféré que les choses se déroulent autrement, bien sûr.

Sans être un grand amoureux des cérémonies officielles et des politesses trop pompeuses, le Premier Prieur aurait sans doute préféré qu'Elikia ne rencontre pas sa nouvelle garde du corps dans un boui-boui de la Borée. Ceci dit, le hasard avait fort bien fait les choses puisque maintenant, les deux partageaient... quelque chose. Otton n'arrivait pas à mettre de mot précis dessus mais un lien positif les unissait sans doute.

Cela pouvait être un piège dans lequel la prieuse devait éviter à tout prix de tomber, bien sûr. Elikia Lutyens était un homme qu'il était facile d'aimer ou d'admirer. Mais une camaraderie trop franche avec lui pouvait un jour troubler le jugement d'Isabela.

- J'aurais également souhaité entendre votre opinion personnelle du Prince Lutyens mais je suis conscient que vous n'en ayez pas encore une. Après tout, ils venaient de se rencontrer et la conversation n'a peut-être pas été d'une grande profondeur. Et Isabela allait bientôt disposer de beaucoup de temps pour se forger une opinion en bonne et due forme. Dans tous les cas, je ne vous ai pas demandé de venir pour ça. En tout cas pas seulement.

Il haussa les épaules. Définitivement, ces derniers temps, il parlait plus que nécessaire. Ils étaient des prieurs, il ne fallait pas tout exprimer à voix haute. On pouvait passer aux choses sérieuses.

- J'ai pour projet de vous nommer responsable de la sécurité d'Elikia Lutyens. Il laissa un moment pour Isabela. Elle n'avait peut-être pas prévu que sa carrière prenne cette tournure-là. D'un autre côté, on ne pouvait pas passer la journée dessus. Votre nom est déjà sorti du lot il y a plusieurs semaines. Vos états de service sont excellents et vous avez... la prestance nécessaire, il me semble. Elle était bien plus grande et large d'épaules que lui et pouvait se tenir au moins aussi droite tout en gardant sa dignité. La crispation actuelle passerait certainement avec le temps. Il se permit un petit sourire avant de conclure. Et votre récente expérience ne fait que confirmer que vous vous entendrez bien.

Il n'y avait pas de sarcasme dans la remarque d'Otton. Il était en train de proposer à Isabela de dédier une bonne partie de sa vie à un élément très précis de la Ville. Très important et certainement prestigieux. Mais elle serait écartée des rues de la Borée la plupart du temps. Ou du moins, on pouvait l'espérer. Il serait fâcheux qu'Elikia s'autorise ce genre de promenades tous les soirs. Toujours est-il qu'il serait pour le moins mal avisé de forcer deux personnes à passer autant de temps ensemble s'ils devaient se détester ou se gêner.

- Si au terme de cette conversation, vous ne souhaitez pas endosser cette responsabilité, dites-le moi. Cette mission ne devrait pas vous être imposée et elle ne le sera pas.

Le visage d'Otton reprit son air de statue de granit. La plupart des tâches au Prieuré faisaient objet d'un ordre indiscutable. Celle-ci était délicate car elle touchait la politique, la représentation de la Ville et la sécurité, ô combien cruciale, du Prince qui avait sans doute plus d'ennemis que les autres réunis... La Princesse Ibihn mise à part, peut-être. Ce n'était pas exactement le genre de défis auxquels on vous préparait lors de vos années de formation. Otton lui-même avait appris sur le terrain, en suivant la Princesse Prieuse Aliénor Hamilton. Autant qu'Isabela ait une chance de s'écarter de la route de l'Histoire et de la Politique, si elle craignait d'être écrasée. Bien sûr, attraper le train en marche pouvait s'avérer être une excellente opportunité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Now gaze on our goddess of justice with her shimmering, glimmering blade [Isabela]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Now gaze on our goddess of justice with her shimmering, glimmering blade [Isabela]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Justice et l'Injustice
» Justice à l'américaine
» OGM - Monsanto débouté par la justice allemande
» Nous devrions avoir sof de Justice !!
» [Clip] Justice - Stress, scandale sur la toile !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Intérieure :: District Prioral :: Fort-
Sauter vers: