Partagez | 
 

 Le nid de la pie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Le nid de la pie...   Dim 4 Fév - 18:26

J’ai du mal avec les journées comme celle qui vient de passer. Ni beau ni mauvais, le temps s’est maintenu toute la journée. J’aime pas… je préfère quand il fait soit l’un, soit l’autre… et maintenant que la nuit est tombée, le vent s’est levé. Décidément… En plus, l’un de mes clients s’est jeté du haut d’une falaise avant que mes hommes ne réussissent à l’attraper. J’ai perdu du fric dans cette affaire et j’ai été obligée d’envoyer le Gros Dave rendre une petite visite à sa femme. Bien évidemment, elle n’était au courant de rien, elle n’avait pas d’argent ni rien d’autre qui pouvait potentiellement m’intéresser. Je sais que je suis supposée faire des exemples, montrer qu’on déconne pas avec moi et que quand on me doit du fric, on me le doit… et que je trouve toujours un moyen de me rembourser… mais merde, ça fait chier quand même. J’ai horreur de devoir m’en prendre à des innocents, je trouve que ça fait tâche. Bon, bien sûr, ça fait aussi vachement peur à ceux qui pourraient avoir l’idée saugrenue d’essayer de me la faire à l’envers… mais ça fait tâche quand même.

Ceci dit, quand le Gros Dave m’a amené la femme et qu’elle a commencé à me traiter de tous les noms et à me cracher au visage, je l’aimais beaucoup moins tout de suite. Et comme je l’ai dit plus haut… je trouve toujours un moyen de me faire rembourser. Sans entrer dans les détails, je dirais simplement qu’après quelques arguments poignants dans lesquels il était question de la vie de son fils, une signature s’est miraculeusement retrouvée apposée sur un contrat de vente de son habitation. Pour cinq ducats « pour la forme ». Une petite heure plus tard, la chirurgienne Min Li Raven, surnommée aussi la « Mainticuleuse » par quelques comiques ridicules de la profession, a reçu livraison d’un corps de femme, avec une petite note « Cette femme en pleine forme et dans la force de l’âge a malheureusement succombé sous le poids du chagrin suite à la perte tragique de son époux. Il se pourrait que son corps vous soit utile. Les formalités ont déjà été remplies et nous avons bien reçu la participation pécuniaire prévue à cet effet. » Et c’était signé d’un nom d’emprunt quelconque appartenant à un fossoyeur qui me le prêtait en échange de la suppression progressive d’une dette.

Alors oui, je sais, dans l’histoire il y avait une gamine. J’ai pas oublié… C’est pas pour me racheter une conscience comme certains le pensent, c’est juste que les gosses méritent une chance aussi. J’ai plusieurs exemples sous la main si tu veux… Genre moi déjà… j’étais personne et je n’avais pas grand-chose… et puis j’ai trouvé une motivation une raison d’avancer et de chercher à me faire plein de fric. Et voilà… j’en ai plein, j’ai des gens qui bossent pour moi, je suis respectée dans mon domaine et recherchée par les autorités (ce qui est une haute distinction en soit dans mon métier finalement. C’est chiant… mais c’est classe), je gère des associations qui rendent des services à des personnes qui en ont besoin… Bon d’accord, je ne suis peut-être pas le meilleur exemple je dois bien l’admettre… mais ce que j’aime dans cette ville, c’est que n’importe qui peut devenir n’importe quoi. Ici ça fonctionne surtout au mérite, pas à la lignée, au sang ou au piston. Ici, si tu sors d’un caniveau, tu peux quand même très bien te retrouver avec une couronne sur la tête si tu t’en donnes les moyens… et personne viendra te la contester, elle te reviendra de droit, parce que tu la mériteras ! C’est pas magnifique ça ?

Bref, tout ça pour dire que ces gamins méritent une chance. Ils sont souvent nés dans une famille merdique où personne ne croira jamais en eux… Parfois, s’ils sont « à moi », c’est parce que leurs parents me les ont vendus pour payer leur dette… le pire c’est que certains d’entre eux avaient pourtant les moyens de me rembourser… mais c’était plus « pratique » comme ça pour eux. Bande d’enfoirés. Si on aime pas les gosses on en fait pas, merde ! Moi j’adore les mioches. Je sais pas pourquoi, j’les adore. Même quand ils me détestent… Pour en revenir à la gosse de ce matin, le Gros Dave l’a emmenée dans la maison que je loue pour tous ces gosses qui finissent par se retrouver sous ma responsabilité. Elle est encore un peu jeune pour décider d’elle-même de ce qu’elle va faire plus tard, mais elle a pas l’air con d’après ce qu’il m’en a dit. J’irais la voir un autre jour. J’ai un précepteur qui s’occupe d’instruire les plus jeunes, et ceux qui sont en âge et qui ont envie de faire des études, je les leurs paye. Ça va y’a pire quand même non ?

Je m’arrête devant l’espèce de taverne dans laquelle je retrouve Xin la plupart du temps. Un peu miteux mais pas trop, pas super bien fréquenté sans être non plus un repaire de malfrats sans foi ni loi… en fait, le truc basique, banal, le genre de bouge qui passe complètement inaperçu et dans lequel les « nouveaux » clients sont vraiment très rares. Je rajuste la capuche de ma cape grisâtre taillée dans une étoffe relativement merdique, et j’entre.

L’ambiance est plutôt chaleureuse, il y a un musicien qui sautille dans son coin en jouant de la flûte pendant qu’un conteur agrémente le morceau avec un récit relatant les aventures de je ne sais quel héro… personne ne les écoute à part une femme, ivre morte, qui boit ses paroles comme si c’était un rhum extraordinaire. La serveuse me reconnait, comme d’habitude, elle me glisse un verre dans les mains, comme d’habitude, et me guide jusqu’à la même petite porte dissimulée derrière une armoire dans la réserve que d’habitude. Bien. J’aime pas trop quand les choses changent d’un coup, ça a tendance à me rendre un peu parano.

Je la remercie et lui glisse quelques ducats dans la poche, je passe la porte, pousse les rideaux, traverse quelques tentures en essayant d’éviter de marcher sur les gens allongés n’importe comment et n’importe où, et je me dirige vers une alcôve, à l’autre bout de la pièce. Entourée par des tentures aux couleurs un peu passées, c’est l’endroit le plus tranquille de l’établissement. Je passe la tête dans l’espèce de tente et sourit légèrement. Elle est là. Elle est toujours en avance quand il s’agit de fumer de l’opium ou de boire un verre… surtout quand c’est à l’œil. J’entre, je me laisse tomber sur les coussins à côté d’elle et je retire ma cape, laissant mes longs cheveux blonds onduler tranquillement jusqu’au creux de mes reins. J’avale la moitié de mon verre d’un trait avant de me vautrer plus confortablement.


- J’espère que ta journée a été plus agréable que la mienne… notre rendez-vous est bien tombé finalement, j’ai franchement besoin de me changer les idées.

Je sors un papier de ma poche et le fait glisser jusqu’à elle.


- Tiens, un de mes clients cherche des infos sur l’un de ses concurrents, je lui ai dit qu’il pourrait trouver quelqu’un pour le renseigner à cette adresse dans trois jours.


Je souris d’un air amusé en la détaillant. Toujours le teint aussi pâle et les mêmes cernes violacées sous les yeux. Elle ne sort vraiment pas assez…


- Ça fait plaisir de te revoir, Xin…
Revenir en haut Aller en bas
Xin
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 31
Fiche : La Fille
Vice : Opium
Faction : Oisillons
District : Domus
Influence : 46
Occupation : Informatrice

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Dim 4 Fév - 20:43

Des volutes de fumée se forment et se déforment. Elle s’enroulent vers les hauteurs des lourdes tentures autre fois carmin, violet ou bleu. Elle se déroule avec paresse depuis des lèvres entrouvertes pour aller se dissoudre dans le brouillard qui nimbe les lieux. Les yeux de Xin suivent les dessins immatériels qui se tracent dans les airs alors qu’elle laisse la fumée sortir d’elle même de sa bouche sans la souffler particulièrement. Allongée sur une natte qui a du être plus moelleuse en d’autres temps, sa main droite repose non nonchalamment sur une table basse avec dans son creux une pipe à opium.  Sa main gauche s’agite avec nonchalance au rythme trop lointain de la musique qui réussit à percer jusqu’à elle. Ses cheveux roses aux reflets dansants sous les lumières des lampes à huile pendant mollement par dessus l’appui-tête.

L’informatrice se trouve dans une bulle hors du temps et bien loin de toutes contrariétés. Comme celle d’arriver à court d’Opium pour sa prochaine pipe. Ici La Fille est la bienvenue, ceci est normal me direz vous. Non ici elle est là Bienvenue, ici elle peut consommer de l’Opium à l’oeil. Les informateurs nouaient parfois des amitiés intéressantes avec leurs meilleurs clients. Enfin, amitié, autant qu’un petit tas de plumes peut l’être avec un autre. Bien stupide celui qui a une confiance aveugle et totale en un oisillon. Mais cela n’empêchait pas certains liens privilégiés basé sur la sympathie et un respect mutuel.  

Le tissus sur sa droite s’agite alors que Xin souffle ce qu’il restait de fumée dans ses poumons. Ses iris roses roulent dans leur orbites pour découvrir un visage familier qui fait naître un sourire chaleureux sur ses lèvres. Qu’elle accueillit d’une traînante et un brin enrouée d’avoir fumé.

« Hééééé… C’est ma cliente préférée qui vient me voir ça ! »

Elle roule sur son flanc droit et dépose sa pipe sur la table basse avec douceur. Un bref coup d’oeil à la petite blonde et elle ramène ses jambes devant elle pour s’asseoir avec une lenteur calculée. Autrement la tête risque de lui tourner et ça serait bien dommage de gâcher l’état serein qui l’habite par des nausées.

« Oh ! Tu sais bien que que mes journées sont toujours agréables quand tu viens me voir ma belle. » Ajoute-t-elle avec sincérité.

Elle fait glisser de morceau de papier jusqu’au bord de la table pour ensuite le soulever à la lumière de la lampe. Elle lâche un ronronnement en le lisant.

« Hrm… Si en plus tu m’amènes une nouvelle histoire amusante, la journée ne peut être que meilleure. Enfin journée... » L’informatrice grimace avec amusement. Elle n’a aucun début d’idée de l’heure qu’il peut être...« Si tu es là c’est qu’elle doit être bien avancée. »

La demoiselle pose un regard de regret sur le long tube de bois et d’acier sur la table, comme si elle se refusait au chant enjôleur d’une sirène. Puis avec un sourire doux, elle pouffe pour elle même. Non il faut quelle commence gentiment à émerger pour pouvoir se lever un peu plus tard. Non elle observe plutôt le verre d’alcool entre les doigts de son amie et la quantité qu’il reste dans le verre. Elle ne l’avait pas vider cul sec et remplit de nouveau. Mais le geste n’est pas non plus celui d’une dégustation tranquille. La rose lui jette un regard d’en dessous plein de malice.

« Raconte moi ce qui t’arrive Belle Demoiselle. Des ennuis avec ton personnel ? Ou une simple histoire de vermine ? » ricanne-t-elle.

Les poignets posés sur ses genoux, elle laisse pendre ses mains dans le vide entre ses jambes, avant de décider de s’allonger sur l’appuie tête et d’y poser son menton. Les doigts joints avec un coude de part et d’autre du bois enveloppé de tissus et de mousse, elle attend impatiemment les derniers potins que peut lui raconter la futur princesse de Borée comme elle aime la surnommer.

« Allez, vide ton sac !  Tu as piqué ma curiosité, Vilaine Fille ! »
la taquine-t elle avec entrain.
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Dim 4 Fév - 22:27

Complètement allumée. Comme d’habitude. Elle me fait sourire et j’aime ça. Xin réussi toujours à me dérider, même quand j’ai des journées bien plus compliquées que celle qui vient de passer. Je finis mon verre rapidement et le rempli à nouveau. Je ne lui propose rien, ici elle a ce qu’elle veut quand elle veut et elle le sait parfaitement bien. Même après plusieurs jours à comater au milieu d’un nuage de fumée d’opium, rien ne pourrait faire oublier à cette fille qu’elle peut fumer gratis. Rien.

Je m’affale en arrière, complètement à l’arrache. Avec Xin je n’ai pas besoin d’être Maï… je peux être Maï Li. Elle sait plus ou moins d’où je viens et par où je suis passée pour en arriver là où je suis, elle sait que je suis nettement moins forte que je ne le laisse croire à ceux qui m’entourent… elle sait aussi que je ne suis pas aussi féminine que j’en donne l’impression. Là par exemple, je suis mi-assise, mi-couchée, enfoncée dans des coussins aussi mous que confortables, j’ai posé ma cape sur mes jambes pour pouvoir les écarter et m’étaler comme je veux. On est loin de la jolie Maï en mini-jupe assise sur son grand fauteuil de boss.


- Une histoire de vermine… rien de bien intéressant, même pour toi. Un mauvais payeur qui se suicide, une épouse grossière et peu prudente… une nouvelle gamine à ma charge. Même pas de quoi de titiller la curiosité.

Je jette un œil à sa pipe. Moi aussi ça m’est arrivé de me laisser aller à pomper un peu d’opium de temps en temps, mais après, on en a tout le temps envie et c’est très mauvais pour mes affaires d’être à moitié dans les vapes. Du coup je m’abstiens. Je préfère boire tranquillement.

- Ah si !

Je me redresse avec un petit sourire espiègle.

- J’ai un truc à te raconter ! Bon, tu ne vas pouvoir en faire grand-chose, mais je pense que ça va t’amuser.

En tout cas, moi, ça me fait bien marrer.


- Y’a un prieur qui est venu me voir. Un vieux, avec un bras en écharpe, il voulait que je fasse quelque chose pour la dette que son gros balourd de bouseux de frère avait chez moi.

Je souris. Grodric… même si sa dette n’est plus sur ses épaules et que j’ai promis de ne plus lui prêter d’argent, je commence à bien le connaitre. Il va remettre son frère dans la merde bien plus tôt que ce dernier ne l’espère. J’ai hâte de voir ça.

- Il m’a même fait une démonstration de son pouvoir quand il a cru que je confondais la magie avec des tours de prestidigitation pitoyables dans le genre de ceux que tu peux voir au marché, tu sais, ceux avec les lapins qui sortent des chapeaux là… Il a disparu, est réapparu à quelques mètres, et il est revenu à sa place initiale.

Même si je ne l’admettrais jamais devant le prieur en question, j’ai été un peu impressionnée quand même. Pas énormément… mais un peu.

- Bref… du coup, comme il n’avait pas de blé non plus et que la dette de son frère est quand même plus que substantielle, on a fait un marché.

Mon sourire s’élargit, je sais que ça va l’amuser.


- Tu as devant toi l’heureuse propriétaire d’un contrat en bonne et due forme stipulant que, tant que je n’aurais pas décidé que la dette est réglée, le prieur doit me rendre service quand je lui en fais la demande.

Un prieur au service d’une des femmes les plus riches de la cité… pire… d’une criminelle avérée et recherchée. C’est quand même une bonne blague ça, non ? J’avoue avoir pensé à la réaction de Xin quand j’ai proposé ça à cet homme, ça m’a fait sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Xin
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 31
Fiche : La Fille
Vice : Opium
Faction : Oisillons
District : Domus
Influence : 46
Occupation : Informatrice

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Lun 5 Fév - 11:25

Le Petit Oiseau détaille son amie d’un œil et demi pendant qu’elle lui raconte brièvement sa journée, la pommette posée sur ses mains jointes. On tombe les convenances avec Xin, elle s’en fiche des convenance et cela mets les gens à l’aise. Un don naturel pour avoir des informations qu’on attend pas parfois. Comme cette histoire de gamins à la charge de Mai. C’est toujours du business à long terme ces petites choses. Une fois adulte, pas tous voudront que l’on sache qu’ils doivent leur belle vie faite d’études à la Futur Princesse de Borée. C’est donc une source d’informations croustillantes et rentables à servir ou au contraire à retenir dans quelques années. Le sourire la fumeuse d’Opium se fait énigmatique.

« Oh si, je suis toujours curieuse de tout tu le sais bien. Ici, je suis une éternelle curieuse de voir comment tu vas placer ces gosses plus tard dans ton petit échiquier personnel.»

Et oui ces petits gars auront une sale dette envers elle qu’ils le veuillent ou non. Elle aurait pu les laisser dans la rue a crever de faim, ou finir dans un orphelinat lambda. Dans ce monde tout se paie, et avoir une éducation privilégiée et des études payées « gracieusement » n’est pas rien. Une comptable telle que Mai doit au contraire avoir des calculs bien précis pour ces petites têtes blondes, et c’est le résultat de ces mathématiques humaines qui intrigue l’oisillon. Son visage se fait plus paisible quand la conversation reprends des allures moins complotistes le temps de quelques mots.

« Ah les potins sont toujours bon à entendre.  Ils me tiennent au courant des dernières nouvelles. »


Les paupières qui encadrent ses yeux carmins s’étrécissent à mesure que l’histoire se déroule entre les deux demoiselles. Qui commence bien, très bien même, une Prieur qui contacte un Oisillon c’est toujours annonciateur de chose intéressantes pour l’avenir. Elle le sait d’expérience, ils sont des fournisseurs d’opportunités qui valent leur pesant de Ducat, quand la valeur est estimable...

«Hm… Je vais plutôt formuler cela ainsi : j’ai devant moi l’heureuse propriétaire d’un Prieur. Un oisillon qui peut sortir un tel lapin de son chapeau, c’est plutôt une bonne nouvelle… En effet, c’est des plus amusants. Et des plus intéressant. »


Elle reste un instant songeuse, des pensées défilent clairement derrière ses iris légèrement luminescentes sous la lumière tamisée des lampes. Elle ferme les yeux avec lenteur et les repose sur son amie.

« Un sacré frimeur ce vieux Prieur. Ou un masochiste. Tu me diras ils le sont un peu tous… Par contre, ma belle,c’est peut être inutile de te le dire, mais reste prudente avec ce Prieur. »


Elle se redresse sur ses coudes avec un sourire mesquin et froid. Dans ces circonstances, cela peut être prit pour un passage aux choses sérieuses. L’informatrice qui négocie durement ses prix car elle connaît très précisément la valeur de ce qu’elle sait. En réalité, cela trahit surtout de l’inquiétude pour la jolie blonde.

« Je ne sais pas si la négociation a été ardue, mais ces types là ont la réputation de faire passer leur devoir avant tout ce qui peut être cher à leur yeux.  Cela m’emmerderait d’apprendre que ce joli contrat a été un moyen pour le Glaive d’infiltrer et de saper de prêt ou de loin une figure montante des Plumes.»

Xin enfonce un poing dans sa joue et retrouve son air malicieux et son sourire franc.

« Et ça serait dommage que je perde ma meilleure cliente par ce qu’elle a sortit un tel atout au mauvais endroit, au mauvais moment. »

Non ce n’est pas la disparition de son Opium à volonté qui l’inquiète, mauvaises langues. Cela n’était qu’un confortable avantage de son amitié avec cette demoiselle. Non, ce qu’elle craint réellement c’est le chaos qui suit la chute d’un Oisillon important. Cela nuit à la ville ce genre de chaos, aux petits surtout, les grands se frottent toujours les mains de telles manœuvres. Mai fait parti des éléments qui apportent une stabilité toute relative à la vie d’Excelsa. Sa chute, bien qu’elle arrange quelques guildes, ferait bien trop de remous aux répercusions imprévisibles. On ne se méfie pas assez des informateurs, mais à leur niveau ils sont de subtiles acteurs du jeux politique. Cela fait aussi partie du métier que d’anticiper les conséquences que peut avoir une information entre certaines mains plutôt que d’autres.

« En parlant de vieux et de dettes, tu as déjà pensé à parler affaire avec les dockers ? Y’a un syndicat intéressant par là bas, mais ils ont des petites soucis d’argent par moments. C’est pas ton territoire, mais une petite alliance avec eux pourrait te faire du bien. »

Elle soupire et ricane dans un grand sourire.

« A moins qu’un grand génie comme toi, aie déjà eu l’idée et soit déjà en affaire avec ces gros bras parfum hareng ? »  
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Mar 6 Fév - 23:26

Je hausse les épaules. Elle a raison, bien entendu… Xin a toujours raison. Mais je ne suis pas complètement inconsciente non plus, je sais ce que je fais. Et puis même si l’accord que j’ai passé avec le prieur m’emmerde un peu à cause des principes que j’ai plus ou moins promis de respecter, je suis certaine que ça va m’être utile. De toute façon si ça l’est pas… j’aurais perdu du fric. Et ça, c’est encore pire… Maï ne perd pas de fric, jamais. Imagine si je commence à laisser filer tous les abrutis qui ne me paient pas… la réputation que ça me ferait aurait raison de mon business encore plus vite qu’une descente de prieurs armés jusqu’aux dents en plein milieu du Planquais.

Je remue la mâchoire, elle ne sent pas sa force, j’ai cru qu’elle allait transpercer ma joue avec son doigt.


- C’est juste parce que je suis ta meilleure cliente ?

J’affiche une moue faussement boudeuse. Je sais qu’elle m’aime bien, et pas seulement à cause de l’opium où des informations qu’on s’échange… elle m’aime bien moi, en tant que personne. Mais se l’entendre dire de temps en temps ne fait pas de mal. Surtout que c’est bien la seule personne qui a le droit de me dire des trucs comme ça. Si l’un de mes hommes se montre un peu trop sentimental j’ai tendance à avoir des hauts le cœur où des réactions un peu vives… comme des grandes baffes qui volent par exemple… J’ai rien contre les sentiments hein, c’est pas ça… c’est juste que c’est pas professionnel. T’imagine si mes hommes de main se mettaient à me donner du « on vous adore » et autres conneries ? Après on penserait que je suis gentille et douce… quelle horreur ! Ça aussi ça mettrait un grand coup de pied dans les noix de ma réputation.

Mais Xin c’est pas pareil, je la considère comme mon amie. Vraiment. D’accord on ne se dit pas tout, on est pas cinglées et on se connait assez toutes les deux pour savoir que ça n’est pas une bonne idée, mais on se respecte, on se fait confiance et on s’apprécie sincèrement. Et j’aime ça.

Il y a une autre personne dans la cité que j’aime… je l’aime de tout mon cœur et je serais capable de faire n’importe quoi pour elle… mais ça n’est pas réciproque. Tant pis. Moi je l’aime quand même et je me fiche un peu de ce qu’elle peut bien penser de moi. C’est comme ça, c’est tout.

Je sirote mon verre en réfléchissant à ce qui pourrait arriver si, effectivement, les prieurs se servaient du frère de Godric pour m’avoir… rien de bon j’en ai bien peur. Pour moi, ça serait la fin des haricots… pour le District de la Borée ça serait une merde sans nom pendant un bon moment… pour tous les oisillons ça serait relativement emmerdant je pense. Enfin je crois… Xin connait mieux la politique que moi finalement. Même la mienne…


- J’en connais quelques-uns… certains m’ont emprunté un peu d’argent mais assez pour que ça puisse intéresser qui que ce soit… je ne dois pas avoir rencontré ceux dont tu me parles. Tu sais où ils se réunissent ?

Je lui adresse un petit sourire amusé.

- Et si t’aimes les gros bras à l’odeur marine… j’en ai engagé un ou deux y’a pas longtemps, ils voulaient changer de voie. Je peux toujours te les envoyer hein…

Son histoire de syndicat est franchement intéressante. Ces gens-là sont souvent prêts à beaucoup de choses pour être reconnus, qu’ils luttent où non contre un agresseur quel qu’il soit. Et le pognon ça aide beaucoup à obtenir de la reconnaissance, justement. Je prends un autre papier dans ma poche, attrape une plume que les serveurs laissent toujours à la table de Xin au cas où je passerais par-là, et je note l’idée. J’ai tendance à picoler quand je suis avec Xin. C’est pas grave, ça détend et puis j’ai bien le droit de faire une pause de temps en temps… mais picoler peut brouiller ma mémoire, alors j’ai pris l’habitude de prendre des notes. Je préfère. On ne sait jamais.


- Tiens au fait, tu sais pas quoi ? La Grosse Rosa, la femme du chapelier de la rue de la Fraternité… elle est de nouveau enceinte. Il va finir par la tuer à coup de grossesse tu crois pas ? Ça va quoi… le dixième mouflet ? Heureusement que son affaire marche bien, sinon il serait obligé de venir ramper à mes pieds…
Revenir en haut Aller en bas
Xin
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 31
Fiche : La Fille
Vice : Opium
Faction : Oisillons
District : Domus
Influence : 46
Occupation : Informatrice

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Jeu 8 Fév - 22:20

Hum la chasse aux infos est donc belle et bien ouverte ! Les yeux de Xin brillent d’excitation oui une jolie enquête de plus à mener sur ces dockers. Cela tombe bien elle a une « Grande » amie à retrouver au détour d’un verre. C’est un début de piste pour se renseigner un peu plus.

« On dirait qu’un syndicat de dockers s’est fédéré dans le District Portuaire. Des petites plumes qui font de la contrebande avec ce qui entre ou sort du port, je présume. Mais ils roulent pas l’or donc une occas’ pour toi de t’en faire un peu plus.  Je peux allez voir un contact pour en apprendre d’avantage et t’avoir un nom probablement.»

Elle toussote, constatant la sécheresse de sa gorge, ainsi que l’état pâteux de sa langue et remet ses cheveux en place. La fumeuse d’opium en profite pour lever une main vers une serveuse venue apporter des rafraîchissements à des fumeurs plus loin. Elle rit de bon cœur à la proposition de lui envoyer quelque gros bras à la fraîcheur marine. Non pas que cela lui donne quelque idées...intéressantes, mais les dockers n’ont pas trop été son fort jusqu’à présent. À quelques exceptions prêt, comme toujours.  

« Hahahaha ! Je suis toujours curieuse de nouvelle rencontres tu sais. Et puis ils ont peut être des histoires intéressantes. Va savoir…. »

Elle commande ensuite un jus de fruit frais et une légère collation pour accompagner leurs boissons.  La Fille observe la serveuse s’éloigner et passer la porte alors que son amie l’interpelle. Alors qu’elle l’écoute, elle se rallonge paresseusement dans sa natte avec un soupire d’aise et bascule la tête par dessus l’appui tête. Elle observe ainsi la jolie blonde dans un monde à l’envers où les tentures jaillissent du sol et où les personnes sont assises au plafond.  Une station parfaite pour parler de la femme d’un chapelier n’est ce pas ?

« Rosa… Grosse Rosa… Ah ! Oui ! Cette pauvre mère a du totalement oublié son corps de femme à force d’enchaîner les grossesses ainsi. Je la plaint sincèrement, enfler et dégonfler dans la douleur y’a mieux comme vie…. »


La tête toujours à l’envers, elle hausse les épaules avec un rire enfantin.

« Il paraît qu’après le quatrième ça sort tout seul. T’imagine ? Un vrai bouchon de champagne ! Pop !  »


Elle ricanne mais est brièvement interrompue par l’arrivée de la serveuse venue déposer sur la table basse ce qui a été commander. Xin attend son départ avant de poursuivre.

«  Quand je vois comment marche son commerce, je me demande si il n’exploite pas sa femme obtenir de la main d’œuvre gratuite pour le long terme. Les gosses ça bosse vite et bien si tu les prends tôt dans un métier. Fait en un jeu et ils n’arrêtent plus de la journée ! Infatigables ces trucs là ... »

L’informatrice finit pas se redresser convenablement, lentement pour pas que la tête tourne, afin d’attraper son verre. Elle avise le grignotage salé mais le délaisse pour le moment, redoutant une nausée. Elle lève son jus de fruits vers sa pipe d’opium avec un clin d’oeil à Maï.

« A la Fée Haute Placée, qui m’évite ce genre d’emmerdes ! Avec ce que je fume, parais que je peux pas tomber enceinte. Hahaha ! »

Elle boit une petite gorgée et se réinstalle le plus confortablement que le matériel usé le permet. Elle sirote son verre, songeuse.
« Et toi ? On t’a jamais demandé quand tu aurais de ces trucs là ?  Des gosses à toi hein je parle, pas de la main d’oeuvre !» Ricanne-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Ven 9 Fév - 9:40

Je note sur un coin de mon papier que je dois penser à présenter mes petites mouettes à Xin. Oui… petites mouettes… ben quoi ? Des oisillons qui sont des habitués des ports… « petites mouettes » ça leur va bien non ? Fallait bien leur trouver un surnom de toute façon, tous les autres en ont. Je ne sais pas d’où vient cette manie de surnommer tout le monde dans le milieu mais c’est comme ça. J’te jure… y’en a certains des fois qui sont vraiment bizarres… On a du « Bob l’éventreur » par exemple… t’avoueras que c’est pas franchement un surnom qui te donne envie de te dandiner follement devant lui en battant de tous tes cils hein… personnellement, si je ne le connaissais pas aussi bien, le surnom de ce mec me donnerait envie de l’éviter comme ça peste. T’as aussi des trucs vraiment débiles… genre « Le Bec du Soir »… Bon… alors « bec » d’accord, pourquoi pas, on est des « oisillons » après tout… mais bon, il est merdique ce surnom ! Pourquoi « Bec du soir » ? Le mec bosse en journée et il a peur de croiser des fantômes la nuit, je peux même pas me servir de lui pour les missions nocturnes et ces cons l’ont surnommé « le Bec du Soir »… t’y vois une logique toi ? Pas moi… j’ai arrêté de chercher y’a longtemps.

Je réfléchis un moment aux dires de mon amie. De la main d’œuvre pas chère, ses propres enfants… va falloir que je me renseigne un peu, parce que si c’est vrai, ce mec mérite que je lui tombe sur le coin du cigare avec la délicatesse d’un éléphant qui roule sur des œufs de caille. Non mais sérieux… on déforme pas une femme à ce point juste pour avoir des employés qu’on paye pas, ça se fait pas… surtout pas avec tous ces gens qui cherchent du boulot ! Va pas croire que je dis ça par bonté d’âme hein… c’est juste que quand les gens ont un travail régulier, ils ont plus de facilités à demander un prêt, et du coup ils me rapportent des sous. Normal… bref…

Je lève les yeux de mes notes et pose sur Xin un regard complètement ahuri.


- Que… moi ?

Le simple fait de m’imaginer avec une tripotée de mioches sortis de mes entrailles me donne la nausée.

- Mais ça va pas la tête ? Je m’occupe déjà de ceux des autres ! Et puis tu m’imagine en train de donner des ordres, de faire de la comptabilité et de secouer les mauvais payeurs tout en ayant un mouflet qui me suce les seins ?

Un long frisson de dégout me remonte le long de la colonne vertébrale et je me ressers avant de vider mon verre d’un trait.

- Comme si j’avais le temps pour ces conneries…

Va falloir que je fasse gaffe moi, la question de Xin résonne dans ma tête comme un avertissement. Quand je sortirai d’ici, je vais aller directement chez un botaniste, un apothicaire ou peu importe quel médecineux pour qu’il me vende des plantes ou va savoir quelle connerie qui m’assure que je ne risque pas de tomber enceinte si jamais j’ai le temps de passer la nuit avec un mâle.

Bon en même temps, ça m’arrive assez rarement en fait. Soit j’ai pas le temps, soit je leur fais peur, soit… ben en fait je ne suis pas super à l’aise non plus. J’ai pas l’habitude… gérer des hommes de main, ok, facile, discuter avec les pires membres de la pègre locale ou non… pas de soucis… me servir de l’image que je renvoie grâce aux atouts que m’a donné la nature, pas de problèmes, ça aide c’est pas mal… Mais dés qu’un homme s’approche de moi avec des intentions tendres, je deviens toute rouge, j’arrive plus à parler et je me sens complètement idiote… alors bon… autant éviter ça non ? Ça risque d’entacher ma réputation de toute façon. Imagine « Maï, chef de gang… pauvre petite timide »… quelle connerie…

Revenir en haut Aller en bas
Xin
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 31
Fiche : La Fille
Vice : Opium
Faction : Oisillons
District : Domus
Influence : 46
Occupation : Informatrice

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Sam 10 Fév - 8:46

C’est une question qui se voulait innocente. Juste une boutade pour ensuite râler en coeur à quel point la société met une pression pernicieuse sur les femmes n’ayant pas encore eu d’enfant, alors qu’elles ont la vingtaine bien passée. Alors quand elles approchent ou dépassent le quart de siècle c’est une histoire d’un tout autre niveau… Et pourtant, c’est une scène d’un tout autre niveau qui s’est jouée en réponse à sa vanne, quelque chose de bien plus croustillant. Alors que Xin entend son amie presque s’étouffer tant la question semble surprendre, elle tourne les yeux vers une Maï ahurie. L’informatrice lève un sourcil, ne comprenant pas le pourquoi d’une telle réaction.

« Hum ? Bah oui, c’est à toi que je parle, demoiselle... »


Puis les mots défilent et un sourire carnassier se dessine sur les lèvres rose pâle de la fumeuse d’opium. Non…. Cette réaction ultra défensive, allergique presque, l’image caricaturale qu’elle lui sert… Enfanter ou avoir une relation charnelle serait des conneries ? Oh non… Si ? La malice étire le sourire du Petit Oiseau à son maximum, ses yeux grands ouverts, pour ne pas en perdre une miette, pétillent d’amusement et d’excitation. La jeune femme a la chevelure rose est soudainement extatique, comme si elle venait d’avoir une révélation. Elle vient, peut être, de trouver une information qui vaut son pesant de ducat mais qu’elle ne vendrait jamais… Pour le bien du District de Borée, bien sûr !

« Attends… Tu veux dire que tu l’as jamais fait ? »
 Sourire se crispe un peu signe qu’elle se retient d’éclater de rire. « Sérieusement, tu ne t’es JAMAIS fait payer en nature quand un beau mâle venait te supplier d’avoir un délai pour te rendre les ducats ? »


Au final, non, ce n’est pas comme si elle venait d’avoir une révélation. Elle vient réellement d’en avoir une ! Cela casse un peu un mythe, mais en même temps cela ne rend la légende de Maï, Future Princesse de Borée encore plus palpitante. Sérieusement, elle qui est si dure en affaire, qui dirige quasiment un district avec une main de fer… Le petit génie qui a su devenir un oisillon de premier ordre par la force de la finance…. Serait vierge ? Elle savait que la jolie blonde n’hésitait jamais à user de ses charmes ou de stratégies de persuasion des plus cruelles ou pernicieuses pour obtenir remboursement. Et justement, elle s’était dit que parfois histoire d’humilier, laisser une trace qui marque dans la chair plus qu’un doigt manquant, elle réduisait parfois ses débiteurs au rang d’objet sexuel… Que peut être, elle avait eu des enfants, confiés en nourrice, et élevés par des personnes de confiance, dans le plus grand secret pour éviter qu’ils ne deviennent une cible pour l’atteindre elle. Pour la faire chanter sur des emprunts entourés d’une aura politique...

Rien de tout cela. Ses décolletés et ses tenues courtes ne sont en réalité que façade. Une façon d’affirmer son pouvoir, d’affirmer aussi que pour la convoiter, il faut passer par son armée d’hommes de mains prêts à tout au moindre de ses claquements de doigts. Alors qu’en réalité une part de cette fine fleur des affaires est encore une enfant. C’est si mignon et attendrissant, si cela ne pourrait pas être interprété comme insultant, Xin aurait bien fait un gros câlin à son amie. Mais l’euphorie de la découverte passée, il y avait le danger que représente pour Maï le fait qu’une telle information se fasse connaître. Plus personne ne verrait en elle un être à craindre et à prendre au sérieux. Non. On verrait uniquement la vierge, un être pur que personne n’a touché encore dans ce monde sanglant. Parfois, les empires ne tiennent qu’à de simples mirages savamment entretenus.

« En fait,tu n’as jamais fait confiance à quelqu’un au point de baisser ta garde jusque là, Petite Princesse. »

Un air tendre et compatissant se peint sur le visage de l’informatrice. Aucun jugement, aucune pitié, juste un simple constat. Son amie peut la contredire, mais cela est l’impression que Xin a à cet instant précis.
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Sam 17 Fév - 14:43

D’accord… alors là je rougis franchement. Je dois avoir l’air d’une pomme trop mûre où d’une tomate d’une de ces variétés qui donnent à ces fruits une teinte particulièrement foncée. Comment a-t-elle réussi à déduire ça d’une simple conversation à propos du fait d’avoir des gosses ou non ?

- Euh… j… je… Si si bien sûr ! Enfin c’est…

Je balbutie un moment avec un air parfaitement idiot. Personne n’avait jamais réussi à se rendre compte de ça… merde… Je finis mon verre d’un trait, me ressers, lui fait suivre le même chemin… et je recommence la même chose encore deux fois histoire de reprendre une contenance. En vain… j’ai toujours l’air d’une gamine prise la main dans le sac alors qu’elle essaye de chiper des bonbons dans le bocal en haut du placard.

Je repose mon verre parce que j’ai la gorge qui me brûle tellement qu’ajouter un quatrième cul-sec ne serait pas du tout une bonne idée, je me laisse tomber contre les coussins et je pousse un soupir à fendre l’âme. Regarde-moi… je suis à la tête d’une association énorme, je gère des types plus dangereux les uns que les autres et je les mène à la baguette, je brasse plus de pognon d’un chef d’entreprise verni… et la seule personne au monde que je considère comme une amie réussi à percer à jour mon second plus gros secret en deux minutes. Je sers pas à grand-chose moi aujourd’hui…


- D’accord d’accord ça va t’as raison… j’sais pas comment t’as réussi à comprendre ça mais ouais… j’suis qu’une pauvre petite vierge. Contente ?

Si jamais ça venait à se savoir, ma crédibilité en prendrait un sacré coup. Je suis presque certaine que je pourrais m’en remettre, mais se faire une place dans ce monde de crétins brutaux quand on est une fille qu’ils dépassent tous d’une tête et qu’on a un corps qui fait briller le mot « viol » dans la plupart de leurs yeux, c’est pas simple. J’ai pas envie de recommencer.

- Je sais pas si c’est une question de confiance où non… j’ai pas le temps, j’ai pas franchement envie non plus. Non mais franchement, t’as vu les mecs avec qui je bosse ? Au moins 80% d’entre eux ne serait pas foutu d’inventer l’eau chaude Xin… personnellement ça me fait pas sauter au plafond.

Et puis même… faire… « ça »… rien que d’y penser je rougis à nouveau. J’ai lu des trucs là-dessus, c’est un procédé qui implique beaucoup de soupirs, de gémissements, de la sueur, des tremblements, de la nudité… rien de très digne… et puis ça me mettrait en position de faiblesse. Comment je fais pour me défendre moi si on essaye de me buter alors que je suis là, cul nul, en train de me faire renverser par un type ? Je secoue la tête.

- Trop dangereux…

Inutile de préciser qu’il aurait fallu que ma mère ou ma sœur me parle de ça quand j’étais plus jeune. Seulement au final, ma mère est morte quand je suis née et ma sœur m’a élevée tout en me détestant… ça aide pas tellement pour la communication. Elle m’a nourrie et tout et tout… mais pour le reste j’ai dû me construire toute seule, et comme j’ai très vite dû bosser dans un univers d’hommes… eh bien disons que jouer les filles pleines d’expérience est largement moins risqué que d’annoncer à tout le monde qu’on a toujours son hymen.

Je grimace légèrement et risque un regard inquiet vers Xin.


- Tu vas le dire à personne, hein ?

Revenir en haut Aller en bas
Xin
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 31
Fiche : La Fille
Vice : Opium
Faction : Oisillons
District : Domus
Influence : 46
Occupation : Informatrice

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Lun 19 Fév - 10:50

Oh non ! Oh non ! Oh non ! Elle est vraiment trop choupie quand elle rougit ! Argh ! Un air glorieux vient se peindre sur son visage d’informatrice. Cette bouille ! Cet air embarassé ! Elle est la seule et peut être bien la première à le voir dans cette ville. Longue vie à toi Exclesa, cet instant n’a vraiment aucun prix. La Future Princesse de Borée qui laisse entrevoir son petit côté adolescente, son petit coeur d’informatrice fond devant ces mimiques craquantes à souhait.

L’informatrice est sur le ventre à l’observer, ses poings enfoncés dans ses joues blafardes avec des étoiles plein les yeux. Quand la jolie blonde passe aux aveux et lui demande si elle est contente, elle hoche la tête avec un petit :

« Mui ! »

Puis elle l’écoute déballer ses appréhension et ses peurs. Son éternel air bienveillant reprend place sur son visage d’informatrice. Oui c’est trop dangereux que cela se sache. Il faut donc trouver un moyen de rendre cela plus discret encore. Puis vient la dernière question de Maï, une peur sincère s’entend dans sa voix, une inquiétude certaine qu’elle partage avec son amie. Son sourire s’étire au maximum.

« Lâcher une telle info et perdre ma meilleur cliente ? »


Elle s’assoit vivement et saisit le couteau et un morceau pain. Elle y applique un morceau de viande séchée avec un air scandalisé totalement exagéré.

« Je suis pas une amateure ! Lâcher un tel pavé, c’est amocher l’équilibre du quartier, de la ville même !  Et de toutes mes affaires en cours ! Ah non non ! »


Elle croque rageusement dans sa tartine et avale sa bouchée faussement drapée dans sa fierté froissée. La Fille aux cheveux roses plante un œil dans son amie avant d’éclater de rire. Un doux sourire vient clôturer ses lèvres avant qu’elle ne reprenne la parole.

« Non, ma belle, je n’ai aucun intérêt à dévoiler ce genre de chose à ton sujet. Mais tu devrais essayer d’y penser plus souvent, l’envisager, en parler plus souvent. Si tu n’es pas à l’aise avec le sujet cela te trahi. »


Elle rit doucement, en repensant à la bouille qui l’a fait craquer juste quelques instants auparavant.

« Je l’ai deviné par ce que justement tu as esquivé le sujet tout à l’heure. Je pensais amorcer une discussion totalement blasée sur le fait de pouvoir prendre du plaisir sans devoir se soucier d’enfanter. Eeeet....Tu as esquivé le sujet ! Pour rougir de la plus adorables des façons ! Ces deux éléments à eux seuls montrent que tu n’as jamais expérimenté la chose, ma belle. »  


Elle laisse planer un silence avant qu’une idée lui traverse l’esprit. Une boutade taquine qui fuse de ses lèvres sans réfléchir.

« En revanche, je peux laisser courir la rumeur que tu préfères les femmes ! »
dit-elle en lui tirant une langue mutine coincée entre ses dents.

Bien sur qu’elle ne le fera pas non plus. Juste une petite taquinerie pour revoir son air scandalisé d’un peu plus tôt. La voir rougir alors qu’elle pense à la chose n’a vraiment aucun prix !
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Mar 20 Fév - 10:14

- L’équilibre de la ville ? T’y vas un peu fort quand même… c’est pas grand-chose franchement, tu…

Ah… elle se fout de ma gueule. Je pousse un soupir en lui adressant une expression blasée. Faut que j’arrête de baisser ma garde avec Xin, je me transforme en gamine naïve quand je fais ça… et elle en profite allègrement pour se moquer de moi. Bon, c’est pas bien méchant non plus hein… mais lui donner des occasions de me taquiner n’est jamais une très bonne idée… elle adore faire ça…

Je la laisse parler, m’expliquer ce qui m’a trahie… c’est bien ce que je pensais. C’est parce que je baisse ma garde avec elle… je soupire. En général je me comporte « normalement », c’est-à-dire en fille sûre d’elle en chaque occasion, expérimentée, qui a toujours un truc dans sa manche pour se tirer d’une situation désagréable où pour y plonger quelqu’un, une fille intransigeante et sans pitié pour les mauvais payeurs et ceux qui ne tiennent pas leurs promesses… où ceux qui se mettent en travers de mon chemin… où ceux qui m’emmerdent… où… ouais bon, ok, je me comporte comme une fille dangereuse qu’il vaut mieux de pas emmerder. Et c’est pas juste une façade, c’est vraiment moi ! D’accord il y a des trucs que j’aime moins faire que d’autres, voir pas du tout du tout, mais c’est comme ça dans le monde au sein duquel je vis, si on se laisse marcher dessus, si on fait des fleurs aux clients et qu’on se contente de sourire d’un air niais… on se fait piétiner.

Je ne peux pas dire que je suis seulement « devenue » comme ça. Cette personnalité je me la suis forgée moi-même. Quand j’étais petite j’étais une gamine comme les autres, je ne suis pas devenue comme ça simplement par nécessité… j’en avais envie. Ça change tout. Quand on a envie, ça devient réel, c’est pas seulement un masque. J’aime le pognon, j’en veux toujours plus, et je me donne les moyens d’en amasser le plus possible. C’est tout. C’est comme ça. Et comme pour ça je dois me faire respecter, et bien je le fais. Et j’aime ça.

J’écoute sa dernière phrase d’une oreille distraite.


- Mmh ? Oui oui bonne idée c’est… attends… quoi ?


Je m’étrangle avec ma gorgée d’alcool et je rougis à nouveau en toussant. Alors oui, je sais qu’il y a des gens qui préfèrent avoir des… euh… relations amoureuses… ou intimes… avec des gens du même sexe. Je le sais, je suis pas complètement débile non plus… C’est pas ça… C’est juste que… avec une fille ? Genre… en lui faisant des bisous et tout ?

Je secoue vivement la tête.


- Ne fais pas ça d’accord ?

C’est pas que l’idée me dérange… enfin si, quand ça me concerne, mais pas pour les autres. Les gens font ce qu’ils veulent hein je m’en fiche, je ne les juge pas là-dessus. Mais m’imaginer moi avec une fille en train de… où même avec un homme en fait, c’est exactement la même chose… c’est trop… je sais pas… ça me débecte je crois... et ça fait peur... juste non.

J’ai l’impression que mon visage va bientôt se mettre à dégager de la fumée tellement mes joues me brûlent. Je me fais une tartine aussi histoire d’avoir une excuse pour regarder ailleurs en me raclant la gorge.


- Tu veux pas qu’on change de sujet ?


Sinon après elle va se lancer dans des explications imagées, mes oreilles vont fondre mon visage va cuire et je vais me sentir ultra débile… Je rajuste les tentures qui nous entourent… manquerait plus que quelqu’un me voit comme ça en plus…

Revenir en haut Aller en bas
Xin
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 31
Fiche : La Fille
Vice : Opium
Faction : Oisillons
District : Domus
Influence : 46
Occupation : Informatrice

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Mar 20 Mar - 22:28

[Waaah ! Un mois que je dois te répondre ! Vraiment navrée de l’attente ! D:]


Ah c’est une bonne idée ? Vraiment ? Sous la surprise que sa boutade passe le petit oiseau,véritable geai moqueur en cet instant, c’était redressée sur ses coudes. Une bonne idée ? Sérieux ?! Un sourire ravi lui fend le visage dans toute sa largeur. Alors que la jolie blonde s’étouffe dans son verre et renouvelle le nuancier des potentialités du carmin, Xin exulte en prenant l’un des amuse-gueule sur la table basse. Elle vient vraiment de trouver son nouveau passe temps favori !

« D’accord ! Ceci sera modifié, amplifié et répété ! Enfin… vendu au plus offrant ! » La taquine-t-elle en avant de ne faire qu’une bouchée  de la gourmandise salée.


Aussi choupi soit son amie, sa demande lui fend un peu le coeur. Genre elle va vraiment répété des choses fausses... Et puis merde, elle crois vraiment qu’elle va lui nuire ? D’accord, on ne fait jamais pleinement confiance à un Oisillons tout ça. Mais quand même ! Elle a deux sous d’honneur aussi, elle va pas mordre la main qui l’abreuve d’opium… Enfin c’est pas au programme quoi. On peut jamais prévoir les actions des plumeux au final. Aucun n’est jamais totalement réglo au fond. Pour ça qu’il ne se font jamais totalement confiance. Au cas où…

Enfin tout cela pour dire que l’informatrice secoue la tête avec une mine moqueuse, presque vexée et balaie le vide de sa main.

« Naaan t’inquiète »
lance-t-elle en fronçant un peu le nez. «  De toute façon, si je repends des trucs faux ça mets le doute sur toute les autres infos que je peux fournir. »

Elle lève un index malicieux et le pointe vers la demoiselle.

« Et puis, comme j’aime bien remonter les infos à la source, il faudrait que je vérifie que cette rumeur sur toi est vraie... »

La rose regarde la future Princesse de Borée du coin de l’oeil avec un regard qui aurait pu être aguicheur si elle avait été sérieux. Elle finit par éclater de rire et se rallonger sur le sofa à la demande de changement de sujet.

« Mais bien sur ! Attends que je réfléchisse un peu aux dernières nouvelles... »


Elle tapote la commissure de ses lèvres de la pulpe de son index, pensive. Finalement elle dodeline de la tête en fixant les tentures au dessus d’elle. Tant de possibilités qu’elle ne savait laquelle piocher pour offrir une distraction à son amie.

« Tu sais quoi du Prince Compositeur ? Son altesse Elikia Lutyens ? J’aimerai avoir deux trois infos croustillantes sur lui. »


Elle marque un silence, pour écouter une éventuelle réponse de la demoiselle. L’informatrice fait tomber sa tête en arrière pour regarder Maï à l’envers. Avec un mine sérieuse elle lui dévoile ce qu'elle a derrière la tête.

« Et si je te disais que ce cher petit prince mélomane a eu pour vote celui du grand Otton Egidio. Garde ça pour toi, vraiment, j'aime pas dire des choses fausses ou que j'ai pas vérifié au préalable.  Mais pour moi c'est certains qu'il a voter pour lord son élection. »


Elle aurait aimé lui dévoiler quelque chose de cocasse pour rattraper l'embarras de son amie, mais un changement de ton et de sujet radical pouvait éventuellement aider.


« Reste à guetter les prochains évènements pour voir quel a été l'intérêt du Prieur....»


Dernière édition par Xin le Mer 23 Mai - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   Mer 18 Avr - 12:53

Comment ça « il faudrait que je vérifie que cette rumeur sur toi est vraie » ? Je la regarde avec de grands yeux intrigués le temps que l’information se fraye un chemin au milieu de mon cerveau ridiculement lent pour ces trucs-là. Mais comme cette fois je sens clairement qu’elle se fiche de moi, je réussi à ne pas rougir. Tiens, bien fait pour toi, na ! Non mais oh… Je me contente de lever les yeux au ciel en secouant la tête et en soupirant d’un air mi-blasé mi-amusé. Quelque part dans un coin de ma tête, je repousse très très loin l’image de Xin en train de se pencher sur moi pour me faire un bisou histoire de vérifier si j’aime ça ou pas… j’ai même pas frémit ! Quel contrôle ! Quelle maitrise de soi ! Pendant une seconde, je me dis que les câlins et les bisous ne me dérangent pas quand ils viennent des enfants… et qu’ils ne me dérangeraient pas non plus s’ils venaient de ma sœur… et comme cette idée-là me semble encore plus ridicule et impossible que les autres… mon esprit revient à Xin et je me re-concentre sur la conversation.

En plus elle a décidé de me donner quelques informations croustillantes. Il faut toujours bien ouvrir ses oreilles quand elle fait ça, toujours… même si ça a l’air complètement inutile comme info. Xin ne dit jamais rien pour rien, et même ses infos les moins « boum » sont intéressantes à un moment donné. Parfois on se demande pourquoi… mais bon… elle m’a déjà sorti des trucs que j’ai trouvés ridicules… et qui ont fini par m’être utiles des mois plus tard ! Donc bon… quand elle parle, j’écoute et je mémorise. Toujours.

Je hoche silencieusement la tête quand elle me demande si je connais le Prince Compositeur. Bon, je ne le connais pas personnellement, ça c’est certain, mais je sais qui c’est, ce qu’il fait etc… et je l’ai déjà vu. De loin. En attendant la suite, je tartine un morceau de pain pour Xin, et un pour moi, puis je m’installe plus confortablement… et j’écarquille à nouveau les yeux en me figeant au moment où j’ai le pain dans la bouche.

Non, ce n’est pas une information capitale, non, ça ne va pas changer ma vie, non… ça ne va probablement pas me servir à grand-chose, c’est certain… mais putain… quand même ! Je l’ai peut-être vu de loin mais j’en ai vu assez pour avoir une image très nette dans la tête de ce dont il doit avoir l’air quand il est déguisé en femme. J’essaye de garder un air digne pendant un moment, je retire délicatement le pain de ma bouche pour ne pas le lui cracher à la gueule…

Et puis j’éclate de rire en imaginant la pauvre prieuse obligée de trainer un Prince attifé comme une fille et trop ivre pour marcher.

Autant, quelqu’un qui s’habille en fille ça ne me choque pas, c’est drôle mais c’est tout, autant… je sais pas… imagine la gueule des gens autour quand une prieuse se ramène, portant à demi un Prince ivre mort en train de chanter des chansons paillardes en renversant du vin sur sa jolie robe rose ajustée à la taille et rembourrée au niveau de la poitrine avec du linge de maison… Je l’imagine avec du rouge à lèvre qui déborde, du maquillage qui coule et une grosse voix de centaure.

Je sais… mon imagination m’emmène très loin, c’est pas nouveau… tant pis, j’aime ça.

J’essuie les larmes que mon hilarité fait couler sur mes joues.


- J’i… j’imagine tellement bien la scène !

J’ai mal au ventre…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le nid de la pie...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le nid de la pie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Extérieure :: District Domus :: Bars & Tavernes-
Sauter vers: