Partagez | 
 

 Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Jeu 25 Jan - 14:07

- Il y a quelqu'un qui vous attend à la porte du jardin d'hiver, Frère.

- Hein ?

J'étais en train de faire la sieste, alors je me sens un peu couillon qu'un novice soit rentré sans frapper dans ma cellule et me dise des trucs pareils. Il est là à me fixer, le visage tout rouge, et moi je suis vautré avec la langue pâteuse et les yeux qui collent. Si le visiteur ne rentre pas dans le Fort, c'est que c'est pas un Prieur. Et qui voudrait me voir dans ces cas là ?

- T'es vraiment vraiment sûr que c'est moi que tu cherches ?

- Bah, il a dit « Izei » et c'est un vieux monsieur avec une grosse moustache rousse et...

- Ah je vois. C'est bon tu peux te cass... partir.

Je suis un peu sec, mais c'est parce que je connais effectivement ce vieux monsieur. C'est un de mes grands frères. On est tous blonds ou roux, et les gros paysans aiment faire des choses dégueulasses avec leur pilosité faciale. La grosse hype dans mon village c'est d'avoir des restes de nourriture vieux de trois semaines sous le nez, et des traces jaunes de nicotine par dessus. Même les femmes, parfois.

J'ai le bras en écharpe à cause d'un entraînement particulièrement laborieux, qui date d'avant-hier. J'ai aucun mal à me téléporter au lieu de sortir de mon lit comme la nature l'aurait voulu. Si la douleur de bouger le bras ne suffisait pas, j'ai mal au dos et à la tête. J'aurais bien roupillé une heure de plus. Après on me dit que c'est pas bien, qu'il faut utiliser son corps et ses muscles comme il faut et ne pas jouer avec la magie comme une feignasse. Ils n'y connaissent rien. Ils sont jaloux parce qu'ils n'arrivent pas à utiliser les sauts avec facilité. Ils mettent des limites. Les cons.

Bon je fais quand même la plus grosse partie du trajet jusqu'à la porte avec mes pieds. Mais j'appuie sur ma blessure pour me téléporter devant mon frère. Pour le faire chier et le mettre mal à l'aise. J'étais le plus petit, ils faisaient que m'appeler le nain, faire des sales blagues en me faisant bouffer de la merde de mouton ou en me balançant dans les orties. Ouais OK maintenant on est des adultes, c'était des jeux de gosse tout ça, ah ah. La famille c'est la famille.
Mais putain quoi, de la merde de mouton !

- Salut Godric.

Il sursaute puis m'examine de haut en bas en grimaçant. Il est habillé comme tous les paysans dégueulasses du pays, avec un chapeau horrible et une moustache rousse/grise en prime. Ça fait quelques années que je l'avais pas vu, il a pris super cher. J'espère que j'ai pas autant l'air d'un consanguin mariné dans l'alcool. Je pense pas. Alors c'est qui le bouffeur de merde de mouton maintenant ? Hein ? Hein ? Mais il me laisse pas le temps de me noyer dans mon fiel, il commence à m'embobiner en patois. Je déteste le patois. Je déteste même l'idée de le comprendre. On a jamais rien écrit de sérieux sur la magie en patois, parce que c'est de la merde. D'ailleurs je vais le retranscrire ici en langage normal, pour pas salir mon cerveau :

- Euh bin si t'es blessé je voudrais pas te déranger enfin peut être que tu peux me donner un conseil enfin voil...

- Quoi ? T'as peur que j'arrive pas à porter tout mon pognon avec un seul bras pour te l'apporter ?

Oui parce que la dernière visite de Godric était à ce sujet. Et celle d'avant aussi. C'est un spécialiste pour avoir des dettes de jeu, de femmes, de Gabriel sait quoi. Il prend l'air indigné mais il me contredit pas. J'ai pas une solde spécialement mirobolante mais j'ai peu de dépenses. Il le sait très bien. Toute ma famille le sait très bien. Le Fort n'imagine sans doute pas avoir tant financé la vie d'un petit village dans le nord. Les mariages pourris de mes neveux et nièces. Un nouveau chien de berger, quand le précédent s'est fait écraser par une charrette. Les médicaments de ma mère avant qu'elle meurt. Des trucs comme ça.

- Oui bah pardon de pas te faire fête, mais déjà d'une tu viens uniquement pour me taper, de deux Liam est déjà passé me traire le mois dernier. J'espère que t'es pas venu pour te payer une brouette en or ou je sais pas quoi, parce que... attends répète le chiffre que t'as dit là ?

Il marmonne de nouveau la somme en ayant juste assez d'amour propre pour ne pas me regarder dans les yeux. Je remarque à ce moment là qu'il y a un hématome qui lui dépasse du col. Oh bordel.

- COMBIEN ?

Je lui demande c'est qui le fou qui l'a estimé assez solvable pour lui prêter une somme pareille. Il se lance dans une explication confuse, comme quoi il était dans une bonne période depuis quelques années. Associé avec un autre gars dans le business des tables de jeu, il avait réussi à économiser pour s'acheter une maison et bla bla bla. Ce qu'il y a à retenir de l'histoire, c'est qu'une petite dame du nom de Maï veut récupérer son pognon, au besoin en vendant la peau de ses couilles si ça pouvait être rentable. Godric suggère gentiment que moi et mon ordre on pourrait aller... lui mettre la pression quoi. Je lui en collerai bien une.

Évidemment que je peux pas prendre un tas de mecs au pif dans le Fort, leur dire « allons aider mon frère criminel ! » et agresser des gens au petit bonheur. Tu veux des émeutes ? Et comment je pourrais demander à des Prieurs de peut être mourir pour une raison aussi con ? On est pas immortels, les criminels ont aussi des armes à feu. J'en reviens pas d'expliquer un truc aussi évident ! Et là Godric me répond comme un connard que je pourrais peut être juste lui parler, négocier un délais, que ça lui laisserait le temps de...

- Mais t'es vraiment un... un je sais pas quoi sans honneur et complètement con ! Tu m'enverrais à la mort parce que t'arrive pas à arrêter d'aller aux putes ?

*
**

Oui bah évidemment que je finis par l'accompagner chez la fameuse petite dame. Tout seul avec le bras en écharpe. Pour « négocier ». J'y connais rien. J'ai jamais tellement vu d'Oisillons vivants et libres non plus. Je sais juste que si ils sont nombreux et très décidé, ils peuvent me tuer, magie ou pas. Je suis très fort pour fuir, mais les ennemis n'ont besoin de chance qu'une fois.
Le trajet est horrible et chiant. On arrive pas à bavarder l'air de rien et marcher dans des rues pleine de connard me tape sur le système. J'ai trop chaud avec mon uniforme et le bras contre ma poitrine. On arrive à une maison qui ressemble à toutes les autres maisons de la rue. Sale et moche.

- Bon je fais quoi ? Je... frappe à la porte ? Je vais directement dedans ?

- Bah tu fais comment d'habitude ?

- Je fais pas.

Godric hausse les épaules, puis se touche les côtes en grimaçant. Il a toujours été doué pour être un enculé manipulateur.

- Reste caché là et fais rien va.

Et puis bah du coup je... bah je vais frapper à la porte, comme une andouille. La pire andouille du monde. J'ai l'impression d'être dans une des sales blagues qu'ils me faisaient quand j'étais petit. Cette fois ci ma mère viendra pas les disputer pour m'emmener à la sieste.
Un espèce d'immense machin m'ouvre la porte. J'essaye de pas faire « euuuh » quand je parle, mais sur mon front c'est clairement écrit « je sais pas du tout ce que je fais ».

- Bonjour. Je voudrais parler à une dame qui s'appelle Maï. Je crois ?
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Jeu 25 Jan - 15:11

C’est une bonne journée. Tôt ce matin, un certain Alibert Sensirio est venu m’emprunter une somme d’argent COLOSSALE ! Il est à la tête d’une guilde, donc c’est certain qu’il peut se permettre les intérêts MONSTRUEUX que je vais lui réclamer. Quand il est parti, j’ai embrassé la feuille sur laquelle j’avais tout noté, et j’ai sautillé comme une gamine autour de mon bureau en applaudissant et en riant. Les malheurs de ce type vont me payer des tonnes de nouvelles fringues super chères, des œuvres d’art hors de prix pour le Planquais… sans compter que les comptes de l’Organisation vont faire un adorable petit bond en avant.

Ensuite, un client est venu me rendre ce qu’il avait emprunté, avec les intérêts et tout et tout, l’argent bien enveloppé dans un linge autour duquel sa fille avait noué un ruban rouge. J’aime bien ce type. Il est souvent dans la mouise et les banques le regardent de haut parce qu’il ne gagne pas grand-chose, mais il se débrouille toujours pour me rembourser en temps et en heure. D’accord, normalement je préfère presque les retardataires parce que c’est plus amusant à gérer, mais cet homme-là il est chouette. Sa fille a à peu près mon âge, à un ou deux ans près, et elle glisse toujours des petits gâteaux de sa confection avec l’argent parce qu’elle sait que je suis une grosse gourmande. Trop mignonne.

Va pas croire que tu peux m’amadouer avec des cookies non plus hein, tu te ferais couper la queue avec des idées pareilles… mais quand c’est elle, ça passe. Elle fait des études de médecine, ça me fait penser à ma sœur… c’est tout.

Après ça j’ai enfin eu le temps de jeter un œil sur mon planning du jour. J’ai envoyé quelques-uns de mes hommes tabasser du connard pendant que je me plongeais dans les chiffres pour faire un peu de comptabilité. Ils n’avaient pas grand monde à passer voir… Poltrauss, le type qui vend des armes pourries au black en donnant l’impression de faire du bon boulot, Godric, un bouseux moustachu qui est loin d’avoir inventé l’eau chaude et qui s’endette plus souvent qu’il ne prend un bain, Sarah, une pute qui s’est mise à son compte mais qui galère parce que quand on dépasse les 54 ans et qu’on les seins qui tombent jusqu’à la ceinture… forcément on est moins demandée… et Simeorn… celui-là ils m’en ont rapporté un souvenir, encore. C’est le troisième doigt sur lequel je pourrais coller son nom si je les gardais en souvenir.


- On a prit un index cette fois…

- Brillante idée… dois-je te rappeler que son emploi consiste à refroidir des gens contre de l’argent ? Tu ne crois pas que son index pourrait lui être utile ?

- Ben si mais justement… non ?

- Bien sûr… question, comment va-t-il me rendre mon pognon si tu le prive de sa source de revenus ?

- Euuuuuuuuuuh…

Devant l’expression bovine qu’il me sert, je lance un regard désespéré à son frère. J’ai engagé cet homme pour faire plaisir à l’un de mes subalternes en qui je place une grande confiance. Son grand frère a perdu son travail et il m’a suppliée de l’engager… je veux bien être gentille quand on le mérite… mais ce type est un crétin fini, pas foutu de réfléchir.


- Exactement… Tu sais quoi ? T’as une promotion ! Maintenant tu vas… euh… tiens, tu vas être mon nouveau portier. Quand quelqu’un frappe à la porte de la maison, tu ouvres, tu regardes qui c’est, et tu vas demander à ton frère si tu peux le faire entrer. S’il n’est pas là, tu me demandes à moi. T’as compris ?

- Oui Madame.

Je leur fais signe de se soustraire à mon champs de vision et me replonge dans mes chiffres. Tout va toujours mieux devant un bilan financier positif. C’est presque comme de la masturbation mentale, avec les orgasmes qui vont avec et tout et tout. Bilan positif = OH OUI ! J’adore le fric.


Après avoir géré quelques trucs ici et là en mode « journée paisible où il n’y a pas grand-chose à faire », j’ai décidé qu’il était temps de changer de spot. J’ai donné des ordres à tous ceux qui étaient présents, et maintenant ça court dans tous les sens en encartonnant tout ce que ça peut et en déplaçant les cartons jusqu’à une autre maison, pratiquement identique à celle-ci mais deux rues plus loin. Quand on bosse dans le moyennement, voir pas du tout, légal, il faut rester en mouvement. Toujours.

Brusquement, la voix de baryton du « nouveau portier » résonne jusqu’au deuxième étage.

- Madame Maaaaaaaaaaaaaaaaaaaï !!!!! Y’a un Prieur qui veut vous voir, je le fais monter ?

Je descends à toute vitesse, lui colle une bonne tatane à l’arrière de la tête en priant pour que ça fasse se connecter quelques fils et le vire en lui donnant des trucs insignifiants à faire un peu plus loin. Je me racle la gorge, tire sur ma mini-jupe noire à volants pour avoir l’air un tout petit peu plus… enfin moins… bref. Mieux quoi. On ne sait jamais. Normalement ma couverture est bien ficelée : je tiens une petite entreprise de comptabilité qui n’a pas les moyen de se payer un vrai bureau quelque part et qui loue donc une petite maison pas chère.

J’ouvre la porte au moment où je me rends compte que j’aurais peut-être aussi dû rajuster mon chemisier… mais bon c’est un homme. Au pire ça peut toujours être utile.


- Bonjour ! Que puis-je faire pour vous ?

Il est tout seul, il a l’air aussi à l’aise qu’un crabe dans une casserole d’eau bouillante… c’est pas une visite officielle. Mon sourire s’agrandit.


- Nous seront certainement plus à l’aise dans mon bureau, suivez-moi. Ne faites pas attention au bordel, nous sommes en pleine restructuration…

Je l’entraine jusqu’au deuxième étage, dans mon bureau. La seule pièce qu’ils n’ont pas encore touchée. Je lui montre un fauteuil confortable, et je m’installe dans le miens, derrière mon bureau.

- Dites-moi tout. Qu’est ce qui peut bien amener un Prieur tel que vous dans un endroit pareil ?

Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Jeu 25 Jan - 16:28

C'est effectivement une petite dame. Très jeune. Habillée légèrement et un peu métèque. Je m'attendais pas à ça. Je jette des petits coups d'oeil dans la maison, qui n'a pas l'air d'abriter l'antre du vice. Seulement du bordel et de la paperasse. On m'invite à entrer. Je réfléchis à ce que je vais dire pour pas mettre des « euh » partout.

Qu'est ce que je fous là ? Ça respecte certainement pas les préceptes de négocier avec une criminelle avide d'argent pour sauver le cul d'un autre de son espèce. Par contre ça les respecte pas non plus de laisser crever son propre frère. C'est seulement de l'argent. Ça me laisserait le temps de trouver quoi en faire pour qu'il ne se tue pas tout seul comme un idiot. Je peux pas l'envoyer chier sinon il va me piquer mon dessert et me pousser dans les orties !
Maï me montre un fauteuil, je reste deux minutes debout comme un idiot avant de renoncer. Il n'y a rien de criminel et maléfique dans ce fauteuil. En fait c'est la première fois que j'ai l'occasion de voir des non-prieurs vivre, et je me demande où sont les trucs criminels et maléfiques. Est ce qu'ils les cachent et ils les sortent que la nuit quand ça se voit pas ? Comment on passe du mode normal au mode criminel ? Comment ça arrive ?

- En fait, je suis le petit frère de Godric.

Un titre extrêmement prestigieux. A la réflexion je me dis que j'aurais dû rentrer ici en me téléportant et en m'automutilant, ça aurait fait plus d'effet. Là, même si je dis que je suis vicaire de la douleur, je pense que tout le monde va garder en tête le moustachu avec un chapeau qui ressemble à une belette crevée.

- Il ne peut pas vous rembourser pour l'instant alors il m'envoie à sa place.

Je me tortille dans le fauteuil pour prendre une position qui me permettra de me téléporter facilement. Je sais pas quelle réaction va provoquer cette déclaration. Il est gentil Godric mais il se rend pas compte à quel point ça serait plus simple pour tout le monde si il avait pas décidé de partir en couille.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Jeu 25 Jan - 17:52

A peine a-t-il prononcé les mots « petit frère de Godric » que je vois déjà plus ou moins où il veut en venir. Je ne peux pas m’empêcher de lever les yeux au ciel. Ben tiens… on a des idées de grandeur, on emprunte beaucoup d’argent, et quand on se rend compte qu’on a pas prévu de le rendre et qu’on est dans la merde, on va chercher papa-maman ou le petit frère avec un boulot qui fait peur histoire d’être tranquille. Malheureusement, chez moi, ça ne fonctionne pas de cette manière. L’un de mes hommes pénètre dans le bureau sans frapper et vient me murmurer quelque chose à l’oreille.

- Ah oui… mets moi ce crétin dans le salon tu veux ?


Il marmonne encore quelques mots.

- Mais oui vivant… ça fait tâche un cadavre dans un déménagement.

Il se détourne et va exécuter mes ordres après avoir fermé la porte.


- Je dois admettre que votre frère a un certain culot. Il m’assure être en mesure d’assumer les frais occasionnés par un report de dette alors que ça n’est visiblement pas le cas, il vous amène ici alors que votre place pourrait en prendre un sacré coup si quelqu’un apprend que vous cherchez à négocier avec quelqu’un comme moi, et il essaye de se cacher derrière un muret alors que son odeur suffirait à alerter la moitié de la ville. Non vraiment… je respecte ça.

Je pousse vers lui une théière fumante. Thé au jasmin… je fais venir ça d’assez loin et ça me coûte cher, mais c’est tellement bon.


- Cela dit, je dois vous avouer que ce n’est pas la première fois qu’il me fait ce coup-là. La dernière fois il a réussi à trouver ce qu’il me devait à la dernière minute et s’en est sorti intacte, mais aujourd’hui…

Je fais mine d’être attristée alors que son abruti de grand-frère ne m’inspire que dégout et mépris.

- Aujourd’hui vous comprenez bien que je ne peux pas laisser passer ça… je lui ai déjà accordé presque deux semaines de plus que prévu, et la somme qu’il me doit commence à être relativement conséquente. Si je fais des exceptions, tous mes clients vont venir ramper pour avoir un « geste », et il est hors de question que j’accepte ça.

Je me sers une tasse de thé et m’enfonce dans le dossier de mon fauteuil en posant un regard étincelant sur mon interlocuteur. Un prieur… eh ben dis donc… c’est pas souvent que ce genre de gratin là passe le pas de ma porte avec autre chose qu’une monstrueuse envie de salir mes chevilles et mes poignets avec de gros anneaux en fer. Il veut sauver son frère… comme c’est mignon…

- Voyons voir… si vous êtes à même de me donner l’intégralité de ce qu’il me doit ainsi que de couvrir les frais occasionnés, les intérêts et la taxe de retard, je suis prête à le laisser repartir avec tous ses membres bien à leur place. Étant donné que vous vous êtes donné la peine de venir ici, et que vous m’en devrez une parce que je vous rends service, je suis également prête à ne plus jamais accepté de traiter avec lui. Je ferais ça gratuitement, voyez ça comme un geste commercial. Mais si vous allongez quelques ducats supplémentaires, je peux m’arranger pour que plus personne, dans la profession officieuse, ne lui prête jamais d’argent. Les banques et les guildes refusent déjà de le laisser approcher, ça devrait régler ce problèmes de dettes constantes n’est-ce pas ?

Décidément, c’est vraiment une bonne journée. Je me suis fait plein de fric ce matin, j’ai un prieur tout stressé dans mon bureau, je parle argent, j’ai du thé au jasmin… que demander de plus ? Mais si enfin, réfléchis ! Plus de pognon ! Je gratte rapidement quelques chiffres sur un bout de papier et le lui tend :

- Emprunt : 50.000 ducats
- Intérêts : 15.000 ducats
- Taxe de retard : 25.000 ducats
- Frais : 1.500 ducats

- Total : 96.500,00 ducats.

Je souris doucement.

- Voilà… Bien entendu, si vous ne pouvez pas payer tout ça maintenant, vous pouvez toujours reprendre cette dette à votre nom et je peux vous accorder un délai, moyennant quelques frais supplémentaires cela va de soi…

Et je dois avouer que faire d’un Prieur mon client est une idée que je trouve terriblement attirante.

Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Ven 26 Jan - 12:01

Je regarde les chiffres écrits sur la feuille, dans un silence consterné. Mes capacités en calcul mental sont largement dépassées, mais je suis à peu près sûr que ma solde n'y suffira jamais. Je vivrais jamais assez vieux pour ça. En plus un sbire à elle a visiblement trouvé mon frère en deux minutes, parce qu'il est trop con pour se cacher. L'option de sortir d'ici en criant « allez tous vous faire foutre » est visiblement exclue. Comment il a pu être assez débile pour rester dans le coin et se faire choper ? Elle a dit qu'il puait. Y a que moi qui ait le droit de le traiter de rouquin puant, certainement pas une gamine de la moitié de son âge à moitié nue.

Je regarde la feuille, puis le vide, puis la feuille, puis encore le vide. Le pèze n'est pas une préoccupation majeure dans ma vie. Je n'en ai jamais manqué. D'abord mes parents s'en sont occupé, puis le Fort a pris en charge tout ce qui était vie quotidienne, en me donnant un peu d'argent de poche pour acheter des bonbons. Je trouve ça très bien. Acheter des trucs ça veut dire Sortir Dehors et Parler à des Gens. Puis personne ne vend ce qui m'intéresse, c'est-à-dire des pouvoirs magiques exceptionnels. Je comprends que des gens soient obsédé par ça, parce qu'il faut bien s'occuper quand on est un gros con, mais moi personnellement je ne me suis jamais vraiment intéressé aux moyens de se procurer de l'oseille.

- Je ne sais pas ce que vous imaginez sur la vie des Prieurs, mais elle ne consiste pas à ramasser des sommes pareilles.

Je me sens acculé. Mon frère est certes un gros con, mais pas assez pour souhaiter qu'il se fasse briser les jambes ou je sais pas quoi. J'ai pas beaucoup de vie personnelle et j'aimerais bien qu'on me laisse ce qu'il m'en reste, merci beaucoup.

- Si il arrive du mal à Godric... je sais me rendre extrêmement pénible. Même avec le bras en écharpe. Il va falloir trouver une autre façon.

Moi j'en connais qu'une seule, de façon. Ça me brûle le derche de me téléporter et de redonner au monde sa cohérence en mettant une bastos à chacun. Je suis pas un gros taré, mais quand la question « est ce que je me fais mal ou pas ? » rentre dans le tableau ça donne une autre intensité aux enjeux.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Ven 26 Jan - 13:38

Bon… ça n’a pas marché. Tant pis. Je suppose qu’il a raison, après tout, les prieurs ne sont probablement pas tous en train d’économiser comme des porcs ou des grands patrons. Je soupire en réfléchissant un moment, jetant un rapide regard vers le tiroir dans lequel je range l’un de mes flingues, au cas où il déciderait qu’il en a marre de taper la discute avec une personne qu’il devrait arrêter et conduire à l’échafaud.

- Je sais me montrer pénible aussi hein, mon cher monsieur, pas la peine de vous énerver…

Je farfouille dans mes papiers et j’en sors la VRAIE reconnaissance de dettes de son frère. Je regarde un instant et grimace. J’vais me faire moins de fric que prévu.

- En réalité, Godric ne me doit "que" trente-cinq mille huit cent ducats. En tout. Ne m’en veuillez pas d’avoir essayé… y’a pas de petits profits.

Ouais et puis quitte à avoir un prieur qui ne souhaite pas m’enfermer assis dans mon bureau, autant en profiter. N’importe qui aurait fait pareil, non ? Non ? Bah c’est pour ça que c’est moi qui dirige cette organisation. Il faut des burnes mentales pour ça… pas seulement celles qui ne se réveillent que devant une belle paire de seins. Et puis brusquement, une idée commence à germer doucement dans mon esprit et mon sourire s’élargit tandis que je le fixe avec les yeux brillants de l’avidité absolue.

- Je peux vous proposer une autre solution. Vous semblez tenir à la vie de votre frère, je peux comprendre ça.

Après tout, je serais probablement prête à tout et n’importe quoi pour ma sœur…


- Je suis prête à effacer la dette de Godric.

Je marque une pause, l’effet dramatique, le suspense… tout ça tout ça quoi. Faut savoir laisser ses interlocuteurs se ronger les sangs en attendant la suite parfois. J’te jure ! Y’a des fois où ce genre de connerie ça m’a fait gagner beaucoup de fric ! Mais là, en l’occurrence, ça n’est plus vraiment une question d’argent. J’ai beau adorer être pétée de thunes, j’aime aussi d’autres choses. J’aime les informations utiles, les actions intéressantes… bon, tout ça peut se vendre et s’acheter hein, c’est sûr… mais bref, passons.

- Et en échange… je ne vous demanderai rien…

Je lui souris.

- Pour l’instant… Si je me contente d’effacer une dette simplement pour les beaux yeux de quelqu’un, ma réputation va en prendre un sacré coup. Ça serait vraiment dommage… et puis je détesterais être obligée de rectifier le tir en faisant percer un second trou du cul à votre frère. Ça ferait tâche quand même…

Je m’adosse bien comme il faut et je pose mes pieds sur le bureau, jambes croisées. Ma tasse de thé fume tranquillement entre mes doigts et je regarde le prieur d’un air pensif.

- Mais il faudra vous souvenir de cet instant, parce qu’un jour, je ne sais ni quand ni pourquoi, je pourrais avoir besoin de vous. Et ce jour-là, il ne faudra ni poser de questions, ni reculer au dernier moment… ça arrivera peut-être plusieurs fois, ça dépendra des services dont j’aurais besoin.


Je souris de mon air le plus innocent.

- Qu’en pensez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Ven 26 Jan - 14:29

La jeune dame se rétracte assez facilement. Je prends une position plus détendue. C'est vrai qu'il est confortable ce fauteuil, on a pas le droit à des fauteuils confortables comme ça dans nos cellules au Fort. J'ai déjà dû m'acheter un matelas digne de ce nom avec mes propres deniers. Le coup de la couche dure et inconfortable, c'est un bon délire de novice mais faut pas pousser. Après ça me prend dix minutes de me déplier pour sortir du lit.
Mais bref.

Ma seule option maintenant c'est de dire « oui oui » et de rendre un service de nature inconnue à une criminelle. Et là ça me met le cul entre deux chaises. Je veux pas laisser Godric dans la merde, mais je veux vraiment pas rompre mes vœux non plus. J'y tiens beaucoup. Je serre les mâchoires en faisant un inventaire mental de tous les trucs horribles qu'une métèque criminelle pourrait me demander. Laisser Godric mourir ou tuer un Frère ? Voler de l'argent au Fort ? Parler de choses secrètes à des profanes ? Penser à des trucs pareils me met vraiment dans le mal. J'ai jamais vraiment désobéi exprès. Pour dire, rien que la semaine dernière je suis allé piquer des biscuits à la cuisine la nuit, je me suis senti un peu mal. Vu qu'on est dans un mode de vie un peu austère, les biscuits ça rend tout le monde nerveux (les novices et les gens qui peuvent pas se procurer des biscuits perso en tout cas). Et puis comme j'ai pas le droit de grossir ça me rend un peu cinglé. Et là, excuse moi, mais on est sur un autre niveau d'immoralité que le vol de confiserie.

- Bin euh... ça dépend 'fin...

C'est ce moment que choisit Godric pour tousser, je l'entends à travers la porte. J'y jette un coup d'oeil nerveux.

- Je ne peux pas tout faire. Je ne suis pas un criminel moi.

J'ai le cœur qui bat vite. J'ai l'impression de donner un couteau pour tuer mon frère en disant « moui bon tu comprends désobéir me fait vraiment très très peur hein ».

- Mon truc c'est pas non plus la gestion de la prison ou de garder les clefs de la salle du trésor. C'est plus... hmm... la magie quoi. C'est pas très intéressant pour vous.

Je détourne la tête en disant « magie ». J'ai déjà l'impression d'en avoir trop dit, et puis j'ai la petite honte habituelle de me dire que mon interlocuteur est en train de m'imaginer avec des pince téton en train de m'ouvrir les veines. Probablement en poussant un grand rire de cinglé. Enfin peut être qu'en tant que métèque à moitié cul nu elle trouve ça normal et cohérent. Comment savoir ?

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Ven 26 Jan - 14:57

Je tique quand il me sort qu’il n’est pas un criminel “lui”. Quand c’est dit comme ça, et par les gens comme lui, j’ai tendance à le prendre comme une insulte. Il m’a tout l’air d’être un peu une grosse flipette quand même. Je voyais pas les prieurs comme ça. Ceux que je rencontre d’habitude sont plus… couillus ? Je sais pas… il me donne envie de le secouer pour lui ordonner de se réveiller. Je lui sers un sourire crispé.

- Contrairement à ce que vous semblez croire, je n’ai pas l’intention de vous faire renoncer à vos principes, préceptes où autres règles que vous impose votre… ordre… où simplement votre philosophie. Je ne vais pas vous demander de vous balader à poil dans la rue en hurlant qu’une araignée géante avec des pantoufles en acier va venir détruire le monde en passant par votre queue…


Je soupire. J’ignore pour qui il me prend… d’accord je travaille plutôt dans l’illégalité, mais je suis utile à l’économie, d’accord on évite de dire qu’on est client chez moi… mais des jolis noms bien connus sur le devant de la scène, j’en ai quand même pas mal dans mes fichiers et dans mes dossiers de clientèle…

- Je ne suis qu’une femme d’affaires, monsieur le frère de Godric… je ne sais pas ce que vous pensez que font les… « criminels »… comme moi à longueur de journée, mais égorger les bébés et voler des chatons sont loin d’être nos activités habituelles.

Ok j’suis vexée, j’avoue. Mais chaque fois que j’ai l’impression qu’on met en doute mon intégrité morale, dans ma tête ça sonne comme si on voulait agresser ma sœur avec un pinceau plein de merde. Je sais pas pourquoi… c’est débile, surtout que personne ne sait qu’elle a un lien avec moi… mais tant pis. J’aime pas ça.

Heureusement pour tout le monde, c’est pile le moment que choisi l’un de mes hommes pour entrer dans mon bureau… sans frapper non plus… cette nonchalance commence doucement à me courir sur le haricot. Il regarde le prieur, lève un sourcil intrigué dans ma direction comme s’il me demandait si j’ai envie qu’il lui arrache la tête et je souris d’un air amusé. Je lui fais signe que non, et il vient m’apporter de la paperasse et me glisser des bonnes nouvelles au creux de l’oreille. Il ne reste plus que mon bureau à déménager, tout le reste du bâtiment a été totalement vidé et nettoyer. C’est bien. Il me demande s’il doit aussi déplacer le « moustachu-qui-transpire-de-terreur-alors-qu’on-l’a-même-pas-touché-dans-la-pièce-d’à-côté ».


- Non, laisse-le ici pour le moment… je n’ai pas encore décidé de la manière dont je compte me faire rembourser sa dette. Je préfère l’avoir sous la main. Fais le surveiller par Bob.

Bob. T’as remarqué comme y’a toujours un mec qui s’appelle « Bob » pour jouer les sous-fifres ? Ben du coup moi j’en ai fait un titre… « Bob » c’est celui qui surveille des gens et qui coupe des petits bouts si y’a besoin.

- Dis lui bien qu’il doit rester entier hein, je voudrais pas qu’un accident se produise… à nouveau…

Il hoche la tête et sort, non sans oublier de prendre le temps de jeter un regard bien mauvais à mon interlocuteur. La porte se claque derrière lui. Je me suis calmée, je respire tranquillement et souris à nouveau au prieur.


- Quel genre de « magie » pratiquez-vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Sam 27 Jan - 4:12

- Comment ça quel genre ? La seule magie c'est tout !

Dis je d'un air indigné. J'ai pas réussi à en placer une avant parce que j'étais trop dépassé par l'araignée géante avec une pantoufle en acier et le meurtre de chaton, mais là, je me dois de réagir ! La magie de la douleur c'est pas faire pour les preneurs de recul et les gens qui sortent des « il en faut pour tous les goûts ». C'est un engagement complet.
Mais c'est une métèque. C'est peut être normal qu'elle confonde un truc sacré avec un mec qui sort des lapins de son chapeau au marché. Si on lui a jamais expliqué. C'est quand même très vexant.

- Je peux faire ça.

J'appuie sur mon bras. Je suis pendant une seconde debout dans un coin de la pièce puis de nouveau assis sur le fauteuil. Avec un petit effet de fumée cool. Hey, ça en jette nan ? Puis ça c'est pas secret, je le fais en public tout le temps. J'aurais bien aimé qu'elle tombe à genou d'adoration devant le pouvoir de la civilisation, mais elle a pas l'air aussi convaincue que ça. Puis en plus dans l'enthousiasme j'ai appuyé un peu trop fort et je crois qu'un point a sauté. Erreur de débutant. Merde. Ça pique. Enfin voilà, je suis idiot et déçu. Du coup je me sens obligé de préciser :

- C'est pratique quand même.

Je peux aussi torturer des gens à distance mais c'est beaucoup plus fatigant. C'est pas vraiment la peine d'en parler. Si on commence à toucher à ça, on va se lancer dans de ces trucs... il y a pas vraiment d'usage bénin au fait de torturer des gens hein.

- Ne me parlez pas d'une autre magie que vous avez vu à la foire ou je sais pas quoi, je veux pas en entendre parler !

Faut se mettre à ma place aussi. Ça nécessite un type de personnalité un peu obsessionnel pour se torturer tout seul pendant vingt cinq ans.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Sam 27 Jan - 15:25

J’avais déjà entendu parler de ça mais, comme en général j’essaie d’éviter au maximum les prieurs, je ne l’avais jamais vu en vrai. Bon, je l’admets, vu comme ça c’était pas non plus monstrueusement impressionnant, mais les rouages de mon esprit se mettent à tourner à plein régime. Faut dire que ça peut être vachement utile son truc…

- Ah ouais… intéressant…


Attends mais t’imagine ? Le mec est dans la rue, tranquille, il fait comme si il faisait un peu de shopping… et puis pouf, un peu de fumée, et un instant plus tard il réapparait dans une ruelle adjacente, lavé de tout soupçon, avec les bras chargés du contenu du coffre de la banque d’à côté. Ouah !

- Et pratique oui, je veux bien le croire…

Bon, je vais éviter de lui parler de tout le délire de la banque, parce qu’il a l’air d’avoir des soucis de conscience. Faudra trouver des arguments assez élaborés pour le convaincre de faire un truc pareil… enfin si c’est ça que je décide de lui demander. Pour le moment je ne suis sûre de rien, et de toute façon il n’a même pas encore répondu à ma question. Donc je ne sais pas s’il préfère se saigner à blanc pour me payer, ou s’il accepte mon deal…

Du coup, je me dépêche de me façonner un masque un peu blasé pour pas lui montrer que son petit cuicuitage bizarre m’a donné des idées de grandeur.


- J’imagine que ça pourrait servir effectivement… enfin peut-être…

Je fais mine de peser le pour et le contre.

- Je ne vois pas vraiment en quoi ça pourrait m’être utile à moi, spécifiquement, mais il est vrai que ça n’a rien à voir avec la bande de joyeux idiots qui font des tours de passe-passe en faisant croire qu’ils font sortir des oiseaux de leurs culs et autres conneries…


Je soupire avec une jolie expression de fille pressée qui a d’autres choses à régler.

- Bon… dans tous les cas ce n’est pas votre démonstration qui va répondre à la question la plus importante de cette entrevue, n’est-ce pas ?


Ne jamais perdre de vue l’essentiel : le pognon, la dette… les services ? Je suis une femme d’affaires moi, pas une gamine écervelée à qui on peut montrer de la vraie magie juste pour se sortir d’une situation désagréable.


- Alors maintenant je veux une réponse. Allez-vous, oui ou non, payer la dette de votre frère ? Si oui, je souhaite voir la couleur de mon argent immédiatement… si non… eh bien je suis toujours d’accord pour transformer sa dette en services encore indéterminés que vous aurez à me rendre quand je le souhaiterais… mais cette offre va bientôt arriver à expiration, aussi je vous demande de bien vouloir vous décider dans les prochaines secondes.


Je souris.


- Le temps c’est de l’argent… et j’aime l’argent, aussi je préfère ne pas en perdre.


Au cas où il serait un peu dur de la comprenette je préfère préciser :

- Du temps hein… pas de l’argent… quoi que je n’aime pas non plus perdre d’argent… enfin bref. Vous avez compris.

Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Lun 29 Jan - 16:48

Mais je veux bien lui donner tout le pognon qu'elle veut pour qu'elle me laisse tranquille, mais j'en ai pas ! Il ne me reste que l'autre choix. Je pourrais certes essayer de tuer tout le monde. Mais maintenant que l'autre idiot s'est fait attraper, ce n'est même plus une option de le tirer vivant de là. Je fais pas dans le transport de passager. Il faudrait le faire sortir en marchant avec ses jambes, et si tout le monde est armé...

- Oui bah oui je vais vous rendre service ! Mais laissez Godric tranquille !

Je ne suis pas très à l'aise pour négocier. Personne n'aurait eu l'idée saugrenue de m'appeler à l'aide pour ça, mis à part mon cassos de frère. Mais quand même, je soupçonne que c'est pas une très bonne approche de la chose de dire « oui je ferais tout ce que vous voulez mais arrêtez de me mettre la pression ». Je devrais pas m'investir dans le stress comme ça. C'est même pas ma dette. Je pourrais partir d'ici les mains dans les poches (en enlevant l'écharpe et en grimaçant) et personne ne m'en voudrait. C'est pas moi le con qui emprunte pour jouer.

- Mais quand même... là, tout ce fric que vous réclamez... 'fin vous devez avoir dix milles fois de quoi prendre votre retraite si vous extorquez des sommes pareilles... non ?

J'ai du mal à me représenter le coût de la vie, même en monnaie biscuit. Mais en parlant j'ai bien vu dans le visage de mon interlocutrice que mon raisonnement n'était pas sans faille. Du coup j'ai haussé les épaules, à la fin de mes débilités. La petite dame à moitié nue va sans doute se lâcher sur les vannes incompréhensibles.

- Mais j'en sais rien moi de combien ça coûte de parier comme un abruti, de se faire des tatouages moches et de se payer des... des putes en or massif ou je sais pas quoi ! ...ah non je voulais pas dire de gros mots.... enfin bref. Mais moi je sais m'occuper sans y mettre le prix d'une maison à chaque fois, alors je comprends pas, c'est tout ce que je voulais dire.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Lun 29 Jan - 22:02

Il me fait penser à un pauvre petit lapin pris au piège contre une falaise par un énorme loup… sauf que d’après ce que je sais, c’est supposé être lui le gros loup… et moi le petit lapin. Enfin bon… j’imagine que tous les prieurs ne sont peut-être pas des grands malades prêts à tout pour « exterminer la vermine qui rôde dans les ruelles sombres de notre belle cité ». Je ne sais plus qui a dit ça mais ça m’avait un peu énervée… « vermine », non mais franchement, j’ai l’air d’être une vermine ? J’ai plus de pognon que la plupart d’entre eux réunis, je vis dans le luxe et je rends service. Bon, je m’en mets plein les fouilles durant le processus, mais je rends quand même service !

- Ne vous en faites pas, je ne vais pas toucher à votre frère…

J’aurais trop peur de me salir les doigts.

- Une fois que vous m’aurez donné votre parole par écrit sur un document daté et signé, je vous laisserai partir tous les deux sans plus de cérémonie. Je suis une personne occupée, je n’ai pas que ça à faire.

En plus c’est vrai… changer de bureau n’est pas quelque chose de très compliqué, mais si je ne suis pas là pour donner des ordres, ça part très vite en sucette et ça finit par devenir n’importe quoi.


- Je ne peux pas vraiment répondre à votre question… personnellement je n’ai pas le temps, ni même l’envie, de me vautrer dans les salles de jeux clandestins ou de faire des paris, mais si j’en crois une bonne partie de mes clients… la dette de votre frère n’est pas si élevée que ça en comparaison à celle de certains d’entre eux.

Il n’a vraiment pas l’air de s’y connaitre… je suis pratiquement certaine que si je lui demandais combien coûte un kilo de pommes de terres, il serait bien incapable de me répondre. Il est clairement plus âgé que moi, et de beaucoup en plus, mais on dirait un petit garçon perdu qui n’a pas la moindre idée de ce qui se passe dans le monde au sein duquel il évolue.

- Pour vous donner une petite idée… mmh…


Je réfléchis.

- Je sais. Cette maison par exemple… plutôt banale, pas franchement bien entretenue mais bien placée pour le quartier. Elle me coûte, en loyer, approximativement 400 ducats…

Je laisse planer un petit silence avant d’ajouter :

- Par an.

Je souris, sincèrement désolée pour lui.

- Votre frère est un crétin… et je dis ça sans méchanceté, il est bien loin d’être le pire croyez-moi… pas plus tard qu’hier, un homme m’a proposé de me donner ses trois enfants en échange de sa dette. Cet homme était réellement persuadé d’avoir le meilleur des tuyaux pour la course de lévriers qui devait avoir lieu hier soir.

Je me ressers une tasse de thé. J’adore ce thé.

- J’ai accepté, il a perdu, ses enfants m’appartiennent. C’est comme ça que ça marche… cet homme est aussi un crétin, mais bien pire que votre frère, même si on considère qu’il a mis votre vie en danger pour sauver la sienne…

Je m’enfonce à nouveau contre mon dossier avant d’ajouter :

- Oh, et n’allez pas croire que je compte faire travailler ces trois gosses comme larbins hein, en fait ils seront probablement bien plus heureux maintenant. J’ai déjà payé d’avance pour les études des deux plus âgés, ils vont commencer la semaine prochaine. La plus grande veut devenir chirurgienne et le second s’intéresse à la littérature. Le troisième est encore un peu jeune, alors il prend des cours de lecture et d’écriture avec un précepteur dans la maison que je loue pour eux et quelques autres enfants qu’on m’a… disons… confiés.

Ces gosses sont prometteurs… les gosses sont toujours prometteurs si on leur en donne les moyens, y’a qu’à voir ma sœur. Mon père et mon frère se sont cassé le cul pour lui payer ses études, et maintenant elle est tout simplement extraordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Mar 30 Jan - 20:03

La petite dame me parle de choses que je comprends pas trop. Un mec lui a vendu ses enfants. C'est horrible mais j'y peux rien. C'est pas moi qui ait baisé sa femme. Il fallait mieux choisir entre mettre sa bite n'importe où et parier sur des courses de lévriers. J'ai déjà apporté ma modeste contribution au bien être général en ne peuplant pas les campagnes de connards supplémentaires. Bon, j'imagine que pour le bien de la ville il faut fabriquer des nouveaux habitants afin de remplacer les anciens... mais je peux pas être partout. La magie c'est déjà très bien pour occuper toute une vie.

- Oui mais Godric il  ne vend pas d'enfants, c'est juste une andouille. Puis il met pas ma vie en danger.

Je finis par me servir du thé, même si il me semble hautement risqué de boire ou manger quelque chose chez un criminel étranger qui peut faire subir n'importe quoi à la nourriture la plus simple. C'est vrai que c'est l'heure, si on était un jour normal je serais en train de me réveiller de ma sieste pour me diriger en autopilote vers la première boisson chaude disponible. Je suis très routinier.
Bah non, maintenant il faut que je produise un document horodaté pour une criminelle qui parle beaucoup. Je sais pas si quelqu'un hors du Fort m'a déjà parlé aussi longtemps d'un coup. Tout ça pour dire en plus que c'est OK de voler l'argent des gens à l'insu de leur bêtise, parce qu'elle s'en sert pour soigner les gosses qu'elle leur a aussi volé juste avant. Puis je pense pas que mon enfance à moi, ou celle de quiconque, ait valu quatre vingt dix milles ducats. Enfin tout ça pour dire qu'on démoli pas quarante six ans de croyance aveugle en deux minutes.

- Vous avez une feuille et un stylo ? Je suis droitier, ça va me prendre un temps fou de rédiger votre document. Sauf si vous savez écrire aussi.

Je montre mon bras bandé. Dans l'absolu j'ai rien contre l'administration, c'est un truc exotique et bizarre qui ne me concerne pas réellement. Le Fort s'occupe aussi de toute la paperasse à ma place. Le combat contre l'analphabétisme a été très difficile, c'est définitivement une victoire mais je préfère laisser ces histoires là à ceux que ça concerne. Rester au calme à me mutiler ça me va très bien. C'est donc assez facile de me faire écrire et signer n'importe quoi.

- Pffff j'y vois rien avec ces trucs en plus... c'est de l'arnaque les lunettes faut pas se faire avoir. Mais vous savez j'étais pas obligé de sortir cette semaine en plus, c'est Godric il ne se rend compte de rien ! Normalement je m'occupe pas des choses comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Mer 31 Jan - 19:46

Je souris, l’air amusée.

- Je sais écrire, je vais m’en charger.

En plus j’écris bien ! Quand j’ai appris, au début, j’avais une écriture presque illisible, c’était affreux… et puis la personne qui m’enseignait m’a dit de voir ça comme une sorte de dessin… ça a changé ma vie. Si si, vraiment, ça a changé ma vie ! Après ça je me suis beaucoup entrainée, je voulais avoir au moins UN don pour quelque chose d’autre que les chiffres… et j’ai réussi. J’ai une écriture digne des plus grands artistes dans le domaine ! Bon d’accord… peut-être que j’exagère un peu, mais c’est vrai que ça fait toujours bizarre à mes clients haut-placés de voir qu’une « simple hors la loi » écrit si bien. En général je me sers de leurs compliments pour leur donner l’impression que je crois qu’ils me prennent de haut, c’est marrant de les voir pâlir. J’aime bien. Menace un grand patron de ne pas lui filer le fric qu’il veut alors qu’il n’a pas envie de passer par une banque, et tu vas voir plein de couleurs différentes passer sur son visage en quelques secondes. C’est très artistique ça aussi.

J’attrape des feuilles pré-rédigées sur lesquelles je n’ai qu’à rajouter des noms, des dates, des montants etc… après tout ça n’est pas la première fois que je passe ce genre d’accord avec quelqu’un. Je lui demande les renseignements dont j’ai besoin, je rajoute un paragraphe parce que ce n’est pas de l’argent qu’il me doit, puis je fais glisser la dernière page dans sa direction pendant que je termine de calligraphier nos noms sur la première. Mes contrats n’ont peut-être pas la même légitimité que les vrais contrats légaux, mais au moins ils sont beaux !


- Inscrivez la date sous votre nom et signez en-dessous je vous prie.

Je ne sais pas trop quoi répondre à ses dernières affirmations, on dirait un petit garçon qui se justifie après avoir fait une connerie… c’est très troublant d’entendre des trucs comme ça sortant de la bouche d’un mec qui a l’air d’avoir à peu près deux fois mon âge… je le regarde de plus près… ok, peut-être même un peu plus en fait… pas trois fois… mais il est vieux. En temps normal j’aime bien les vieux croulants, ils ont toujours de bonnes histoires à raconter et des conseils (parfois bons) à donner. Bien sûr y’a aussi des vieux cons… ceux qui te sermonnent tout le temps avec leurs « de mon temps la jeunesse gnagnagna » et autres stupidités du même genre… mais bon. Qu’ils soient vieux ou jeunes, des cons y’en a partout. Y’a même sans doutes des tas de gens qui disent que je suis une « sale conne »… dans ma branche, on est pas forcément apprécié par beaucoup de monde. Mais tant pis… j’ai plein de pognon. Le pognon c’est le pouvoir. C’est cool.


- Vous savez, je peux vous avoir une nouvelle paire de lunettes plus pratique si vous le souhaitez… peut-être même plus adaptée à votre vue… je connais un médecin spécialisé dans les problèmes des yeux qui me doit un peu de fric et quelques services, il est très bien, très efficace. C’est lui qui fournit mes hommes quand ils ont besoin de lunettes…

Et puis bon, des lunettes « pour rendre un service », c’est pas cher, même un prieur qui n’est pas pété de thunes ça peut se le permettre largement. Eh oui… ne pas me rembourser, ça coûte cher, m’emprunter du pognon, ça coûte cher… mais passer par moi pour obtenir des objets ou des… trucs… qu’on arrive pas à se procurer soi-même, bah c’est pas si cher que ça. Je me fais très peu de marge là-dessus en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Mar 6 Fév - 20:57

- Non, on a les nôtres à nous. Je préfère pas.

Je grimace. L'idée de confier mes précieux yeux à un médecin de métèque me fait flipper. Ils doivent mettre de la merde sur les plaies parce que leur dieu l'a dit. Et manger n'importe quoi. Même un médecin normal, un vrai quoi, comme ça au hasard en ville je tenterai pas. J'ai tendance à me dématérialiser quand on me fait mal et j'aime pas que les gens grimacent de dégoût en me voyant torse nu (certes, un mec qui vient pour des lunettes n'a pas à me voir torse nu mais on sait jamais, avec la technologie). J'apprécie une approche de type « vétérinaire » où on me recoud sans commentaire. Quand Maï me parle j'imagine un type avec des plumes dans les cheveux et un maquillage à base de sang de porc en train de chanter en agitant un bâton au dessus de mes lunettes. C'est ça qu'ils font les étrangers. Ils ont déjà pas de loupe chez eux, hein. Ils ont pas eu l'idée du principe. Est ce que tu as déjà vu un métèque avec une loupe ? Non. Bah voilà. Pour tuer leurs enfants et prendre de la drogue il y a du monde, mais pour la science, hein. Voilà.

Au moment où un silence gênant allait commencer à s'installer, et que j'allais signer, j'ai entendu Godric pousser un petit cri de douleur. J'ai tourné la tête. Je me suis téléporter en m'enfonçant la plume dans la main. Y a un seconde j'étais là, et celle d'après j'y suis plus (avec un petit effet de fumée cool).

J'arrive dans le salon en trébuchant légèrement parce que j'ai mal calculé mon atterrissage – j'ai pas une règle à niveau dans la tête. Godric est assis dans un fauteuil confortable et un grand costaud est en train de ranger des livres dans une caisse. Il me fixe avec l'air un peu couillon. C'est pas vraiment la zone de guerre.

- Kesskiya ?

- Bin, écoute, je suis depuis tout à l'heure tout seul à attendre alors... 'fin en y réfléchissant, vu que j'ai pas entendu de coups de feu c'est que t'es en train de négocier des trucs.

- Oui mais pourquoi t'as crié ?

- Pour te faire venir.

Je lève les yeux au ciel.

- Enfin, tu t'es engagé à quelque chose ? Signe rien ! Elle va jamais te lâcher après cette folle.

Le grand costaud pose les bouquins et prend une pose un poil plus agressive.

- Écoute je... je vais trouver autre chose, mais si c'est juste pour que tu te fasses pigeonner à ma place je sais pas je...

- En gros on t'as laissé cinq minutes au calme, et en y en repensant t'es pris de remord de me laisser ta merde sur les bras ?

- Ouais mais écoute, écoute... c'est pas contre... contre tous tes trucs machins là, d'obéir à une gonzesse comme ça ? 'fin elle fait pas que du prêt d'argent je suis sûr, hein. Ils vont pas être content par chez toi. 'fin déjà que tu chies une pendule sur des trucs de merde... là quand t'as pas voulu manger du gâteau au mariage de la Louisette, et quand t'as quasiment chouiné parce que le chat a pissé sur tes...

- Mais ferme la sale rouquin.

J'ai levé de nouveau les yeux au ciel à la mention des « trucs machins » très vexant. S'insulter c'est la base d'une relation saine entre frères et sœurs. C'est connu.

- Je suis pas personnellement responsable de tous ce qui est illégal dans le coin. Juste ce qu'on me dit de faire. Sinon je commencerai par vous condamner tous pour braconnage, déjà. Parce que la dernière fois que je suis venu, me dis pas que les conserves de pâté de chevreuil elles étaient... bon bref, merde hein.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Mer 7 Fév - 10:05

Il est parti… cet espèce d’enfoiré était sur le point de signé, et il a disparu. Il a même embarqué ma plume avec lui, plantée dans sa main. Là, pour le coup, je ne m’attendais pas à ce que cette énergumène abandonne son crétin de frère entre mes mains. Bon… moi qui pensais qu’il lui restait au moins l’esprit de famille je me suis visiblement plantée. Je pousse un soupir exaspéré. Merde… je vais devoir faire du mal à l’autre idiot maintenant. J’ai horreur de ça mais bon… ma réputation est en jeu. Je ne peux pas laisser un mauvais payeur errer dans la nature avec tous ses membres intacts, ça ferait tâche.

Je mets un peu d’ordre dans mes papiers histoire de retarder le moment où je vais donner des ordres, puis je me lève en grimaçant pour aller voir l’abandonné de la pièce d’à côté. J’ouvre la porte et…


- Ah mais vous êtes là ? J’ai cru que vous aviez pris la poudre d’escampette et que vous aviez laissé votre frère à mes bons soins.

Ok. Bon… au moins il est là. Mais je dois avouer que la situation commence doucement à me gonfler. D’abord l’autre ne paye pas, ensuite il essaye de se planquer bêtement derrière son prieur de frère à qui je dois tout expliquer, comme si je n’avais que ça à faire, et en plus ils me font le coup de la petite conversation privée pendant que je m’esquinte à essayer de trouver une solution pacifique à tout ce bordel.

- Dites donc vous deux, faudrait voir à pas essayer de me prendre pour une conne non plus, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais je suis une femme d’affaires, mon temps est précieux et vous me le faites perdre alors qu’il me suffirait de couper quelques morceaux pour que cette affaire soit réglée.

C’est vrai quoi merde ! Je fais preuve de bonne volonté, moi, depuis tout à l’heure… et puis je déteste qu’on se paie ma tête. Le geôlier de Godric vient me murmurer quelque chose à l’oreille et mes yeux se mettent à lancer des éclairs.

- Ah oui ?

Il continue son petit rapport tandis que mon regard se pose sur l’homme à l’origine de tout ce bordel.

- Ah vraiment ? Tiens donc…


Mon sourire de « y’a moyen de se faire du fric » a disparu, laissant place à une expression que les gens aiment rarement voir sur un visage comme le mien. Je suis énervée. Mon employé se recule et recommence à ranger les derniers livres de ma bibliothèque dans des cartons. Je m’avance vers Godric et finis par me placer juste derrière lui avant de poser mes mains sur ses épaules. Je n’ignore pas le prieur, on n’ignore jamais un prieur quand on bosse dans le même genre de domaine que moi, mais là tout de suite j’ai autre chose en tête.


- Alors comme ça, on me doit du pognon, on se planque comme un gros lâche derrière son petit frère, on se permet de me prendre pour une conne… et en plus on me traite de folle ?

Je serre ses épaules assez fort pour lui arracher un couinement.

- Et dire qu’on cherchait paisiblement une solution pour que tu puisses sortir d’ici entier. Qu’est ce qu’on fait maintenant hein ? Est-ce que je dois te saigner comme un porc ? Te couper tous les doigts. Où est ce que tu vas finir par la fermer pour me laisser travailler tranquillement mmh ?

Putain de petit emmerdeur de merde. Quand on fait des conneries, on assume, c’est le minimum syndical, on se planque pas derrière les autres… et quand on finit par se faire attraper et qu’on prouve bien à tout le monde qu’on a autant de couilles qu’une petite fille de trois ans, eh ben on est supposé avoir la décence de rester poli si on a pas envie de se faire arracher le peu de virilité qu’il nous reste. Si son frère n’était pas un prieur, j’aurais déjà ordonné qu’on débarrasse le monde de toute possibilité d’avoir à se faire arpenter par la progéniture potentiel d’un abruti pareil…
Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 74
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 48
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Sam 3 Mar - 13:29

C'est tendu. J'ai envie de hurler « ne le touche pas connasse », parce que ce massage d'épaule me semble intrusif et malsain. Mais je vois pas comment faire cesser ça sans que tout parte en couille. Godric a l'air effrayé. Je l'ai jamais vu avoir peur je crois, plutôt afficher un sadisme sournois en cherchant quelle crasse faire à son petit frère. Il doit pas aimer l'idée d'avoir les doigts coupés et de se faire saigner comme un porc.

- Laisse le tranquille.

Pas beaucoup d'emphase dans la demande, mais je suis pas doué pour ça. C'est plus facile quand j'agis au nom du Fort. Je regarde les costauds qui traînent partout. Est ce que je pourrais tous me les faire avec un seul bras ? J'ai de gros doutes. Ils n'ont pas eu d'entraînement militaire, mais faire le double de mon poids est quand même un sacré atout. J'ai déjà vu ce genre de sac à merde continuer à taper comme des sourds avec deux balles dans la poitrine. Et on est dans un espace clos. Comment escorter Godric dehors ? C'est bas de plafond, je serais toujours beaucoup trop près des cibles. Merde !

- Attends Maï je voudrais dire un truc à Zézé, je vais le calmer.

« Zézé » c'est moi (… hélas), et je vois pas bien ce que Godric avec sa moustache puante va calmer. C'était peut être avant de dépenser le prix de trois maisons qu'il fallait y penser. Je comprends pas sa manœuvre, mais j'ai un soupçon d'inquiétude dans les yeux en le voyant se lever pour s'avancer vers moi. Par réflexe. Aucun moment agréable n'a jamais commencé par cette horrible vision. OK ça fait très longtemps, le passé, tout ça, mais une enfance de grosse victime ça laisse des traces.
Ils couraient plus vite, ils connaissaient infiniment mieux que moi les alentours de la ferme et ils avaient tous leurs copains idiots du village pour les aider. Systématiquement une longueur d'avance sur moi. Et c'est toujours le cas, quelque part. Godric m'a bien eu, figure toi. Il s'est débrouillé pour que parte sans lui, que je rompe pas mes vœux et que j'essaye pas de me battre avec mon bras en écharpe, de la seule façon qu'il connaissait.
Il m'a mis un immense coup de genou dans les couilles. Je sais reconnaître un maître quand j'en vois un, et là j'ai bien senti l'expertise sur chaque relief osseux.

Il sait que je ne peux pas m'empêcher de me téléporter quand la situation est trop intense, et qu'il me fait un peu peur. Peut être qu'il a retenu son coup pour ne pas me fracturer le pelvis, mais vu la violence il est peut être fissuré. Je me suis quasi instantanément retrouvé sur un toit trois rues plus loin, en quelques sauts. Pas pu m'arrêter avant. Derrière une cheminée, hors de ligne de tir, mais c'était vraiment pas exprès parce que je suis paralysé de douleur là. En quelques secondes je me suis beaucoup éloigné de toute façon. Je grogne « fumier fumier fumier » trois octaves trop haut en me tenant l'entrejambe d'une main, le front sur les tuiles de la maison. Oui je fais de la magie de la douleur mais ça ne veut pas dire que je peux subir n'importe quoi en sifflotant. Je peux pas agir normalement en ayant l'impression de me prendre des décharges de matraque électrique. J'ai un peu les yeux qui coulent – je ressentirais de l'humiliation quand j'aurais le temps pour ça merci beaucoup. Oh par Myre heureusement qu'il savait pas faire ça quand j'étais petit ! Je vomis un petit peu. Le mec qui va se prendre le contenu de la gouttière qui déborde sur la tête risque d'être un peu surpris (surpris et très triste).

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maï
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 32
Fiche : Par ici !
Faction : Oisillons
District : Borée
Influence : 467
Occupation : Chef

MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   Mer 14 Mar - 12:43

Je pense que si je n’avais pas buté sur « Zézé » j’aurais peut-être pu comprendre ce qui allait se passer, et l’arrêter. Mais j’étais trop occupée à éviter soigneusement de croiser le regard du Gros-Bras devant la porte histoire de ne pas éclater de rire… Je veux bien avoir un certain pouvoir quand je détiens le frère d’un Prieur… mais de là à me foutre ouvertement de sa gueule, publiquement en plus, y’a des limites quand même.

Enfin bref. Dans tous les cas… « Zézé » disparait brusquement. Et ça, ça me fait vachement moins rire pour le coup…


- Merde !

Je balance une gifle magistrale à Godric. Ça sert à rien, mais ça détend. Je crie pour appeler du monde, ma voix porte bien en général, ça rapplique très vite. J’envoie tout ce petit monde chercher dans la maison et à l’extérieur. Personne. BON !

- Bon, eh bien j’imagine que je vais devoir me coltiner ton désagréable faciès pendant encore quelques temps Godric… crois-moi, c’était pas une bonne idée de faire ça. Ni pour toi… ni pour lui…

Je fais un signe de tête en direction de l’un de mes hommes.

- Emmène-moi ça au cachot.

« Au cachot » c’est une version un peu plus jolie de « dans la cave où on séquestre les gens ». Et comme on est en plein déménagement, c’est sous notre prochaine maison-bureau.

Quand on a enfin fait disparaitre le moustachu de sous mes yeux, je vais emballer quelques choses dans mon bureau, mes hommes les emportent, reviennent pour les meubles… et en moins d’une heure, on a débarrassé le planché sans laisser de traces. On ne laisse pas d’adresse, les gens qui me cherchent savent par qui passer pour obtenir ma nouvelle adresse. Ceux qui me cherchent mais qui ne sont pas sur ma liste, savent par qui passer pour obtenir un rendez-vous pour lequel je me déplacerai. Pour les autres… eh bien en général je les trouve moi-même.

C’est ce qui est pratique quand on est connu dans ce milieu… si quelqu’un vous cherche, vous finissez toujours par le savoir. Et on envoie quelqu’un le chercher, selon qui c’est on y va nous-même… c’est cool, on se fait des nouveaux clients de cette manière des fois, et sinon on protège nos planques.

Genre là par exemple, si « Zézé » décide de revenir chercher son idiot de frère, il ne trouvera que du vent, et n’aura pas la moindre idée d’où chercher… et s’il va voir quelqu’un, on me transmettra, et je lui enverrais peut-être un mot… peut-être… j’ai pas décidé encore. Vais-je jouer avec Godric jusqu’à ce que mort s’en suive, ou me servir de lui pour être payée par son frère ? Je sais pas… j’hésite…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un café sensuel et subtil qui vous procure des sensations velours. [Maï]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que cette détente cérébrale vous procure quelques instants d
» Aimez-vous le thé et le café ?
» que pensez vous de ces sourcils ?
» Vous souvenez-vous de vos quarts à la coupée ?
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Extérieure :: District de la Borée :: Maisons & Appartements-
Sauter vers: