Partagez | 
 

 You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 99
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 211
Occupation : Vicaire

MessageSujet: You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]   Lun 22 Oct - 7:12

Certains de mes frères m'ont fait boire de l'alcool à mon insu. Il faut que je raconte ça avant de raconter comment je me suis retrouvé à l'Octo.

Donc, faut reprendre depuis le début : j'ai six grands frères. C'est tous des connards vicieux. Ils ont beaucoup de mal à me faire des sales blagues depuis que je suis rentré dans les ordres et que je me téléporte, mais de temps en temps ils ont des fulgurances. Me faire avaler des trucs dégueu est un grand classique. Enfin l'alcool c'est spécial, c'est pour motif religieux (ça ralentit la cicatrisation et ça m'empêche de faire de la magie. Et ça fait grossir). Mais j'ai jamais appris à apprécier le goût de toute façon.

Donc il fallait le cacher, le goût. Ils ont monté tout un stratagème. D'abord faire un espèce de punch avec des épices, assez bon pour que je finisse les verres sans gerber. Vu que leur ordinaire c'est de l'eau de vie dans un pot à confiture, ça a dû leur demander beaucoup d'effort. De la planification. Je sais pas comment ils ont fait.
Ensuite il fallait que d'innocents habitants de la ferme m'offrent des verres à fréquente régulière (une petite nièce de quatre ans, le voisin qui passe boire la goutte...). Le coup de la petite nièce c'était très malin parce que je me suis senti obligé de lui obéir pour ne pas qu'elle se mette à faire du bruit et à m'embêter. Et puis cette frénésie à vouloir me faire boire cet espèce de jus d'orange trop sucré à l'arrière goût douceâtre s'expliquait de lui même : c'est une enfant, et les enfants font des choses débiles pour des raisons connues d'eux seuls.

Et puis de toute façon j'avais le palais cramé par la cuisine locale, et le cerveau déjà rendu fou par la foule. Je suis à la ferme familiale parce que c'est mon anniversaire, et celui d'un petit cousin et d'une belle-sœur (comme c'est une famille nombreuse et qu'ils vivent tous dans le même bidonville, c'est toujours la fête de quelqu'un). En plus c'est même pas mon vrai anniversaire en plus. Il est pendant la saison du Repos, mais j'ai rien dit pour ne pas me retaper toute la comédie maintenant et plus tard. De toute façon la seule conséquence de l'affaire c'est que des gens bourrés/défoncés me hurlent « joyeux anniversaire » au visage à fréquence régulière. Avec des petits morceaux de bave. On dirait un de ces cauchemars que je fais sous morphine quand je suis à l'infirmerie.

Enfin je n'ai pas de résistance à l'alcool. Je n'en ai pas l'habitude et je ne mange pas beaucoup (surtout pas le mouton mariné dans sa graisse). Pour l'odeur je pouvais pas tiquer, tout pue le terroir ici. Même le morceau de merde jaune qu'ils appellent savon sent la bergerie. J'ai même pas reconnu le goût non plus. En fait je me suis dit que ça devait être le verre qui était pas très bien lavé.

D'ailleurs je préfère me remplir le bide avec l'horrible limonade qu'avec le mouton. Et puis si je chope une intoxication alimentaire au moins j'aurais une excuse (et la force) de rentrer au Fort. Y a même pas une carafe d'eau (y a une grande table dans la déchetterie derrière la ferme, c'est là qu'on est installé, et maintenant que j'ai trouvé un siège j'ose plus bouger). Donc c'est parti en couilles.

Boire assis en silence à la chaîne, ça a bien marché sur moi. Mais j'ai quand même tiqué au bout d'un moment. Surtout en voyant une paire de connards morts de rire en train de me regarder. Ils ne pouvaient pas se maîtriser à ce point là. C'est en me levant que j'ai senti la différence. Assis j'avais juste chaud et je me sentais un peu bizarre. Une fois debout, en voyant le décor tourner un peu, j'ai compris. Je suis un peu benêt mais pas complètement con non plus.

Je me suis mis très en colère. Je leur ai foncé dessus. On s'est disputé. J'ai bien hurlé. D'habitude je ne hurle pas aussi bien, surtout ici, mais là ça venait tout seul. C'était pas désagréable en fait, merci l'alcool. Je connaissais l'effet pour l'avoir vu sur d'autre, mais c'est autre chose de le vivre. On braille des choses comme « sacs à merde » devant une cinquantaine de personnes, y en qui rigolent, beaucoup s'en fichent, et ça n'a aucune importance. J'ai déjà pris des cuites quand j'étais pas encore au Fort mais c'était pas du tout pareil, j'étais pas fini du cerveau. Je me souviens juste que ça me faisait vomir partout.

Enfin j'ai bien hurlé mon indignation, je leur ai expliqué que c'était des gros gueux qui passaient leur temps à tout démolir, c'était très défoulant voilà. Et la conclusion qu'on a tiré de tout ça, c'était que je devais boire plus. Oui, ça a pas l'air logique comme ça mais je t'explique : ils me font boire à mon insu parce que ça les énerve que je sois sobre pas vrai ? Du coup, si je me mets une grosse murge ce soir et que je leur dégobille dessus, ils vont me foutre la paix. Je leur ai fait promettre. Bon OK j'ai un peu tiqué quand je les ai vu morts de rire pendant que je reprenais un verre d'une substance incolore qui sent très fort (dans un pot de confiture ça va sans dire). Mais j'allais passer pour un con si je revenais sur la promesse. Sur le coup je me suis dis que je m'en tirerais mieux comme ça.
Comme je t'ai dit je suis très peu armé pour ce genre de situation.

Enfin ça a commencer à très mal tourner à partir de là. J'ai bu très vite. Quitte à m'enfiler un truc dégueulasse qui rend malade, je voulais faire ça bien. Je m'y suis pris comme avec un médicament. J'avais les sinus et le ventre en feu, mais comme j'ai une bonne résistance à la douleur j'ai insisté. Le pot à confiture m'a pas fini, alors je suis repassé au vin. J'étais tellement brûlé à l'intérieur que ça avait le goût de jus de raisin. Je te jure. Exactement le même goût. Et c'est passé aussi bien.

Enfin en quelques heures je suis passé de rien à un espèce d'état délirant. Mes frères sont revenus sur leur blague quand j'ai commencé à vraiment dégobiller partout. Du vin. De la bile. De l'écume blanchâtre. Partout. Et puis aussi hurler et casser des trucs. Les mimer en train d'enculer un mouton. Traiter le nourrisson de mon neveu de dégénéré consanguin parce qu'il a sept doigts.
Enfin on m'a gentiment conseillé d'aller me coucher.

Moi je demandais que ça ! Le Fort ! Je me suis mordu la main, c'est ce qui me semblait le plus accessible en matière d'automutilation dans mon état. J'ai les yeux qui coulent tellement je suis bourré. Et j'ai juste clignoté comme une vieille ampoule. La magie marche pas. Je suis trop éclaté, je sens plus rien. Merde.

Les gens de ma famille n'ont pas trouvé le spectacle plaisant. On m'a demandé si je pouvais rentrer à pied. J'ai rigolé très fort. Je sais à peine m'habiller tout seul, je ne risque pas de rentrer à pied depuis ici ! Faut me raccompagner.

Un de mes frères (très très cuit aussi) s'est proposé. Celui juste au dessus de moi en âge, Robin. C'est un connard aussi il n'y a rien à en dire. Physiquement il me ressemble beaucoup, mis à part qu'il est obèse. En fait c'est une affiche de prévention vivant contre l'alcoolisme. Et la chique. Il arrête pas de glairer noir, les dents faut même pas en parler. C'est dégueu. Si j'étais déjà pas en train de gerber tous les vingt mètres, je m'y serais mis.

Ça a été une très très longue balade à pied. Déjà niveau distance, et puis parce qu'on s'arrêtait tous les vingt mètres. Principalement pour se disputer. Y avait pas vraiment de sujet précis, on hurlait et on se tapait dessus. Le reste du temps il me parlait de gens que je ne connais pas, des gens avec qui il a des intoxications alcooliques régulières. En fait le principal sujet de conversation que j'entends sortir de la bouche de tout ce petit monde, c'est les cuites passées et futures. Avec qui, comment, qui s'est rendu très malade et qui a cassé quelque chose (genre un nez). Il m'a dit qu'il était au dessus de certains parce que lui, il avait en général suffisamment de fric pour ne pas avoir à remanger son vomi ou à boire du parfum. Enfin du verbiage de consanguin quoi. Je sais même pas pourquoi j'écoute.

Enfin personnellement je suis dans un état de délire total et ce n'est pas plaisant. Je consacre une grande partie de mon cerveau à angoisser, et cette partie n'est plus disponible actuellement. Les conneries de Robin tombent dedans comme dans un trou noir. Il me reste les parties « déprime » et « colère », qui tournent à plein régime. De temps en temps je pleure en marmonnant des trucs (ça aussi, ça ralentit la marche à pied). Et puis j'ai terriblement faim après tout ça. En fait j'ai atteint un espèce de nirvana de l'empoisonnement. Un état au delà des territoires connus de la conscience. Je suis relativement en forme physiquement, et pourtant tellement bourré que je devrais être à l'hôpital.

Donc j'étais en train d'expliquer à Robin à quel point j'étais une grosse merde, il m'a répondu de me taper une queue pour me détendre au lieu d'être chiant, et puis je me suis rendu compte qu'on était plus du tout sur la route. On a fait plus de la moitié du chemin, j'ai mal partout et mon cœur qui bat comme si je m'étais amusé à remonter toute la Ville à pied en m'agitant comme un fou furieux. J'ai pas l'habitude de ce genre de conneries. Marcher, surtout. Enfin du coup je me suis mis à me plaindre très fort. On est perdu. Comme on a fait pour se perdre en remontant la grande avenue jusqu'en haut ? C'est pas possible. On va jamais rentrer jusqu'au Fort. Je vais mourir ici mangé par des clodo avec des chiens. Ou de soif.

Moi je pensais à de l'eau. Entre l'alcool et la marche à pied j'en peux plus. Mais le regard de Robin s'est mis briller. Une pause ! C'est exactement ce qu'il nous faut. Je l'ai supplié que non mais il s'en fout. Et puis j'ai reconnu l'Octo, là derrière.

Je lui ai dit qu'il y avait une taverne. Quitte à rentrer dans un endroit horrible, mieux vaut un mal connu. Il m'a traîné à l'intérieur. Assis sur une chaise. Les gens m'ont un peu regardé (mais je n'en avais rien à foutre pour une fois), à cause de l'uniforme sans doute. J'ai fait des progrès depuis la dernière fois que je suis venu, du coup il y a maintenant un tout petit peu de dorure dessus et une coupe plus compliquée (j'ai pas encore bien chopé le coup pour aller faire pipi sans y perdre dix minutes). Là évidemment j'évoque pas le gratin et la dignité, mais j'ai réussi à ne pas gerber sur moi jusque là, applaudis quand même.

Robin est parti en quête de rhum arrangé. Ça me laisse le temps d'osciller dans mon coin avec le regard hanté. Le lieu n'a pas changé depuis la dernière fois que je suis venu (quoique le décor est plus tournoyant et les couleurs plus intenses que dans mon souvenir). Y a des gens. Je sais pas quelle heure il est. J'ai la bouche brûlée, je tuerai pour un verre d'eau.
Mon frère revient avec un truc qui désaltère pas du tout. J'ai bu une gorgée, si jamais le jus d'orange l'emportait sur le rhum. Mon corps m'a envoyé des signaux pour me dire « ne fais plus jamais ça ».

- J'me sens pas bien, j'veux rentrer...

- Hééé mais j'les ai payé ces verres ! Bois !

J'ai poussé un rôt de mauvais augure. Robin a reculé précipitamment en éloignant l'alcool. Mais il ne s'est rien passé.

- Tu m'fais chier... t-t-tu me fais chier. C'est tout ! Je bois plus.

- Tu veux que j'te rééplique le... le truc que j't'ai.... - rôt - …expliqué dans la ruelle ?

- NAN MOI JE T'EP... T'EXPLIQUE !

Puis je lui ai sauté dessus pour l'étrangler. Les chaises, la table et les verres ont fini par terre.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 402
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1756
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Re: You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]   Mer 7 Nov - 18:11

C'était une soirée comme tant d'autres à L'Octo. Ce moment calme où tout le monde picole dans son coin, ou bien partage un rhum avec la table d'à côté (ou même une bière ou du pinard, hein) et puis pas de musique ce soir, le prochain concert c'était demain, un pianiste qu'elle avait vu avec Catherina quelques mois avant. Il était déjà venu jouer et il aimait bien le spot, alors il reviendrait. Mais ce soir, non. Ce soir, la seule musique c'était les marins du coin qui parlaient un peu fort.
Winifred allait et venait entre le rez de chaussée et le premier étage où quelques clients fortunés venaient prendre littéralement leur pied, et en profitaient quelque peu pour goûter au nouvel arrivage, un rhum aux parfums très fruités, mais genre, fruits rouges.

Des fruits rouges, Winifred allait en ramasser quelques fois dans les bois à l'extérieur de la ville, elle trouvait surtout des petites fraises sauvages, mais pas assez pour en foutre dans des gâteaux à vendre comme dessert ici, non, juste assez pour en mettre avec une bonne crème fouettée dans SES desserts personnels. Elle était bienveillante, mais aimait aussi s'accorder très égoïstement quelques petits plaisirs.

Bref, ce soir là, c'était calme et en plus, elle avait bu de ce nouveau rhum. Alors elle était joyeuse et un peu radicale dans ses propos, comme à chaque fois qu'elle avait bu. Bon, c'était pas non plus le genre de nana à avoir la langue de bois, oh que non, elle disait toujours ce qu'elle pensait, mais l'alcool aidant, elle disait ce qu'elle pensait ET elle le disait haut et fort et alliait à ça des gestes.

Elle était au premier étage à se faire masser le crâne par un jeune propriétaire d'entreprise sur l'un des divans de là haut lorsqu'on vint la quérir.

- Winifred, pardon de te déranger mais...
- Rah bordel, j'suis trop bien là, qu'est-ce qu'il y a ?
- En bas, y'a...
- Y'a quoi ?

Rivière hésita un instant, regardant le masseur. Winifred comprit et se releva pour s'approcher de la femme qui murmura :

- Le prieur de la dernière fois, celui qui cassait tout...
- Et bah ?
- Il est en bas. Et il casse tout.

La mama avait bien entendu un peu de bruits d'en bas mais les portes étant assez solides pour ne pas que l'on entende ce qu'il se passe d'un étage à l'autre elle n'avait pas eu idée de l'ampleur du truc. Elle s'excusa très professionnellement auprès de ses hôtes et dévala les escaliers qui menaient en bas à une vitesse folle, mal de dos ou pas mal de dos, rien à foutre. Elle déboula dans la pièce en arrivant par l'arrière du bar et reconnu Izei qui était en train de se foutre sur la gueule avec un autre gars.

Elle poussa les quelques personnes qui se foutaient devant eux pour regarder le spectacle, attrapa une chaise déjà pétée et l'explosa à côté des deux hommes qui étaient à terre. Ils étaient visiblement ivres parce que leur discours était totalement incompréhensible et ne parlons pas de leurs gestes.

- Vous êtes des gros cons. Je vais faire venir Ott... Edigio de suite et toi tu vas te prendre une belle branlée ! T'es un prieur bordel, en tenue en plus, ah bah bravo ! Et c'est ça qui nous protège ? Hein ?

Elle n'en avait que faire que les gars ne situent plus très bien la scène ou qu'ils aient entendu ou pas ses remontrances, elle choppa le copain d'Izei par le col et le tira d'un coup sec en arrière pour les séparer, ce qui n'arrangea rien à son mal de dos de mamie.

- Et v'là qu'on se chamaille chez moi ! C'est quoi ces manières ? J'vous préviens tous les deux, vous allez passer un sale quart d'heure et j'vais m'arranger pour que vous répariez vos conneries jusqu'au moindre petit clou déplacé !

Puis elle laissa au sol le gars et s'approcha d'Izei, toujours au sol. Elle croisa les bras juste au dessus de lui, sans se pencher pour garder l'allure autoritaire.

- Et toi mon chou, t'étais déjà pas bien glorieux la dernière fois qu'on t'a vu là, mais là, t'es en dessous du pitoyable. Tu perds toute crédibilité. Je suis pas contente du tout. Ces derniers mots étaient prononcés avec une sorte de voix douce qui puaient la revanche à venir.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 99
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 211
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]   Dim 11 Nov - 18:53

Depuis le sol je vois les pieds de la propriétaire du lieu près de ma tête. Et l'intérieur ses narines. C'est terrifiant. J'aimerais pas qu'elle me balance un coup de botte dans le visage. Moi c'est ce que je ferais à sa place. Je roule sur le dos. Elle me dit des trucs méchants. Je la regarde en silence, la bouche légèrement entrouverte. Il faut quelques secondes le temps que ce qu'elle me dise fasse le tour de mon cerveau. Ça va pas fort niveau neurone en ce moment. Puis j'en tire des conclusions.

- Robiiiiin !

- Quoi ?

- La dame... elle connaît le prénom du premier prieur. Elle a dit « Ott ». Comme le début de son prénom. Ça craint.

- Hein ?

- Et si y vient ?

- Chépa.

- L-l-lève toi. Viens. Faut qu'on ramasse les meubles.

Vu le niveau de coordination moteur, j'aurais fait aussi bien en y allant à la nage. Je me suis relevé en m'appuyant sur une chaise, et elle est tombée. Je ne sais pas comment c'est arrivé. Mon frère aîné est un peu sonné suite à mon attaque brutale. Je crois qu'il préfère rester par terre. Je vais vers lui pour le pousser du pied.

- Mais viiiiens, faut que tu me ramènes au Fort !

Il bouge pas. Je jette un coup d’œil à « la dame ». Dans l'état de confusion où je me trouve, je me rappelle seulement qu'elle est terrifiante, qu'elle parle fort et que je n'ai pas le droit de la frapper. J'avais oublié qu'à l'Octopus se trouvait cette terrifiante personne. Comment ça a pu arriver ? Déjà elle m'a vu torse nu c'était très gênant, et puis j'ai fait une attaque de panique chez elle. J'ai pas envie d'expliquer à Robin ce que c'est. Je me pince le dos de la main pour fuir. Je me rappelle que la magie ne marche pas. Je suis coincé. Merde.
Je me penche pour ramasser une chaise, mais ce faisant je me cogne le front contre un pied de table qui n'a rien à faire là. Je l'avais pas vu. Trop déchiré. Le monde est hostile et incompréhensible. Tout m'agresse ou me fait dégueuler. J'en ai marre.

- ROBIN PUTAIN !

- Mais ch'm'en fous de tes histoires moi...

- Faut remettre les meubles j'te dis !

Je lui mets un vigoureux coup de pied dans les côtes. Il grogne. Rien ne se passe. Je suis tout seul et désarmé.

- LA DAME ET LE PREMIER PRIEUR Y VONT NOUS TUER !

- Ménon. Y a pas un prince qui va venir dans ce bouge... 'tends j'me lève.

C'est difficile de se lever quand on est aussi bourré. Le fait d'être obèse, d'avoir des problèmes respiratoires et tout ça doit pas aider non plus. Le mouvement a été laborieux. Le mur à coté a été lourdement mis à contribution. Mais Robin est debout. Je me mieux. Il se tourne naturellement vers l'interlocuteur le plus intéressant – c'est à dire Winifred – et je peux me cacher derrière lui (mais virilement bien sûr).

- Kesskiya ? On est désolé pour le bordel, blablabla. Ch'crois Izei il a du fric. Hein que t'as du fric ?

- 'ui.

Du fric ? J'ai sans doute ça quelque part. Le Fort m'en donne. J'en fais pas grand chose (mis à part me faire taper par mes frères) parce que ça implique de sortir. En fait, ça me stresse beaucoup cette responsabilité. Plus je prends du grade et plus on m'en file. Est ce que j'en ai sur moi ? Non. Pourquoi je m'encombrerais avec ça ? Mais je veux bien en balancer des sacs entiers entre les crocs de Winifred la Sanguinaire si elle peut arrêter de me regarder avec ses sales yeux et de me dire des trucs horribles.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Winifred Cooper
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 402
Fiche : Ici
Vice : L'argent
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 1756
Occupation : Gêrante de L'Octo - District Portuaire

MessageSujet: Re: You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]   Dim 11 Nov - 19:24

Les deux gaillards étaient vraiment dans un état pitoyable, un peu similaire à celui d'une table et des chaises qui jonchaient salement le sol. En morceaux, les mecs comme les chaises. Winifred craignait quand même de se voir refiler une sale douleur, comme la dernière fois. Elle savait pas trop comment ça marchait ce truc, mais avec les gars du Prieuré fallait se méfier. Si l'autre en était un aussi, ils pourraient TOUS LES DEUX refiler une merde. Et si ils étaient bourrés, peut être qu'ils pourraient pas désensorceler Winifred de cette douleur ? Qui sait ?
Elle écouta attentivement leur dialogue qui causait aussi bien d'Otton, que des meubles et de thune. Les murs servaient à présent de béquilles et les deux hommes avaient un public très attentif, ils ne s'en rendaient visiblement pas compte. Quelques habitués avaient tourné leur chaise pour regarder le spectacle sans trop se fouler et d'autres étaient même rentrés dans L'Octo voyant le boucan à l'intérieur (la porte était souvent ouverte)

- Attendez attendez, pourquoi du fric ? D'ordinaire j'suis pas contre, mais là j'veux pas du fric, j'veux que vous répariez vos conneries. Et c'est pas dans cet état là que vous allez faire quoi que ce soit de concret. Je sens que ça va finir en statue de bois si vous tentez quelque chose, ça va ressembler à rien. Non, non, là vous allez rentrer, dormir chez vous, dégueuler de partout si ça vous chante mais je vais m'arranger pour que vous reveniez ici dans la semaine et peu importe le moyen mais ces chaises seront comme neuves et pareil pour cette table, dit-elle en désignant celle à qui il manquait au moins deux pieds à présent.

Un des pieds était en train d'être mâchouillé par le clébard d'un gars accoudé au bar.

D'ailleurs, comme d'habitude, les employés de Wini étaient réactifs et ils s'attelaient déjà à dégager les lieux pour ne pas que quelqu'un se blesse. Elle pouvait bien tenter de faire des sutures une fois de temps en temps, parce qu'elle était balèze pour les ourlets de pantalon mais bon, c'était pas sa spécialité et elle s'en passerait bien ce soir.

- Vous n'êtes que deux belles petites m...

Elle se retint, respira fort et attrapa les deux gaillards par les bras. L'un à sa droite, l'autre à sa gauche. Elle avait coincé leurs bras dans ses deux coudes et s'approcha de la porte, tant bien que mal. Encore fallait-il que les deux idiots arrivent à tenir debout et à aligner leurs pieds.

- J'ai une solution, j'vous raccompagne, moi.

La mama avait une charrette dans une sorte de cagibi dont la porte menait vers l'extérieur. Elle n'était fermée que par un petit cadenas car après tout, qui voudrait voler une charrette ?

- Rivière ! La clé de dehors s'te plaît !

La charrette servait à aller faire des courses dans le centre ville ou parfois plus loin mais là elle piquait souvent le cheval du voisin pour la tracter. Cette petite charrette avait une superbe roue qui retenait bien les chocs et elle était pas super dure à pousser. Rivière arriva, ouvrit la porte et sortit la charrette. Winifred qui était arrivée au devant de L'Octo avec les deux zigotos leur ordonna de grimper dedans.

- Hop, illico presto, tas de gastéropodes.

Puis elle s'adressa à Rivière

- Va m'chercher Don Papa qu'il vienne m'aider à ramener ces charmants messieurs au Fort.

_________________
When you're good to Wini
Wini's good to you ♫

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
You said you wanted evolution, the ape was a great big hit. [Wini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l' Evolution du Statut de la FEMME
» Evolution au fil du temps..
» Evolution capillaire (photos)
» Evolution des seins....
» Evolution capillaire (photos)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Extérieure :: District Portuaire :: L'Octo-
Sauter vers: