Partagez
 

 Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyVen 5 Juil - 13:15

L'odeur de sel et de poisson lui frappa le nez. Gabriel haussa les sourcils, en cachant le profond dégoût que les relents du port provoquaient. Il était loin de la fragrance d'antiseptique qu'il humait à l'Apothicariat, ni des humeurs des patients que l'on gardait parfois un peu trop longtemps. Au moins le vent était frais, si on oubliait son parfum chargé. Bon... Gabriel inspira, il déambula parmi la foule, aussi blanc qu'un cul. Cela faisait une semaine et quelques jours qu'il avait croisé Winifred Cooper, et pour une fois qu'il n'avait à faire — comprenez qu'il n'avait ni cours à donner ni patient avec lesquels discuter, et aucune demoiselle à culbuter —, il s'était dit que c'était le bon moment pour vérifier par lui-même si elle prenait soin d'elle. Elle l'avait laissé froidement, plus ou moins vexée par il ne savait quoi ; Gaultier-fils avait mis cela sur la proportion des femmes à changer d'humeur d'un claquement de doigts.

Dans tous les cas, Gabriel Gaultier se dirigea à l'Octo. L'établissement ne fut pas difficile à trouver ; il en entendait déjà parler dans les rues. « Tu me rejoins à l'Octo pour boire ? »

Gabriel se planta devant l'auberge. Il entendait les conversations à l'intérieur, les chants gorgés de bonne humeur. Ce n'était pas du tout son monde, et c'était bruyant. Gabriel s'adossa contre un mur, il inspira, puis il prit un briquet caché dans sa poche. Le crépuscule se déclinait à l'horizon, le ciel se couchait sur le mur dans un drapé de teintes orangées et roses. La lumière se reflétait sur les pierres, les mouettes volaient au-dessus des bâtiments en piaillant, tandis que le bruit des calèches roulant sur le pavé accompagnait le brouhaha ambiant.

Gaultier-fils était habillé d'un pantalon noir, et d'une chemise en coton dont il avait remonté les manches sur ses coudes, en ayant ouvert un premier bouton. Il portait aussi un veston noir ; il semblait clairement à la mauvaise place. Le vent souffla la flamme de son briquet, Gabriel soupira, il essaya à nouveau. Une fois, deux fois. Il fit la moue, puis il se décida à entrer. Ce fut là qu'il le vit.

Au moment où Gabriel releva la tête, il rencontra au bout de la rue « lui ». Ses doigts se crispèrent sur le briquet, sa respiration devint plus lourde. S'il avait un endroit où il ne pensait pas le retrouver, c'était bien ici. C'était comme si le temps s'était suspendu, il eut soudain chaud, avec les battements de son coeur lui frappant les oreilles. Monsieur Armand était au bout de l'Octo, plusieurs mètres les séparaient. Il le fixait, et Gabriel n'osait pas lui renvoyer la pareille. Il avala sa salive, tandis qu'il le surveillait au coin.

C'était un bel homme, qui approchait de la cinquantaine. Le teint enjolivé par le soleil, le cheveu et l'oeil brun. Mâchoire et épaule carrées, une prestance écrasante. Des costumes taillés sur mesure ; il lui suffisait d'être quelque part pour exister pleinement. Banquier de renom, et une voix à faire trembler la terre. Monsieur Armand se contenta de lui sourire, et il tourna les talons vers l'arrière du magasin.

Gabriel respira un grand coup, comme si jusqu'ici, il avait été en apnée. L'air rentra dans ses poumons, il prit plusieurs inspirations jusqu'à retrouver contenance. Il abandonna l'idée d'allumer son briquet, il tira sur le bord de son veston, et il défroissa les plis de sa chemise. Il balaya d'un geste tremblant une mèche de cheveux venue barrer son regard. Bien. Gaultier-fils avait repris son visage lisse, comme si cette rencontre impromptue ne s'était jamais passée. Gabriel poussa la lourde porte, et il rentra dans l'Octo.

Il n'était pas étonné de ce qu'il y trouva, l'ambiance se voulait chaleureuse, et la majorité des gens buvaient entre eux, riant et chantant. Gabriel se dirigea vers le comptoir, où il voyait Winifred discuter avec un client. Sans se manifester, il prit place, en posant les coudes dessus. Il entrelaça ses longs doigts minces, et il attendit qu'elle lui accordât un peu d'attention pour demander :

« Bonjour, Madame Cooper, puis-je avoir le meilleur rhum d'Excelsa ? »
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyVen 5 Juil - 14:32

Il y avait des soirs bien plus festifs que d'autres. Celui-ci en était un de ceux qui étaient pas mal, celui où Yogu, le matelot de la Boubée (bateau de pêche réputé au port), venait de donner naissance à son deuxième enfant. Enfin, comprenez-bien, il ne l'a pas mis au monde avec son vagin, étant donné qu'il n'en avait pas, mais Cathy, sa femme, elle, oui. Mais il était venu fêter ça avec ses petits camarades de classe et l'ambiance était sympa comme tout.
Fidèle à ses habitudes, Winifred n'avait offert le verre de la naissance qu'au bienheureux papa, pas à ses petits copains qui allaient payer leurs conso comme de grands garçons payés à pêcher.

- Un coup de main, m'man, balança le fils prodige.
- Ah elle est bien bonne celle-là, va donc te cuire un oeuf, sale gosse, et va nettoyer là bas, y'a l'gros Roger qui vide son repas sur le sol, avec sa bile.
- Il est pas là M...
- TOI t'y va, ça t'apprendra à me faire des blagues à deux balles, prends ton courage à deux mains et va m'nettoyer ça, sinon je risque d'avoir la main lourde.

Bon, elle était un peu rentrée dans son jeu, elle ne parlait que très rarement à son fiston de la sorte. Tiens, pourquoi on écrit "fils" et "fiston" et pas "filston" ? Les interrogations langagières de Wini étaient classiques et récurrentes. Et alors qu'elle était au bout de son comptoir, à discuter avec un client, elle aperçu du coin de l'oeil le doc', vu y'a quelques jours à peine. Elle lui prêta une oreille moyennement attentive. Il réclama du rhum, le meilleur.

- Elle en a plein, des meilleurs rhum d'Excelsa ! Lâcha un client amusé, y'a qu'ça d'vrai !

Winifred attrapa, de sa main unique, le col de l'Alchimiste - le surnom d'Elise - et lui demanda de servir un bon verre à ce monsieur, "du rhum" précisa t-elle sans en nommer un en particulier. Mais le code était clair, Elise disparu par la porte qui se trouvait derrière le comptoir et revint avec un verre en cristal, servi à un tiers de rhum. Elle le tendit à Wini qui le posa devant le doc.

- Désolée pour le service, mon médecin m'a demandé de me ménager, il a le cœur sur la main vous comprenez, il tient à ses clie... patients. Mes employés se chargent du sale boulot et moi je tape la causette toute la journée et toute la soirée. Ça a ses avantages hein, j'en apprends des ragots sur la ville, j'aurai dû faire ça y'a bien longtemps.

Wini, qui portait ce soir là une robe longue pailletée dorée posa son moignon sur le comptoir, toujours bandé.

- Il va bien. Pas de morale ce soir s'il te plaît, c'est soir de fête.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyVen 5 Juil - 15:44

Gabriel eut un rire discret, soufflé par le nez — comme on dit —, et l'ombre d'un sourire. Il observa Madame Cooper, ses employés, et ses clients, sans lui donner une réponse concrête ; il pensait qu'elle n'en attendait pas de sa part. Au moins, l'Octo l'aiderait à oublier sa mauvaise rencontra, se persuadait-il. Il patienta, jetant de temps en temps des coups d'oeil au moignon bandé de Winifred. Mauvaise habitude. Gabriel lâcha simplement :

« Eh bien... »

Lorsqu'on lui rapporta le « meilleur rhum d'Excelsa », dans un verre un cristal. Là, il était réellement surpris, et cela se traduisit par un autre haussement de sourcil. Il remercia l'employée, qu'il détailla d'ailleurs un peu trop longtemps. Il attrapa le verre, et il le fit tourner entre ses doigts, contemplant le liquide remuer.

« Tant mieux, alors, ce soir je ne travaille pas. »

Concéda le fils Gaultier avec un énième sourire, à Winifred. Il posa un bras sur le comptoir, continuant de jouer avec le verre sans se décider à le boire. Au vu de la qualité du rhum, il n'avait pas envie de tout boire d'un coup, et de se retrouver saoul, aussi. Dans un milieu qu'il connaissait mal, et avec Monsieur Armand dans les parages. D'ailleurs, Gabriel se tourna, vérifiant s'il ne l'avait pas suivi. Mais ce n'était pas le cas ; le monde ne tournait pas autour de sa petite personne. Gabriel plissa sa chemise et son veston. En tout cas, sa population et ses employés étaient hétéroclites, Gabriel se sentait un peu perdu. Ses yeux allaient de chaque visage qu'il avait à sa portée pour revenir sur celui de Winifred.

« Comment allez-vous ? »

L'interrogea-t-il, posé. Il crut reconnaître le fils de Winifred — parce qu'il ressemblait à sa mère — parce qu'il était en train de s'occuper d'un homme avec de l'embonpoint, qui était en train de renifler son vomi. Charmant. Gabriel soupira, il respira l'odeur du rhum, essayant de l'identifier comme il le put. Il en prit alors une gorgée, aussitôt, l'alcool lui brûla gorge et poumon. Il se lécha ensuite les lèvres, déterminant le goût du « meilleur rhum d'Excelsa ». Il prit d'ailleurs quelques couleurs, réchauffé par le rhum. Il remua le verre de nouveau, avant de le reposer. Il se mit à en caresser le rebord avec l'index, dans un geste lent et maîtrisé.

« Surprenant. »

Lâcha-t-il, en se mordant la lèvre inférieure. Son visage n'avait pas bougé d'un cil, il restait aussi lisse et de marbre qu'à son habitude, en dehors des couleurs. Il ne savait pas encore s'il aimait. Pour cela, il devait encore boire une gorgée supplémentaire ; ce qu'il fit d'ailleurs. Il posa le verre sans faire trop de bruit, puis il posa le coude sur la table. Le poing fermé, il y appuya le poing. Tout ce petit monde était en joie ; ce n'était pas désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyLun 8 Juil - 14:28

Une pièce ici, une pièce là, un rendu de monnaie à droite, un coup de coude à gauche... Tout en encaissant la monnaie déposée par certains clients sur le comptoir, Winifred discutaillait avec le docteur qui avait prit place au comptoir et s'était enquérit d'un verre de rhum. Rien qu'à sa couleur elle l'avait identifié mais ne comptait pas influencer le buveur en lui en parlant, il se ferait son propre avis sur la chose, tous les goûts sont dans la nature après tout.
Après une gorgée digne de réchauffer les coeurs les plus froids, il prit des nouvelles de la tenancière. Ce n'était pas inhabituel pour un client qui s'adressait à la marâtre des lieux mais cela surprit un peu Wini. Elle pensait qu'il était venu là, attiré uniquement par le rhum ou la convivialité du quartier mais il semblait poser la question sincèrement alors elle lui fit une réponse des plus sincères en retour, avec sa fougue et son répondant habituel.

- Et bien mon brave docteur, la soirée bat son plein, nous fêtons ici une naissance, celle du fils de ce gars là - dit-elle en désignant le concerné - et ma cave se vide - ajouta t-elle en pointant la porte qui se trouvait derrière elle - , je suppose que tout se déroule de la meilleure des façons, l'argent se masse dans mon coffre et je ne souffre pas. Que demande le peuple ?

En effet, depuis quelques petits jours la douleur avait quitté le moignon de la daronne, c'est cet œdème de mes deux qui avait procuré une telle douleur et avait entaché la bonne humeur habituelle de Winifred. Mais c'était passé. Elle continua bien évidemment à se ménager, comme il lui avait été conseillé, pour une fois qu'elle avait écouté ce qu'on lui avait dit, elle aurait presque mérité une médaille !

- Et vous donc alors ? Vous percez toujours des œdèmes et écoutez des gens se plaindre à longueur de journée ?

Elle attrapa une bouteille sous le comptoir et s'en remplit un fond de verre.

- T'inquiète, jus de pêche, dit-elle avec un large sourire en se léchant les babines avant de continuer. Au final nos professions ne sont pas si éloignées, on guérit les âmes malades, j'avoue qu'en ce qui me concerne ce sont surtout des plaies issues de coupures de verre ou des âmes malades venues se noyer sous le rhum. Mais j'ai déjà eu un accouchement ici aussi tiens. Puis je conseille, je fais aussi beaucoup de prévention, c'est pas le tout de gérer un établissement pareil, il faut aussi que les clients reviennent et si ils meurent tous noyés dans le port ça fait plus grand monde après pour venir festoyer en ces lieux. Bon mais, mes malades à moi, je leur autorise un verre de rhum, en général ça va mieux après.

Elle fit glisser la nouvelle carte des boissons, réécrite ce matin avec amour. En effet, depuis plusieurs semaines elle avait largement le temps de se consacrer à ses mixtures, chose qu'elle avait un peu arrêté de faire par manque de temps, ou mauvaise gestion du temps ? Quoi qu'il en soit, il y avait plein de nouvelles bonnes choses à boire, et pas que du rhum. Bière, whisky, vin, jus...

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyMar 9 Juil - 12:33

« Félicitation à lui. »

Lâcha Gabriel en tendant son verre vers l'homme en question avec un petit sourire au coin. Il le reposa ensuite sur le comptoir sans le boire pour l'instant ; il avait vu que s'il se laissait porter par la gourmandise, il finirait par rouler au sol. Et il n'avait pas envie d'abîmer ses vêtements avec de l'alcool, du vomi, et de la transpiration de marins. Pour autant, il tapotait le verre de l'index, épiant les faits et gestes de Madame Cooper, et de ses employés. Il aimait bien observer les autres, noter leurs petites expressions, écouter leur façon de s'exprimer.

Lorsque Winifrid lui retourna la question, le jeune homme se contenta d'un léger rire, étouffé dans le bruit ambiant.

« Oui, mais mon travail ne s'arrête - heureusement - pas là. Je suis aussi professeur pour les premières années. »

Précisa-t-il. Habituellement, lorsque Gaultier-fils lâchait cette information, on faisait des faces étonnées. Puis, il se prenait les remarques sur son âge. Bien sûr, il n'était pas si vieux, mais il avait plus le physique de ses étudiants que celui du praticien cynique, qui se promenait dans les couloirs avec une canne. Comme si l'âge donnait une autre valeur, et polissait le respect. Quel ennui.

L'avantage, c'était que les élèves se sentaient proches de lui, parce que certains avaient plus l'impression de parler à un ami légèrement plus âgé qu'à un professeur. Et puis, il ne voyait pas en quoi cela était un problème de se servir d'eux pour ses expériences en médecine de l'âme. Avec quelques mots, il pouvait influencer leur parcours.

Froncement de sourcil, lorsque Madame Cooper attrapa la bouteille, mais Gabriel se contenta de rester silencieux. Il s'amusait à redessiner le rebord de son verre, plongeant tantôt son regard dedans, tantôt dans les iris d'ébène de Winifred. C'était une femme sympathique, songea-t-il d'ailleurs. Gabriel chassa une mèche blonde venue barrer son regard, et il se contenta de répondre :

« Je pense que c'est pour cela qu'ils reviennent, un conseil avec du bon rhum, c'est suffisant pour avoir envie de revenir. Vous avez un endroit chaleureux. »

Précisa-t-il en contemplant la couleur de son rhum. Il observait maintenant la blancheur de sa main en contraste sur le comptoir de Winifred, puis il glissa ses doigts jusqu'au verre. Gabriel reprit une gorgée, plus longue, et il frissonna juste en sentant l'alcool traverser sa gorge. Gabriel attrapa la carte que Winifred avait fait glisser, il y jeta un oeil, avec un air très studieux. Là, on aurait dit qu'il était en train de lire un livre de cours, dans l'optique de prendre des notes. Mais c'était bien le nom des alcools qu'il était en train de regarder, même s'il comptait ne pas commander tout de suite. Il prenait son temps, il avait toute la soirée. Un luxe qu'il s'offrait que trop peu.
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyMer 17 Juil - 11:35

Ah bah voilà, tout trouvait une explication. Wini se souvient bien de l'école, quand elle était gamine, avec ces instituteurs et institutrices de la vieille école. Oh à Excelsa ils n'étaient pas tyranniques, pas autant que ceux d'autres histoires autour de l'éducation qu'elle avait pu entendre lors de ses diverses pérégrinations mondaines, mais ils restaient des enseignants. Et les enseignants NE-SONT-PAS-DROLES. Non mais c'est vrai, vous en connaissez, vous, des profs qui se bidonnent avec leurs élèves ? Pas des masses, hein. Ou ils rigolent de la stupidité des élèves, des pépites qu'ils peuvent écrire dans leurs copies. Ils rigolent aussi d'une situation malaisante qu'ils vivent AVEC les élèves, comme le prof qui se prend les pieds dans un meuble et qui chute, une question stupide à laquelle on venait de répondre 18 secondes plus tôt, mais c'est tout. Sinon, les profs, ils ne rigolent pas. Elle acquiesça avec un sourire en coin, ce sourire qui la qualifiait si bien.

- Premières années de quoi, du coup ? D'une médecine générale ? Ou vous avez d'autres spécialités ? Parce que j'ai cru comprendre que vous étiez un peu... touche à tout ?

Winifred avait le temps de rentrer plus en profondeur dans la conversation que ce qu'elle n'aurait fait il y a quelques mois. Là, techniquement, elle avait plus de temps, dispensée de faire le service. Surtout là tout de suite avec lui. C'est lui qui allait veiller pendant quelques minutes à ce qu'elle n'aille pas se mettre à jongler avec des assiettes. Bon, jusqu'à là elle s'était à peu près tenue à la règles imposée par le doc, mais bon, le moignon avait intérêt à vite se remettre au top de la forme pour qu'elle puisse reprendre.

Elle observa le jeune homme qui lui même observait sa carte. Elle pouvait parler pendant des heures de ses petites mixtures, mais est-ce que ça intéresserait le doc ? Mais... qu'est-ce qu'elle en avait à foutre qu'on veuille l'écouter ou pas, elle parlerait quand même.

- Le tabor, dit-elle en pointant du doigt sur la carte l'un des rhums, il est né d'une erreur. Initialement je voulais essayer une recette salée, menthe, tomate, rhum, sel. Évidemment, dans la rapidité du moment j'ai mis du sucre de dattes. Bon, ça fonctionne, le sucre et le rhum on le sait, mais tant qu'à y être j'ai foutu du miel. Mais pas n'importe quel miel, c'est du miel de... café. Eh oui, c'est assez rare. Les teintes de dattes et de café font de ce mélange un délice qui est l'un des produits que je vends le plus. Et puis j'ai aussi le...

- Wini !

- Hum ? Dit-elle d'un ton interrogateur en se retournant, puis elle eut une tête effarée en voyant Caroni. Que faisait-il en bas, il ne descendait jamais. Il avait juste la tête qui dépassait de l’entrebâillement de la porte à l'arrière du comptoir.  

La propriétaire des lieux pris congé du doc un instant et se glissa dans l'arrière salle.

- Un problème ?

- Ouais, on à un malaise là haut. Pas comme d'hab' j'sais pas trop ce qu'il se passe.  

- Millenium a essayé de le réveiller avec le truc ?

Wini parlait ici d'une petite décoction de plantes qui faisait son effet. Les malaises les plus fréquents à l'étage étaient dû soit à une prise d'alcool trop abondante, mais visiblement c'était pas ça, soit à une trop grosse prise d'opium mais là encore Caroni fit non de la tête, ou bien une douleur trop vive due à... des pratiques sexuelles qui sont propres à chacun. Mais visiblement, la décoction n'avait pas fait ses miracles habituels.

- Putain, pas un macchabée sur les bras s'il vous plaî...

Elle était en train de monter les premières marches qui allaient de l'arrière salle du comptoir, où se trouvait des stocks de boissons et qui menait à une petite porte cachée du premier étage. Le passage était réservé exclusivement à Wini et son équipe, les clients de l'étage n'y avaient pas accès. Puis là, elle eut un élan de lucidité. Elle grimpa les marches 4 à 4 pour aller voir ce qu'il se passait.

Un homme était allongé dans la chambre rouge, cul-nu, sur le lit, les bras tombant sur le sol. Face contre les draps, il bavait à moitié et faisait des sons étranges. Millenium était debout, à côté, les bras croisés.

- Je l'avais prévenu que ça pouvait faire mal, mais il a payé super cher pour se le tenter, Wini.

- Ok ma belle, je gère.

Hop, demi tour, elle regagna la salle du comptoir et attrapa le doc par le bras pour le tirer dans l'arrière salle.

- Pas. Un. Mot sur ce que vous allez voir. On a besoin de vous là haut. Suivez-moi, dit-elle sans demander son avis au doc en montant encore les marches. Bon, le cardio de Wini était à revoir depuis qu'elle bougeait moins et elle avait du mal avec les dernières marches, mais elle pénétra dans la salle principale et fila à nouveau dans la chambre rouge.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyMer 17 Juil - 12:53

« Les premières années sont toujours générales, la spécialisation vient après. Me concernant, je suis en train d'élaborer ma thèse sur une nouvelle spécialité. »

Gabriel se doutait que Winifred n'allait pas être passionnée par la médecine de l'âme, ou cervologie. Bien des médecins trouvaient cette nouvelle science inutile, quand d'autres étaient intrigués. Une fois qu'il en aurait prouvé les biens faits, ce serait bien différent. Pour l'instant, le jeune homme menait ses travaux de bon train. Il voulait impacter l'avenir de l'Apothicariat avec ce nouveau domaine ; il avait plan bien élaboré. Dans tous les cas, il ne lâcha pas plus d'informations, car voilà que Madame Cooper repartait dans ses monologues. Avec politesse, il l'écouta d'une bonne oreille. Le sucre n'était pas son fort, il préférait l'amertume, mais... pourquoi pas ? Il n'aimait pas réellement les choses, il ne les détestait pas vraiment non plus.

Gabriel reprit une gorgée de rhum ambré, sentant son estomac remuer un peu. Madame Cooper fut appelée, et il regarda l'homme qui avait interrompu leur conversation. Il posa les coudes sur la table, et il apprécia ce petit moment de solitude. Il écoutait les conversations, il promenait son regard sur les visages rougis de chaleur et d'alcool, empestant la bonne humeur. Il alla terminer son verre, lorsque Winifred lui attrapa le bras. Froncement de sourcil, Gabriel fut quelque peu surpris, mais au visage qu'elle affichait, c'était grave. Son premier réflexe fut de poser ses yeux sur son moignon, mais elle l'embarquait loin des marins.

« Eh bien... »

Souffla-t-il. Gabriel admettait qu'il n'était jamais vraiment en repos ni en vacance. Il monta les escaliers derrière Madame Cooper ; le bruit de l'auberge s'éloignait déjà. Il la suivit jusqu'à une salle, où il constata qu'un autre type de clients jouaient à autre chose qu'aux fléchettes. Pas de jugement, il salua la Maîtresse, et il avisa du bonhomme. Bon... cela ferait toujours une histoire amusante, lorsqu'il serait un vieux professeur chiant, incapable de la lever, songea-t-il.

Gabriel remua les épaules, il remonta les manches de sa chemise sur ses coudes, et il défit le premier bouton, histoire d'être plus à l'aise. Il se rapprocha du malheureux, et il avisa son état. Bave au bord des lèvres, marques de strangulation.

« Ne doit-on pas convenir d'un mot d'alerte avant de jouer ? Interrogea Gabriel en attrapant l'homme par les épaules. Pour éviter de dépasser ses limites, et de finir dans cet état ? »

Ce n'était pas un reproche, mais une vraie question. Gabriel retourna l'homme sur le dos, il se pencha sur lui, et il vérifia qu'il respirait ; c'était faible. Il soupira, puis il posa une main sous le menton, l'autre sur le front, après avoir vérifié qu'il n'était pas attaché - si c'était le cas, il se contenta de défaire les liens. Il lui ouvrit aussi la mâchoire, afin de libérer les voies respiratoires de la bave qui aurait pu s'accumuler au fond. Il le mit ensuite sur le côté, attentif à la respiration du pauvre soumis.

Gabriel haussa un sourcil blasé.

Bon. Il n'avait pas envie d'en venir jusque là.

« Pouvez-vous m'aider à le mettre au sol, s'il vous plait ? »

Mais genre... vraiment pas du tout.

Il en avait des frissons de dégoût juste à cette pensée.

Une fois que le malheureux fut au sol, Gabriel se mit à califourchon sur lui, sans pour autant l'écraser de son poids. À nouveau, une main sous le menton, l'autre le front, afin de lui faire basculer la tête en arrière. Le jeune homme colla ensuite sa bouche sur celle de l'inconscient, et il prit une grosse inspiration par le nez. Il recommença l'opération, attendant à chaque fois dix secondes pour recommencer. Il sut que c'était bon, lorsque son patient lui offrit un superbe relent qui se logea au fond de sa gorge. Sa poitrine recommençait à se soulever.

Là, Gabriel avait besoin de beaucoup d'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 18 Juil - 11:04

Il avait fait marrer Wini avec son histoire de mot d'alerte. C'était valable dans quelques cas mais des fois quand on est plus tout jeune ou dans l'excitation, c'est pas toujours utile. Tu penses à autre chose que balancer le mot "CIRCONFLEXE" ou "CUCURBITACÉE". Parce que les limites, tu veux toujours les repousser, tu es sûre que tu es un Dieu du sexe ou un super héros qui résiste à tout. Mais Wini en avait vu d'autres dans sa vie des gars qui trépassaient (enfin, ils mourraient pas heureusement, mais le coeur il avait un peu du mal à suivre). Des petites palpitations en passant par l'arrêt cardiaque, ces choses arrivaient fréquemment et ils ne le sentaient pas toujours venir. Mais oui, des fois, ils faisaient le truc du mot d'alerte ou un équivalent, juste un "stop".

Oh mais ça, ça n'avait pas autant fait rire la tenancière que ce moment où elle avait louché sur la mine dépité du doc à l'idée d'y foutre sa bouche sur l'autre bouche. C'est rigolo, Wini savait très bien ce que ce monsieur avait fait de sa bouche quelques minutes plus tôt et elle ricana intérieurement. Ceci dit, elle restait un peu à l'écart pour ne pas gêner l'action, les bras croisés comme ceux de Millenium qui restait elle aussi attentive.

Ah... oh... ah bah voilà, les risques du métier. Un peu crado cette scène. Le doc avait eu un mouvement de recul assez... wow. Et le malade qui se mettait à... avoir une érection, comme quoi le sang circulait tout bien partout maintenant. Winifred conseilla vivement au médecin de se relever avant que ça ne parte en cacahuète alors pour la deuxième fois de la journée elle l'attrapa par le bras pour le soulever. Faut dire que la mama avait de la poigne et le petit doc était une brindille à côté.

Fort heureusement, elle avait vite réagit parce que le malheureux au sol, cul nul, se mit à baver et suffoquer en se mettant à 4 pattes pour se remettre de ses émotions.
Wini se mit accroupi à côté du pauvre homme, elle lui caressa frénétiquement le dos pour l'aider à remuer tout ça.

- Bah alors Vilouse, on tient plus aussi bien qu'avant ? Heureusement qu'on avait un doc dans les parages, hein. Je t'offre tes consos pour ta prochaine venue, j'aurai bien dit aujourd'hui mais je doute que ce soit hyper recommandé là. Le mieux c'est que tu rentres chez toi, tu veux que je te raccompagne ?

- Je peux y aller Wini, c'est l'heure pour moi de filer de toutes façon, dit Millenium avec toute sa gentillesse.

Wini en était surprise d'ailleurs, c'était pas trop le genre de Millenium de se soucier à ce point des gens. Mais m'enfin, pourquoi pas.

- Et bien, si tu te proposes, je t'en prie. Si t'as besoin d'un coup de main pour les escaliers Don sera ravi de t'aider.

Don se trouvait dans le sas d'accueil, il pourrait bien la dépanner. L'homme accepta, il remit ses affaires sur son corps nu avant de se faire escorter dehors. Winifred lui prodigua quelques derniers conseils comme aller voir un doc rapidement. Elle n'allait pas demander à celui présent de s'en occuper maintenant, techniquement il ne bossait pas.

Elle se tourna vers lui.

- Un p'tit verre doc ? Pour vous remettre de vos émotions ? Et je vous fait faire le tour du propriétaire si vous le souhaitez, nous sommes mieux ici qu'en bas.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 18 Juil - 13:17

Quelqu'un de plus émotif que lui aurait fini par vomir lui-même, ou aurait poussé un cri. Mais il n'en était rien, si ce n'était son mouvement de recul, tenant du réflexe. Gabriel avait un tel besoin de contrôle que ses émotions ne prenaient jamais le pas ; il n'était absolument pas spontané. Il se redressa, il avisa l'érection du monsieur, sans commenter. Oui, dans quelques années, lorsque sa jeunesse et sa beauté l'auront quitté, il pourrait raconter ses histoires. Peut-être en rirait-il lui-même. Il porta la main à sa bouche, en songeant à toutes les bactéries qu'il avait pu échanger avec le bonhomme. Il écoutait la conversation d'une oreille, attentif, toujours ; ne pas relâcher sa vigilance. Vraiment, le contact des hommes était terrible. Depuis que...

Non. Ne pas se souvenir. Douleur romantique et ridicule, peur inutile.

Gabriel eut un léger soupir, et il observa les trois autres individus. La Maîtresse, à qui il se contenta d'un sourire poli et angélique. Puis à son client. Malgré tout, Gabriel lui donna quelques conseils. Comme s'allonger s'il était pris de vertiges, d'éviter l'alcool dans les prochaines heures, et de vérifier l'état de sa gorge. Il ajouta d'ailleurs :

« Faîtes attention, la strangulation est dangereuse en partie aussi... parce qu'elle peut atteindre le cerveau. Le priver d'oxygène peut avoir des conséquences terribles. »

Et le jeune homme trouvait que l'orgasme n'en valait pas la peine, si c'était pour finir débile. Il se garda de le dire, il termina de donner ses conseils préventifs. Le jeune homme passa une main dans ses cheveux, il vérifia l'état de sa chemise et de son veston, chassant d'une main ferme les plis qui auraient eu l'outrecuidance de venir plisser ses vêtements. Il sourit ensuite à Winifred :

« Maintenant que vous le dîtes, je suis curieux. »

Il se demandait aussi quel genre de clientèles Winifred gardait à l'étage, en dehors de ceux qui avaient un penchant pour la soumission et le masochisme. Il se contenta de lever la main :

« Cependant, j'ai besoin pour l'instant d'emprunter vos toilettes. »

Gabriel avait besoin de se désinfecter la bouche, même s'il devait utiliser de l'acide, qu'importe ! Là, il devait oublier cette sensation. Plus tard avec de l'alcool, ou ce qu'il ne savait quoi. Il remit les mains derrière le dos, suivant Winifred d'un pas mesuré. Il promenait du regard ce qu'il avait à sa portée, parfaitement à l'aise, curieusement. Tant qu'il ne le recroiserait pas, tout irait bien.

« Votre carte d'alcool est-elle similaire à celle d'en bas ? L'interrogea Gaultier-fils sans se dépareiller de sa face de craie, et de sa voix douce.
Ou bien vos clients préfèrent autre chose ? »

Et Gabriel ne mentionnait pas les pratiques de sado-masochisme, il n'y avait pas de réels sous-entendus dans sa question. Qu'est-ce qu'il y avait de différent en ce lieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 18 Juil - 18:00

Winifred accompagna le doc jusqu'à l'une des trois salles d'eau que comptait cet étage. Eh oui, l'hygiène c'était quelque chose de très important, aussi bien pour elle, pour ses employés et ses clients et trois salles était la limite, après c'était une question de manque de place.
La tenancière ne répondit pas tout de suite à la question de Gabriel, elle allait déjà le laisser se faire une petite toilette. Elle lui ouvrit donc la porte pour le laisser pénétrer dans la salle de bain qui contenait tout ce dont il aurait besoin : des petits savons individuels emballés dans des petits papiers dorés, des serviettes noires empilées, propres, un lavabo, une douche/baignoire, des brosses à dents propres, de quoi se laver les chicots... que demander d'autre ?

En attendant qu'il ressorte de là Winifred alla rejoindre les autres clients pour prendre de leurs nouvelles et faire la conversation comme elle aimait si bien le faire. On la flattait, lui donnait de l'argent, on buvait et on fumait, il y avait pire comme endroit.

"Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal,
Et ces yeux, où plus rien ne reste d'animal
Que juste assez pour dire : " assez " aux fureurs mâles.

Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
Même quand elle ment, cette voix ! Matinal
Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !...

Hommes durs ! Vie atroce et laide d'ici-bas !
Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

Quelque chose du coeur enfantin et subtil,
Bonté, respect ! Car, qu'est-ce qui nous accompagne
Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?
"

Ah, lui, cet homme qui se délectait de sortir des poèmes à tout bout de champs. C'était un ponte de la littérature de ce monde, ils n'étaient pas nombreux. Et quand bien même la poésie barbait Winifred au plus haut point, préférant les lectures d'enquêtes et histoires mystérieuses, elle se complaisait de l'avoir dans son établissement, il faisait la cour à tout le monde et vidait ses poches de cette monnaie dorée qu'elle aimait tant.

Pour son élocution elle lui offrit de remettre à niveau son verre. Puis elle entendit derrière elle que le doc en avait fini avec la salle d'eau.

- La carte n'est pas la même qu'ici, bien deviné. Enfin, ce qui est ici est aussi en bas, mais vous y trouverez plus de choix. Je vous laisse y jeter un oeil.

Opthimus qui se trouvait là lui apporta une carte avec son sourire le plus charmeur avant de lui passer un doigt dans la nuque en repartant s'assoir dans un lourd fauteuil rouge vif pour converser avec sa voisine.

- Qu'est-ce qui te ferait plaisir ? lui demanda t-elle en lui indiquant d'un geste de la main de venir s'assoir à côté d'elle dans un canapé près d'une fenêtre qui donnait sur les rues arrières.

Ils n'étaient pas embêtés par les vapeurs du fumoir qui se trouvait dans une autre pièce, ici c'était la salle des conversations, où généralement les invités et les employés faisaient connaissance avant de s'adonner à quelques plaisir dans une autre pièce dédiée.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 18 Juil - 18:30

Gabriel ne se fit pas prier deux fois. Son père lui disait souvent qu'il passait plus de temps dans une salle de bain que n'importe quelle femme. Ici, il ne pourrait pas le contredire, mais il avait besoin de reprendre contenance. Il se lava le visage, au moins six fois la bouche jusqu'à rendre son haleine légèrement acide et mentholée. Il ne supportait vraiment pas ce genre de contact, d'autant plus que le bonus lui donnait un souvenir désagréable. Dans tous les cas, il se lava la figure, encore et encore, rinçant sa bouche ; il s'assécha les lèvres par la même occasion. Sa main tremblait, mais au bout d'un moment, Gaultier-fils reprit son calme habituel et son visage lisse. Il s'essuya, il remit correctement ses cheveux blonds en ordre, et il donna un coup d'oeil blasé à son reflet. Il en avait les joues rouges, et cela ne faisait que le rajeunir. Ce n'était pas une nouvelle discipline en médecine qu'il allait inventer, mais une lotion efficace pour faire pousser une barbe correcte — il avait essayé la technique de se raser la peau nue tous les jours pendant six mois, et il n'en avait récolté que des irritations.

Le jeune homme sortit de la salle de bain, et il accorda à Winifred un sourire poli, frais et poupin comme un enfant ayant pris un vent de nature. De nouveau, il observa autour de lui, puis il raccrocha son attention à Madame Cooper. Il remercia le... serveur ? Le garçon d'une voix posée, avant de sentir un frisson dans sa nuque au contact de son doigt. Gabriel le suivit des yeux, avant de se concentrer sur la carte. Il passa ensuite la main dans son cou, il remua une épaule, et il prit place près de Madame Cooper. Il croisa les jambes, son index parcourait la carte avec la même habilité que lorsqu'il jouait avec un scalpel. Il trouvait cela fort amusant la manière dont Madame Cooper passait du vouvoiement au tutoiement ; c'était sans doute à cause de son âge. Gabriel lui rendit la carte, et il lui dit :

« Je vous laisse choisir, vous vous y connaissez mieux que moi. Je suis certain que vous saurez trouver quelque chose à ma convenance. »

Une façon de lui montrer que Gabriel lui faisait confiance, et qu'il se sentait à l'aise. Enfin...

Le jeune homme joint les mains sur ses cuisses, il releva un peu le menton, et il repartit dans son observation de ce qu'il avait à porter de lui. C'était le genre d'endroit qu'il aimait. Il passa sa langue sur sa lèvre supérieure, puis il interrogea la propriétaire des lieux :

« C'est très différent de l'auberge que vous tenez en bas, et vous y sélectionnez les clients, non ? À quoi ressemblent-ils la plupart du temps, et sur quels critères peuvent-ils entrer ? »

Gabriel posa le coude sur l'accoudoir, il ferma le poing, et il l'enfonça contre sa mâchoire.

« Si ma curiosité vous devient déplaisante, n'hésitez pas à me le dire. »
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 25 Juil - 12:53

- Votre curiosité va vous amener à devoir m'écouter une nouvelle fois déblatérer des paroles à la pelle, docteur, je ne sais pas si vous en êtes friand, j'ai bien vu que parfois ça vous emmerdait ou que vous n'écoutiez que d'une oreille.

Elle alla derrière le comptoir qui se trouvait à même pas deux mètres de là où ils étaient installés et en ramena une bouteille ainsi que deux verres. Elle les remplit sur la tablette devant le doc et lui tendit le sien. Du whisky, pour changer. Un chartreux, un de ses meilleurs. Si d'ordinaire il était accompagné d'une pince de crabe, Winifred n'avait pas le courage de se refaire un aller-retour jusqu'en bas pour une pince. Pourtant, elles étaient fraîches de ce midi, la pêche était régulière et elle était très bien située pour se faire ravitailler relativement régulièrement.

Elle posa son séant dans un lourd fauteuil à côté du doc avant de se lancer dans son monologue.

- Le lieu est composé de deux grandes parties comme tu l'auras remarqué. D'ailleurs, tu l'as bien compris, tout le monde n'est pas à même de venir fouler cette partie. Nous allons faire un pacte tous les deux, je t'invite à ne parler de ce lieu à personne. Personne si ce n'est les personnes que tu auras croisé ici, ne fais pas des suppositions tout seul de "tiens, lui je pense qu'il connait", non, jamais. Je tiens ce lieu depuis tant d'années et depuis tant d'années le secret est resté. Si tu fais la moindre erreur, la moindre faute je le saurais. Et c'est un coup, pour toi, à avoir des regrets.

Elle attrapa son verre sans en boire la moindre gorgée. Elle le porta à son museau pour en sentir les effluves et le posa sur la poitrine tout en le maintenant fermement d'une main.

- Toutefois, même si j'aime mettre en garde, je t'informe qu'à présent tu es le bienvenu, et pas seulement parce que tu es arrivé là car nous avions besoin de toi. Je pense que tu peux t'y plaire et plaire, te délecter de bons breuvages et te remplir la panse comme il se doit tout en gardant le silence.

Elle fit glisser le verre jusqu'à ses lèvres. Mais ne bu pas.

- Cette partie est réservée à une certaine élite. Les gens de pouvoir, les gens riches, les gens qui ont du bagou, les amis, les grands habitués. Bon, je ne parle pas de mes petits marins habitués à venir ici depuis plus de 35 ans, mais tu m'auras compris. J'aime le peuple. J'aime les "petites gens" comme certains aiment à dire, mais j'aime aussi ceux de la haute. Comment combiner les deux sans que les uns ne se sentent gênés par la présence des autres ? Ce lieu. Tout le monde y trouve son compte. Il n'y a pas d'abus tarifaire, mes employés sont là par plaisir et par envie, mes produits sont de très bonne qualité et mon établissement est à la limite de l'irréprochable.

Winifred reposa son verre et se passa la langue sur les lèvres, imbibées de whisky. Solution idéale pour ne pas se faire prendre à boire par gorgées. Et puis, ce n'était pas l'heure du whisky pour elle, c'était surtout pour accompagner le doc.

- Est-ce le genre d'établissement que tu peux fréquenter ? Ce n'est pas évident de lire en toi, mais tu dois t'en douter. Tu cultives un certain genre de mystère.


_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 25 Juil - 15:54

« Mais j'écoute toujours. »

Lui lâcha le jeune homme, avec un sourire au coin. Il observa ensuite Madame Cooper se lever, et lui servir un Whiksy. Il fronça les sourcils en constatant qu'elle s'était pris aussi un verre, et il comptait déjà lui demander de faire attention, s'il la voyait boire plus que de mesure. Il posa un coude sur l'accoudoir du fauteuil, il la remercia pour le verre, et il en huma le parfum. Il ne but pas tout de suite, sachant que son estomac était déjà en train de travailler sur le rhum, ingurgité plus tôt. Gabriel n'était pas du genre à se laisser aller à l'ivresse. Il attendait. D'autant plus qu'il avait son temps, et que cela lui était fort agréable.

Les jambes croisées, Gaultier-fils écoutait Madame Cooper, tout en détaillant les personnes ici. Cela lui ressemblait déjà plus que les marins, en train de rouler sous la table, parce que l'un de leurs compagnons venait d'être papa. Quand Winifred lui fit son petit lot de menaces, Gabriel se contenta de répliquer :

« Je suis naturellement silencieux. Ne vous en faites pas. »

Si elle avait seulement connaissance de ce qu'il entendait parfois, de la bouche de ses patients. Choses qu'il conservait sans jamais en parler. Enfin, Gabriel ne se dévoilait pas ; si jamais on lui demandait ce qu'il avait fait de sa soirée, il résumerait son expérience de l'Octo par « je suis sorti prendre un verre, et je me suis amusé ». Si on lui quémandait des précisions, il se contenterait d'un sourire, et d'ajouter qu'il avait bien des façons de s'amuser.

« Je suis flatté. »

Fit-il à Madame Cooper, lorsqu'elle spécifia qu'il était le bienvenu. Cela lui faisait un nouveau lieu où se détendre, lors de ses errances, lors de ses besoins. Passer quelques heures à boire, et à converser lui allait. Pour le reste, il était curieux, mais il n'était pas pressé. Le temps était un luxe qu'il se donnait parfois. Tant qu'il ne recroisait pas Monsieur Armand, il pouvait rester ici.

Madame Cooper devait avoir son lot d'informations, songea-t-il à l'entendre. Après tout, les gens se détendaient plus facilement, lorsqu'ils avaient bu. D'ailleurs, Gabriel goûta une gorgée de Whisky. Fort. Toutefois, aucune expression sur son visage, car comme elle venait de le signifier, il n'était pas facile à lire. Il se lécha les lèvres, récoltant quelques gouttes d'alcool. Il fit un petit « hum », sans répondre de suite.

« Le mystère, mh ? Habituellement, mon entourage me qualifie de lisse et sans saveur. »

Petit aveu, Madame Cooper pouvait faire ce qu'elle voulait de cette information. Gabriel promener ses longs doigts fins sur le verre, amusé.

« Mais si vous voulez en savoir plus sur mon « genre de mystère », vous pouvez me poser des questions. Quant à savoir si je suis en mesure de fréquenter cet endroit, ne vous inquiétez pas ; j'ai plus d'épaule qu'on ne le croit. »

Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

Winifred Cooper

Messages : 465
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 472
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 25 Juil - 16:32

Lisse et sans saveur n'étaient pas les termes que Winifred Cooper aurait utilisé pour parler du doc. Elle en fréquentait beaucoup des gens qui étaient de la haute ou bien précieux, des discrets, des exubérants. Elle savait que sous tous les habits se cachait un moine avec des choses à dire, à raconter et qui avait vu des choses. Les gens ennuyeux ne fréquentaient pas son établissement, elle s'en félicitait d'ailleurs. Ici, il n'y avait que des gens ouverts d'esprit, même ceux qui se cachaient sous ce fameux air mystérieux.
L'autoriser à poser des questions était un jeu dangeureux parce qu'elle n'aimait pas se voir offrir ce droit si c'était pour se voir offrir en retour des "oui" "non" "peut-être". Ce que la propriétaire des lieux aimait c'était les détails.

- Par ma question je ne demandais pas si vous aviez les épaules pour passer du temps dans un lieu pareil mais bien si vous appréciez et si c'était votre genre. Tous les médecins que je connais ou que j'ai connu ne fréquentent pas particulièrement les bars à alcools, drogue et aux plaisirs du corps. Vous pourriez être tombé là parce que je vous ai fait monter sans toutefois apprécier ce genre d'établissement.

Elle était retombée dans le vouvoiement, c'était bizarre de passer de l'un à l'autre, elle s'en étonnait parfois elle-même, mais après tout, elle était comme ça et les gens avec qui elle avait l'habitude de passer un temps à boire un petit verre s'en contentaient.

- Là comme ça, j'ai envie de vous demander si vous appréciez ce petit verre, qui, dans votre ligne de mire serait votre genre, car j'adore connaître les préférences physiques des uns et des autres, on en apprend beaucoup comme ça, avant même de creuser...

La maîtresse des lieux fut interrompue par un homme qui venait de faire irruption au 2e étage. Il s'approcha de Wini, lui fit un baise-main avant de disparaître pour vaquer à ses occupations. Un habitué.

- Avant même de creuser sur ce qu'ils ont dans la tête, ajouta t-elle. Et est-ce que tu es déjà allé dans un lieu pareil ? Que pensez-vous de celui-ci ? Les avis du plus grand nombre est ce qui est le plus important pour moi.

Winifred se libéra de ses chaussures pour rabattre ses pieds sur le côté, à moitié sous ses fesses et posa sa tête dans sa main, coudes sur l'accoudoir, prête à écouter la réponse du doc. En espérant que cette fois il allait aligner plus de deux phrases.

- Oh et je vous ai parlé de "drogue", ici il n'y a que de l'opium, je sais que c'est quelque chose qui est utilisé aussi dans votre branche, c'est ton cas ?

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) EmptyJeu 25 Juil - 17:12

« Oh. »

Gabreil leva les yeux sur le plafond, l’index sur ses lèvres. Bien sûr, il pouvait s’amuser à faire tourner Madame Cooper en bourrique, et lui servir des réponses toutes faîtes qu’on attendrait d’un jeune homme bien élevé. La vérité, c’était qu’il n’en savait rien pour le moment. Là, il appréciait la pièce dans laquelle tous les deux se trouvaient, parce qu’elle lui apportait un plaisir immédiat : l’alcool, le luxe, et une conversation intéressante. Il s’épanchait d’un certain calme, d’une volupté harmonieuse.

« Il existe peu d’endroits où je me sens mal à l’aise, réponse sincère. Quoique je me plais plus à cet étage qu’en bas. Pour le reste, je n’ai essayé que votre Whisky, donc je ne peux pas me prononcer. Il est bon, d’ailleurs, pour répondre à votre inquiétude, mais je sens qu’il peut vite me monter à la tête. »

C’était pour cela que Gaultier-fils avait le bon sens de ne pas le boire cul sec, non seulement son foie allait se tordre, et il ne voulait pas perdre la maîtrise de lui-même. Il laissa le bonhomme lui embrasser la main, sans commenter, et il le suivit des yeux jusqu’à ce qu’il sorte de son champ de vision. Il plissa son veston d’un geste léger, et il continua de détailler ce qu’il avait à sa portée. Le siège était confortable ; il avait juste un peu chaud.

« Non, je ne suis jamais allé dans un endroit similaire, je n’ai jamais été invité, lui confia-t-il en tapotant son index sur le verre. Votre décoration, et votre accueil sont agréables. »

Précisa-t-il, car comme Gabriel l’avait déjà mentionné, il n’avait pas encore assez d’éléments pour se faire un avis. Il battit des paupières, puis il eut un sourire soufflé par le nez ; toujours discret.

« Oui. La morphine est souvent utilisée, elle permet — entre autres — d’atténuer une douleur, et d’apaiser. »

Le cerveau humain était fascinant, il pouvait se retrouver altéré avec biens des manières. Gabriel garda cela pour lui ; il ne pensait pas que ses théories scientifiques allaient passionner Winifred. Il réservait ce genre de conversations à ses collègues les plus proches.

« Et concernant mes goûts... commença-t-il en regardant chaque personne qu’il y avait dans la pièce. Mes aventures sont nombreuses et diverses. J’évite seulement de me lier sur le long terme ; le romantisme, l’amour transi ne sont pas des choses qui m’intéressent. Un ennui, tout au plus. De l’agacement dans le pire des cas. »

Son père lui rappelait souvent que le mariage viendrait lorsque sa jeunesse commencera à tarir. S’il avait des conquêtes qu’il aimait revoir, il se contentait de leur donner un jour de la semaine ; juste du sexe, pas plus. S’il s’apercevait que des sentiments naissaient, Gabriel prenait la fuite comme tout homme responsable. Cependant, il était clair dès le début ; pas de sentiments, juste de la passion.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty
MessageSujet: Re: Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)   Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Viens boire un p'tit coup à la maison, il y a du pain et du saucisson (Pv : Wini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Havre. La Maison des arts du récit.
» Masque de saison à la fraise : effet coup de fouet pour peau terne
» La mondialisation vaut-elle le coup ?
» Coup de tapette !!!
» projet maison d edition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Extérieure :: District Portuaire :: L'Octo-
Sauter vers: