Partagez
 

 Cher Prince Prieur [PV : Otton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyMer 26 Juin - 17:29

Il y avait certains passages humiliants de sa vie, dont Gabriel aurait aimé avoir eu son mot à dire. Non content de s'être pris un coup de poing dans le nez, par un béotien microcéphale, il avait fallu que sa mère intervienne. Il ne savait pas exactement comment, Maman-Gaultier avait entendu parler de l'histoire. Gabriel ne ressentait aucun amour, encore moins pour ses parents. Au contraire de sa mère, qui avait pris son rôle de mère très à coeur, en laissant son éducation aux meilleurs professeurs d'Excelsa, mais sans jamais cesser de veiller sur lui à sa manière. Et sa manière était de laisser son oreille traîner partout, sans avoir une réelle connaissance de ce qu'était son fils, au fond.

Une information aussi capitale qu'une agression portée à son tendre — pas si tendre — chérubin lui avait été soufflée. Et voilà que le Palais avait pu voir débarquer une femme de presque un mètre soixante-dix, mince et sèche, bien soignée, mais à la verve acérée. Quand bien même, s'était-elle contenue — la bienséance, très cher lecteur, faisait que même la hargneuse se montrait polie —, Maman-Gaultier avait fait savoir que jamais une telle chose ne devait se reproduire. L'avantage d'avoir un nom — et un époux banquier — encourageait autrui à l'écoute. En pantalon cintré, les cheveux blonds retenus dans un chignon sévère, le maquillage discret camouflant autant que faire ce peu la veilleuse, Maman-Gaultier avait fait parler d'elle. Suffisamment bientôt pour qu'on sache que la victime était plutôt bien protégée. Trop. Même. Il était adulte.

Alors... lorsque Gaultier-fils fut prévenu par son père de la chose, il tomba des nues. Gaultier-Père n'était pas affectueux, il aimait à sous-estimer son fils, sans pour autant remettre en cause son intelligence — il ne pouvait pas l'attaquer sur cet angle —, lui rappelant qu'un homme se devait de régler les choses soi-même. Premier sentiment qui explosa dans sa poitrine, fut la colère. Voyons. Quelle... Rah. Non. Gabriel ne devait pas condamner l'amour à sens unique qu'on lui portait ; c'était une belle chose. Cependant, son père lui rappela qu'on ne dérangeait point les Prieurs pour une belle gueule d'ange abîmée. Osef, comme disent les jeunes. Il n'avait qu'à répondre au coup de poing par un autre. Un coup de poing, ce n'est rien dans la vie d'un homme. Et puis bon, maintenant, il avait retrouvé une face plus ou moins normale, lisse comme une statue, sans âme comme un roux.

Voilà pourquoi — sous le conseil avisé de Papa —, Gabriel se retrouvait au Palais. Pantalon noir, chemise bleu clair et légère, allant avec ses yeux. Il semblait perdu, écrasé par le poids de l'édifice, et de la foi. Il avait fait vite, après les cours qu'il avait donnés aux premières années pour rejoindre le Palais. Le soleil déclinait derrière, les rayons passaient à travers les fenêtres, drapant le lieu d'une couleur orangée. De quoi raviver le caractère solennel du Palais. Gabriel tournait la tête dans toutes les directions, cherchant du regard un point auquel se rattacher. On ne l'avait pas encore chassé, on ne lui avait pas encore demandé ce qu'il était venu chercher par ici. Voilà pourquoi, tout naturellement, le jeune homme se dirige vers un homme — blond aussi — en rouge. Deux autres à sa suite, il semblait assez important pour pouvoir entendre ses excuses timides.

« Bonjour, j'ai besoin de vous. »

Souffla Gabriel, sans tenir compte des ricanements qu'il avait provoqués aux deux autres Prieurs.

Parce qu'il ne semblait pas savoir à qui il venait de s'adresser.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyMer 26 Juin - 18:40

La Saison du Renouveau battait son plein, sous la chaleur exceptionnelle pour cette partie de l'année. Une chaleur qu'Otton Egidio supportait très mal. Malgré les années passées à battre le pavé de sa ville natale bien-aimée, le Prince Prieur était toujours aussi sensible au soleil. Lorsqu'il le pouvait, il cherchait l'abri des bâtiments les mieux isolés. Le Fort était imbattable à ce jeu-là. Au moins ses fondations étaient faites de roche et l'Océan finissait toujours par amener ne fut-ce qu'un peu de fraîcheur.

Mais le Palais des Princes d'Excelsa avait été plutôt bien pensé pour cela également. Il y avait toujours un coin ombragé, protégé par les pierres, les rideaux et les fontaines. L'après-midi étant bien avancée, la plupart des gens avaient déjà évacué les lieux, qu'ils soient clercs et fonctionnaires ou visiteurs venus demander audience à l'un des dirigeants de la Ville. Aujourd'hui, Otton avait assuré une partie des formalités dont sa charge était affublée. Après s'être lavé le visage et laissé ses cheveux quelque peu désordonnés, il rejoignit deux de ses officiers dans le Hall. Des affaires nécessitant des mesures physiques et militaires devaient être discutées et peut-être prises dans la soirée et le Premier Prieur aimait savoir où on employait la force.

- ... cinq ou six au carrefour, sur les toits... . Il s'interrompit alors qu'on lui adressait la parole. Bonjour, citoyen.

Otton sourit. Les ricanement de ses collaborateurs étaient sans doute dus aussi à la réputation de leur Prince : un tel jeune homme pouvait s'attendre à bien des faveurs et services de la part du Premier Prieur. Pour l'instant, Otton avait envie de lui demander s'il avait perdu ses parents et avait besoin d'aide pour retrouver le chemin de sa maison... Mais il se retint de faire ça.

Si le nom de Gaultier était effectivement connu, le visage du fils de la famille demeurait peu public et les prieurs n'avaient certainement pas réalisé qui était devant eux ou à qui il pouvait bien être apparenté. Le Prince fit signe à ses hommes de les laisser et ils s'exécutèrent. Il adressa un sourire las, mais bienveillant à Gabriel. Il amait se dire qu'il était au service de la Ville lorsqu'il était au fort, mais au service de sa population une fois au Palais. Et voilà que ladite population avait besoin de son aide...

- Mon service est presque terminé, mais je ferai de mon mieux. Dites-moi ce qui vous amène, jeune homme ?

_________________
Madame Guillotine !


Dernière édition par Otton Egidio le Jeu 27 Juin - 19:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyMer 26 Juin - 19:02

Moment gênant, où aucun des deux ne sait qui il a face à lui. Enfin, cela deviendrait bientôt gênant. Surtout pour lui. Du moins... Gabriel répond au sourire du sourire du Prieur, avec sa douceur coutumière et sa politesse légendaire. Il se demanda simplement pourquoi les deux autres avaient ri, mais il songea que cela n'avait pas d'importance. Peut-être l'avait-il reconnu, peut-être avait-il quelque chose sur le visage. Dans tous les cas, s'il n'aimait pas ne pas deviner ce que les autres avaient en tête, il décida que ce n'était pas important.

« Mes excuses. »

Parce que le temps qu'on lui accordait était précieux. Toutefois, il ne se sentait pas assez à l'aise. Il jeta plusieurs regards autour de lui, et il remarqua que les deux autres Prieurs échangeaient quelques mots à leur sujet. Voyons, pourquoi ? Se concentrer un peu. Gabriel retourna son attention sur l'inconnu — au visage connu —, et il chercha ses mots. Ce n'était pas facile de devoir faire ses excuses pour une faute qui n'était pas de lui. Il admit d'ailleurs en jetant un coup d'oeil sur le côté :

« Je suis assez gêné de devoir faire cela. »

Gêné n'était pas le bon mot, mais effectivement, Gabriel semblait très mal à l'aise. Il se forçait à regarder son interlocuteur dans les yeux, tout en tirant sur la manche droite de sa chemise, afin de plisser le tissu ; il punissait d'un geste ferme le moindre pli ayant eu l'outrecuidance de venir souiller la perfection de sa tenue. Il ferma les yeux, il inspira, et il prit sur lui. Pourquoi sa mère avait fait une telle chose ? C'était doublement humiliant de devoir résumer la situation, et de s'en excuser. Gabriel fixa Otton, et avec un sourire timide, il lui expliqua :

« Je me présente, Gabriel Gaultier, ma mère est venu ici il y a peu. Peut-être en avez-vous entendu parler ? »

Gabriel se pinça la lèvre inférieure avec un regard coupable. Avec le peu de chance qu'il avait, l'homme qu'il avait en face de lui n'était pas au courant. Il toussota, puis il expliqua :

« Elle souhaitait voir le Prince Egidio, toutefois, il ne lui était pas disponible. Chose tout à fait normale. »

Il avait un peu bafouillé et parlé trop vite. Si ses collègues de l'Apothicariat avaient été là, ils ne l'auraient pas reconnu. Son assurance habituelle, son ton clair et sa voix posée semblaient s'être envolés. C'était simple, on aurait dit qu'il n'était pas lui-même.

« Toutefois, cela ne l'a pas empêché de se plaindre au sujet d'un comportement que des Prieurs ont eu à mon égard. »

Si sa mère avait tenu à voir en personne le Prince Prieur, c'était bien pour être entendue, et faire en sorte que son fils ne se fasse plus jamais maltraiter par les Prieurs. Enfin, c'était la logique que Gabriel avait cru comprendre. Le cerveau d'une femme ne lui était pas tout le temps dicible. Celui d'une mère ? Encore moins. Gabriel n'ajouta rien, espérant que l'homme face à lui ait entendu parler de cette histoire, lui assurer que le Prince Egidio n'était pas là, et qu'il pouvait lui transmettre ses excuses sans qu'il n'ait à se sentir davantage humilié.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 27 Juin - 19:54

Otton écoutait attentivement, concentré. L'affaire que le jeune homme semblait vouloir lui présenter avait l'air particulièrement embarrassante.

- Inutile de vous excuser, voyons. Suivez-moi, nous allons parler ailleurs que dans hall.

Certains historiens présentaient le Palais comme "la Maison de Tous les Excelsiens", ouverte à tous. C'était là une idée qui devait plaire à Elikia Lutyens, mais qui n'avait jamais vraiment eu d'application pratique. Une formule, un slogan tout au plus, destinée à rassurer la population. En réalité, le Palais était la demeure du pouvoir, où les très puissants recevaient les puissants. D'autres citoyens étaient les bienvenus, dans des conditions très strictes et avaient tout intérêt à se comporter correctement. Accompagner l'un des Princes, en particulier celui qui était responsable de la sécurité des lieux, ouvrait cependant presque toutes les portes.

En l'occurrence, Otton n'avait pas cherché trop loin, deux portes et la largeur d'un couloir plus loin, ils débouchaient dans la cour ombragée du Palais. Sous les arcades et les plantes grimpantes, l'atmosphère était tout à fait supportable. On pouvait entendre le bruissement d'eau de la fontaine au centre... Et une table avec ses chaises en fer forgé n'attendaient qu'eux.

- Installez-vous donc.

Le Prince ne perdait rien de ce qui était dit, même si son regard pouvait être absent. Son imagination l'emportait déjà au loin, dans un avenir où son interlocuteur était déshabillé... Il cligna des yeux. Ah oui, c'était son tour de parler. L'affaire ne lui disait rien. Bien sûr, rien ne se perdait jamais vraiment au sein du Prieuré. Mais il y avait de bonnes chances qu'on lui ait laissé une note... Et si c'était le cas, elle était encore dans la pile des choses à lire et à faire. Ou à signer. Dans tout les cas, c'était amusant. Le nom des Gaultiers était familier au Premier Prieur d'un point de vue professionnel. Les banques étaient des points sensibles, des lieux à risque. Otton en connaissait la liste par cœur.

- Je suis désolé, on ne m'en a pas parlé. Sans doute que... que le rapport est encore sur mon bureau. Il sourit, tentant de se trouver une excuse. Il y avait eu, dans l'histoire, des Premiers Prieurs qui s'apparentaient à des maîtres-espions. Il n'était certainement pas de cette trempe... Même s'il devait sans doute être l'une des personnes les mieux informées de la Ville, le Prince Prieur n'en demeurait pas moins un homme faillible. Si votre mère avait été assez inspirée que pour vous donner le plus saint des prénoms, je suis certain qu'il s'agit d'une citoyenne avisée. Pouvez-vous me résumer l'affaire, avant que je ne me renseigne de mon côté ?

Certaines choses marchaient à tous les coups. Une simple allusion au fondateurs de la Ville et du Prieuré suffisait à enflammer le patriotisme et la ferveur dans le cœur d'Otton. Soudainement, il fronça les sourcils comme s'il se rappelait de quelque chose et fit mine de se lever.

- Oh, pardon... Vous avez peut-être soif. Vous voulez quelque chose ? J'appelle quelqu'un ?

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 27 Juin - 20:47

Devait-il se considérer chanceux du traitement qu'on lui offrait ? Gabriel fronça légèrement les sourcils, mais il suivit le Prieur sans émettre de protestations. Au fond, il n'avait pas non plus envie d'alimenter les conversations des deux autres. Il le suivit donc, les mains derrière le dos, le visage neutre. Pourtant, il jetait des regards autour de lui d'un battement de cils, avant de raccrocher son attention à celui qui lui parlait. Il faisait assez frais, et jusqu'ici il n'avait pas eu l'occasion de visiter le Palais. De la chance, hum ?

D'ailleurs, Gabriel se perdit un peu dans la contemplation des plantes. Il leva la tête, afin de voir jusqu'où elle grimpait, jusqu'à être sorti de ses pensées par l'inconnu - toujours pour lui. Il lui sourit, et il le remercia de son invitation. Il tira une chaise, et il attendit que l'homme s'assoie pour l'imiter. Il croisa les jambes, les mains jointes sur les cuisses, le dos bien droit. Au moins, il avait affaire à quelqu'un de suffisamment important pour le faire entrer ici. Il ne donnait réellement pas l'impression d'avoir conscience de qui il s'agissait. Embarrassant.

Une note sur son bureau ? Ah oui, effectivement. Gaultiler-fils songea avec sarcasme que sa mère aurait fait un malaise, si elle avait appris que son cas n'était « qu'une note abandonnée sur un bureau ». Il fixa le Prieur, avec douceur. Maintenant, il fallait parler de ce qu'il s'était passé, faire remuer le souvenir, le faire remonter à la surface, comme un cadavre encombrant qui n'avait pas dit son dernier mot. Il ouvrit la bouche, mais il se ravisa lorsque son hôte lui demanda s'il avait besoin de quelque chose.

« De l'eau suffira, merci à vous. »

Accompagné de son sourire poli. Là, Gabriel inspira ; il regarda sur le côté, puis une fois qu'il eut tout en tête, il exposa la situation :

« Je ne crois pas, malgré tout, qu'elle avait besoin de déranger les Prieurs pour une telle histoire. Après tout, il s'agissait de faire son travail, plus ou moins proprement. »

Une façon très polie d'aborder l'outrage qui lui avait été fait. Gabriel s'arrêta, il marqua une pause, puis il avança :

« Je suis médecin, du moins, je suis en train de finaliser ma thèse dans une nouvelle discipline, qui consiste à étudier la Psychée humaine, si bien qu'on prête à dire que j'aime fouiller le cerveau des gens. Je donnais la fin de mon cours, lorsque vos collègues sont venus m'interroger, et constater si je gardais cachés des cerveaux pour les étudier. »

La voix claire, sans animosité, sans colère. Douce.

« Toutefois, après constat que je ne cachais rien, l'un d'eux ma frappé au nez. À partir de là, je vous avoue que je ne me souviens plus très bien de ce qu'il s'est passé. »

Il ne voulait pas y penser.

« Je me souviens simplement de la douleur, mais cette histoire a été rapporté à ma mère. »

Il s'en serait passé. Malgré tout. Gabriel s'arrêta, il regarda son interlocuteur, et il se rappela alors :

« Pardonnez-moi, je ne vous ai pas demandé votre nom, vous êtes... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 27 Juin - 22:49

Bien sûr, suivre le Premier Prieur à l'intérieur du Palais ne pouvait qu'alimenter davantage les conversations. C'était encore en restant en public que Gabriel se serait attiré le moins de regards amusés. Seul à seul avec Otton ? Oh ça allait jaser... Mais en attendant, le Prince ne s'efforçait que d'être un bon hôte et de se reposer après une longue journée et une soirée qui allait certainement être remplie de travail. Aucune sortie n'était prévue pour ce soir : inspections, entraînement, méditation et sommeil durement mérité.

- Excellent choix. Rien de tel par cette chaleur.

Il se leva pour passer la tête dans le couloir à la recherche de l'un des nombreux domestiques. Des dizaines de petits travailleurs, tous entretenus aux frais de la Maison des Navigateurs et de la Princesse Morlone, s'affairaient au quotidien pour s'assurer que le Palais était impeccable et que ses maîtres ne manquaient de rien. S'il n'abusait jamais de ces privilèges, Otton trouvait confortable de pouvoir poursuivre la conversation pendant que l'eau arrivait à eux, portée par quelqu'un d'autre.

Une fois installé à nouveau, bientôt avec une carafe et deux verres entre eux, il put écouter le récit des mésaventures de Gabriel Gaultier. Il n'était pas certain d'avoir tout saisi, mais l'idée était là : une méprise, semble-t-il. S'il était toujours en vie, libre de ses mouvements et ne semblait pas avoir été marqué plus que cela, c'est qu'il n'était pas coupable. Ah oui. Un nez endommagé... Bon, pas tant que ça non plus, visiblement. Le visage de Gabriel semblait tiré tout droit d'un tableau de Cesare Calabresi...

- Sans raison, alors que vous êtes innocent ? Ce ne serait pas la première fois, bien sûr. Même au service de la plus sacrée des causes, les prieurs n'étaient pas des saints. Ou pas tous. Rarement. Néanmoins, c'était certainement quelqu'un d'imprudent qui avait abusé de son pouvoir. Vous souvenez-vous de qui était le frère ou la soeur qui enquêtaient à votre sujet ?

Plus que les parents de Gabriel, son Directeur, Eidrich Palmer était un homme capable d'exercer une pression sur le Prieuré. Otton le connaissait assez bien pour le savoir. C'était un esprit à la fois froid et brillant, à même de se montrer implacable pour protéger les siens lorsque cela l'arrangeait. Enfin, si Gabriel lui-même avait l'air de ne pas trop s'offenser de cette affaire.

Ah oui. La Question. Le Prince secoua la tête et se passa une main sur le visage.

- Veuillez m'excuser. J'ai eu une longue journée et j'en oublie mes bonnes manières. Pas comme s'il en avait de base, mais se présenter... oui, c'était assez élémentaire pour qu'il y pense d'habitude. Le fait qu'il soit venu au Palais en uniforme de patrouille devait y être pour quelque chose aussi.- Otton Egidio. Vous pouvez m'appeler frère Otton, comme... la plupart des gens.

L'usage voulait plutôt qu'on dise 'Altesse' mais Egidio était un prieur, avant d'être un Prince. Sa charge de gardien de la Ville lui était bien plus chère que le trône. D'ailleurs, il n'y avait pas vraiment de trône, même si les sièges de la salle du conseil étaient très confortables...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 27 Juin - 23:21

Les serviteurs étaient sans doute ce qui lui manquait le plus dans sa vie de doctorant. Si Gaultier-fils ne se plaignait jamais — encore fallait-il avoir de la passion —, il se lassait de devoir tout faire par lui-même. Il observa ainsi Otton se lever, prévenir les serviteurs, et revenir. Puis le chemin que la carafe fit pour venir jusqu'à eux ; il ne bougea pas. Il attendit que le Prieur se serve pour se servir ensuite lui-même. Il prit ensuite le verre, sans boire, il plongea ses yeux clairs dedans, et il contempla le remous de l'eau. Elle était suffisamment limpide pour qu'il y voie son propre reflet, et les plantes grimpantes qui décoraient le Palais, en plus d'absorber la chaleur. Son histoire passée, il ne sut pas ce qu'il pouvait ajouter de plus, cela ne l'intéressait pas de se faire  passer pour une victime. Si sa mère n'avait pas remué ciel et terre, afin de faire entendre à quel point la situation était grave, il l'aurait passé sous silence. À la question, Gabriel fit mine de réfléchir ; encore une fois, un regard sur le côté.

« Ils étaient cinq, me semble-t-il, mais ils ne m'ont pas décliné leurs identités. Quoique... »

Ce dont il se souvenait ? Le visage de l'animal qui l'avait frappé au visage, de la Soeur puant la cigarette humide et la sueur. Et...

« J'ai soigné l'un de vos frères, un certain Izei... je crois. Il avait de bien laides cicatrices. »

Gabriel se souvenait assez bien de l'état des mains du Prieur, et peut-être que parmi le petit groupe, il avait été le plus... Quels étaient les bons mots, déjà ? Un petit animal farouche. Enfin, c'était son impression. S'il avait entendu le nom des autres, Gabriel l'aurait gardé en mémoire. Il n'oubliait — presque — jamais rien. Déjà parce qu'il notait tout.

Vint ensuite le moment très embarrassant où Gabriel prit conscience de sa méprise.

Le jeune Gaultier se figea, les sourcils légèrement froncés, la bouche entrouverte. On aurait dit qu'on venait de lui raconter une plaisanterie bien absurde, et qu'il peinait à en saisir tout le sens. Lorsque l'information monta au cerveau, après cinq secondes de silence, Gabriel se mit à rougir. De honte, sa peau blanche se teinta de pourpre, et il fut pris aux dépourvus. Gabriel bafouilla des excuses, en baissant les yeux sur son verre. Oui, pour le coup, il ne s'agissait pas d'un simple Prieur. C'était le Prince Prieur. Comment avait-il fait pour ne pas s'en douter ? Parce qu'il n'aurait pas pensé qu'Otton s'occupe d'affaires aussi stupides que la sienne ? Il maudit sa mère.

« Pardonnez ma méprise, j'ai manqué d'attention. »

Lâcha-t-il en inspirant. Il comprenait mieux pourquoi Son Altesse avait été accompagnée de deux autres Prieurs. Jusqu'ici, Gabriel avait entendu parlé de lui uniquement par décrets, discours retranscris dans les journaux, et les rumeurs. De bien maigres informations pour effleurer la personne qu'il avait face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyVen 28 Juin - 17:56

Qui avait décidé d'envoyer cinq prieurs fouiller les bureau d'un homme qui semblait aussi menaçant qu'un enfant ? Bien sûr, l'Apothicariat avait ses secrets et enfreignait la loi assez souvent, à en croire les rumeurs. Au moins certaines devaient être fondées. La curiosité des médecins ne semblait connaître aucune limite intellectuelle, physique ou morale.

Ah oui... Izei. Bien sûr. Sans endosser une grande autorité en ce qui concerne les opérations, il en avait une suffisante pour embarquer quatre autres personnes. Même des gens plus haut gradés n'allaient pas tellement lui dire non. Après tout, il faisait partie du cercle restreint des Vicaires les plus puissants du Fort ce qui faisait de lui un officier supérieur, ne répondant que devant le Premier Prieur. En tout cas, dans certains domaines.

Otton hocha la tête, amusé.

- Oui, ça sonne comme le frère Izei, en effet. Il fit un geste de la main. Je suis heureux que vous ne lui en voulez pas. Je sais quelle impression il fait... Petite pause, à la recherche des mots justes. Mais en réalité, c'est un saint homme. Sous ce visage se cache l'âme d'un saint homme.

Le concept de sainteté était différent de ce que d'autres cultures pouvaient imaginer. Selon les standards du Prieuré, Izei était tout bon pour se faire ériger une statue le jour même de sa mort. Il avait, après tout, donné sa vie au Fort et à la Ville, formé des générations de vicaires et maîtrisé l'art de la Magie de la Douleur aussi bien qu'un simple mortel le pouvait. Et tué pas mal de dissidents aussi. Le sang sur les mains et sur l'uniforme était aussi un bon point pour lui.

Le Prince n'avait pas, jusque là, réalisé que Gabriel ne l'avait pas reconnu. Le moment gênant fut donc partagé par les deux blonds. Les prêcheurs du Prieuré parlaient d'Otton et de ses prédécesseurs. Parfois, les enfants jouaient aux prieurs avec des épées en bois. Mais le quidam moyen n'avait pas beaucoup d'occasions de voir le visage du Premier Prieur et l'associer à son nom. Dans les établissements douteux de Domus, il ne se présentait jamais autrement que Frère Otton.

- Il n'y a pas de mal, nous n'avons jamais été présentés. Il eut une autre idée et enchaîna dessus. Donc l'affaire est réglée ? Ou avez-vous besoin d'autre chose ? Je me renseignerai bien sûr à l'occasion chez le Frère Izei, mais puisque vous êtes toujours en liberté, c'est que vous n'êtes plus suspectés de rien.

Il espérait que cela ferait un papier qu'il ne serait pas obligé de lire... Et bien sûr, la justice étant expéditive et bien physique, Gabriel pouvait se considérer hors de danger à présent. Si les Prieurs avaient effectivement quelque chose contre lui, il aurait déjà eu droit à sa sentence.

- Bien sûr, si vous souhaitez vous rafraîchir ou visite, vous pouvez prendre votre temps. Je ne vous chasse pas. Il sourit encore, s'installant plus confortablement dans sa chaise.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyVen 28 Juin - 19:04

Un saint-homme ? Gabriel se demanda alors qui Otton souhaitait persuader. Lui ? Dans ce cas précis, ce n'était pas la bonne méthode ; on ne présentait pas de l'émotion à un esprit logique. Toutefois, le jeune homme ne releva pas. Au fond, ce n'était pas ses affaires ; il ne se souvenait simplement pas qu'Izei lui avait fait subir de la torture. Il avait déjà vu cela chez ses patients, les évènements traumatisants n'étaient pas traités par le cerveau. Du moins, il y avait une forme d'amnésie. Et au fond, Gabriel avait bien conscience que c'était ce qu'il faisait ; il l'avait déjà subi par le passé. Une amnésie provisoire, lui permettant de s'accommoder de l'agression, comme si elle n'avait jamais eu lieu. Pratique.

Même si au fond, Gabriel se demandait pourquoi avait-on décidé qu'il était louche. Qu'avait-il fait ? Rien.

« Je vous crois. Mais je ne suis pas du genre à juger un homme à son apparence. »

Lâcha-t-il en attrapant le verre, avec un sourire. De nouveau, il observa la clarté de l'eau, le reflet des plantes. Au final, Izei lui était apparu comme le plus étrange des cinq Prieurs, sans doute parce qu'il lui avait semblé craintif, fatigué, avec un petit fond sarcastique - c'était ce que le message qu'il lui avait transmis de la part d'un de ses collègues lui avait fait comprendre. Enfin, la nouvelle passée qu'il avait face à lui Son Altesse, il but une profonde gorgée d'eau. Sa pomme d'Adam roula le long de sa gorge, tandis qu'il se léchait les lèvres. Il posa le verre, et il fixa Son Altesse dans les yeux. Il semblait vaguement amusé.

« Je pense oui qu'elle est réglée, Votre Altesse. »

Si Gabriel avait l'autorisation du Prince Prieur de le nommer Frère Otton, ce n'était pas une excuse pour manquer de respect. Il le détailla, son visage, sa carrure, sa tenue. Il ne lui était pas familier, même si ses cheveux blonds auraient dû retenir son attention ; il avait entendu parler de ce détail.

« Je me demande simplement comment vos Frères et vos Soeurs en sont venus à cette conclusion. »

Peut-être une mauvaise plaisanterie ? Sans doute cela avait-il un lien avec les menaces de mort qu'il recevait ? Non. Gaultier-fils songeait qu'il s'agissait davantage d'une mascarade orchestrée par l'un de ses collègues qui ne l'appréciait pas. Il voyait bien lequel.

Une fois que Son Altesse émit son désir d'écourter la conversation - oui, une justice à demi-mesure -, Gabriel se leva à son tour. Il fit mine de réfléchir, il regarda autour de lui. Il pensa qu'une telle proposition n'arriverait pas deux fois.

« Puisque vous le proposez, je serais sot de refuser. Puis-je me permettre de vous demander me guider ? »

Avec un énième sourire doux.

« Bien entendu, si cela vous convient, je ne voudrais pas prendre le risque de me perdre. Et puis... »

Gabriel croisa les mains derrière le dos.

« Je suppose que vous aurez beaucoup de choses à m'apprendre sur cet endroit. »
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyDim 30 Juin - 21:41

- Tant mieux.

Otton approuva d'un hochement de la tête. Jugé sur son apparence, le frère Izei aurait déjà été guillotiné. D'autres aussi, sans doute. Mais heureusement, la Ville savait faire la différence entre les bons citoyens, productifs, persévérants et dignes de vivre en son sein et ceux qui devaient être remis de force dans le droit chemin. Il était heureux que la petite erreur de parcours de Gabriel Gaultier était déjà derrière eux. Un bon citoyen comprenait que même les prieurs pouvaient se tromper et ne leur en tenait pas rigueur.

Flatté que le médecin le fixe autant, le Prince haussa néanmoins les épaules.

- Je sais pas. Mais je dirais qu'un collègue vous a dénoncé. Ça arrive dans l'Académie. Je pense qu'à l'Apothicariat aussi.

Il était impensable que les universitaires se demandent en duel ou demandent le jugement d'un tiers en uniforme rouge. Leurs moyens étaient généralement plus voilés, indirects. Otton était content d'avoir Hanae Ibihn au sein du Conseil. Ce genre d'intrigues, c'était son rayon.

Le prieur se leva de son siège après avoir vidé son verre.

- Je vous propose de rester au rez-de-chaussée. Il ouvrit la porte par laquelle ils avaient pénétré dans la cour intérieure et l'invita dans le couloir. C'est ici que se trouvent les salles de réceptions et les galeries... Les bureaux des clercs sont dans l'aile nord aussi. Mais à cette heure, il ne doit plus y avoir beaucoup de gens.

Au fil des siècles, le siège du pouvoir excelsien avait accumulé une collection impressionnante d’œuvres d'art, de trophées, de tableaux officiels et autres trésors. Les présents des dignitaires étrangers et les commandes artistiques ainsi que les originaux de nombreux Contrats se trouvaient ici. Tous n'étaient pas accessibles, mais il y avait déjà de quoi faire avec ce qui était exposé.

L'histoire de la Ville faisait objet des hobbys courants et encouragés au sein du Prieuré.

- Dans la plupart des couloirs, vous allez pouvoir voir les tableaux des Princes d'Excelsa qui ont siégé au Conseil, depuis la construction du Palais en 161. Plus de huit siècles...

Lorsqu'ils arrivèrent devant une double porte, Otton l'ouvrit sans frapper.

- La galerie sud. Le Prince Lutyens a fait déplacer une grande partie de notre collection ici pour les cérémonies de son inauguration. Comme ça, tous les citoyens avaient l'occasion de les voir.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyDim 30 Juin - 22:51

Bien... dans ce cas, Gabriel n'avait qu'à trouver qui avait cru bon de le dénoncer... Et il lui réglerait son compte. Avec le sourire.

Rester au rez-de-chaussée ? Voilà ce qui donnait envie d'en savoir plus aux étages supérieurs, toutefois, Gabriel envisageait que ce n'était pas donné à tout le monde d'y aller... peut-être. Dans tous les cas, il suivait Son Altesse, les mains dans le dos, écoutant ce qu'il racontait, et rebondissant de temps en temps sur les sujets qu'il abordait. De son côté, l'Apothicariat donnait plus dans le côté pratique que dans le beau. Il fallait que toute chose eût une utilité, rien ne pouvait exister pour le simple plaisir d'être contemplé. Il plissa le front, il s'arrêta devant un tableau. C'était l'ébauche de ce que deviendrait plus tard le Fort des Prieurés, et on pouvait voir au loin, une silhouette en train de creuser la terre. Chaque pierre, une à la fois, brique par brique, jusqu'à devenir un gigantesque bâtiment. Gabriel se rapprocha, il lut l'intitulé du tableau en bas à droite, sur un écriteau. Avant de repartir suivre Son Altesse, Gaultier-fils lui dévoila :

« Gabriel de Myre... comme vous l'avez mentionné plus tôt, mes parents ne m'ont pas donné son nom au hasard. Il est certain que si mon frère aîné n'avait pas disparu, j'aurais pris l'habit de Prieur. »

Puisque Michael aurait dû se charger de reprendre l'héritage... mais Gabriel en dépit du désir de son père s'était choisi un autre destin. Il disait se vouer à la science.

Le jeune homme reprit la marche, il suivit Son Altesse, dans son ombre, les yeux posés sur son épaule. Larges et musclées, devinait-il sous les vêtements qu'il portait. Il continuait de l'écouter, commentant les tableaux lorsqu'il reconnaissait l'artiste. Il se demanda si l'intérêt d'entreposer tout ceci dans une unique galerie résultait d'une envie de montrer ce qu'on possédait, avant de donner l'occasion au quidam de voir. Il y voyait une certaine vanité.

Gabriel continua donc, notant dans son esprit tout ce qu'il pouvait ; il ne ratait rien. Il mémorisait les emplacements des oeuvres, la présence ou nom d'autres Prieurs. Comme il commençait à nouveau d'avoir chaud, il déboutonna le premier bouton de sa chemise, afin de mieux respirer.

« Avez-vous une pièce préférée ? Dans toutes ces œuvres, Votre Altesse ? »

Un ton plus bas, la voix plus caverneuse. C'était aussi un moyen d'en apprendre un peu plus sur le Prince qu'il avait à quelques pas de lui ; la curiosité tue le chat, comme on dit. Gabriel lui sourit, puis il se tourna, et il se remit à regarder tout ce qu'il y avait à sa portée. Bien entendu, il ne touchait qu'avec les yeux, ses mains restaient dans son dos. C'est vrai qu'il faisait frais, et que celui lui était particulièrement agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyMer 24 Juil - 21:34

Mû par un sincère et profond amour de la Ville et de son histoire, Otton regardait les oeuvres rassemblées avec un émerveillement toujours plus grand. Il y avait accès depuis des années, mais les trésors retraçant les moment clés du millénaire d'existence d'Excelsa lui faisaient toujours autant d'effet. Son sourire trahissait sa joie d'être là et de partager ces instants avec quelqu'un.

- Je ne connais pas vos parents... personnellement, je veux dire. De nom oui. Je dirais que ce sont de bons citoyens. Il sourit, amusé par l'aveu de Gabriel. L'uniforme, vous voulez dire ? Nous sommes avant toute chose des soldats.

L'aspect militaire du Prieuré n'était pas qu'un héritage lointain. S'il se trouvait parmi eux des mystiques et des érudits, l'écrasante majorité des Prieurs étaient des combattants très bien entraînés. Otton ne commenta pas le bouton défait, mais ne manqua pas de le remarquer. Gabriel Gaultier était exactement le genre d'hommes qu'il appréciait connaître... Il doutait que les choses aillent loin entre eux aujourd'hui... Mais peut-être qu'Optimus serait disponible. Le passage nocturne à l'Octo n'était pas au programme, mais le Prince sentait qu'il allait devoir laisser libre cours à ses envies s'il voulait pouvoir se concentrer et passer une nuit paisible.

Il imita son invité, s'autorisant à respirer plus librement et se tourna vers les œuvres.

- J'aime toutes les représentations du Fort, bien sûr. Il a beaucoup évolué, s'est modernisé... Mais je crois que ce que je préfère ce sont les plans.

Otton emmena Gabriel plus au fond de la salle et se pencha au-dessus de la vitrine la plus proche. Assez vaste pour servir de nappe sur une table familiale, le papier jauni avait certes perdu de sa splendeur mais n'en demeurait pas moins une oeuvre d'art à part entière. Entièrement réalisé à la main, il représentait chaque petite ruelle de la Ville. Si on reconnaissait le Fort et l'emplacement du Port, le reste de la Ville était pratiquement méconnaissable.

- Vous voyez ? 546 ! La Ville a quadruplé de taille depuis. Juste en surface, je ne parle même pas de la population. Des quartiers entiers ont été rasés et reconstruits depuis. Otton admira le papier et certains de ses précieux détails pendant quelques minutes dans un silence à la fois religieux et teinté d'amour. Puis il s'adressa à nouveau à Gabriel. Vous pensez pouvoir retrouver l'emplacement de la banque de votre famille ? Pour ma part, même la rue où se situe ma maison natale n'existait pas encore à l'époque.

Ils étaient seuls. Si des prieurs allaient patrouiller l'ensemble du Palais après la tombée de la nuit, pour le moment, leur présence n'était pas encore requise dans cette pièce.

- Prenez votre temps pour visiter, vous pourrez me dire ce que vous aimez le plus. Otton sourit encore à Gabriel, espérant qu'il ne le dévorait pas trop du regard.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 25 Juil - 0:34

« Oui... l'uniforme, quoique je n'ai jamais eu le corps adéquat pour cela. »

Lâcha Gabriel avec un ton plus caressant, tandis qu'il observait Son Altesse et ses manières. D'autant plus qu'il avait vu son regard, sans qu'une expression sur son visage vienne le signifier. Il observait toujours, sans se lasser, les autres. Avec plus ou moins d'intensité, selon les rapports qu'il entretenait avec la ou les personnes. Il l'écouta, en hochant docilement la tête, comme un élève bien éduqué qui écoutait avec attention son professeur. En soi, une telle information ne l'étonnait pas. Les plans et le fort ; la base pour une stratégie militaire. Il n'avait pas de grandes connaissances sur le sujet, mais il en avait une idée relativement vague. Assez pour préciser l'opinion qu'il se faisait du Prince Prieur.

Le jeune homme se pencha à son tour, les mains derrière son dos, en détaillant la pièce qu'Otton paraissait aimer particulièrement. Cela s'entendait d'ailleurs dans sa voix, une exclamation passionnée. Il aurait aimé voir cela de plus près, mais il se contenta de détailler ce qu'il avait à sa portée. Un plan très grand, où toutes les rues de l'époque zigzaguaient. Il était davantage impressionné par le temps que son créateur — ou sa créatrice — avait passé que par les détails en eux-mêmes. Oh... bien sûr... Gaultier-fils avait une profonde patience, mais...

À la question, Gabriel se redressa un peu ; il fit mine de réfléchir. Puis il admit avec un léger sourire au coin des lèvres :

« Pas vraiment... c'est à peine si je peux supposer l'emplacement. Peut-être ce quartier. »

Il désigna un endroit sur la carte, vers l'actuel district de Sainte-Héléna, sans toucher à la vitre pour ne pas y mettre de traces de doigts. Gabriel s'écarta ensuite, en détournant un peu le regard, lorsqu'il constata l'insistance avec laquelle Otton le détaillait. Il toussota pour camoufler sa gêne, et il explora ce que la pièce avait à lui offrir. Son père aurait aimé visiter cet endroit, sa mère aussi, bien entendu. Si des questions lui venaient, il n'hésitait pas à les poser à Son Altesse. Il en profitait un peu.

Cependant, ce qui sembla captiver avant tout son attention était des armes. Entreposées sous vitrines, elles resplendissaient d'un éclat désuet sous la lumière vacillante du crépuscule. L'une d'elles était une arbalète, avec des armoiries en or, dont il peinait à reconnaître la maison. Près de celle-ci se trouvait une dague, exposée avec son fourreau en cuir noir. La lame avait à peine rouillé ; de son vivant, son propriétaire avait dû en prendre soin. Le pommeau était beau, avec un joyau au bout, et de l'or cousu sur le manche. Quelques secondes, Gabriel se demanda ce que cela faisait de tenir entre ses longs doigts blancs une telle arme. Peut-être serait-elle trop lourde, peut-être lui abîmerait-elle vite la paume de la main.

Peut-être qu'elle lui irait.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 25 Juil - 12:39

Otton sourit.

- Rassurez-vous, tout ce qu'il faut, c'est de la Persévérance.

Si la carrure allait certainement jouer, c'était avant tout la foi et la détermination qui faisaient le gros du travail. Si quelqu'un avait une volonté implacable de réussir, le Prieuré allait l'accueillir à bras ouverts et lui fournir l'entraînement adapté à ses capacités. On mettait un point d'honneur à rendre les prieurs endurants... Avec ça, rien ne leur était impossible. Bien sûr, en ce moment, Gabriel avait la prestance d'un poète fragile. Mais s'il avait rejoint le Fort à l'âge de quatorze ans, aujourd'hui, il serait un autre homme.

Ceci dit, il était inutile de faire des suppositions. Chacun avait sa place au sein de la Ville. Et le jeune médecin était certainement utile à sa façon. Et de ça, il pouvait être fier. Chaque travail méritait le respect.

Otton poussa la main de Gabriel un peu vers la droite.

- Vous y étiez presque. C'est elle se situe du côté de ce pâté de maisons. Ces bâtiments-là n'existent plus et là, c'est la place devant la banque. A peu de choses près. Il y a eu beaucoup de travaux dans le coin depuis cette époque.

Le Premier Prieur retira sa main, silencieusement satisfait d'avoir trouvé une excuse pour effleurer le jeune homme. Ils passèrent devant les autres plans, datés de différentes époques, plus ou moins éloignées. Certains se focalisaient sur un District en particulier, d'autres étaient richement ouvragés, avec des panoramas de la Ville et des roses des vents qui étaient des œuvres d'art à elles-mêmes. Le Prince ne manqua pas de remarquer le regard de son invité qui semblait s'intéresser aux armes. Là aussi, il pouvait partager son expertise.

- Elles ont appartenu au Prince Navigateur Elias Vesicci. Il cumulait son poste avec celui d'Amiral. On raconte qu'il était un excellent combattant. A l'époque, nos navires n'étaient pas équipés de canons. Ses escouades d'arbalétriers étaient un atout majeur.

Il lança un coup d’œil à Gabriel. Son hésitation fut de courte durée, après tout, n'était-ce pas pour l'impressionner et lui faire plaisir qu'il lui avait proposé une visite ? Autant sortir le grand jeu.

- Vous voulez les toucher ? Attendez... Otton déverrouilla la vitrine et en sortit la dague. La lame était toujours bien tranchante. C'est avec prudence qu'il la tendit à Gabriel, le pommeau en avant. Nous faisons tout pour entretenir les pièces stockées ici... L'arbalète pourrait avoir besoin d'une nouvelle corde, mais sinon elle est en parfait état de fonctionnement.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 25 Juil - 15:37

Gabriel se contenta de répéter le nom « Elias Vesicci », à voix basse. Il s'amusait de voir leurs reflets se transposer sur la vitrine, tandis que Son Altesse la lui ouvrit. Il fit un pas en arrière, afin de lui laisser le loisir de prendre la dague sans qu'il ne le gêne dans ses mouvements. Quelque peu surpris de voir le Prince Prieur accéder à son caprice muet - c'est ainsi que son père aurait nommé la chose -, il eut un petit sourire. Il garda les mains derrière le dos, détaillant la dague que Son Altesse lui tendait ; le pommeau tourné vers lui.

« Merci. »

Lâcha-t-il avec douceur, puis il prit avec précaution l'arme. Délicatement, ses doigts s'enroulèrent autour du pommeau. Cela lui donnait presque envie d'en acquérir une, juste pour le plaisir. Il prit une légère inspiration, et il ne se priva pas de regarder plus en détail la dague. Après tout, c'était bien pour cela que le Prince l'avait sorti de la vitrine ?

En contraste avec sa délicatesse, il s'avérait que Gabriel aimait les jeux de tirs. Il avait un bon oeil, le calme qui allait avec une prise de décision optimisée. Cependant, il n'avait jamais réellement manié d'arme de sa vie. L'arbalète l'impressionnait davantage par son histoire que par son utilité. Trop lourde, et trop encombrante. Gabriel aimait la précision. La dague en revanche captivait ses yeux clairs, par son pommeau agréable à serrer, le joyau qui scintillait, ou par la lame encore tranchante.

« J'imagine oui... comment entretenez-vous une lame de cette qualité ? »

Inrerrogea-t-il Otton, alors qu'il détaillait la dague, encore et encore. Le jeune homme finit par la prendre par ses deux mains ; l'une sur le pommeau, l'autre au bout de la lame, ouverte et les doigts serrés afin d'éviter de se couper. Il avait l'habitude des outils fragiles, dangereux à manipuler ; il savait ce qu'il faisait. Plus ou moins.

Gabriel fronçait légèrement les sourcils, une mèche de cheveux blonds tombait devant son oeil. Toujours impeccable. Il ne supportait pas ce genre de désagréments. Sans regarder Otton, puisque la dague avait toute son attention, il lui fit remarquer :

« Vous avez une bonne mémoire pour vous rappeler de tous ces détails. Si j'étais curieux d'en savoir plus sur Elias Vesicci, savez-vous où je pourrais me procurer une biographie ? Ou une auto-biographie, si elle existe ? »

Sa préférence allait à l'auto-biographie, qui serait plus authentique, lui permettant de capturer l'essence même de l'homme qui avait autrefois tenu cette dague. Gabriel pinça sa lèvre inférieure, agacé par sa mèche de cheveux. D'ailleurs, ce fut en voulant la chasser d'un geste de la main qu'il se blessa avec la lame. Rien de méchant, une légère entaille sur l'index. Le sang perla, et avant qu'il ne vienne souiller la lame, il rendit la dague à Otton. Il poussa un soupir, et il souffla :

« Quel étourdi. »
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 25 Juil - 19:05

- Oh les lames, c'est facile. Otton fit un geste de la main, comme pour indiquer que ce n'était rien. Un peu d'huile, un chiffon... Surtout que comme elle ne sert plus jamais au combat, elle ne s’abîme pas vraiment. L'arbalète, par contre, il avait fallu changer une partie du mécanisme. Pour préserver l'image, la corde est d'origine. C'est la dernière pièce à changer si on veut encore s'en servir... Bien sûr, avec les armes à feu et les canons, il n'y aura pas trop d'utilité. L'Amirale O'Fell est une grande partisane des canons.

Comme tout le monde dans le monde moderne. L'arbalète, c'était bon la Rectrice Ibihn, lorsqu'elle allait à la chasse. La guerre ne se faisait plus avec ce genre d'armes. Le monde du crime par contre, et quelques prieurs qui misaient sur la discrétion, utilisaient encore des modèles plus compactes et mortels. L'arme du Prince Vesicci était une relique d'un passé plus grossier, si ouvragée qu'elle soit.

La curiosité de Gabriel a été récompensée par un large sourire de la part du Premier Prieur. S'intéresser à l'histoire de la Ville était sans nul doute une vertu.

- A la bibliothèque de l'Académie vous devriez pouvoir une biographie de chaque Prince. Les exemplaires conservés au Palais ne sont pas accessibles au public. Je ne crois pas que le Prince avait rédigé une auto-biographie par contre... Il se gratta la tête, mettant du désordre dans ses cheveux blonds légèrement humides à cause de la transpiration. Otton maudit intérieurement la chaleur et continua. Il y a bien une édition de ses journaux de bord. Ça offre un aperçu d'une grande partie de sa vie adulte et de son rôle dans l'histoire de la Sécurité de la Ville. Si la Maison des Navigateurs n'en a pas en stock, ils doivent avoir ça au Conservatoire. Le Prince Lutyens insiste sur l'accès de tous aux connaissances, donc je suppose que vous pourrez l'emprunter.

Le prieur haussa les épaules. Inutile de mentionner les originaux conservés à l'Amirauté qu'il avait pu lire grâce à son amitié avec l'actuelle Amirale de la Flotte excelsienne.

Otton s'empressa de récupérer la dague des mains de Gabriel et se surprit à vérifier l'état de la lame avant celui du doigt de son invité. Comme finalement il n'y avait rien, il la reposa dans la vitrine, avant de se tourner à nouveau vers le jeune homme.

- Je n'ai malheureusement pas de mouchoir à vous prêter... Il en avait un, mais ayant passé la journée à s'éponger le front avec, il préférait ne pas le lui proposer. Ca n'a pas l'air trop grave... Heureusement, vous n'avez pris que la dague... Nous avons également quelques armes à feu, également prêtes à l'usage.

Si les armes ouvragées étaient nombreuses dans son bureau au Palais comme au Fort et même dans cette salle, les plus intéressantes restaient à l'Académie. Les tout premiers prototypes, les premières armes à avoir fait la supériorité écrasante d'Excelsa sur ses rivaux.

- Ça va aller, monsieur Gaultier? La voix d'Otton était légèrement teintée d'inquiétude. Le jeune homme n'avait pas l'air perturbé, mais peut-être préférait-il se retirer ? Le Prince espérait que non...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyJeu 25 Juil - 22:17

Heureusement qu'il avait été assez rapide ; Gabriel aurait regretté d'avoir abîmé la lame par étourderie. Il poussa un soupir, à peine audible, signe de son agacement. Il n'avait pas mal, en soi, mais les entailles de ce genre faisaient couler une étonnante quantité de sang pour leur taille. Il frotta son index contre son pouce. Et tout cela pour quoi ? Une mèche de cheveux qui le gênait. Eh dire qu’il faisait mal moral à ses patients, lorsque ces derniers lui expliquaient qu’ils n’avaient pas eu le temps de s’occuper convenablement de la blessure qu’ils s’étaient faite. Le corps humain était étonnement solide et fragile à la fois. Il était un peu perdu dans ses pensées, tout en veillant à ne pas mettre du sang au sol ni sur ses vêtements. Ce serait pire que tout ; le sang, ça partait mal, même après plusieurs lavages.

« Mh ? Oh... excusez-moi. »

Gabriel sourit à Son Altesse, il recula d’un pas, et il se contenta de porter son doigt à sa bouche. Une simple pression de ses lèvres, afin de ralentir le flux, tout en fixant Otton dans les yeux. Puis Gabriel se retourna, et sortit un mouchoir de sa poche en se disant qu’il serait bon pour la poubelle - le mouchoir. Il le tapota contre son index, et il l’enroula. Il se demanda soudain quelle quantité de sang avait déjà pu souiller cet endroit. Il n’était pas naïf.

Le jeune homme soupira, il constatait que son index n’était pas d’humeur à s’arrêter de saigner.

« Oui, je vais bien, ce n’est rien. Je suis surpris qu’elle pût encore couper aussi facilement. »

Plus qu’à espérer qu’elle n’était pas pleine de bactéries, mais Gabriel ne commettrait pas l’impolitesse à Son Altesse de s’enfuir pour si peu. Enfin, il avait de quoi désinfecter chez lui. Il continua de tamponner la plaie, finissant par refermer la main sur son mouchoir. Ne pas salir.

« Des armes à feu... vous disiez ? Reprit Gabriel en souriant au Prince Prieur. »

Par ailleurs, Gabriel avait noté les conseils d'Otton. Même s’il déplorait d’avoir à lire quelque chose de tout fait ; les biographies n’avaient pas d’âme. Bien souvent, il s’agissait d’un résumé de la vie du « héros », du nom ayant servi de pierre à l’édifice. Le carnet de bord l’intriguait déjà plus ; il en dirait davantage sur son auteur que des biographies. Et puis, la navigation faisait partie des connaissances — comme l’art de la guerre — qu’il n’avait pas encore acquises ; bien sûr, il n’allait pas devenir capitaine juste en lisant un carnet de bord. Cependant, sa curiosité s’en retrouvait peut-être rassasié.

« Cependant, je n’aimerais ne pas trop abuser de votre temps. »

Après tout, Otton avait fini sa journée. Il avait déjà eu une chance immense de se l'accaparer en dehors de ses fonctions, si Son Altesse se sentait las, il accepterait de le laisser.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

Otton Egidio

Messages : 661
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1693
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptySam 27 Juil - 20:47

Otton observait Gabriel. Il semblait perdu dans ses pensées. Était-ce la vue du sang qui avait éveillé en lui une quelconque envie d'introspection ?

- Je vous ai dit qu'on entretenait bien tout ça. Le Prince rit, en rangeant la dague en place. Pratiquement tout ici pourrait servir immédiatement au combat.

Bien sûr, une telle extrémité ne viendrait probablement jamais, dans la Ville qui produisait plus d'armes modernes que n'importe qu'elle autre et dont les guides spirituels étaient également des militaires. Les reliques du passé pouvaient demeurer en vitrines... Mais même elles devaient refléter le Précepte de Vigilance et être prêtes. Même si elles de ne serviraient plus jamais.

- Oh oui... Otton se tourna vers les rateliers et présentoirs où reposaient des pistolets et mousquets rudimentaires. La plupart, même s'ils pouvaient encore servir, étaient si obsolètes qu'il était inutile d'y songer, à moins d'organiser une démonstration à caractère pédagogique... Le Prince guida Gabriel vers les plus ouvragés. Les épées et les dagues, ça reste efficace de nos jour, il n'y a pas grand-chose qui ait changé. Pour les armes à feu, on a fini par faire tellement de progrès que tout ceci est devenu uniquement décoratif.

Les incrustations en or et en ivoire, les bois précieux... Les Princes et les hauts gradés du passé ne se privaient de rien ou, en tout cas, recevaient de précieux cadeaux de leurs amis et mécènes. D'expérience, Egidio savait très bien qu'aucune de ces armes n'avait réellement servi au combat, ou très peu. C'étaient des trophées, des armes d'apparat dans le meilleur des cas. Lui-même avait à sa disposition l'arsenal de ses prédécesseur et utilisait les mêmes armes qu'à ses débuts lorsqu'il le devait. Rien de tel que de la solidité sans fioritures qu'on est pratiquement fier d'éprouver, d'abîmer et griffer lors de combats réels.

- Elles ont surtout servi à la représentation. Ou de décors. Les vraies armes sont des outils qu'on use à force... Il haussa les épaules.

Il restait la question de ce qu'ils allaient faire maintenant. Bien sûr, ils pouvaient visiter le Palais pendant les dix prochains jours ou partir chacun de son côté... Ou alors... Oui, voilà. La troisième option, celle qu'Otton aurait préféré, n'était pas vraiment celle qu'il pouvait se permettre de proposer ouvertement. Pas à un jeune homme qu'il venait de rencontrer. Sans oublier qu'il avait encore des choses à finir avant demain matin... Et qu'à défaut de partager son lit avec Gabriel, Otton allait devoir visiter Opthimus à l'Octo.

- Je n'ai pas vu le temps passer, en effet. N'hésitez pas à revenir, bien sûr. C'est toujours un plaisir pour faire visiter.

Le Premier Prieur lui tendit la main et profita quelques seconde de cette poignée cordiale... Gabriel avait la peau douce... Il toussota.

- A moins que vous ayez encore besoin de quelque chose ?

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Gaultier
Excelsien(ne)

Gabriel Gaultier

Messages : 57
Vice : Le contrôle
Faction : Apothicariat
Influence : 380
Occupation : Doctorant
Disponibilité : Oui.

Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] EmptyDim 28 Juil - 1:06

Gabriel était bien placé pour savoir que la science allait vite. Enfin, cela dépendait des moments. Cependant, les hommes pouvaient faire preuve d'une étonnante ingéniosité lorsqu'il s'agissait de blesser autrui. Poison, fusil, dague, les divers et variés moyens de torture, comme s'ils sortaient leur génie que par des pulsions barbares. Il était satisfait de cette conversation ; il avait pu voir un peu ce que cet endroit avait à lui offrir. L'histoire, le passé, c'était intéressant ; quoique c'était être trop optimiste que de croire que l'Histoire rendait les nouvelles générations sages. Au contraire, elles apprenaient les erreurs, et s'efforçaient à ne pas les reproduire.

Gabriel avait envie d'essayer. Sentir le poids d'un pistolet, entre ses doigts graciles, se sentir engourdir par sa lourdeur. Et tirer.

Le jeune homme donna un dernier sourire à Son Altesse, il se pencha légèrement dans un signe de respect.

« Je pense que j'ai assez profité de vous pour aujourd'hui. Merci encore, Votre Altesse. »

Gabriel lui serra la main ; contrairement aux apparences, son contact était ferme. Il prit donc congé du Prince Prieur, non sans le remercier encore. Et il sortit dehors. Enfin ! Le soleil avait terminé de se coucher, sa lumière disparaissait au loin, derrière les bâtiments. Il y avait encore quelques passants à cette heure-ci, ceux rentrant du travail, ceux allant offrir leur service pour la nuit, ceux se dirigeant vers les bars. Le jeune homme soupira, il descendit les marches du Palais, puis il jeta un dernier coup d'oeil à la bâtisse. Il ne savait pas au final s'il devait remercier sa mère pour son intervention hasardeuse ; un mal pour un bien. Il avait rencontré le Prince Prieur, ce qui n'était pas donné à tout le monde, surtout sur un tel hasard.

Gaultier-fils continua de marcher, lorsqu'il fut assez éloigné du palais, au point de ne plus le voir dans l'obscurité naissante, il s'autorisa un petit plaisir. Un autre soupir, il se dirigea vers une rue plutôt calme. Là, il profita du vent frais, le dos adossé au mur, et il ferma les yeux. Il n'avait pas envie de rentrer tout de suite, et de retourner aux études ; il évitait de trop se frustrer. Il se lécha les lèvres, puis il plongea la main dans sa poche de pantalon. Il en tira un briquet et un paquet de cigarettes. Il en coinça une entre ses dents, il couvrit la flamme de sa main, et enfin, il inspira une bouffée de nicotine. Il gonfla la poitrine, et il expira la fumée par les narines. Il observa le nuage de fumée s'élever devant ses yeux, puis il la chassa d'un geste las de la main. Il entendait depuis la rue où il s'était mis, les rires, la musique, qui s'échappaient au premier étage d'un immeuble. Les gens passaient devant les fenêtres, inconscients de se faire épier. Décidément, Gabriel préférait Excelsa à la nuit tombée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty
MessageSujet: Re: Cher Prince Prieur [PV : Otton]   Cher Prince Prieur [PV : Otton] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Cher Prince Prieur [PV : Otton]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un enfant ça coute cher
» Où acheter des vernis OPI sur internet pas cher?
» le prieuré des deux amants
» Musée du Fil de Soie dans le Cher
» Récolter et faire sécher des aromatiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Intérieure :: District Domina :: Palais Princier-
Sauter vers: