Partagez | 
 

 Hēi Huoyào

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Huoyao Hei
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 40
Vice : Egoïste et Opiniâtre
Faction : Industriels
District : Manufacturier
Influence : 471
Occupation : Forgeron
Disponibilité : Moyenne à rare

MessageSujet: Hēi Huoyào   Jeu 9 Aoû - 16:13


De fer et de feu



Je m’appelle Hēi Huoyào ne vous embêtez pas à essayer de le prononcer, pas aujourd’hui je n’ai pas envie de vous reprendre une douzaine de fois parce que vous me traitez de « désir d’or » ou autres mots extravagants je suis fatigué par cette ville immonde lovée comme un de ces légendaires dragons autour de son prétendu trésor qu’elle massacre elle-même.

Aujourd’hui j’ai enfin reçu une lettre, au bout de nombreux jours, sur le devant il y avait mon adresse, en dessous marqué « n’habite pas à cette adresse », et une dizaine de tampons de divers bureaux, cette lettre à probablement fait plus le tour du monde grâce à un de ces gars de la maison des navigateurs -qui soit dit en passant sont bien plus souvent assis derrière leur bureau sur une chaise qui ne prend pas le roulis, car ils sont sur la terre ferme mais passons- et elle m’a été livrée à ladite adresse à laquelle je n’habite pas.

Aujourd’hui encore, comme de nombreuses fois on m’a fait attendre au bureau de l’Académie pour me dire qu’ils m’avaient déjà envoyé une lettre me disant si j’avais ou non été reçu, et que sans ce mot ils ne pouvaient m’en dire plus mais que, comme il leur était impossible de prononcer mon nom, je ne devais pas m’attendre à pouvoir donner des cours à des étudiants qui attendent de leurs professeurs au moins d’être compris ! Que je n’avais qu’à aller faire comme tous ces étrangers et travailler à l’Usine.
L’usine … Je pose le papier sur la table en poussant le reste.

De la table un morceau de vélin rejoint le sol en voletant comme ne savent le faire que les papiers Atlasis, c’est un de mes premiers croquis que j’ai fait chez moi quelque part au nord d’ici, un croquis où j’avais compris la nécessité du pouvoir de la foudre, l'électricité était le futur, j’en avais tiré la théorie d’un livre Excelsien, glané divers savoir de ci de là pour construire des bases !
Puis j’avais quitté mon université là-bas, quitté mon poste d'ingénieur après avoir rassemblé mes économies pour venir là, à la limite du quartier Manufacturier et de … pas grand-chose -car à mes pieds il y a le fleuve et derrière chez moi de la place … Tout ça pour, ... Ce savoir.
Pour ça...

Je décachette la lettre avec un petit couteau et je regarde le papier de l’académie … Il est assez clair en vérité, quand je le pose dans mon dossier à côté de ses collègues, plus clair que la première fois qui était très droite, au langage soutenu. Je pense qu’ils en ont leur claque que je leur envoie ma candidature. Je pense que toute l’Académie doit savoir qui je suis ou alors qu’ils ont une cheminée qui brûle exclusivement les demandes que je leur envoie et qui chauffe tout le quartier des étudiants … Comment je vois ça ? Aux gros mots, en vérité il y en a même que je ne connaissais pas, savez-vous ce que veut dire stercoraire ? Indice il ne parle pas ici d’oiseau...

Et bien qu’ils aillent au diable, cela fait déjà trois ans que je vis ici je n’ai pas besoin d’eux pour vivre, je n’ai pas besoin de leur savoir. Si personne ne veut le partager avec moi je le trouverais seul ce savoir, et je ferai seul avancer la science !

Alors que je râle le regard aussi mal coiffé que ma barbe ou mes cheveux. J’entends quelqu’un toquer à la porte ouverte. Un monsieur bien habillé avec deux hommes me regarde et demande le patron … Ah ! Le patron … Je lui propose de revenir dans deux heures que je mets à profit pour faire des choses importantes : me laver -ce que je n’ai pas fait depuis qu’une bande d’Excelsiens m’a chahuté devant l’académie sans que personne ne me vienne en aide-, me coiffer, et surtout jurer en rangeant un peu. Quand le noble revient, je suis tellement présentable qu’il ne me reconnait pas.

Il est là pour la même raison que les autres, je sais faire beaucoup de choses de mes dix doigts, de l’horlogerie à la chimie en passant par les machines qu’ils aiment tant. J’ai passé autant de temps sur des compartiments de luxe pour les train que des armes, je maitrise la soudure à l’arc comme aucun Atlasi et je sais rainurer un fusil comme aucun étranger -si la stabilisation gyroscopique ne vous dit rien c’est que vous avez toujours utiliser des fusils de mauvaise qualité.

L'entretien est long, et fatiguant, comme tous il ne sait ni ce qu’il veut ni ce qui est possible, par contre son subconscient veut quelque chose d’unique, de clinquant, et si possible avec les touts petit engrenages que je produis et qu’ils aient une utilité.
Mon père, un vrai Atlasi lui, m’as toujours dit que j’aurais dût faire horloger de luxe comme lui, j'ai grandi dans la machine…
Mais enfin, ça vaut toujours mieux que l’histoire de l’autre qui était venu me demander si je pouvais produire une bombe qui détonnait à un moment précis. Je ne sais pourquoi mais je sens qu’avoir accepté sa commande va probablement me revenir dans le visage…

Je prends sa commande en me disant qu’il faudra que je pense à trouver quelqu’un apte à m’assurer une certaine protection, la dernière fois que j’ai sorti un piège électrique sous la forme d’un petit couteau à deux lames et que j’ai fait convulser deux des enfoirées qui m’en voulaient c’est la milice de la ville qui m’a arrêté alors qu’on avait essayé de me voler … L'idée était bonne, ça se décharge en un coup la pile à l’intérieur ne tient pas la charge, elle se vide d'un coup, et le couteau est un peu gros, mais c'est plus marrant que les pièges à foudre. A creuser.

Je le laisse partir de chez moi et ferme la porte avec son code, j’ai encore trop envie de jurer pour recevoir des godelureaux… Encore un joli mot appris dans des livres dans l’espoir d’entrer à l’académie ... Mais ils ne veulent pas de mes idées ni de moi ...  Ou surtout pas de moi, allez savoir.

Nom :Hei  
Prénom : Huoyao  
Âge : 27 ans
Genre : Masculin
Titre(s)/Métier : Forgeron et machiniste
Faction : Industriel
District : Manufacturer
Vertu : Opiniâtre et créatif
Vice : Egoïste et Opiniâtre
Etranger : Demi Atlasi
Pouvoirs : - Atlasi
- Science exacts
- Electrisation
- Artisan [++]
 ° Forge
 ° Mécanique de précision

opinions


La politique ! J’adore la politique ! C’est un peu ma passion, ça revient à savoir qui a la plus grosse sans jamais avoir à la poser sur la table mais en demandant à des gens qui sont censés l’avoir vue de parler en ton nom à d’autres. Rien que ce bout-là est suspect -sans jeux de mots- mais ensuite à partir de rumeurs fondées sur des rumeurs on décide en entre-soi de lois qui impactent tout le monde.
La politique c’est un peu la beauté d’un tableau de maître recopié par le gars qui a été choisi comme en voulant le plus, étant capable de marcher sur le plus de ses compatriotes, et ayant le plus d’influence … Sauf que ces qualités ne font pas un bon peintre.

L'économie ? J’adore l’économie … C’est un peu … Non en vérité le capitalisme débridé à une montagne de défauts tous plus honteux les uns que les autres mais une petite flopé d’avantages qui permettent aux gens comme moi de s’en sortir … Vivant.
Alors je ne vais pas cracher directement dans la bouche de ce que j’utilise tous les jours pour vivre, même si en temps qu’artisan, je suis persuadé que l’outils pourrait être meilleur, déjà en ôtant cette rouille de corruption.
Mais sincèrement, je m’en fiche tant que je vis et que je peux faire ce que je veux, je suis venu là pour ça, par pour qu’on m’explique comment faire quelque chose ou comment utiliser mon argent !

Le social… Quel social ? J’en ai bavé pour sortir ne serait-ce qu’un foutu outils de là, j’ai étudié à m’en faire péter les yeux, j’ai vomi sur mes feuilles quand j’étais malade, j’ai brûlé mon sang pour en faire du fer … Tout le monde peut être utile, si vraiment la politique veut aider les gens qui ne savent pas comment l’être, très bien, sinon, il faut 400 personnes environs pour faire une épée à partir du sang de vos ennemis…
Tout le monde je vous dis !

Les factions !  Racistes, stupides, des gens comme l’académie se coupent des savoir-faire bien plus vénérables qu’elle ne le devrait, mais je leur montrerai que je n’ai pas besoin d’eux, j’arriverais à faire des choses avec mes seules mains d’artisan que ces imbéciles dans des livres, ou ces congrégations d’idiots n’arriveront jamais à faire ensemble. Pour construire un bâtiment il faut partir de la base et je n’ai pas besoin des dorures pour ça ! Ni même d’une chaise.
L’industrie fait semblant de m’accepter mais elle est moribonde, les chiens tournent là pour se partager les os, alors pourrait-elle refuser un artisan d’expérience qui sait monter des outils utiles et chers ?
Après tout elles sont toutes identiques … Toutes aussi utiles si on accepte de faire le coq ; mettre les pieds dans la merde pour mieux pouvoir chanter.

Les étrangers : Ces foutus étrangers qui viennent voler le travail des Excelsiens, sans pitié, dans leur propre sang ! Indigènes et barbares ignorants et indignes ! Ils n’ont pas accès au savoir ou à l’académie !


Je me dis que si ces derniers ne savent pas défendre leur ville malgré toute la population qui les aide et tous les bâtons qu’ils nous mettent dans les roues, c’est plutôt de leur faute non ? Peut-on être Excelsiste ?




Descriptions

Je me vois mal me décrire moi, et ne vois pas non plus l’intérêt de laisser ma mère le faire …

Je suis comme tout le monde, sans intérêts dans la vie de tous les jours, quelque part perdu entre des cheveux mi-longs que je ne coiffe que rarement, et un regard bleu, celui de ma mère il parait que je lui ressemble. Je les pose bien plus sur les outils que sur les gens. Suivant les jours, j’ai et un semblant de barbe. Je cache un corps plutôt faible surtout pour mon métier sous des vêtements et seule comptent l’agilité de l’artisan, la frappe précise, le bras qui tient, la finesse des gestes, et surtout la perfection.

Alors même lorsque je m’habille bien pour recevoir un client chic qui veut que je lui fabrique un miracle, j’ai des cals sous les doigts et les mains puissantes de celui qui travaille sur un corps qui sied plutôt à celui d’un chef d’entreprise… Les habits blancs font toujours de l’effet, le petit foulard, et le sourire, on dirait presque un politicien.
Car qui regarde les mains ?
Mes ongles une fois lavés n’ont que peut la marque du fer, et ça arrive à tous de recevoir un coup dessus. Je suis un petit bourgeois qui dirige un atelier. Qui travaille dedans n’a pas d’importance. Je suis probablement un maître artisan dans une petite maison à côté du fleuve pour avoir une roue … Et probablement avec des gens qui m’aident, d’ailleurs la roue tourne toujours … Ils sont imbéciles, ils n’entendent pas les piles qui se charges, le lithium qui hurlent quand on le force à devenir métal ou ions, ils ne voient pas mes bras et la brûlure de la chimie sous mon bras gauche. Ils ne voient que mes bagues en carbure de tungstène, que les minuscules rouages qui roulent après avoir été électro-déposés qui roulent dans la montre que j’ai fabriquée, des rouages bien trop précis, trop petits.
Ils ne regardent pas mes mains …

J’aime bien les mains elles sont révélatrices. Elles parlent toujours plus que leurs propriétaires, les miennes sont calmes et précises, elles arrivent au bout des choses mais prennent soin d’elle car elles savent que, même si un jour nous avons des gens à qui nous pourrions faire confiance, elles seraient toujours la dernière ligne tout autant que la première.




Dernière édition par Huoyao Hei le Sam 11 Aoû - 7:30, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 621
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1289
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Hēi Huoyào   Jeu 9 Aoû - 20:17

Bonjour et bienvenue !

C'est sympa d'accueillir notre premier Atlasi ^^

J'ai néanmoins quelques remarques.


1) Le style général de ta fiche est original, mais on se perd parfois dans ce qui relève de l'information et ce qui est là pour l'ironie du personnage. Ça peut porter à confusion, surtout qu'une fiche c'est d'abord là pour fournir les infos essentielles à tes partenaires de RP. Enfin, ce n'est pas trop gênant.

2) Dans le même sens, il y a quand même quelques fautes d'orthographe et autres. Ce serait bien de relire à la fin des corrections.

3) Pour passer sur le fond, je pense que quelques points fondamentaux du personnage méritent d'être également revus. Bien sûr, on a rien contre les personnages cyniques ou désagréables. Des traits négatives, c'est bien. Je me demanderai si, pour rester cohérent, tu n'auras pas du mal à tisser des liens avec les autres personnages ? A voir.

4) Ce qui est certain, c'est que la raison pour laquelle Huoyao est venu à Excelsa ne me semble pas très crédible. Tu parles d'une découverte (ou d'une illumination) qu'il aurait eu en lisant un livre excelsien... Il aurait alors abandonné ses études à Atlas pour venir tenter de postuler à l'Académie...

C'est peu réaliste, dans la mesure où les ingénieurs atlasi rivalisent avec les excelsiens (sont meilleurs dans certains domaines). Et je ne vois pas quelle brillante découverte peut-on faire en lisant un livre pour venir rivaliser/vouloir rejoindre les gens qui ont écrit ledit livre... Sachant qu'à Atlas, l'électricité reste quelque chose de très rare et expérimental.

D'autant plus que ce n'est pas un secret que l'Académie n'accepte pas les étrangers dans ses rangs, même si elle veut bien collaborer avec les scientifiques venus de l'extérieur, mais alors plus sur base de relations diplomatiques. Certainement pas pour les laisser intégrer ses rangs.

5) Ce qui nous amène au point suivant : les pouvoirs et autres capacités de ton personnage. Du point de vue des PI, ok, pas de problème.

Par contre, comme ils sont tous au premier niveau, Huoyao est plus un apprenti qu'un scientifique de génie... Surtout s'il n'a pas achevé sa formation à Atlas. D'ailleurs, tes inventions manquent de descriptions. Tant une porte à code... pourquoi pas (surtout si ça relève de la mécanique plus que de l'électricité), mais le couteau électrifié ? Un genre de taser ? Ça me parait flou et très improbable de la part de quelqu'un qui n'a pas eu de formation pour fabriquer des engins électriques et n'a pas fini sa formation en mécanique...

Mais en tout cas quelqu'un d'aussi polyvalent à 22 ans, et aussi expert dans tous ces domaines : non.

6) Je pense que changer le postulat de base du personnage t'aidera beaucoup. Peut-être a-t-il une invention brillante à vendre à l'Académie ? Peut-être est-il à la recherche d'un employeur pas trop regardant sur la nationalité ?

7) Enfin, ton avatar n'est pas à la bonne taille : 200*400. Au-delà de cela, les Atlasi sont, dans leurs noms comme dans leur apparence, ce que pourrait donner une Chine steampunk. Autant dire que le blond aux yeux bleus... Ce n'est pas trop ça.


Si tu as besoin d'aide avec quoique ce soit, du Contexte, en passant par des liens et arrangements avec l'Académie, jusqu'aux graphismes, n'hésites pas à demander ici, par MP ou sur Discord. On est là pour ça.

Courage pour les corrections et à très bientôt !

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 621
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1289
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Hēi Huoyào   Sam 11 Aoû - 10:23

Ok, tout a été débattu par MP et sur Discord.

Je te valide donc et te souhaite la bienvenue parmi les (petits pour l'instant) industriels d'Excelsa !

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hēi Huoyào   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hēi Huoyào
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Registre de la Population :: Validées-
Sauter vers: