Partagez | 
 

 [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 621
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1289
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Ven 15 Juin - 16:31

Vous aidez un peu à accrocher les derniers lampions et s'assurer qu'il y ait assez de verres sur les tables bordant l'espace réservé à celles et ceux qui désirent danser.

Les locaux ignorent qui exactement est Catherina, même s'ils sont au courant qu'elle loge à la station thermale et doit donc être une personne importante venue de la Ville. Les prieurs et les voyageurs venus d'Excelsa ou de Trius profitent de cette occasion rare pour tout de même demander un autographe.

Le titre du Légiste impressionne par contre. Tous les habitants de Viminal se sont passés le mot et n'appellent pas Wilhelm autrement que Docteur. plusieurs personnes viennent poser des questions sur leurs maux personnels voire même parler de leurs grands-parents décédés depuis des années.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Lun 18 Juin - 1:14

Barboter dans un bain et réfléchir au sens profond de l’existence dans la campagne environnante était certes très reposant, mais Catherina devait se gorger de la présence d’autrui pour s’épanouir.

Aussi, dès le lendemain de son arrivée, la pianiste décida de rentrer directement dans le feu de l’action : la préparation de la fête.

Pour ce faire, elle choisit une robe blanche, à taille haute, et col carré, ainsi que des bottines couleur terre. L’une des tenues les plus pratiques de sa garde-robe, mais qui n’avait rien à envier en termes d’élégance sur une autre, avec ses immanquables pendants d’oreille.

Catherina eut tôt fait de repérer la piste de danse, point stratégique. L’artiste était loin d’être une danseuse irréprochable mais ce n’était pas ce détail qui l’empêcherait de se déchaîner dès lors que la musique retentirait.

Sauf quelques regards en coin, et un autographe que Catherina signa obligeamment, la pianiste put cheminer à son aise jusqu’aux grandes tables.

Une fête populaire, c’était toujours délicieusement pittoresque. L’artiste s’accorda un moment pour goûter aux bruits de la foule, et aux émotions ambiantes.

Finalement, elle fut abordée par une femme d’un certain âge, qui lui demanda, non sans respect mais avec une certaine vigueur, de prêter concours aux installations.

Catherina cilla, plus habituée du tout à ce qu’on s’adresse à elle de la sorte, elle fut presque tentée de se vexer, avant de se rendre compte du ridicule de sa réaction.

Elle noua ses mèches bleues, reconnaissables entre toutes mêmes au milieu de cette foule, en une natte solide qui s’agitait au vent tel un étendard portant ses couleurs, et commença à disposer les verres sur les tréteaux de bois aux côtés des locaux.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Mer 20 Juin - 0:27

Les discussions entre deux cerveaux adeptes des mêmes sciences sont rares pour Wilhelm Zolt, et celui-ci doit bien admettre, avec un affreux pincement de regret au cœur, que sa mentor et amie lui manque cruellement. Bien que sa vie et ses quelques divertissements ne soient pas réellement ce que l’on pourrait nommer une « vie compliquée », la solitude d’esprit dont souffre le Légiste devient parfois pesante, et cette entrevue lui fit le plus grand bien.

Il y avait bien sûr l’égérie du Conservatoire, Catherina Damoroff, qui, lors de son concert sur le Saint-Virgile, grâce à sa vivacité d’esprit, a réussi à amuser, après l’avoir impressionné, Wilhelm Zolt. Mais nous étions loin de la Ville et pareil rencontre impossible à nouveau, autant reléguer ces pensées au rang de souvenirs, et cloisonner le tout. Le Légiste de la Ville n’a pas vocation à s’amuser.

Parler à demi-mots de ses projets, demander le regarder extérieur, mais professionnel, d’une autre sur certaines affaires, et voilà notre Docteur en pleine forme, heureux comme pas deux d’être confronté parfois à des preuves qu’il a omis de repérer, et félicité par celle dont il a toujours cherché à obtenir l’approbation depuis que la jeune tête blonde des débuts a décidé de se spécialiser dans l’étude des cadavres.

Après une longue soirée de discussions toutes plus intéressantes les unes que les autres, c’est le cœur léger que le Docteur, vêtu pour l’occasion d’habits simples et amples, se décide d’aider la liesse populaire à la préparation de cette glorieuse fête. Wilhelm Zolt n’a jamais rechigné contre un peu de travail manuel, et l’air de la campagne lui fait le plus grand bien.

Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Mer 20 Juin - 1:43

Catherina aida à disposer de grandes nappes aux couleurs vives, coulant un regard critique au tissu. Les teintes juraient entre elles, la qualité de l’ouvrage était médiocre.

Ce fut ensuite au tour des alcools d’être passés au crible, et ils laissaient aussi à désirer.

La pianiste songea avec mélancolie aux boissons que débouchaient Elikia pour leurs soirées communes. Elle aurait pu passer la Fête de la Vie à ses côtés, elle l’avait déjà fait voilà quelques années, mais… Non, il était le Prince Conservateur, et il ne faisait plus ce genre de choses. Il n’avait pas le temps.
A cette idée, la pianiste fronça le nez. Non, non. Détente, air pur, méditation… Ne pas penser à la ville, à son confort, et surtout, ne pas songer aux contrariétés qu’elle avait laissé là-bas.

A bien y réfléchir, malgré qu’elle ne vaque jamais à ses devoirs, cela faisait une éternité qu’elle n’avait pas pris de vacances à proprement parlé.

La musique, c’était sa vie, mais c’était aussi techniquement son travail. Le fait qu’elle ne s’en éloigne donc jamais signifiait-t-il qu’elle ne prenait jamais de congés ?

Devait-elle alors arrêter de songer à son art durant sa virée campagnarde ?

Elle fut tirée de ses ruminations par la voix autoritaire de la même bonne femme qui l’envoya acheminer plusieurs caisses de fournitures.

Naturellement soumise aux mêmes lois que tous les êtres humains, qu’on passe sa colère sur elle mit momentanément en rage la pianiste, à coup de grommellements comme « de quoi je me mêle », ou « heureusement qu’elle ne sait pas qui je suis ».

Ce fut donc quand elle passa à côté d’un homme, plutôt grand, dépassant de quelques centimètres ceux qui l’entouraient, qu’elle balança, d’un ton absolument hautain, déversant sa contrariété sur le malheureux :

- Eh vous ! Oui vous, vous ne pouvez pas…

Mais alors qu’il se retournait à demi, les mots de la pianiste moururent sur ses lèvres, tandis qu’elle tentait de se ménager un semblant de contenance, autre que celui d’une tire au flanc prise à trainailler. Celle d’une égérie, par exemple.

- Oh… Euh… Bonjour, Docteur Zolt.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Ven 22 Juin - 15:17

Le travail physique et l’effort sont des catalyseurs agréables, de même que le beau temps, resplendissant à cette heure de la journée, qui offre aux travailleurs et bénévoles en train de s’activer pour les préparatifs la douceur du soleil resplendissant dans le ciel.

C’est alors que Wilhelm, transpirant et la chemise à demi ouverte pour s’aérer, fut interrompu et alpaguer par la voix d’une femme semblant bien énervée. Le ton n’est pas très engageant, et le Docteur soupire en se retournant, se demandant qui cela peut-il bien être, et surtout le pourquoi d’un tel tintamarre en période de fête. La vie n’est-elle pas suffisamment dure, il faut dorénavant se faire manquer de respect alors que l’on donne de sa personne et de son temps ?

La surprise marquant les traits du Légiste alors qu’il se retourne fait échos au semblant de contenance que tente, vainement, de se créer une femme que Wilhelm Zolt ne s’attend sûrement pas à croiser ici à ce moment-là. Catarina Damoroff, toujours aussi élégante, même à la campagne, et aidant aux préparatifs, se tient face à un Docteur clignant des yeux, essayant de trouver une quelconque réponse alors que l’appellation utilisée par l’égérie du conservatoire se répand parmi la foule de badauds ayant suspendu leurs œuvres pour écouter l’échange qui commençait de manière houleuse.

« Dame Damoroff. » Le légiste incline la tête en guise de salut, ne s’étalant pas en kyrielle de manières, n’étant familier avec aucune d’entre elle, alors que certains habitants se rapprochent, curieux.

« Un plaisir et une surprise de vous trouver ici. Votre piano ne vous manque pas ? »

Discutons de broutilles en travaillant, Zolt n’est pas ici pour flâner mais pour s’occuper l’esprit, aussi sa tache mécanique accompagne ses paroles, lui permettant de cogiter à toute allure.

Que pouvait bien faire la star ici ? Une ride soucieuse prend forme sur son front, alors que l’horreur manque de le faire trébucher dans sa manutention d’une caisse. Par la Ville ! Il n’avait rien de convenable à se mettre dans sa valise.
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Ven 22 Juin - 15:21

Catherina s’humecta la gorge à la question du Légiste. Pourquoi fallait-il qu’il tombe aussi juste dans sa question ? Elle aurait voulu lui fournir une réponse franche, mais la foule qui les entouraient l’en empêchait.

Encore sous le feu des projecteurs ! Ne pouvait-elle jamais être tranquille, retrouver une connaissance comme n’importe qui dans ce fichu pays, sans qu’une masse de gens ne s’agglutine telle une nuée d’insectes.

Soit. La pianiste esquissa un sourire, regardant de haut en bas Zolt, se délectant une brève seconde de sa surprise. Ils avaient eu l’air aussi ahuris l’un que l’autre.

Il n’était pas aussi bien vêtu que le soir de leur rencontre, mais elle ne s’en formalisa pas, laissant courir son regard sur sa silhouette tandis qu’il se remettait au travail. Il était moins charpenté qu’elle ne l’avait envisagé au départ, dans la frénésie de la fête.  

Le dérangeait-elle ? Elle n’était pas du genre à s’en préoccuper d’habitude, mais c’était un jour de fête. Sa famille devait sûrement être dans le coin, elle imaginait mal quiconque de son âge se rendre seul et si loin à une célébration…

… Enfin, sauf elle-même, bien qu’elle soit plus jeune que lui, elle devait bien être l’unique présente ayant débarquée sans personne, et pour ne loger auprès de quiconque.

- Loin s’en faut ! L’air de la campagne vaut bien qu’on sacrifie quelques broutilles !

Les narines de la pianiste palpitèrent tandis que son air devenait dramatique, comme si elle avait laissé mari et enfants derrière elle, et ce, pour l’éternité.

Comme Zolt vaquait à sa tâche, elle songea à le laisser, il ne semblait pas avoir grande envie de discuter davantage. Pour autant, elle lui demanda :

- En réalité, j’allais vous demander si vous pouviez m’aider à aller chercher quelques caisses.

C’était effectivement ce qu’elle comptait dire. Bon, sur un ton beaucoup moins aimable, mais tout de même ! S’il refusait, elle le laisserait en paix, sinon, ce serait l’occasion d’avoir un brun de causette sans être entourés d’une myriade d’yeux indiscrets.

Une part de Catherina, qu’elle n’écouta pas, se réjouissait au-delà du raisonnable d’avoir croisé l’homme. Finalement, elle avait craint la solitude plus que de raison.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Dim 24 Juin - 14:06

Zolt ne jette qu’un demi regard par-dessus son épaule à la scène mélodramatique d’une diva essayant vainement de ne pas paraître perdue loin de son instrument de musique fétiche, lequel, d’après certaines rumeurs, serait l’unique chose pouvant recevoir un semblant d’affection de la part de l’égérie du Conservatoire.

Si celle-ci souhaite se complaire dans des faux semblants, loin de la grande Excelsa et de l’hypocrisie de sa haute société, alors elle ne s’est pas adressée au bon homme, le Légiste n’était pas adepte de telles fioritures lors de la soirée du Saint-Virgile, son opinion là-dessus n’a pas changé.

Sacrifier son piano, pour l’air de la campagne ? L’incrédulité d’une telle chose laisse sans voix le Docteur, et celui-ci préfère soupirer en secouant la tête, se retournant finalement à la demande de la diva. L’aider est dans ses cordes, et cette porte de sortie semble salutaire alors que Wilhelm Zolt remarque dans la foule des visages l’observant avec… Crainte. Admiration ? Espoir ? Les Docteurs ne courent pas les rues dans les campagnes.

A moins que ça ne soit la diva. Oui cela ne peut être que cela. Légiste signifie vivre dans l’ombre de la mort, inutile d’espérer briller en pleine lumière et certainement pas le jour de la fête de la Vie… Cela ressemble au début d’une mauvaise blague.

« Je vous suis. » Déclare simplement l’homme en déposant sa dernière caisse. « Il ne faudrait pas que quelques caisses abîment vos mains, vos compositions me manqueraient. »

Une pique enrobée de flatterie. Le Docteur n’a jamais réellement su parler aux femmes, et ça aussi, ça ne changera certainement jamais, mais cette réflexion est interrompue par des mouvements dans la foule alors qu’ils s’avancent. La venue d’une célébrité locale sûrement ?
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Dim 24 Juin - 14:14

La masse de gens qui s’écartaient, parfois de mauvaise grâce, pour les laisser passer, semblait tourner davantage son attention vers le Légiste que vers la pianiste.

Certes, elle écopait de quelques regards, mais rien de trop insistant, même s’il lui pressait de se retrouver un peu à l’écart.

Un changement de ton dans l’attitude de Zolt depuis le Saint-Virgile ne lui avait pas échappé. Elle en aurait presque pris ombrage si elle n’avait pas encore conservé un semblant de modestie, et puis son compliment lui fit plaisir. Elle lui offrit ce large sourire, un peu pompeux, dont elle avait le secret.

- Vous êtes bien aimable, Wilhelm. Je suis justement sur une nouvelle composition en ce moment même. Quelque chose de plus calme, de plus méditatif que mes précédentes œuvres. Enfin…

Catherina s’humecta les lèvres. Damnation, voilà qu’elle se mettait à désirer un clavier pour pouvoir y plaquer quelques accords, les notes tournant dans sa tête, martelant à ses tempes au même rythme que son sang, l’artiste ne désirait qu’une chose : pouvoir les libérer, du bout de ses doigts.

Elle préféra rediriger son attention sur la Fête de la Vie. Après tout n’était-elle pas l’extravagante égérie du Conservatoire ?! Célébrer était une seconde nature chez elle, voyons !

Ils sortirent de la foule pour apercevoir un petit entrepôt, semblable à une grange reconvertie, contre lequel on avait empilé plusieurs caisses. Bien que l’endroit soit encore témoin de quelques allées et venues, la fréquentation n’était en rien comparable à la masse compacte autour de la piste, à quelques dizaines de mètres de là.

La pianiste se retourna à demi, tout en parlant, adressant à son comparse un haussement de sourcil.
- Enfin, ne parlons pas de ça. Qu’est ce qui vous amène à la campagne ? J’ose espérer que je ne vous accapare pas trop, les vôtres doivent vous attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Sam 30 Juin - 2:46

Zolt observe les caisses entreposées contre l’ancienne grange en clignant des yeux, puis se tourne vers Catharina Damoroff, avant de simplement hausser les épaules à sa question.

« L’envie de changer d’air, et une ancienne connaissance. » Le Légiste s’accorde un regard songeur durant une seconde, repensant à son mentor, un sourire franc ourlant légèrement ses lèvres, alors qu’il observe l’égérie du conservatoire, bien loin de son piano et des fastes d’Excelsia, celle-ci ressemblerait presque à une personne lambda, et cette remarque lui arrache un rire alors qu’il saisit une caisse.

« Et vous donc ? Je ne pense pas que l’air d’une campagne aussi loin de la Ville soit meilleur que les campagnes environnantes. » Le Docteur hausse un sourcil, croiser la pianiste ici est bien la dernière chose à laquelle l’homme s’attend, et si celle-ci n’a pas amené son piano, comme elle l’a supposé plus tôt, tout ceci est bien étrange.

Déposant la caisse, le Légiste s’y accoude, profitant d’être légèrement excentré pour souffler un peu, utilisant une gourde que l’on fournie aux travailleurs pour se réhydrater, souriant à l’égèrie du Conservatoire.

« Sans votre piano vous ne pourrez pas vous produire sur la scène, et je doute que le public de ce village soit à votre convenance.» Wilhelm Zolt garde un ton neutre, supposant que la pianiste a sûrement plus l’habitude de se produire devant une foule de personnages illustres, plutôt que devant les paysans du coin.

Alors que le Légiste sourit à cette réflexion, son attention se porte sur un homme courant en dehors du hangar à l’ombre duquel le Légiste ainsi que la pianiste d’Excelsa discutent. Derrière lui, dépassant de la porte qu’il vient de quitter, se trouve une botte et un début d’uniforme rouge, semblant se reposer à même le sol.

Les Prieurs ont bien le droit à un peu de repos en cette journée de fête, et cette pensé accentue le sourire du Docteur. Une bien drôle de journée que celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Mar 3 Juil - 13:41

Une ancienne connaissance ?

Même si une question très indiscrète vint à l’esprit de Catherina elle ne pipa mot, tandis qu’un sourire espiègle ourlait ses lèvres.

Malgré sa robe elle avait daigné soulever une caisse, mais la pause lui parut bienvenue. Cependant qu’elle épongeait son front, se réfugiant à l’ombre du bâtiment près d’eux, son attention se porta sur l’uniforme que l’entrebâillement laissait poindre.

Catherina s’en détourna et posa son dos contre le mur, puis son crâne, quémandant un peu de fraîcheur à la pierre.

- Il y des thermes ici, très cher, c’est surtout cela qui m’amène. L’envie de voir un peu de pays de… Trancher avec le quotidien.

La pianiste adressa au légiste un léger sourire, les yeux mi-clos, se languissant dans la brise agréable qui venait de se lever et qui jouait avec ses cheveux.

Avec si peu d’artifices, Catherina se sentait davantage vulnérable, ses expressions avaient alors quelque chose de plus simple, de plus modeste, bien loin des paillettes et de l’agitation du Saint-Virgile.
Elle se frotta la joue, songeuse à la remarque du Légiste.

- Ça vous taraude, hein, que je sois là ? Je fais tellement tâche que ça ? Cela vous déplaît ? Vous pouvez me le dire, je ne m’en formaliserai pas… Enfin juste un peu.

Le ton était taquin, comme d’habitude, timbré vers les aigus.

- Wilhelm, imaginez donc tout le travail qu’il faudrait pour transporter mon instrument jusqu’ici, au risque de l’abimer… Je ne peux pas prendre ce risque.

Bien l’un des seuls sujets où elle se montrait raisonnable.

- Quant à ce public ou un autre… Vous seriez surpris, cher docteur, des lieux où je joue d’habitude. Mais peut être qu’un peu de calme me manquait, un peu de… D’anonymat ? Enfin, vu comment les villageois vous dévisagent, vous goûterez aussi à une touche de célébrité d’ici la fin de cette Fête.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Sam 14 Juil - 17:14

Le sourire de la pianiste n’échappe pas au Légiste, il lève les yeux au ciel en le voyant, souriant par la suite. Zolt ne peut pas en vouloir à Catherina, supposant ce à quoi elle pense. Le Docteur s’imagine bien que dans les hautes-sphères de la Citée, les problèmes ne sont pas les mêmes, et que les connaissances, n’ont pas les mêmes avantages, et la signification que pour les gens plus… « Normaux »

L’homme ne se considère hélas pas dans la norme mais plus en périphérie, par rapport à son métier, et cette vision lointaine des deux modes de vie lui a permis d’essayer de saisir le meilleur des deux, dans un mélange qu’il suppose être une vie, ma foi agréable.

La remarque de l’égérie du conservatoire accentue le sourire du médecin-légiste, qui souffle un rire, l’un des trop rares depuis bien longtemps, mais l’un des nombreux en présence de cette femme, dont l’admiration qu’il éprouve à son égard le trouble sensiblement. En plus d’être une artiste hors-pair, c’est une femme très intelligente, et intéressante. Belle, bien sûr, mais le Légiste a depuis quelques temps perdu l’attrait pour le corps que tout homme peut posséder. A trop découper des cadavres, on en perd la notion du beau dans le corps humain.

« Oh les thermes, oui bien sûr... » Non, Zolt a complètement oublié et occulté la présence des thermes ici, ceci explique donc très certainement le pourquoi du comment de sa rencontre avec la pianiste.

« Oh la célébrité, j’aime autant ne pas avoir à la rencontrer. Je laisse ça aux artistes et politiques. Les uns faisant ça grâce à des talents admirables. Les autres grâce à un talent certain pour la parlote et les non-dits. »

Le Légiste mime le titre d’une scène, alors qu’il souffle un rire. « Meurtre de Prieurs, scandale en politique. Un nom accrocheur pour un drame, vous ne trouvez pas ? »

Une nouvelle fois, l’égérie le nomme « docteur » ce qui attire sur l’homme de nombreux regards, dont il se serait bien passé. L’un des badauds pousse même le vice jusqu’à se diriger vers lui, ce qui provoque un soupir chez le Légiste.

« Je ne doute pas que le transport de votre piano doit être une horreur cependant… Monsieur ? En quoi puis-je vous aider ? » Le visage du médecin s’est fermé. L’on ne demande jamais un docteur pour des broutilles dans les campagnes, l’affaire doit donc être sérieuse. Travailler avec les morts n’a pas rendu le Légiste insensible à la détresse humaine, la présence des représentants de l’Apothicariat est rare par ici.

« Z’êtes méd’cin, ‘fin Doc’ non ? L’Prieurs là… Bougent plus… » L’homme semble alarmé, ce qui alerte Zolt.

« Notre drame ne semble pas si loin. » Marmonne le Légiste en suivant l’homme à grandes enjambées.


Dernière édition par Wilhelm Zolt le Dim 15 Juil - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Dim 15 Juil - 0:31

Catherina s’apprêtait à répondre, détendue et loquace, lorsque l’homme était arrivé et avait interpelé Zolt.

Elle vit le visage de celui-ci changer du tout au tout, se refroidissant conséquemment d’une manière qui seyait bien plus à la dureté naturelle de ses traits, mais la pianiste ne l’avait connu que souriant et chaleureux dans leurs quelques échanges.

L’impression qui se dégageait de lui se modifia également subtilement, et la femme le vit se diriger à grands pas vers le lieu qu’on lui indiquait.

Le choc, pour elle, ne fut pas si prompt à dissiper.

Les Prieurs ? Inanimés ?

Cela ne signifiait pas grand-chose, songea-t-elle en premier lieux, peut être étaient ils toujours en vie, peut être ne leur avait on pas porté un coup létal.

Mais alors qui, qui s’en était pris à ces figures d’autorité, qui avait osé, et surtout, comment être sûr d’être toujours protégé cependant que les garants de l’ordre venaient d’être mis hors d’état de nuire.
Catherina joignit ses mains, déglutissant dans un bruit sec, étourdie, il lui fallut quelques instants pour reprendre pied avec la réalité, et se rendre compte que l’on parlait, que l’on bougeait, autour d’elle.

Elle était rarement effrayée, mais une appréhension sourde s’était érigée en son cœur telle une désagréable brûlure.

La pianiste cilla, avant de carrément secouer la tête, tentant de se ressaisir, tout autant que de s’arracher à des pensées mortifères.

Elle était en présence d’un spécialiste, oui, lui saurait, elle n’avait pas à s’inquiéter, des gens compétents s’occuperaient de tout cela. Pourtant, quand elle embrassa ce qui l’entourait du regard, elle ne goûta que la fébrilité insouciante auquel s’était ajoutée une note qu’elle n’avait pas décelé au début : la peur.

Catherina prit une grande inspiration et emboîta le pas de Wilhelm, bien plus effrayée d’être laissée dans l’ignorance que de se confronter à la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 621
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1289
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Dim 15 Juil - 15:51

Le temps passant, l'ambiance autour de vous change doucement. De moins en moins de gens travaillent aux préparatifs et de plus en plus discutent juste, un verre à la main. La musique provient maintenant de plusieurs endroits, plus vive et plus forte mais toujours incapable de surpasser les rires et les conversations... Le soleil commence doucement à se coucher, on allume des lampes au fur et à mesure.

Et, avant toute autre chose, il y a de plus en plus de gens qui affluent depuis leurs logements plus ou moins provisoires en périphérie du village. Idem pour la station thermale dont les chambres et suites se vident au fur et à mesure que les fêtards remplissent les salles communes et sortent se mélanger à celles et ceux qui prévoient de festoyer dehors, dans l'air plaisant de la soirée et de la nuit. Jusqu'au petit matin.

La fête elle-même est sur le point de commencer !

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Lun 16 Juil - 0:18

Le Légiste avance à grandes enjambées en direction de l'entrepôt près duquel l'égérie du conservatoire et le Docteur se sont installés pour discuter à l'écart du brouhaha de l'installation et des préparations de la fête. Alors que Zolt se place dans l'encadrement de la porte, précédé par l'homme étant venu le chercher, celui-ci pointe un amas de quatre corps, inanimé.

"V'là Doc'. 'Zont étés retrouvés là y'pas long par un gars d'la manut'. Y bouge p'us Doc'. Faites un truc !" Le ton de l'homme grimpe rapidement dans les tours, les conséquences d'une attaque sur les Prieurs sont nombreuses, et le pauvre badaud n'a semble-t-il pas l'habitude de gérer pareille situation.

Le Légiste s'avance, sans un regard en arrière, bien qu'il ait aperçu Catherina le suivre, elle-même accompagnée par de nombreux curieux, ce qui arrache une grimace au Docteur. La pauvre, avec un temps de retard certainement dû à la stupéfaction, ne va pas être déçue. Zolt pointe les hommes au sol, soupirant et annonçant l'impossible aux oreilles de tous.

"Ils sont morts."

Raides comme des piques, le visage aussi bleu que le ciel, difficile pour un œil extérieur de mettre en doute les paroles de l'expert. La mousse rosée présente sur les lèvres des Prieurs peut donner la nausée aux estomacs les moins accrochés.

Zolt se penche pour palper les cadavres, saisissant entre ses doigts l'écume encore présente sur la bouche de quelques-uns des morts. Celle-ci s'étale facilement entre ses doigts, et tandis que le Légiste se penche pour retourner l'un des cadavres, Zolt se rend compte que les cadavres sont intacts, l'empoisonnement est ancien.

« Humpf. Ça n’est pas un travail d’amateur. L’on a utilisé un poison qui accélère la coagulation. » L’homme agite la main, expliquant le tout à haute voix. Zolt réfléchit mieux à ainsi. « Le sang a rapidement coagulé, mais la dose était suffisamment faible pour que les poumons puissent se remplir de sang… D’où la saumure. Astucieux. »

Le Légiste se tourne en direction de l’homme venu le chercher. « Trouvez-moi le responsable de la ville, et dissimulez les corps. Inutile de lancer la pani... » Les mots meurent sur ses lèvres alors que le Docteur observe, derrière les quelques curieux, un jeune homme s’enfuyant en direction de la fête. Une moue contrariée prend naissance sur son visage, ce qui accentue ses rides. L’impatience de la jeunesse…

« Humpf. Trop tard. » Simplement, l’homme hausse les épaules. Ces hommes sont morts, et il sait comment. Inutile de s’attarder.


Dernière édition par Wilhelm Zolt le Dim 26 Aoû - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Lun 16 Juil - 0:22

Catherina fut assez près pour entendre le diagnostique sans ambages du Légiste : les prieurs étaient décédés.

Prise d’une hardiesse déplacée, elle jeta tout de même un regard dans l’entrepôt. La faible lumière d’un jour mourant, filtrée par des carreaux sales, laissait entrevoir des corps immobiles. Leur peau avait une drôle de couleur, et la pianiste sentit un malaise poindre au creux de son ventre.

Elle se força à inspirer jusqu’à remplir chaque alvéole de ses poumons, pour ne pas défaillir, tandis que Zolt énonçait mécaniquement ses analyses auxquelles elle ne comprenait pas grand-chose.

L’important, à ses yeux, ce n’était pas comment ils avaient perdu la vie, c’est qu’ils étaient morts, tout simplement, et toutes les conséquences d’une telle implication.

Pour le moment elle ne pouvait pas penser à autre chose qu’au regard froid et fixe d’un des hommes étendus à même le sol. Quand le Légiste le retourna pour attester de la présence de sang, Catherina devint totalement livide.

Mais c’était mieux ainsi, mieux que de ne rien savoir. Si elle avait été à Excelsa, on l’aurait mené à l’écart pour ne pas la heurter, mais on aurait aussi eu les moyens de la protéger. Ici, se voiler la face était inutile : elle n’avait guère de connaissances, ni quiconque en capacité de la prévaloir du danger.
Il était encore préférable d’être au cœur de l’action pour ne pas rester dans l’ignorance des détails les plus élémentaires, et pouvoir ainsi prendre garde.

Elle ne poussa pas le vice jusqu’à contempler plus longtemps les cadavres, et eu la présence d’esprit de ne pas interrompre le Légiste par le moindre babillage inutile. Elle n’avait jamais supporté qu’on l’interrompe dans son propre travail, elle ne comptait pas le troubler alors qu’il paraissait si sérieux. Et puis, si elle ouvrait la bouche, il lui semblait qu’elle allait vomir.

Alors qu’elle détournait le regard, elle tourna la tête juste à temps pour voir détaler un jeune homme, et jura, une vague d’agacement lui redonna un semblant d’aplomb, lui rendant sa langue du même coup.

Il fallait qu’elle conserve les pieds sur terre, à tout prix, elle ne pouvait pas laisser la panique avoir l’ascendant sur elle, mais l’impuissance pesait affreusement lourd.

Catherina posa son regard sur Zolt, essayant de paraître un peu plus assurée qu’elle ne l’était réellement, et osa demander :

- Que fait-on maintenant… Docteur ?

Il lui semblait la seule figure compétente présente pour le moment, et, aussi affamant que cela puisse être, elle avait besoin de se rattacher à quelqu’un qui saurait gérer la situation. Elle se sentait totalement dépassée, la fête tournait doucement au cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Mar 17 Juil - 23:58

La question de Catherina prend Wilhelm Zolt au dépourvu. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à se la poser semble-t-il, tous les visages présents se tournent vers le Légiste, attendant une réponse que le docteur ne peut apporter. Sa formation consiste en l’analyse des corps humains morts, afin de deviner le plus rapidement possible le pourquoi du comment du décès.

Une fois ce travail réalisé, Zolt a pour habitude d’aller boire un verre d’un alcool fort, généralement un rhum provenant d’un de ces pays lointains. Une importante affaire résolue il y a de cela quelques années a permis au Prieuré d’attraper un assassin sanglant et très habile. Une enquête délicate, les causes des meurtres différentes à chaque passage à l’acte. Mais la résolution de l’affaire grâce à une erreur de l’assassin, celui-ci utilisait toujours la même lame, a permis au Docteur de se voir offrir une bonne bouteille.

Et Zolt n’est pas homme à repousser un bon rhum… Mais ce n’est pas le sujet.

Le Légiste ne peut pas simplement hausser les épaules, renvoyer cette question sur les responsables du village. Bien qu’il en meure d’avis actuellement. Aussi choisi-t-il ses mots avec la plus grande prudence, gardant cet air courroucé, un homme sachant de quoi il parle.

« Nous devrions rassurer la population je présume ? Et nous mettre en quête de comportement étrange pour trouver le coupable… Je suppose ? Il doit bien y avoir un responsable ! Allons le voir. »

N’attendant pas de réponses, le Légiste se dirige en direction du centre du village. Au final, il avait renvoyé le bébé aux responsables de la ville. Mais qui peut bien lui en vouloir ?
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Mer 18 Juil - 0:33

La pianiste emboîta le pas du Légiste, dans leur sillage, une foule dont Catherina percevait sans mal l’inquiétude, qui n’apaisait en aucun cas celle qu’elle ressentait.

Un instant, elle songea à s’éclipser : personne ne le lui reprocherait, elle pouvait aussi bien retourner aux thermes, ou même repartir à Excelsa, après tout elle n’avait aucun devoir qui la liait à ces prieurs morts, et nul n’oserait lui faire la moindre remarque.

Mais, même totalement volubile, et parfois irresponsable, Catherina Damoroff n’était pas une lâche. Abandonner une réunion de la Cabale, se moquer d’untel, c’était autre chose que de passer sans sourciller sur le meurtre de quatre personnes. Pourtant déconnectée du monde, la femme connaissait viscéralement la valeur de la vie.

Elle se morigéna, s’ébrouant de pied en cape, avant d’accélérer le pas pour se retrouver à la hauteur de Wilhelm.

- Cela m’étonnerait fort que les doyens de cette ville sachent quoi faire. Il s’agit tout de même d’un village de campagne, je gage que ce genre de situations ne doit pas leur être habituelle. Non, nous devrions trouver des représentants de l’ordre Excelsien, ce n’est certainement pas anodin ce qui vient de se passer, et le prieuré voudra en être informé. Les thermes sont réputés, je ne peux pas être la seule tête connue à avoir fait le déplacement.

Son pas était saccadé, son souffle court, mais elle bénissait toutes les forces de ce monde de pouvoir conserver un ton qui dépeignait un semblant d’assurance. Au moins son cerveau n’était il pas entièrement gelé par la peur, l’inanition ne lui seyait guère.

- Voilà vos vacances bien troublées, Wilhelm. Cette mine austère vous vieillit, il vous faut du repos, je vous le dis. Quand cette… formalité sera finie, je vous paierai quelque chose à boire.

Elle acheva sa tirade par un sourire désolé mais un rien taquin envers le Légiste, bien que ce ne soit pas vraiment le moment, elle avait du mal à se laisser aller tout à fait à la morosité.
Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 99
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 213
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Mer 18 Juil - 22:09

J'arrive à la Chapelle tranquillement, en marchant. Il y a beaucoup de monde dans le coin. J'avais oublié que c'était une station thermale – c'est pour ça qu'on y vend des sels alors ! La population donne une apparence moins bouseuse que le village de mes parents, peuplé uniquement d'agriculteurs. Là on aperçoit du gratin de temps en temps. Les décorations sont plus élaborées. Il y a du pavé sur les routes.

Et puis je vois une paire de bottes, à l'horizontal dans l'herbe. Des bottes très semblables à celles que je porte tous les jours, c'est pour ça que ça m'a sauté aux yeux. Juste à coté de la Chapelle, entre le mur et un olivier, à l'ombre. On passerait facilement sans les voir. Je m'approche.

Bon tu sais déjà ce qu'il y a alors pas la peine de finasser : des cadavres de collègue. Pas morts dans leur sommeil, vu leurs grimaces. Et... par Myre, ça en fait quatre ! On les a poussé sans respect un peu à l'écart des regards, comme des chiens. En guise d'oraison funèbre, j'ai lâché un « merde » choqué et attristé. Puis j'ai regardé aux alentours. Aucun psychopathe n'était en train de lécher une lame plein de sang en tenant un écriteau « c'est moi qui l'ai fait ». Il faut donc passer à l'enquête plus fine, se servir de sa tête pour autre chose que casser le nez d'autrui.

Mais voilà : je suis tout seul et je n'ai pas d'arme (pourquoi j'aurais emmené des armes à un repas de famille ?). J'ai que les fringues de paysan d'un de mes frères sur moi. Et les puces qui sont incluses dedans. Du coup je regarde aux alentours d'un air hagard. Y a plein de gens. Pas des Prieurs. Ça a dû décimer les effectifs locaux d'en tuer quatre. C'est pas un si grand bled.

- HE ! DOCTEUR ZOLT !

Hé oui ! Il est là ! Je le reconnais ! Comme ça, au hasard, c'est pas son nom que j'aurais sorti pour les situations de crise, mais en l'occurrence je suis soulagé de tomber sur une personne à peu près fiable (pour ce que j'en sais). Je vais vite à sa hauteur.

- Euh... j'étais pas censé être là mais...ben on a un... beeen un problème hein. On va appeler ça comme ça.

Le stress améliore pas mon manque de charisme. Merde. J'en connaissais une parmis ceux qui sont morts, pas super bien, mais assez pour savoir son prénom. Ça tombe vraiment comme la foudre ces histoires là. Merde quoi.
Mais le toubib, en fait, il est déjà bien plus au courant que moi et il me l'explique. Les cadavres, il sait déjà le comment, et la dame avec lui aussi (je ne la reconnais pas, mais je sors vraiment très peu et j'ai une vie sociale réduite). Après cette courte explication, je prends quelques secondes pour réfléchir en regardant dans le vide. Il y a quelque chose de très dangereux qui traîne dans le coin, quelque chose de très organisé qui utilise des méthodes de meurtre peu orthodoxes. Bref, y a du vilain, et je suis comme un couillon.

- Vous m'aideriez à porter les cadavres dans la Chapelle ? On peut pas les laisser à traîner là.

Et puis je pourrais peut être récupérer genre une arme sur leur dépouille. J'aimerais bien faire mieux, plus organisé, avec un pigeon délégué à éloigner les civils, mais je suis tout seul.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 621
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1289
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Jeu 19 Juil - 15:15

Pour la suite du jeu, je vais vous laisser quelques informations. N'hésitez pas à me poser des questions/proposer des actions en privé ou dans le chat de l'évent sur Discord. Pour l'ordre précis dans lequel vous intervenez et les déplacements d'un sujet à l'autre, je vous laisse gérer.


Winifred & Sigmund : Il n'y a pas de grande clameur, même si vous pouvez sans doute voir des gens quitter la station thermale avec une précipitation inhabituelle, pour certains au moins. L'aubergiste est et restera introuvable. On vous dira (si vous posez la question à quelqu'un) qu'il est parti chercher quelque chose dans une grange, derrière l'auberge (dans les terres agricoles à l'est).

Comme je suppose que vous tenterez de vous déplacer vers la chapelle, je propose que vous croisiez Zaïra sur le chemin. Sinon, peut-être Maeva qui se dirigera jusqu'à derrière l'auberge.


Catherina, Wilhelm & Izei : tenez compte de ce qui a été écrit plus haut, bien sûr.

La femme envoyée par Maeva va accourir vers la chapelle pour vous dire qu'on a besoin de prieurs derrière l'auberge et qu'une femme aux cheveux blancs les y attend. Elle sera assez confuse, limite paniquée. Elle le sera encore plus si elle vous voit déplacer des cadavres de prieurs. Là, la panique va commencer à se propager à moins de trouver un moyen de gérer cette crise aussi.

Si Izei le souhaite, il peut récupérer de l'équipement, comme un uniforme propre et des armes, soit à la chapelle soit directement sur les corps (au moins pour ce qui est des armes).


Zaïra & Maeva : tenez compte de ce qui a été écrit plus haut, bien sûr.

Vous avez la possibilité de rejoindre les autres pour vous rendre compte de la situation. Comme ils sont tous assez impliqués et tendus, ils sortent un peu du lot... Surtout Catherina avec ses cheveux et Izei (s'il enfile un uniforme).

Je propose que vous commenciez par vous rendre compte de la présence de gens que vous connaissez et de la situation avec les prieurs. Bien sûr, le fait qu'un assassin potentiel ait été arrêté par Maeva peut-être une information intéressante à partager avec les autres...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm Zolt
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 65
Fiche :
Vice : Froid, morbide, pragmatique
Faction : Apothicariat
District : Pharma
Influence : 600

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Jeu 19 Juil - 16:57

L’invitation de l’égérie aurait, en d’autres circonstances, été un véritable soulagement pour le Légiste, et même un rêve inespéré. Un fantasme oserait-t-il même commenter. Mais hélas pour lui, la réalité des choses le rattrape comme le ferait la mort pour les âmes à l’agonie. Se faire interpeler n’est pas habituel pour Wilhelm. Se faire reconnaître encore moins. Et s’attendre à croiser un visage d’autorité dans tout ce magma incertitude est le véritable soulagement du Docteur à ce moment précis.

José. Jisé ? Izei ! Voilà ! Le prieur qui a accompagné le Légiste lors de certaines des autopsies à la Caserne Ouest. C’est la première fois que Zolt le croise en civil semble-t-il, mais lui-même a troqué sa fameuse blouse blanche pour des habits plus passe-partout. La fête de la vie entachée par la mort… Cette pensée ne quitte pas l’esprit du Docteur.

Le Prieur propose d’amener les cadavres à la Chapelle, et l’égérie de se rendre aux thermes pour trouver une figure possiblement connue de la haute de la Ville. Les deux sont des bonnes idées, mais là où certaines personnes auraient suivi l’avis de la personne dont ils apprécient la présence, Zolt est d’un pragmatisme à toute épreuve, aussi choisit-il de se ranger à l’avis d’Izei, et non de la pianiste.

« Certes. Un gamin a surement déjà mis le doute dans toutes les têtes de la ville sur la place. Évitons d’attiser ce début d’enfer, et transportons les corps. » Wilhelm en expert des morts est une chose impressionnante pour les locaux. Wilhelm en directeur accompagné d’un supposé Prieur et d’une femme aux cheveux bleus… De quoi faire une aventure épique à n’en point douter !

« Vous. » Le docteur désigne un groupe de robustes travailleurs. Les joies d’être à la campagne. « Aidez-nous à bouger les corps… Et vous. » Zolt désigne un duo de femmes. « Oserais-je vous demandez une gourde je vous prie ? En route messieurs dames ! Direction la chapelle ! Si la ville nous le permet, nous réussirons à passer une bonne fête rapidement. »

Le transport des cadavres jusqu’à la chapelle n’est pas sans embuches, il faut en effet prendre garde à recouvrir les corps d’un ample drap sombre, avant de les entasser entre des caisses dans une charrette présente dans le hangar. L’attroupement se met en branle en silence, la tension présente est à l’égale des conséquences de la découverte du groupe. La ville se retrouve sans la moindre autorité du Prieuré. Et un assassin se balade dans la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Zaïra Pichardo
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 553
Fiche : Zaira
Vice : Impulsive
Faction : Citoyens
District : Portuaire
Influence : 1080
Occupation : Violoniste danseuse

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Jeu 19 Juil - 18:15

Je ne sais pas trop ce qui se passe mais apparemment les événements semblent assez grave, plus graves que le simple attentat contre une Amirale. Les gens semblent se diriger dans plusieurs directions. Certains paniqués s’égayent comme une volée de moineau au milieu de laquelle aurait bondit un chat. Des objets épars ont été abandonnés indiquant un manque de sang-froid provoqué par les événements. D’autres plus maîtres d’eux semblent se diriger vers la chapelle. Ce dernier mouvement attire mes pas presque contre ma volonté. Cependant, la prudence voudrait que j’en sache un peu plus avant de me mettre encore une fois dans le pétrin. Un garçon d’à peu près mon âge croise mes pas et, audace rare de ma part, je l’arrête pour en savoir plus.

« Que se passe-t-il là-bas ? »

Je lui indique le mouvement qui se dirige vers la chapelle.

« Les prieurs ! Les prieurs ont été tués !
_ Tous ?
_ C’est ce qui se dit. Moi je file ! Ca sent pas bon tout ça ! »

Et avant que j’aie pu le remercier il déguerpit en soulevant un peu de poussière sous ses semelles. Mes pensées s’emmêlent. Je repense à l’attentat puis aux prieurs morts. Ça ressemble à une action contre les puissants. Je n’ai pas trop envie de les plaindre, mais je pense au Directeur du Conservatoire qui doit être resté à Excelsa les choses ont-elles dégénéré aussi là-bas ? Je sais déjà que je dois aller voir et essayer d’en savoir plus. Quelques minutes plus tôt j’envisageais de me faire toute petite jusqu’à la fin de la fête voire de rentrer à la cité si les choses tournaient mal et me voilà en train de chercher d’approcher l’œil du cyclone au risque d’obtenir l’inverse de la discrétion.

En chemin j’avise un chapeau abandonné sur une table du futur banquet. Ses larges bords sont parfaits pour maintenir mon visage déjà maquillé dans l’ombre. Je m’en empare. Les fleurs de tissu le rendent un peu trop reconnaissable et bientôt elles gisent dans la poussière. Par contre sa voilette plissée pour le moment sur les bords sera la bienvenue en cas de rencontre. Cet accessoire parvient tant bien que mal à me rassurer. Et je tente de m’approcher de la chapelle au travers des quelques personnes attirées comme moi. Soudain, je marque le pas. Là devant, je ne rêve pas. Ces cheveux bleus… Je les reconnaîtrais entre mille. Catherina Damoroff est là. Elle faisait partie du jury qui m’a sélectionnée pour entrer au conservatoire. Il n’est pas certain qu’elle se souvienne de moi et nous avons manqué un rendez-vous pour nous rendre sur le vaisseau amiral, mais je préfère ne pas prendre de risque et la laisse entrer avant de m’approcher de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-moissons-du-ciel.forumactif.com/
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Jeu 19 Juil - 18:32

Catherina se détourna des cadavres cependant que les hommes les transportaient. Elle ne connaissait absolument pas l’homme qui avait interpelé Wilhelm, et n’en avait cure pour le moment.

La pianiste observa ainsi le Légiste mener son monde jusqu’à la chapelle, persuadée pourtant que voir une charrette tirer des corps, même recouverts, allait simplement attiser la fièvre qui s’emparait de la ville mais elle suivit le mouvement en silence, et en retrait, dans une réflexion effrénée.

Catherina n’avait aucune envie de toucher les corps, de prêter la main à cette funeste entreprise. Elle aurait bien crié pour une escorte, mais il n’y avait plus un prieur debout, et elle serait sûrement moins prise pour cible par la personne qui avait fait cela si elle n’était qu’une anonyme dans une foule compacte.

Il fallait cependant qu’elle retrouve des gens qui auraient un peu plus de suite dans les idées que simplement dissimuler les corps, des gens capables de chapeauter la traque de l’assassin. Et, ces personnes devaient absolument savoir la cause exacte de la mort, et ses circonstances, pour être capables d’agir au mieux. Du poison… Les réserves de nourritures et de boissons de la Fête étaient à la portée de n’importe qui, et cette pensée laissa un sillon glacé dans le dos de la pianiste.

Aussi décida-t-elle de ne pas lâcher Zolt et son comparse. Le Légiste pourrait raconter ce qu’il avait vu, ce qu’il en avait déduit.

Tandis qu’ils arrivaient en vue de la chapelle, Catherina repéra dans son champ de vision une jeune femme qui accourait, éperdue. La peur traçait derrière elle un sillage pestilentiel.

En les voyant, tous en assemblée comme ça, la fille se précipita vers eux, mais la pianiste vit ses yeux s’écarquiller cependant qu’elle lorgnait sur les bâches noires.

Dans un réflexe, Catherina attrapa la donzelle par les épaules, l’obligeant à la regarder dans les yeux, la détournant du même coup de la charrette.

- Qu’est-ce qu’il y a ?

Demanda l’égérie, d’une voix aussi douce que possible, au vu des circonstances.

A haute et intelligible voix, quoi qu’entrecoupée par la vibration caractéristique de la panique, la jeune femme expliqua alors qu’il fallait que des prieurs viennent derrière l’auberge, qu’une femme aux cheveux blancs les y attendait. La pianiste lui frictionna les avant-bras, alors que la gamine continuait de déballer sa missive, et lui demanda de reprendre un peu son souffle, de se reposer, la remerciant vivement.

Il était impensable que le meurtre des prieurs continue de s’ébruiter ci et là, le calme seyait bien mieux à une enquête que de la gesticulation et les cris, de plus, une brève lueur d’espoir avait illuminé Catherina alors qu’elle se faisait dépositaire de ce message, lui inspirant cet élan de sérénité qu’elle tenta de transmettre au mieux à la jeune fille.

Elle se retourna ensuite, et interpella Zolt et Izei :

- L’Amirale est ici ! Elle demande des prieurs derrière l’auberge. Elle saura quoi faire, c’est certain.
Revenir en haut Aller en bas
Izei Ingenoc
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 99
Fiche : La super fiche.
Vice : Lâcheté
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 213
Occupation : Vicaire

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Jeu 19 Juil - 21:02

Je suis soulagé que les cadavres de mes collègues ne traînent pas par terre. Ils ne se feront pas croquer un morceau du visage par le premier chien qui passe. Quelqu'un a trouvé un drap noir, Myre sait comment. Il y a même des costauds qui nous aident. Moi dans ma tête le docteur allait possiblement dire non et je me retrouvais à traîner tout ce petit monde par les pieds. Je ne suis pas contremaître dans l'âme.

Par contre, le respect a une limite : je dépouille un cadavre de ses pistolets, de sa dague, de ses holsters, et je gratte des munitions où je peux. Je ne prends pas d'épée. J'ai donné, avec ces machins là. A quarante six ans, on m'a déjà fait subir plusieurs années à agiter des lames dans tous les sens, assez pour que je n'y sois plus apte. J'ai toute les articulations du bras plein d'arthrose, je me suis déboîté l'épaule quatre fois et de toute façon j'ai plus les muscles pour ça. Pourtant, là maintenant, je me taperais bien un de ces putain d'entraînement à l'épée si ça pouvait me rendre utile un machin en métal lourd avec plein de cotés coupants. Je suis coincé tout seul avec des gens capables de tuer quatre Prieurs dans le plus grand des calmes. On est jamais trop armé dans ces cas là.

On finit de déplacer les cadavres, j'ai des flingues sous le bras, et là la dame à cheveux bleus dit que l'Amirale m'attends derrière l'auberge. Elle est ici ? Je ne l'ai jamais vu de près. De loin oui. Pendant une cérémonie officielle à rester debout comme un con quelque part, par exemple. Elle a pu me passer devant. Et puis une fois de loin sur un bateau. Voilà. Heureusement que c'est la panique, ça m'aurait stressé de rencontrer un grand chef sinon.

- Bin euh, je vais me changer dans la Chapelle, ça fera tiquer les assassins si ils me voient.

Je sais pas qui je suis en train de prévenir. Zolt ne me regarde pas vraiment et je ne parle pas fort. Je pars me transformer en grosse cible pour les terroristes. En courant. Pas de temps à perdre ! Pendant que je suis dans la réserve de la Chapelle, les maboules dehors peuvent attaquer les civils. N'importe quand. Je fouille dans un placard pour trouver un uniforme tout en me tortillant pour me débarrasser des vêtements de bouseux. J'enfile au pif. C'est un peu trop grand, et c'est pas un uniforme de Vicaire, mais qu'est ce qu'on en a à branler ? Je sors en finissant d'accrocher les flingues à mes hanches. Ils sont un poil plus lourd que ceux dont j'ai d'habitude, et pas très bien nettoyé. Mais c'est un peu tard pour engueuler leur propriétaire non ?

J'avale aussi le contenu d'une fiole pleine de poussière. Ça fait longtemps que c'est là sans servir, au goût. C'est censé me mettre... dans un état propice à la pratique de la magie, disons. J'aurais la chiasse demain, mais si j'en sors vivant je l'endurerai dignement.
Donc voilà, aussi préparé que je peux l'être, je sors de la Chapelle.

Ça tique un peu dans les gens présents parce que je passe pour un gros pilleur de tombes. Une petite téléportation de cinquante centimètres à droite suffit pour les explications du pourquoi que comment (parce que j'ai le pouvoir magique de me téléporter, entre autre, c'est pratique).
Je pars me présenter à l'Amirale. Comme a dit la dame aux cheveux bleus, elle saura quoi faire. Elle fait parti des chefs.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maeva O'Fell
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 143
Fiche : Fiche
Vice : Fierté
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 606
Occupation : Amirale d'Excelsa

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Sam 21 Juil - 7:20

À peine a-t-elle le pied posé dehors que la dame blanche se ferme à toute émotion et ne s'ouvre qu'aux sons et mouvements environnants. La moindre rumeur, le plus simple coup d’œil, rien ne doit lui échapper afin de garantir sa sécurité plus efficacement que les deux pauvres hères engagés pour expulser les pervers des mauvais vestiaires. Le soleil rural cogne contre sa peau, forçant ses sourcils à se froncer au dessus d'yeux alertes, lui donnant un air plus agressif qu'impassible. Le trajet jusqu'à l'arrière de l'auberge durera quelques minutes, ses deux gaillards connaissent leurs instructions et, s'ils la craignent à moitié autant qu'elle le voudrait, ils les suivront comme si leur vie en dépendait.

Ce qui est plus proche de la vérité que de l'hyperbole, en soi.

Ceux qui la reconnaissent s'écartent sur son passage comme face au diable en personne, imités par les curieux dont les éventuelles rumeurs provenant de divers points du village éliminent toute volonté d'interroger une étrangère personnifiant si bien l'antipathie. Maeva n'a plus que faire de la discrétion, que tous sachent que l'Amirale de la flotte la plus puissante du monde n'est escortée que de deux gorilles d’apparat, que chacun la reconnaisse et passe le mot si ça leur chante, quelque sot vient de gâcher ses premières vacances depuis bien longtemps, alors la finesse l'intéresse encore moins qu'habituellement.

L'arrière de l'auberge ne lui offre ni confort ni lieu défendable, en fait, c'est même un endroit parfait pour un assassinat. Il ne faudrait pas longtemps à un gredin pour lui tirer un carreau d'arbalète dans les reins depuis quelque coin malodorant, et détaler avant que qui que ce soit ne put s'en saisir. Un lieu de rendez-vous totalement improbable pour quelqu'un qui venait tout juste d'échapper à une tentative de meurtre.

Et donc, un endroit où personne ne s'attendrait qu'elle aille, si tant est que d'autres assassins ne soient sur ses traces.

Quelques minutes s'écoulent tandis que croît son impatience, chaque seconde compte, et les rumeurs vont certainement bon train au cœur du village, puis, enfin, un uniforme rouge se présente à sa vue. Son impatience cesse un instant alors qu'elle sort de son immobilisme contemplatif, ravie d'avoir enfin quelqu'un de compétent à qui s'adresser...avant de se muer en incrédulité totale. Derrière le Prieur viennent Catherina Damoroff, et l'homme avec qui elle l'avait vu discuter et danser à bord de son navire. Pis encore, aucun autre Prieur ne semble se présenter, alors qu'elle était persuadée d'une présence militaire décente à cette célébration. Ses yeux s'arrondissent un instant, et elle se retient de peu d'hurler sur les civils pour leur imprudence. Se reprenant à grand peine, elle s'avance vers ce groupe hétéroclite en arborant à nouveau un masque de glace.


– Puis-je savoir ce que ces civils font avec vous au lieu des autres Prieurs que j'ai fait mander, mon Frère ? Je ne pense pas vous avoir demandé un public.

Une brève pause, le sermon qu'elle vient de servir au seul militaire présent sert tant à affermir son autorité qu'à passer ses nerfs, aussi puéril que ça puisse paraître, relâcher ainsi la pression l'aide à garder les idées claires. L'Amirale reprend, sans laisser le temps à la moindre réponse de s'installer.

– Je viens d'être victime d'une tentative d'assassinat aux thermes, et j'aimerais autant que tout le village ne soit pas au courant dans la minute. J'ai laissé le corps au fond du bassin, la sécurité devrait l'avoir mis en lieu sûr. Alors j'ai besoin que vous m'expliquiez pourquoi vous êtes le seul homme en uniforme à vous tenir devant moi. Elle se tourne un instant vers les deux civils, trop occupée à commander pour être désolée de son air intimidant. Et que vous me disiez si vous avez remarqué quoi que ce soit de suspect à l'extérieur.

Elle croise les bras derrière le dos, juste au dessus des hanches, signe qu'elle écoute enfin ce que l'étrange trio face à elle a à lui dire. Peut-être qu'aboyer un simple ''au rapport'' aurait suffi, mais si elle n'évacuait pas ce semblant de frustration qui titillait sa colère, elle perdrait en efficacité.
Revenir en haut Aller en bas
Catherina Damoroff
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 71
Fiche : Ici ✩
Vice : Inconstance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 449
Occupation : Pianiste
Disponibilité : A peu près tous les jours

MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   Lun 23 Juil - 12:34

Catherina inspira profondément, et se planta devant l’Amirale, avec toute la hardiesse que son absence d’à propos pouvait parfois lui inspirer.

Même devant la femme, courroucée, la pianiste ne se sentit pas le moins du monde intimidée. Etre rudoyée de la sorte par avec ce ton semblait justement à l’artiste tout à fait déplacé après tout ce qui venait de se passer, mais la Dame Blanche ne semblait pas avoir connaissance des évènements.

Aussi, ce fut d’un air grave que Catherina habilla ses traits, elle n’eut même pas à feindre, mais sa voix quand elle parla resta douce, polie, courtoise aussi, respectueuse. Elle invitait l’Amirale à un peu plus de calme, la pianiste y glissant le talent de son empathie, dévisageant son interlocutrice avec aplomb.

- Dame O’Fell, je suis au regret de vous annoncer que quatre prieurs, peut être tous les prieurs de la ville, ont été assassinés. Empoisonnés, en réalité.

D’un élégant geste de la main, l’égérie désigna Zolt, sans pour autant s’encombrer de fioritures : elle ne souhaitait pas piquer O’Fell au vif davantage, autant aller à l’essentiel.

- Wilhelm Zolt ici présent, est le Légiste de notre belle cité. Il a vu les cadavres, il pourra donc, si vous le souhaitez, vous en apprendre plus quant à la mort de ces pauvres hommes.

Le mot était placé, Catherina s’apprêtait à se taire, quand son regard glissa sur le prieur qu’elle ne connaissait pas. Si Maeva n’en était pas satisfaite, il risquait de passer un sale quart d’heure. Dans son acte de bonté de l’année, la pianiste se racla légèrement la gorge, pour combler ce moment de flottement, et afficha son plus beau sourire.

- Et pour ce monsieur, il n’est venu sur les lieux que plus tard, et a naturellement pris la situation en mains, bien entendu. Je ne suis, à mon grand damne, qu’un témoin sur les lieux au mauvais moment, et je gage que je ne vous serai pas d’une grande utilité, à part celle d’apaiser la populace, au demeurant. Aussi, je pense parler au nom de tous, quand je dis que nous nous tenons prêts à recevoir vos directives pour faire face à ce moment de crise.

C’était fait, la pianiste ne relâcha pas pour autant l’emprise de ses pouvoirs sur l’assemblée. Une éructation de colère n’arrangerait rien à l’affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Sujet 2] - Catherina & Wilhelm   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Sujet 2] - Catherina & Wilhelm
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» sondage au sujet de l'euthanasie
» Sujet de composition
» Information au sujet de la garde en milieu familial n°5
» Sujet gênant
» Sujet de mon TPE : intro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Périphérique :: Campagne de l'Ouest :: Viminal :: [Event] Fête de la Vie-
Sauter vers: