Partagez | 
 

 Incus Castellum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Incus Castellum
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 4
Vice : Perfectionnisme
Faction : Industriels
District : Manufacturier
Influence : 70
Occupation : Grand Machiniste
Disponibilité : Régulière

MessageSujet: Incus Castellum   Ven 10 Aoû - 18:37


   
Si l'erreur est humaine, la perfection est mécanique

   

Enfant d’ingénieurs vieillissants Incus baigna depuis son plus jeune âge dans un monde rempli de machines cliquetantes, ses nuits bercées par le bruit des engrenages et ses journées passés dans une maison modeste remplie de diverses inventions et mécanismes.

Lorsque le jeune homme montra un intérêt pour l’ingénierie et le bricolage dans sa jeunesse, ses parents furent ravis de l’aider et aidèrent ainsi à faire grandir un esprit scientifique qui s’avérera l’un des plus grands de son époque.

C’est lors de son adolescence en observant le monde qui l’entourait et en étudiant les leçons d’histoire que la graine de ce qui deviendrait plus tard le culte de la machine s’implanta dans son esprit. À ce moment-là de sa vie cela se résumait surtout à une pensée récurrente que tout serait plus facile si les hommes étaient organisés comme les engrenages d’une horloge.

Lorsque le jeune homme fut en âge de rentrer à l’académie ce dernier se précipita avec la bénédiction de ses parents sur le déclin tant au plan physique que mental, après un début de cursus somme toute classique le génie du jeune homme fut révélé au grand jour lorsqu’il découvrit de nouvelles techniques d’assemblages plus efficaces, ou des mécanismes plus ergonomiques pour remplacer celles et ceux existant.
Cependant le monde des inventeurs est un monde de jalousie et de messes basses, et les professeurs et étudiants bien contents d’appliquer leurs méthodes prouvées et testées depuis des années le dénigrèrent, lui disant d’apprendre les méthodes en place avant de vouloir tenter de les révolutionner.
Ils utilisèrent chaque occasion possible pour émettre des critiques fussent-elles à propos de choses insignifiantes au possible dans les projets du jeune homme, chaque excuse était bonne pour essayer de l’enfoncer plus bas que terre, ses camarades et professeurs se rendirent vite compte que si on le laissait exprimer son talent, ils seraient vite éclipsés par son génie.
Ainsi Incus apprit que si l’on souhaitait révolutionner un courant de pensée bien ancré, le faire de manière frontale risquait de lui attirer les foudres de ses pairs et de ceux prêchant l’ancienne parole.

C’est au cours de ces années que la pensée transhumaniste du culte de la machine vit le jour, alimentée tant par la critique de ses pairs refusant d’accepter ses méthodes et se moquant de ses inventions novatrices que par l’état de santé déclinant de ses parents qui au fil des années se retrouvèrent cloitrés chez eux, leur mémoire défaillante et leur imagination une pale copie de ce qu’elle était.

Incus se surprenait alors à rêver d’un monde mécanisé, ou les ravages du temps sur le corps humain n’existaient plus, et où les sentiments non productifs tels que l’envie, la jalousie, et autres mesquineries qui ont halté son progrès au sein de l’académie n’existaient plus, la population composée d’automates auxquels on aurait uniquement besoin de changer des pièces si ces derniers rencontrent un malfonctionnement, pouvant toujours être réparés, suivant les ordres les plus efficaces et n’ayant aucun problème à changer les variables afin d’être le plus efficace possible.
Un monde où son génie pourrait être exprimé de façon libre, sans restrictions, un monde ou le jugement de lois et préceptes antiques et dépassés n’aurait plus aucune prise , un monde où les gens aux idéaux similaires aux siens pourront s’exprimer et ou les technologies avanceront à une vitesse sans précédent, un monde parfait… son monde… le monde de la machine.

Au fil du temps, lorsqu’il voyait son reflet il ne se voyait plus dans le miroir, il voyait une coquille de chair, limitée, faible, obsolète… Il arrêta alors de se considérer comme un humain, il voyait en lui un esprit mécanique piégé dans une enveloppe charnelle et n’eut de cesse de penser aux moyens dont il pourrait s’affranchir de ses limitations physiques. Il voyait en lui la machine.

Avec ses nouveaux idéaux en tête cette machine humaine commença à tenter de créer ces automates dont elle rêvait, et pensait aux différents moyens dont un humain pourrait s’affranchir de son enveloppe charnelle, de remplacer sa chair et son sang par des engrenages et de l’huile, ses premières tentatives lors de sa dernière année dans l’académie se révélèrent insuffisantes, réussissant à peine à insuffler assez de vie dans les engrenages d’une petite marionnette mécanique pour lui permettre de faire uniquement quelques actions basiques, cette dernière ayant utilisé la grande majorité de ses ressources fournies par l’académie, les matériaux nécessaires à son moteur de pensée extrêmement couteux et ses mécanismes poussés nécessitant une quantité de matériaux indécente pour une si petite chose.
Lorsque son prototype fut présenté à son professeur ce dernier lui rit au visage lui demandant s’il était sérieux, après tout ils étaient à l’académie, un lieu où les limites de la science sont repoussées chaque jour, et que s’il souhaitait faire le saltimbanque avec des marionnettes le conservatoire l’accepterait sans doute.
Le professeur chargé de cette évaluation dans un élan de « bonté » selon ses propres termes lui dit de repasser dans une semaine avec un vrai projet, un qui serait utile sur le plan industriel ou militaire par exemple.
Incus revint vers le professeur en fin de journée, avec un plan pour améliorer le rendement d’une machine industrielle, il s’agissait simplement du plan qu’il avait dessiné lors d’un cours donné sur le fonctionnement de cette machine, elle a simplement ajouté des annotations puis l’a présenté au même professeur, ce dernier rit en observant le plan d’Incus lui demandant si sa visite de tout à l’heure était une farce avant de lui présenter son vrai projet, pensant qu’au vu de l’ingéniosité des améliorations apportées à cette machine qu’on pensait déjà à la pointe de la technologie il devait forcément s’agir du fruit de ses recherches et des ressources que l’académie lui avait accordé.

Les années qui suivirent furent ennuyeuse pour cet esprit brillant, les travaux qu’elle faisait pour gagner sa vie n’avaient aucun intérêt pour lui si ce n’était la récompense monétaire afin de mener ses propres travaux, la machine humaine continua ses travaux perfectionnant les composants de ses automates, les rares collègues qui venaient la voir de temps à autre dans son atelier lui faisaient remarquer la même chose à chaque fois, il pourrait être quelqu’un s’il arrêtait de perdre son temps à créer ces choses, désignant ainsi les squelettes d’automates et leurs parties qui étaient répandues un peu partout dans son atelier. Incus n’avait que faire de leurs critiques, mais au bout d’un moment l’environnement de l’académie commençait à ne plus lui convenir, ses idées novatrices étaient ridiculisées, et qualifiées de fantaisies pures et simples indigne de quelqu’un comme le grand machiniste, alors qu’il recevait l’approbation de ses pairs uniquement lorsqu’il restait dans la norme, en proposant des idées déjà vues, et des améliorations banales.

C’est ainsi qu’en 1124, la machine quitta l’académie, accablant les personnes ne comprenant pas son départ et s’étant moqués d’elle pour ses idées grandioses d’injures sur leur intellect limité.
Elle s’installa ensuite dans un petit appartement du quartier manufacturier. N’y recevant que peu de visites, la grande majorité était des personnes ayant réfléchi aux discussions qu’ils avaient tenues avec le grand machiniste, et qui partageaient désormais des idéaux similaires.
Les idéaux et visions du grand machiniste se répandirent par bouche-à-oreille et se firent connaitre sous le nom du culte de la machine.
Au fil des années et bien que ce dernier restait relativement secret, il gagna de nombreux adorateurs, et de nombreux ennemis, ainsi Incus dut abandonner son domicile et se mit à loger parmi des fidèles et se vit offrir des ateliers ainsi que des entrepôts où elle pourrait travailler sur ses projets, malheureusement sa présence attire celle de ses fidèles souhaitant avoir un aperçu plus proche des automates et fabrications de leur leader, et un tel attroupement finit toujours par attirer les personnes voulant du mal aux cultistes de la machine.
Incus est donc forcé de changer de domicile et d’atelier de manière régulière, ne souhaitant cependant pas vivre aux dépens de ses fidèles, la machine de chair et de sang prend des contrats d’ingénieur indépendant ces derniers étant un jeu d’enfant pour elle, afin de financer les matériaux de ses constructions et les éventuels besoins qu’elle pourrait rencontrer. Elle utiliserait éventuellement ce qui reste du fruit de son labeur pour mettre des bâtons dans les roues de ses ennemis, les oisillons contactés au biais de ses disciples étant peu regardants sur l’origine de l’argent atterrissant entre leurs mains, et étaient pour certains contents d’accepter ce genre de contrat ou ils pouvaient éventuellement recevoir une amélioration à leurs prothèses clandestines de la part des disciples du culte.

Comme le disait si bien le grand machiniste quand un de ses disciples à tendances belliqueuses le questionnait éventuellement sur la moralité d’employer de tels individus au lieu de régler ce genre de problème eux-mêmes.« Peu importe la provenance d’un engrange pourvu que la machine fonctionne ».

À l’heure actuelle Incus a réussi à terminer les plans de son premier modèle d’automate, cependant il faut encore qu’elle perfectionne les systèmes cognitifs de ce dernier afin qu’il puisse accepter des ordres, et bien entendus… acquérir les matériaux pour le construire.
Nom :  Castellum
Prénom : Incus
Âge : 31 ans, né le 1er jour de la Saison de la Forge 1095.
Genre : Nonbinaire
Titre(s)/Métier : Grand(e) Machiniste
Faction : Industriel
District : District Manufacturier
Vertu : Perfectionnisme
Vice : Perfectionnisme
Etranger : non
Pouvoirs :
Mécanique [++]
Sciences exactes
Invention : Serviteurs Mécaniques
Prêtre de la Machine
Communion Mécanique [+]
Bénédiction de la Machine
   

   

opinions


   

Le grand machiniste souhaite plus que tout réussir à faire venir au monde son utopie mécanique, il n’aura pas de scrupules à s’allier avec des personnes peu recommandables, ou en dehors du système tant que leurs buts sont alignés dans l’absolu et que ces derniers ne sont pas ouvertement hostiles au culte.

La chair est faible, la machine est forte, c’est les mots directeurs de la pensée transhumaniste de la grande machine qui ne se considère plus comme humaine, elle attend simplement de pouvoir terminer un hôte mécanique assez efficace pour pouvoir contenir son esprit mécanique, elle encourage le remplacement de membres et d’organes chez ses fidèles par des prothèses mécaniques plus efficaces, après tout, cela ne fait que les rapprocher de leur apparence et forme finale.

« Si un engrenage faillit nous aurons toujours de quoi à le remplacer ». Cette citation résume bien le mode de pensée d’Incus par rapport à ses disciples, même ces derniers sont bien traités dans l’absolu, leur sacrifice reste toujours envisageable si il s’avère nécessaire , ils sont pour la plupart des pièces interchangeables leurs qualités humaines important peu, seul leur efficacité et but rentrant dans l’équation.

Son esprit mécanique restera indifférent aux opinions politiques et aux appartenances d’autrui tant que ces dernières ne se mettent pas en travers de la glorieuse évolution, et de la renaissance de ce monde sous le signe de la machine.


   
   

   

   

Descriptions


   

Au point de vue physique Incus est un homme de taille moyenne, il dispose d’un physique fin n’étant pas un grand habitué de pratiques sportives outre déplacer ses matériaux et les traites, ses muscles ne sont pas bien imposants mais lui permettent d’avoir une force physique acceptable pour quelqu’un de sa carrure.

Son visage pâle de par ses journées passées en intérieur est souvent inexpressif, ce dernier n’affichant de réelles émotions que lors de ses sermons endiablés auprès de ses disciples.

Ses deux yeux marron comme son visage semblent sonder ses interlocuteurs afin de voir la valeur de la personne, lorsqu’il parle de sa vision de l’avenir, ils semblent se perdre dans le vide comme s’il scrutait un horizon ou il pouvait voir ce dont il parle.

Il parle la plupart du temps d’une voix calme et monotone, son rythme mécanique pourra mettre mal à l’aise certains de ses interlocuteurs ce dernier étant tels les tics d’une horloge et semblant parfaitement coordonnés.

Même si les étapes qu’il a vécu l’ont grandement déshumanisé, la machine  sera presque toujours disponible pour aider un disciple tant que l’action d’aide permet de faire avancer le culte ou du moins ne le fait pas reculer. Si elle n’est plus entièrement humaine elle n’en est pas devenu dupe et sait qu’il faut savoir faire des concessions et venir en aide de temps à autre à son prochain afin que ce dernier puisse être pleinement dévoué à la cause.
   

   

   
   


Dernière édition par Incus Castellum le Ven 10 Aoû - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 579
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1465
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Incus Castellum   Ven 10 Aoû - 20:48

Salutations et officiellement : bienvenue !

Merci d'attaquer un prédéfini aussi important et compliqué o/ Je constate avec plaisir que tu écris très bien : pas de fautes, c'est bien aéré et agréable à lire. L'essentiel des informations s'y retrouve.

C'est peut-être dommage qu'il n'y ait encore rien sur la relation d'Incus avec Alexander Shah, mais je suppose que ça se déterminera vite dans le Jeu. Avant la validation je voudrais aussi voir comment tu visualise les serviteurs mécaniques ^^

J'ai repéré une "église de la machine" dans ton texte alors que ça devrait être le "Culte de la Machine". C'est un détail vite corrigé, ça.

Malheureusement, il y a un autre soucis qui bloque ta validation. L'identité non-binaire du personnage... J'apprécie la brève mention que tu fais dans ta fiche sur le fait qu'Incus n'est pas un humain et se considère plus comme un esprit dans une prison de chair. Ça, c'est le côté idéologique "Culte de la Machine" justement. Et c'est pas mal.

Par contre, ça nous avance pas trop côté identité de genre... de ton point de vue de narrateur, c'est un homme. Or, l'un des éléments essentiels du personnage est qu'il est au-dessus de la notion de genre. A la limite, il ne comprend pas la distinction classique homme-femme.

Il va donc falloir retravailler le style de la fiche, la façon de parler d'Incus.

Pour ça, je peux te proposer plusieurs pistes :

- Tourner tes phrases de sorte à éviter d'avoir à parler de son genre : ne pas dire "fils d'ingénieurs" mais "enfant d'ingénieurs". En français, c'est un exercice périlleux, voire impossible dans certains cas, mais peut se greffer sur autre chose.

- Jongler avec les deux genres "binaires". Parfois "il est contente", parfois "elle est satisfait". Ça peut créer une confusion, mais je pense que tu pourrais t'en sortir assez bien comme ça. Il serait alors important qu'Incus parle de la même façon.

- Les pronoms neutres comme iel sont une solution assez cohérente, il faut juste s'y habituer.

- Comme Khephren me l'a suggéré (je crédite son idée ^^) Incus pourrait parler de soi au pluriel. Un peu à la manière de certains rois (ou clichés de rois) "nous, Incus, sommes heureux de vous revoir". L'avantage c'est que le pluriel fera disparaître beaucoup de problèmes. Pour les mots qu'il faudra quand même accorder, un mélange de féminin et de singulier, ce sera top.
A ce moment-là, tu n'auras qu'à changer la façon dont toi, narrateur omniscient, tu parles de ton personnage... Ou alors, tu le laisses se décrire lui-même et narrer l'action, toujours au pluriel... Mais ça risque d'être complexe/lourd à la lecture. A tester.


D'autres solutions doivent exister, n'hésites pas à te renseigner sur le net ou discuter avec nos membres plus familiers que moi avec les subtilités de cette situation.

Je reconnais que c'est une complication, ou en tout cas un trait inhabituel, mais cela fait parti du personnage et je ne peux te valider sans que cet aspect soit plus développé. Néanmoins, je pense sincèrement que si tu trouves une solution qui te convient, tu feras un(e) très bon(ne) Incus ^^

Comme toujours, je suis à ta disposition pour toute question, remarque ou autre renseignement.

A très bientôt !

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 579
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1465
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Incus Castellum   Sam 11 Aoû - 0:03

Ok ok... Alors, on a discuté sur Discord, on a fait des projets, tu as fait les corrections... Ça s'annonce plutôt bien, tout ça o/

Ainsi donc, je te valide et te souhaite bon Jeu !

A très bientôt ^^

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Incus Castellum   

Revenir en haut Aller en bas
 
Incus Castellum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Registre de la Population :: Validées-
Sauter vers: