Partagez | 
 

 [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 521
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1118
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Dim 10 Juin - 13:22

[Nous venons de ]

L'arrivée d'Alexander, toujours aussi félin dans ses déplacements, poussa le Premier Prieur à boire une gorgée plus grande que les convenances l'exigeaient. Son sourire fut immédiat et sincère. Le jeune homme était resplendissant, bien sûr. Otton ne comprenait pas vraiment pourquoi il était surpris de le voir. Après tout, la soirée était non seulement ouverte au public mais aussi d'un prestige rare. Quiconque pouvait faire le déplacement allait s'y retrouver à un moment où un autre.

Les officiers entourant leur Prince saluèrent le jeune Shah poliment, incertains des relations que les deux hommes pouvaient bien entretenir. Sans s'investir plus que nécessaire dans la politique, ils étaient au courant des différences qui pouvaient opposer le Conseil des Princes à la famille des industriels... Ils n'ignoraient pas non plus les travers et les penchants d'Otton. Le fait que celui-ci rougisse indiquait qu'il ne fallait pas s'attendre à un quelconque échange de piques.

- Monsieur Shah. Le prieur aurait voulu serrer la main du mercenaire et pouvoir faire durer ce contact, mais Alexander avait choisit une approche plus distante et polie. C'est ce qui me semble, en effet. Et c'est un plaisir de vous voir ce soir.

Comme l'autre soir. Et comme tous les soirs à venir, si possible. Une vision d'Alexander, plaqué contre un mur, une lame sur la gorge, brouilla pendant un instant la vue d'Otton avant que celui-ci ne regagne son sang-froid.

- J'ai peur que ce soit la première fois que je l'entende jouer... Mais vous avez raison, c'est impressionnant.

Cette fois, les autres prieurs s'écartèrent ayant remarqué l'arrivée d'une autre personnalité avant leur maître. Thalia Morlone, dans toute sa splendeur avançait vers eux et il devint évident que les uniformes rouges allaient se tenir à l'écart d'un échange entre deux des Quatre.

- Princesse. Otton inclina légèrement la tête.

Jusqu'ici, ils n'avaient pas eu l'occasion de reparler du vote qui coûta leur place aux Industriels. La rumeur qui courrait à ce sujet précisait qu'un membre du Conseil s'était prononcé contre Elikia Lutyens. Elle ne disait pas qui était l'autre candidat... Dans tous les cas, ce ne serait certainement pas le sujet à aborder en présence d'un Shah. Un Shah qu'elle connaissait manifestement plus que juste en tant que petit-fils de Denvis... Difficile à dire quelle pouvait bien être leur relation et si les intentions de Thalia étaient similaires à celles d'Otton. Il espérait que non.

La Princesse Navigatrice ne put, à elle seule, éclipser l'entrée de Catherina Damoroff. La musicienne provoqua une vague de soupirs et d'exclamations à la seconde où elle posa un pied dans la salle. Cette fois, les officiers d'Otton se dispersèrent pour de bon. Ils se retrouvaient plus ou moins à trois, parmi les rares personnes qui parvenaient à se tenir à l'écart de la glorieuse étoile brillante du Conservatoire.

- Ah... Je crois que le clou du spectacle est là... Si vous excusez cette expression. Il leva la tête afin de tenter d'apercevoir la chevelure colorée au-dessus de la foule, mais n'y parvint pas.

Le talent et la beauté de Catherina étaient pratiquement proverbiaux, à ce stade de sa carrière. Sa musique était d'un niveau suffisant pour qu'Otton soit capable de la reconnaître entre autres interprétations. C'est dire, lui qui n'était pas vraiment un auditeur très cultivé et encore moins entraîné.

Le Premier Prieur leva sa coupe de champagne vers ses interlocuteurs, les invitant à trinquer.

- A cette soirée et à notre Amirale.

D'une certaine façon, c'était la leur. Le Prince Prieur et la Princesse Navigatrice exerçaient un pouvoir conjoint sur la Flotte militaire et la sécurité de la Ville.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Shah
Fleurettiste Masqué

avatar

Messages : 78
Fiche : Le Fleuret
Vice : Cruauté
Faction : Oisillons
District : Manufacturier
Influence : 299
Occupation : Gosse de riche / Mercenaire

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Dim 10 Juin - 23:42

Alexander aurait presque cru qu'Otton rougissait à son arrivée. Il n'en était pas certain, peut-être son uniforme de Prieur aidait en quelque sorte à ce que l'épiderme du Prince semble empourpré. Bien évidemment, il y avait le souvenir de leurs précédentes rencontres, et le jeune Shah ne put lui-même retenir un sourire entendu et amical. Il se prenait presque à réellement apprécier sa proie, au point d'avoir une nuit réfléchi à sa réelle volonté de tuer cette dernière. Un doute passager qui s'était bien vite envolé. Le contexte, l'accomplissement, tout cela était bien trop beau pour être laissé de côté. Son affrontement avec le Prince Prieur serait une merveille d'intensité dramatique. Une odyssée qui mériterait bien un opéra composé par Elikia Lutyens lui-même... si ce dernier vivait toujours une fois que L'As aura rayé tous les noms de sa liste. Ou alors le mercenaire pouvait bien s'imaginer contraindre le Prince Compositeur à faire parler son talent une dernière fois, avant de voir le fleuret de L'As prendre sa vie.

Il va de soi que le plaisir est partagé, Altesse.

La formule de politesse était classique, mais sincère. En présence de reste de l'escorte des Prieurs, le jeune Shah ne souhaitait pas se montrer trop familier. Il avait déjà croisé ou entendu parler de Prieurs un peu trop zélés, et pour peu qu'un de ces énergumènes fasse partie de l'escorte d'Otton, autant éviter des problèmes bien futiles.

Les notes du violon de Madame de Saint-Juste continuait à rythmer ce début de soirée. Pour l'heure, cette réception sur le Saint-Virgile était une belle soirée, sans coups d'éclats. Mais il y avait encore largement le temps de changer ça.

Je suppose que votre emploi du temps très chargé et votre entraînement ne vous laisse que peu de temps pour profiter du simple plaisir de la musique. Observa Alexander.

Il songea à conseiller au Prince de mener son entraînement au rythme du violon de Sérafine de Saint-Juste, mais il se ravisa. D'une part, pour les mêmes raisons qui l'empêchaient de se montrer trop familier. D'autre part, car les objectifs d'un tel entraînement ne collaient pas vraiment avec l'activité des Prieurs. Ces derniers cherchaient avant tout l'efficacité, afin de protéger la Ville du mieux possible. Alexander lui, cherchait l'esthétique. Lorsqu'il maniait son fleuret à visage découvert, alors les mélodies des plus grands artistes de l'Académie venaient imprégner le rythme de ses enchaînements. Le tout formait une chorégraphie dont la beauté musicale n'avait d'égal que la magnificence de l'escrime.

C'est alors que Thalia Morlone vint les rejoindre. Vêtue d'une robe de velours rouge carmin, la Princesse Navigatrice rivalisait de beauté avec son égal Prieur. Après un salut courtois envers les deux hommes, la Dame d'ébène vint poser une main amicale sur l'épaule du jeune Shah. Se dérobant rapidement à ce contact, Alexander pris la main de la Princesse dans la sienne, pour y déposer un léger baiser.

Je suis tout aussi ravi, Altesse. Vous êtes aussi rayonnante que d'habitude. Ce rouge vous va à ravir.

Alexander n'avait évidemment pas oublié sa précédente entrevue avec Thalia Morlone, dans un restaurant du district Balnéaire. Ce jour-là, la Princesse avait opté pour une robe bleu nuit plus sobre. Le mercenaire avait alors promis, à demi-mot, d'être présent sur le Saint-Virgile. Néanmoins, il n'avait pas vraiment prévu de se retrouver ainsi encerclé par les deux têtes couronnées dont il était, pour l'heure, le plus proche.

Des murmures s'étaient élevés dans la salle. De plus en plus virulents. De toute évidence, Catherina Damoroff venait de faire son apparition. Un mouvement de foule laissa le trio un peu plus esseulé. Même l'escorte d'Otton s'était dispersé. Ce dernier tentait d'apercevoir la diva, sans grand succès.

Serais-je de trop, à tout hasard ? Demanda, assez brusquement, Alexander. Se retrouver ainsi entre les deux Princes était dangereux, mais aussi grisant. Il ajouta rapidement. Peut-être devez-vous vous entretenir de sujets... pour lesquels ma présence n'est pas vraiment souhaitée ? Je le comprendrais tout à fait.

Une partie d'Alexander lui intimait de s'éloigner. Pourtant, il n'avait pas vraiment à le faire. Il n'avait rien fait de grave, pour l'instant. Mais l'autre partie de lui ne voulait surtout pas partir. Une discussion avec Otton et Thalia pouvait se révéler absolument grandiose, tant sur le plan du divertissement que pour l'obtention d'informations utiles à L'As. Ainsi, lorsque le Prieur proposa un toast, Alexander fut presque soulagé. Après avoir bu un peu de champagne, il déclara avec amusement :

Je vais prendre ça pour un "non".
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Morlone
Princesse Navigatrice

avatar

Messages : 14
Fiche : Ici
Vice : Orgueil & Exigence
Faction : Marchands
District : Mercantis
Influence : 167

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Mar 12 Juin - 17:41

Thalia profitait de la galanterie du petit fils Shah sans se poser de questions. Elle ne savait pas exactement où ce jeu allait les mener mais pour le moment c'était agréable de sentir brièvement le contact des lèvres d'Alexander sur sa peau d’ébène. La Princesse Navigatrice sourit et inclina amicalement la tête en réponse aux compliments du jeune homme.

Même depuis l'intérieur ils pouvaient sentir l'air marin les environner. Ou était-ce juste une illusion du cerveau qui savait exactement où il se trouvait ? Thalia aimait particulièrement l'effet de pesanteur qui régnait sur les bateaux. Même avec un faible roulis le corps devait légèrement s'ajuster pour rester constamment en équilibre. C'était quasiment imperceptible. A moins que ce ne soit encore un fantasme de la Princesse Navigatrice, à qui les voyages maritimes manquaient. Son corps d’ébène majestueusement drapé de velours rouge, on avait peine à imaginer que c'était la même femme qui avait bravé les tempêtes une quinzaine d'années plus tôt. Elle s'était déplacée pour rencontrer ses fournisseurs et c'est cette prise de risque qui l'avait démarquée de ses concurrents. Elle ne s'était pas contentée d'envoyer des subordonnés: elle avait conclu ses plus gros contrats elle-même. Il faut payer le prix de toute qualité...

La Princesse Navigatrice esquissa un sourire lorsque Catherina Damoroff entra dans la salle. Comme on pouvait s'y attendre l'artiste devint immédiatement le centre de toutes les attentions. Thalia n'était pas le genre de femme à s'épancher facilement sur ses émotions, ainsi point de soupir extatique ne s'échappa de ses lèvres contrairement à beaucoup de convives autour d'elle. Son altesse trouvait cela amusant. La pianiste était-elle vraiment consciente du pouvoir qu'elle tenait entre ses mains ? Heureusement, la plupart des artistes avaient tendance à fuir la politique. Et c'était très bien comme ça. Thalia estimait qu'il n'y avait nul besoin d'ajouter du chaos et de la frivolité sur un échiquier déjà bien tumultueux.

Tandis que la foule était irrésistiblement attirée vers Catherina, Alexander Shah lança une question très surprenante. C'était extrêmement attentionné de sa part et la Princesse Navigatrice en fut surprise. Habituellement lors de ces réunions mondaines il était très difficile de se débarrasser des curieux et des opportunistes. Se retrouver entre deux Altesses était une opportunité de rêve et Alexander proposait de s’éclipser ?! Thalia posa à nouveau une main autoritaire sur l'épaule du petit fils de Denvis:

« Cela ne devrait pas m'étonner de votre part Alexander, vous m'avez déjà prouvé quel homme attentionné vous pouvez être. Restez avec nous encore un moment. Notre Premier Prieur n'y voit aucun inconvénient ? Je n'avais pas prévu de parler politique ce soir. »

La Princesse Navigatrice relâcha sa prise et sourit chaleureusement. Elle venait de mentir: toutes les actions des personnes de son rang étaient liées à la politique. Lorsque l'on se trouvait parmi les quatre il n'y avait plus grand chose de réellement privé dans la vie. De ses conversations jusqu'à son choix d'artisan boulanger pour son pain du matin, tout était politique.

Thalia trinqua avec les deux hommes.

« A notre Amirale. Et à nos navires. »

La Princesse d’Ébène n'était pas grand chose sans les bateaux. A certains égards, il pouvait lui arriver d'accorder plus de respect et d'attention aux navires qu'aux humains... Ce soir c'était différent, elle se sentait d'humeur à provoquer des petites conversations. Et comme il l'avait si justement suggéré, il était impossible de parler d'affaires sérieuses en la présence d'Alexander Shah.

« Que vous évoque cette musique chers messieurs ? » s'enquit Thalia en faisant un signe de tête vers la violoniste. « Passer avant Catherina Damoroff ne doit pas être une tâche facile... »
Revenir en haut Aller en bas
http://sarahitaliano.fr/
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 521
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1118
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Mar 12 Juin - 22:49

- Il semblerait que nos chemins ne soient encore jamais croisés, à Madame de Saint-Juste et moi.

Un malaise étrange s'emparait lentement d'Otton qui remplaça rapidement sa coupe vide par une pleine, saisie presque au vol sur le plateau du serveur qui passait par là. Ses deux interlocuteurs s'entendaient étrangement bien... Par-dessus cela, Alexander sous-entendait que le Premier Prieur était un inculte. Cela n'était pas totalement faux, mais Otton se sentit plus gêné qu'insulté par cette remarque et n'offusqua pas, comme un autre aurait pu le faire à sa place.

- Aucun, Princesse, aucun. Le prieur se tourna vers Alexander. Quoi qu'il dise, il n'en demeurait pas moins attirant et, même sans son arme, il ferait sans doute un adversaire intéressant s'ils souhaitaient une activité physique... Restez donc, Monsieur Shah. Aujourd'hui, nous célébrons la grandeur de notre Ville, mais nous ne parlons pas de ses Affaires.

Il était conscient, comme Thalia, que leurs gestes étaient épiés et leurs paroles écoutées. D'une ou autre façon, tout allait être interprété. En se tenant là et en discutant de la musique, ils allaient peut-être se faire des amis ou des ennemis. Ou du moins des gens prêts à leur cracher dessus un peu plus ou raconter à leurs amis à quel point ils étaient resplendissants. La présence d'Alexander à leurs côtés allait probablement être porteuse de messages cachés, réels ou imaginaires. Le Premier Prieur avait l'avantage de représenter les intérêts sécuritaires de la Cité. Ses impératifs étant ce qu'ils étaient, ses devoirs appelaient à moins de négociations que dans le cas de la Princesse Navigatrice qui avait donné sa vie aux accords, arrangements et marchandages.

Et chacun d'eux était pour le moins compétent à sa place.

- Je disais justement que cela devait être la première fois que j'entendais Madame de Saint-Juste jouer sur scène. Peut-être un enregistrement sur phonographe auparavant ? C'était possible, mais il n'en était pas certain. Surtout pour la bonne et simple raison qu'il ne saurait honnêtement pas faire la différence entre une violoniste un tant soit peu douée et une autre.

Si Catherina Damoroff se distinguait de ses pairs, même aux oreilles peu rodées d'Otton Egidio, c'était parce qu'elle était purement exceptionnelle et d'un talent rarissime. N'importe quelle étoile en sa présence paraissait moins brillante. La remarque de Thalia semblait donc s'appliquer à tous les artistes qui devraient jouer ce soir...

- Imaginez jouer après. Comment peut-on encore marquer les esprits une fois qu'elle vient de quitter la scène ? Dans tous les cas, tous les artistes de ce soir honorent Excelsa. C'est ce qui importe le plus.

A propos d'honorer Excelsa, Otton balaya à nouveau la salle du regard à la recherche d'un autre jeune homme dont la tenue, et le garde du corps, devrait probablement ressortir du lot des notables et prolétaires natifs de la Ville. L'Ambassadeur kemethi n'était cependant pas présent. Ou, ce qui était fort probable aussi, était trop loin pour être vu de là où ils étaient.

- J'ai entendu dire que le Prince Lutyens sera absent. Il faut reconnaître que le Conservatoire est superbement représenté ce soir. Avez-vous des nouvelles de... l'Académie ?

La tenace et sournoise Rectrice méritait qu'on hésite à prononcer son nom en public. Presque comme si l'évoquer revenait à l'invoquer, elle et ses explosifs, poisons et lames cachés dans sa jambe. L'aînée des Quatre jouissait certainement d'une Réputation. Mais il arrivait que sa santé (ou son humeur du jour) l'empêche de se rendre à ce genre de soirées.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Shah
Fleurettiste Masqué

avatar

Messages : 78
Fiche : Le Fleuret
Vice : Cruauté
Faction : Oisillons
District : Manufacturier
Influence : 299
Occupation : Gosse de riche / Mercenaire

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Mer 13 Juin - 23:18

Comme le toast d'Otton l'avait suggéré, Alexander n'était finalement pas de trop au milieu des deux Princes. Thalia vint de nouveau poser sa main sur son épaule, tout en lui assurant que les discussions politiques n'étaient pas au programme de la soirée. Malgré tout, ils savaient tous les trois que ce n'était pas totalement vrai. Qu'ils le veuillent ou non, les regards étaient sur eux, et voir la Princesse Navigatrice et Alexander Shah se montrer amicaux et tactiles ne manquerait pas de faire jaser.

D'ailleurs, voir le jeune mercenaire en compagnie de deux Princes, un large sourire aux lèvres... comment pourrait-on l'interpréter ? Sans doute que certains le verrait comme une manœuvre purement politique, un premier mouvement concret qui favoriserait les intérêts d'Amélia pour un poste de Princesse. La vérité était bien sûr toute autre. Qu'importe la proximité qu'Alexander Shah pouvait afficher à leurs côtés, L'As avait lui placé les noms d'Otton Egidio et Thalia Morlone en haut sa Liste.

Tant mieux si je ne dérange. Remercia Alexander. Votre présence, à vous deux, m'est très agréable. Et puis, j'ai passé les quinze dernières minutes à répondre en boucle aux trois mêmes questions, ce qui m'a permis de me rappeler -une nouvelle fois- pourquoi je préférais désormais rester à l'écart du grand monde.

Il laissa échapper un petit rire, avant de boire une gorgée de champagne. Sa coupe était vide, il en récupéra rapidement une autre, alors qu'un serveur passait sur sa gauche. Tandis que Sérafine de Saint-Juste continuait à jouer, la clameur annonçant l'arrivée dans la salle de Catherina Damoroff vola immédiatement la vedette à la violoniste.

En effet, il ne doit pas être facile de partager l'affiche avec notre vedette... Souffla le mercenaire, en écho aux deux Princes.

Ce n'était pas forcément une affaire de cohabitation, quoique le jeune homme ne connaissait pas les relations entre les différents artistes du Conservatoire. Mais comme Thalia et Otton l'avait souligné, Catherina centralisait tellement l'attention du public, qu'il devenait difficile d'exister à ses côtés. Passer avant, c'était l'assurance d'être vite éclipsé par le talent de la pianiste. Passer après, c'était la certitude de souffrir de la comparaison immédiate et de perdre l'attention de son auditoire.

Pourtant, les compositions de Sérafine de Saint-Juste transpiraient d'une justesse et d'une élégance que peu parvenaient à atteindre. Malheureusement pour la violoniste, elle manquait simplement du génie qui caractérisait Catherina. Ce petit quelque chose en plus, difficilement identifiable, qui faisait passer quelqu'un dans une autre dimension au sein de l'art qu'il pratique. Quel que soit le domaine, ceux qui possédait ce petit quelque chose se comptaient sur les doigts d'une main.

Pour répondre à votre question, Altesse. Ajouta Alexander en se tournant vers Thalia. Je trouve cette mélodie à la fois enjouée et apaisante. En fermant les yeux, je pourrais facilement m'imaginer au bord du lac, un peu à l'écart pour bénéficier d'un certain calme. La saison des Forges vient de commencer, la chaleur n'est pas encore étouffante. Aussi, il est facile de profiter du soleil, au bord de l'eau, avec la sensation que le meilleur est encore à venir. La mélodie apporte quelques touches d'optimisme.

Assez vite, la conversation revint toutefois à des sujets qu'Alexander qualifiait de typiques, pour ce genre de soirée. Qui était présent, qui ne l'était pas. Le Prince Compositeur ne serait donc pas de la partie. Dommage, il eut été intéressant de l'observer également. En revanche, la dernière Princesse, Hanae Ibihn, était de loin la plus mystérieuse pour L'As. Le mercenaire masqué ne connaissait pour ainsi dire rien de la Doyenne des Quatre. Mais à la façon dont en parlait Otton, il semblerait que cette dernière ne soit pas à prendre à la légère, ne serait-ce qu'une seconde.

Mais pour l'heure, Alexander ne pensait pas vraiment à la façon dont il pourrait atteindre la Princesse Rectrice. Ce qui animait son esprit était bien plus mesquin. Jouer avec les nerfs du Prince Prieur, et alimenter quelques ragots, ce qui ravirait sans doute beaucoup de vieilles peaux dans la salle. Aussi, lorsque Sérafine de Saint-Juste engagea un morceau beaucoup plus dansant, et que quelques couples inaugurèrent l'espace central mis à leur disposition, le mercenaire vit une belle opportunité de faire coup double. Saisissant doucement la main de Thalia Morlone, il s'inclina respectueusement, avant de proposer avec le sourire :

Son Altesse me ferait-elle l'honneur de m'accorder une danse ?
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Morlone
Princesse Navigatrice

avatar

Messages : 14
Fiche : Ici
Vice : Orgueil & Exigence
Faction : Marchands
District : Mercantis
Influence : 167

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Ven 22 Juin - 22:02

La Princesse Navigatrice était indifférente à la musique. L'art ne lui faisait ni chaud ni froid, pour elle ce n'était qu'un assemblage de couleurs et de sons. Lorsqu'une virtuose jouait, cela pouvait être agréable mais sans plus. Thalia Morlone était plutôt intéressée par l'aura d'influence des artistes. Ils faisaient rêver les foules, les transportaient vers des émotions intenses... Bien qu'elle n'admette pas cette vérité, son Altesse d'ébène était un brin jalouse et frustrée que ce talent ne soit pas à sa portée. Dans une autre vie, Thalia Morlone aurait été créatrice de vêtements ; cet attrait pour les étoffes se ressentait dans sa capacité à choisir les meilleurs produits de son entreprise. Selon la Princesse, Amelia Shah avait un goût exécrable dans le choix de ses tissus d'importation...

Pour des raisons inexplicables, le petit fils de Denvis échappait au dégoût de Thalia. Elle éprouvait un brin de sympathie pour lui. C'était tout à fait regrettable que ce tendre esprit soit un Shah. Son altesse se doutait qu'il faudrait bientôt faire un choix: tirer parti de la situation ou s'éloigner d'Alexander. Il était hors de question de créer des ragots sans qu'il y ait un avantage derrière ! La Princesse en avait déjà assez d'entendre ces murmures sur le Directeur et elle...

Lorsque le Premier Prieur prononça le nom du dernier Prince élu, Thalia esquissa un petit sourire amusé.

« Il considère peut-être que le quota d'artistes est suffisant ce soir, c'est une bonne occasion pour lui de s'isoler et de travailler sur ses propres... travaux. Il faudra s'enquérir de lui dès demain. Il est capital que l'on prenne soin les uns des autres. Quant à son Altesse Ibihn, je ne me fais pas trop de soucis pour elle. »

Il était difficile de saisir le sens caché des paroles de la Princesse. Elle restait aimable mais son visage s'était éclairé d'une petite lueur... Amusée, arrogante, dédaigneuse ? Thalia ne prenait pas de risques: il était parfaitement normal qu'une Navigatrice ait une attitude légère en parlant d'art. Évidement, elle ne pensait pas à l'art lorsqu'elle abordait le sujet des travaux de Lutyens mais à ses écrits. Quant à la doyenne des quatre, sa réputation n'était plus à faire.

Les pensées de la princesse navigatrice replongèrent dans le présent lorsque sa peau entra de nouveau en contact avec celle du jeune Shah. La femme d'ébène referma doucement les doigts autour de ceux de son interlocuteur mais n'avança pas d'un pouce.

« Est-il bien raisonnable de laisser notre Premier Prieur seul ? Nous devrions peut-être lui trouver une partenaire » demanda Thalia dans un sourire.

Elle hésitait sur la conduite à tenir. La présence d'Otton Egidio était utile pour diluer les ragots, c'était un très bon alibi. La Princesse avait remarqué une pointe de nervosité lorsque ce dernier s'était emparé d'une seconde coupe de champagne. Elle le connaissait assez bien pour savoir qu'il ne finirait pas complètement ivre à la soirée, mais tout de même... Thalia n'était pas sûre de ce qu'elle avait vu, il n'y avait peut-être aucune nervosité mais juste de la fatigue.

« Quelle serait votre partenaire de danse idéale votre Altesse ? Et ne me répondez pas Damoroff car je crains que notre influence ne soit pas suffisante pour la faire danser avec vous. »
Revenir en haut Aller en bas
http://sarahitaliano.fr/
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 521
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1118
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Lun 25 Juin - 9:40

S'il pouvait sembler qu'en présence de deux personnalités princières, une troisième personne se sentirait exclue ou pas à sa place, il n'en était rien dans ce cas précis. C'était Otton Egidio, tout Prince d'Excelsa qu'il était, qui se sentait de plus en plus mal à l'aise dans la situation. Que ses deux interlocuteurs en aient conscience ou non, il aurait préféré être ailleurs. Ou seul avec l'un d'entre eux. Il chercha du regard d'autres visages familiers vers lesquels se tourner, ou même s'éloigner, mais ne reconnut personne. Il espérait encore tomber sur l'Ambassadeur kemethi avec lequel il aurait peut-être plus de chance, en l'absence d'Elikia.

Les commentaires artistiques et les sous-entendus n'étaient pas tous passés complètement incompris, mais la conversation ne lui plaisait pas. La subtilité de la musique de Séraphine de Saint-Juste ne l'intéressait pas des masses. L'Amirale elle-même était bien trop loin pour qu'on puisse espérer un quelconque secours d'elle... Et en plus, c'était sa soirée. Il serait mal venu de lui tenir la jambe sous prétexte de solitude.

Le cerveau d'Otton le poussa à les imaginer tous les trois dans le même lit. Il réprima cette pensée, bien sûr, la pointe de sa langue glissant rapidement sur ses lèvres. Le Premier Prieur ne releva pas la remarque de Thalia au sujet du Prince Compositeur. Si elle gardait de l'amertume quant à l'élection de ce dernier, Otton n'allait pas entrer dans ce sujet. Ni ici, ni maintenant. De préférence plus jamais.

- Je ne me ferais pas de soucis non plus. D'eux quatre, Hanae avait le plus d'expérience et une réputation qui l'abritait de certains devoirs. Son absence ne serait pas considéré comme un affront mais simplement un caprice d'une femme qui peut se permettre n'importe quoi au nom de son âge, son caractère, son génie scientifique (et commercial, mine de rien).

La Princesse Navigatrice avait assez de décence pour au moins faire semblant de s'inquiéter de sa solitude éventuelle. Elle en profita pour lui poser une question dont il pourrait se passer... La chaleur monta dans son visage, alors qu'il s'efforçait de garder les yeux rivés sur Thalia. Il ne put s'empêcher un coup d’œil sur les mains jointes de ses deux interlocuteurs, prêts à danser.

- Je n'ai pas vraiment réfléchi à la question... Une réponse prudente, permettant de gagner du temps. Il avait imaginé bien des choses et avec des partenaires très divers et plaisants mais pas vraiment la danse. Son regard balaya à nouveau la salle, fuyant la conversation... et la réponse se manifesta toute seule.

- L'Amirale O'Fell, je suppose. Il sourit, soudainement plus détendu, rassuré d'avoir trouvé quelque chose à répondre mais non moins rouge sur le visage. - Je crains que cela ne soit pas très original, mais bon... uniforme contre uniforme, l'Océan et la terre ferme.

Le baratin pseudo-artistique n'était pas vraiment son fort. Comme tous les prieurs, Otton était capable de formuler "Le Bien de la Ville" de cinquante façons différentes et parler de l'histoire de nombreux recoins d'Excelsa sans se fatiguer. Il supposa que "rouge et blanc, ça fait joli" était une explication suffisante pour le moment. D'autant plus que, s'en voulant de ne pas avoir anticipé la question de la danse, il pensa à la dernière fois où on lui parla de danser.

- Il se peut que j'ai mal compris, bien sûr. Mais je crois que son Altesse le Prince Lutyens m'avait proposé de danser à la prochaine occasion, la dernière fois où je l'ai vu. Cela pourrait être fort plaisant aussi. Pas ce soir, bien sûr.

Otton n'était pas sûr s'il venait ou non de lancer une pique en direction de Thalia. Ni comment cela risquait d'être interprété... Si le Premier Prieur, par le caractère sacré de sa charge, était un excellent chaperon, Otton Egidio en tant qu'être humain avait des faiblesses charnelles qui pouvaient remettre en question son autorité dans la question des amitiés chastes. En public, il pouvait servir d'alibi à sa princière consœur et leur ami commun. Mais il était lui-même l'objet de plus d'un ragot.

- Dans tous les cas, inutile de vous faire du soucis pour moi. Je peux attendre.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Maeva O'Fell
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 138
Fiche : Fiche
Vice : Fierté
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 345
Occupation : Amirale d'Excelsa

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Mar 26 Juin - 16:06

Peut-être redoutait-elle cet instant, ou peut-être l'attendait-elle au contraire, ce moment où Sérafine de Saint-Juste décide, répondant aux attentes de tout un chacun, de se lancer dans une mélodie à peine plus mouvementée, invitant subtilement les couples à se former et à rejoindre la piste de danse improvisée dans la salle. D'ordinaire, elle parvient à se placer sur un côté de la salle et à regarder les danseurs d'un air froid, dépréciant moins la danse que le fait de se donner en spectacle d'une manière qui ne lui offrait guère le contrôle total de son image. Ce soir, impossible d'y échapper, les regards seront rivés sur elle à un moment ou à un autre, et tous s'attendraient à la voir au bras d'un cavalier – ou d'une cavalière – au rythme du jeu d'archet de la violoncelliste. Fort heureusement, elle a déjà réfléchi au cavalier idéal pour cette première danse…

Et se sent presque désolée pour lui.

Selon son raisonnement, il était hors de question de danser avec l'un de ses subordonnés pour des raisons d'image au sein de la Flotte, il était également inconvenant d'ouvrir le bal avec un invité quelconque, car l'Amirale se devait d'être inaccessible. Alexander Shah, de par le rang de sa maison et son âge, aurait été un choix acceptable s'il n'avait eu ce côté...charmeur ? Qui ferait aller bon train des ragots dont Maeva se serait bien passée. S'il avait été là, la dame blanche aurait dansé avec son ami Bénédikt, hélas, ce dernier semblait manquer.

Alors il ne restait qu'un choix possible.

L'on irait dire que son choix était politique et visait à affirmer la supériorité militaire d'Excelsa de par l'entente des Prieurs et de la Flotte.
L'on affirmerait que son choix était conseillé par quelque artiste afin d'opposer sur la piste le rouge et le blanc afin de renforcer l'effet de ces deux couleurs l'une sur l'autre.
L'on croirait peut-être que son choix était personnel car elle était plus proche de son cavalier désigné que de toute autre personne présente dans la salle.

De toute façon, beaucoup de choses se disaient, à Excelsa.


– Altesses, Monsieur Shah, c'est un plaisir et un honneur de vous recevoir à bord du Saint-Virgile. J'espère que vous passez une agréable soirée et que cette dernière n'ira qu'en s'améliorant.

Un sourire, plus sincère que tous ceux qu'elle eut à afficher jusqu'alors, surtout en raison de ce qu'elle s'apprête à faire. Un amusement presque espiègle – dont peu l'auraient jamais crûe capable de faire preuve – sous-tend ses traits, mais son regard, fidèle à lui-même, ne reste qu'une paire de billes d'or immobiles et métalliques. Ce dernier, à la suite des salutations d'usage, se plante dans celui des trois qui est le plus habitué à le soutenir, tandis qu'une main gantée de blanc s'avance vers lui dans un geste d'une théâtralité teintée de cette éternelle discipline dont l'Amirale ne saura probablement jamais se départir.

– Votre Altesse, me ferez-vous cet honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Shah
Fleurettiste Masqué

avatar

Messages : 78
Fiche : Le Fleuret
Vice : Cruauté
Faction : Oisillons
District : Manufacturier
Influence : 299
Occupation : Gosse de riche / Mercenaire

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Mer 27 Juin - 23:27

La Princesse Navigatrice semble hésitante. A priori, ce n'est pas vraiment l'idée de danser avec Alexander qui la gêne, mais plutôt le fait de délaisser Otton le temps de quelques pas. Simple politesse ou délicate attention, le jeune Shah ne saurait le dire, n'étant pas suffisamment au fait des relations entre les deux Princes d'Excelsa. Légèrement décontenancé, le Premier Prieur se retrouve à devoir nommer son où sa partenaire idéal. L'As aurait-il fait partie de ses choix, s'il n'avait pas déjà la main de la Princesse d'ébène dans la sienne ? Il ne le saurait sans doute jamais. De son côté, Otton nomma l'Amirale.

Un excellent choix, Altesse. Affirma Alexander avec une pointe d'enthousiasme. Vos deux uniformes se marieraient très bien sur la piste, vous auriez beaucoup de prestance !

Non pas qu'il en manquait habituellement, le Prince Prieur se déplaçait avec une aura difficilement égalable. C'était le pouvoir de l'uniforme, il permettait à quiconque s'en revêtait d'avoir l'air infiniment plus classe.

Cependant, son Altesse embrayait sur une anecdote concernant le Prince Compositeur. Alexander sourit : Elikia Lutyens partageait-il avec son homologue Prieur un penchant pour les plaisirs de la chair ? Le temps d'une seconde, le mercenaire s'imagina partager la couche des Quatre. Qu'il serait bon de s'inviter ainsi dans les plus hautes sphères. En devenant intime avec les Princes, il serait plus aisé d'obtenir quelques confessions sur l'oreiller. Et d'autant plus jouissif de planter sa lame dans leur corps. Au moins de trois d'entre eux, supposait-il. Après tout, la rumeur voulait qu'un des membres du Conseil se soit opposé à l'élection de Lutyens. Et un ennemi du Conservatoire pouvait potentiellement être un allié de sa sœur. Restait à savoir lequel des trois Princes restant pouvait devenir cet allié...

Mais alors que le Prince Prieur les invitaient poliment à ne pas se soucier de lui, l'Amirale O'Fell vint les rejoindre. Un dixième de seconde, le sourire d'Alexander se crispa légèrement. La Dame Blanche tombait à pic pour sauver l'Homme en Rouge de sa solitude. Quand au plan du mercenaire, qui voulait observer la réaction du Prieur lorsqu'il ferait tournoyer Thalia, et bien il tombait à l'eau. Tant pis. Bon perdant, et surtout assez content de revoir Maeva, le cadet des Shah salua l'hôte de la soirée.

Tout l'honneur est pour nous, Amirale. Assura-t-il avec une légère inclinaison, avant de se reprendre. Pour moi, en tout cas, mais j'ose penser que leurs Altesses ici présentes sont du même avis. S'il se trompait, Otton ou Thalia le corrigerait sans doute. Pour l'heure, cette réception est une véritable réussite, et une superbe vitrine pour votre chère Flotte !

Auprès de n'importe qui d'autre, n'importe quel compliment d'Alexander aurait été teinté d'hypocrisie. Mais, hasard ou destin, il se trouvait en présence de trois personnes avec lesquelles il s'autorisait une certaine sincérité, toute calculée bien sûr. Alors que la main gantée de l'Amirale enjoignait Otton à danser, L'As attira vers lui la Princesse Navigatrice.

Parfait alors ! On dirait que plus rien ne nous retiens. Si son Altesse veut bien me faire cet honneur.

Quelques secondes plus tard, Alexander et Thalia se retrouvaient au centre de la pièce. La main gauche du jeune mercenaire tenait la main droite de la Princesse, tandis que sa main droite était posée au bas du dos de la Dame d'ébène. Au rythme de la musique de Sérafine de Saint-Juste, L'As menait la danse, avec toute la maîtrise obtenue par son éducation, son "expérience" des soirées mondaines, mais aussi son entraînement d'escrimeur, qui lui conférait un bon jeu de jambes. Occasionnellement, il se permettait même de faire tourner sa partenaire. Lors du final, il en vint même à entraîner Thalia dans un enchaînement plus techniques, pour finir par un "renversé" du plus bel effet. Le son du violon se dissipa dans l'air, tandis que le jeune Shah saluait respectueusement la Princesse, avant de s'éloigner de la piste.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Morlone
Princesse Navigatrice

avatar

Messages : 14
Fiche : Ici
Vice : Orgueil & Exigence
Faction : Marchands
District : Mercantis
Influence : 167

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Ven 29 Juin - 18:09

Otton Egidio n'était pas aussi calme et effacé qu'on pouvait le croire. Thalia haussa un sourcil lorsque le Premier Prieur mentionna le Prince Compositeur. Elle tenta de garder un visage poli ou impassible. Elle prit la remarque d'Egidio très personnellement. Elle nota soigneusement l'information dans son esprit et se promit d'en faire bon usage ultérieurement. Elle n'était pas vraiment surprise: son Altesse faisait l'objet de belles rumeurs salaces, il se disait qu'il était capable de coucher avec à peu près tout ce qui passait dans son champ de vision. Thalia trouvait cela assez méprisable, mais elle savait bien qu'elle n'était pas parfaite non plus. Ce qui l'ennuyait réellement, c'était que le sexe n'était pas sa carte favorite, ce n'était pas l'approche qu'elle maîtrisait le mieux. Plus expérimentée à ce petit jeu, elle n'aurait trouvé rien à redire aux penchants du Premier Prieur: il aurait été plus simple pour elle d'étendre son influence sur lui et cela l'aurait remplie de satisfaction.

L'amirale arriva et les pensées de Thalia s'adoucirent immédiatement. La Princesse Navigatrice se sentit tout à coup plus disponible, plus alerte et beaucoup plus détendue. Elle oublia complètement Lutyens: elle prenait tout à coup conscience du poids de l'étoffe sur sa peau, le cintrage du tissu qui tombait sur ses hanches et du frottement de la dentelle sur ses fesses. Elle fut incapable de dire autre chose que des banalités machinales car son esprit était entièrement occupé à deux fonctions: voir et sentir.

Thalia fut interrompue dans sa contemplation par le jeune Shah qui l'attirait contre lui pour danser.

« Ah! » bredouilla la Princesse Navigatrice en se laissant faire.

Le petit fils de Denvis était vif ! Et audacieux ! La princesse d'ébène se força à revenir dans l'instant présent, il le fallait bien si elle voulait suivre le rythme d'Alexander.

« Votre jeu de jambes est assez impressionnant je dois l'avouer » lui souffla-t-elle promptement lorsque, le temps d'un mouvement, ils se retrouvèrent collés l'un à l'autre.

Thalia fut soulagée lorsque le morceau prit fin. La présence et les compétences d'Alexander n'étaient pas en cause: il s'était montré brillant comme partenaire de danse, dynamique et rythmé juste comme il fallait. Cependant, depuis l'interruption de l'amirale, l'humeur de la princesse tenait plus du calme et de la discussion plutôt que de l'agitation. Et d'ailleurs, où était l'hôtesse de la soirée maintenant ? Thalia jeta un œil autour d'elle avant d’emboîter le pas au petit-fils de Denvis. Elle en profita pour saisir deux coupes de champagne sur le plateau d'un serveur et avala nerveusement la moitié de la sienne en une seule gorgée, prête à offrir la seconde à quiconque s'approcherait.
Revenir en haut Aller en bas
http://sarahitaliano.fr/
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 521
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1118
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Sam 30 Juin - 23:04

Du coin de l'oeil, Otton remarqua la figure bien reconnaissable de Hanae Ibihn. Sans être aussi imposante que ses trois collègues, la Princesse Rectrice était certainement une grande incontournable de toutes les soirées. Des cercles et des coteries se formaient et orbitaient autour d'elle, de son argent et de ses influences. Pendant un bref instant, Otton considéra de s'y rendre et de graviter un peu autour d'elle à son tour, histoire d'échapper à la gênante solitude. Finalement, il n'eut pas à le faire. Une silhouette familière et éclatante entra dans son champ de vue.

Telle une héroïne d'un opéra du Prince Compositeur, Maeva O'Fell avait volé au secours d'Otton. Dans une situation non vraiment embarrassante, mais au moins inconfortable, elle s'était manifestée juste au bon moment. Si c'était fait exprès, c'était très impressionnant. Dans le cas contraire... Eh bien le hasard avait bien fait les choses et le Premier Prieur n'allait pas s'en plaindre. L'étrange confrontation sociale, imposée par ses interlocuteurs, s'équilibrait enfin. Chacune des têtes "couronnées" avait enfin son chevalier servant. Même si, du point de vue du plaisir pur, Otton échangerait bien Maeva contre Alexander, il ne pouvait se plaindre.

Bien sûr, quelqu'un finirait par jaser. Après tout, il se retrouvait avec la femme qui, selon les rumeurs les plus folles, était la maîtresse de Bénédikt. Et voilà qu'elle l'invitait à danser. Soulagé et souriant, il accepta et se laissa entraîner par la musique et la fermeté gracieuse de sa cavalière. Contrairement à lui, Maeva dansait bien, on pouvait aisément lui reconnaître à la fois le talent naturel et de bons professeurs. L'apprentissage d'Otton en la matière avait été plus que sommaire et son oreille était tout sauf musicale. En suivant l'Amirale avec l'exactitude d'un soldat, il s'épargnait une humiliation totale, mais il était clair que c'était elle qui menait la danse et s'assurait qu'ils ne se marchent pas dessus tous les deux.

Au moins, ils n'étaient que deux, isolés du reste des invités par la danse. Ils avaient quelques instants pour échanger quelques mots sans avoir à craindre des oreilles indiscrètes.

- C'est une fête très réussie. Il le pensait, même si son expertise en la matière était limitée. Vous êtes arrivée au bon moment, Amirale. Je ne saurais que faire tout seul, sinon boire, je le crains.

Ils continuèrent de tourner ensemble, proches, dignes, martiaux, tous les deux. Leurs uniformes se répondaient avec un tranchant des plus prononcés, sans jurer pour autant. Si le Premier Prieur n'était pas aussi tendu et concentré, ils pourraient peut-être tournoyer au coeur du bal, tels un couple royal. Mais il n'en était rien. Et le sujet suivant abordé par Otton n'avait rien d'un compte de fées.

- J'ai parlé à Hanae. Elle est très bien disposée. Pour examiner votre projet, je veux dire...

Certains mots, comme "diplomatie", ne devaient pas être prononcés. Même si la musique, les autres conversations et le mouvement constant rendaient leur échange pratiquement inaudible, il fallait être prudent. C'était l'une des raisons pour lesquelles le Prince vouvoyait l'Amirale. Après tout, Thalia et lui étaient ses supérieurs directs, avant d'être éventuellement ses amis. Le devoir prévalait sur les relations personnelles.

- Oh, je m'excuse d'être si maladroit... Tout cela ressemble à un duel, sans en être un. Je m'y perds...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Maeva O'Fell
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 138
Fiche : Fiche
Vice : Fierté
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 345
Occupation : Amirale d'Excelsa

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Jeu 5 Juil - 10:23

La main blanche, tendue avec une aisance feinte, reçoit sa consœur rouge au creux de sa paume et l'étreint avec une force toute mesurée. La rouge, à l'image du corps qu'elle prolonge, est tendue, presque crispée, contrôlée seulement par des années d'entraînement et de retenue pour ne pas paraître trop ouvertement celle d'un bretteur maniant son arme. La blanche, fidèle représentante de la femme qui pend au bout de son bras, est autoritaire et ferme, car l'habitude et les années de pratique l'ont faite ainsi.

Les bras s'alignent, les uns mimant une grâce disciplinée, les autres jouant d'une discipline gracieuse. Loin de tournoyer au rythme des corps qui les entourent, ceux-ci, habitués à la rédaction de fines lignes et au maniement de longues lames, s'harmonisent dans un concours de raideur, dressant les troncs qu'ils soutiennent à la façon des militaires que se targuent d'être les deux danseurs.

Les jambes, agiles, s'assaillent et s'esquivent, tantôt en arrière, tantôt sur le flanc, une paire se replie, l'autre avance, confiante, avant que le rythme n'évolue et ne se perturbe, envoyant celles qui reculaient tantôt à l'assaut de leurs adversaires. Les pas sont calculés, ou du moins en ont l'air, et seul l’œil avisé saurait reconnaître que le jeu est mené par le duo blanc qui guide, à la manière d'un maître d'arme, la paire écarlate à qui elle doit reconnaître son adaptation.

Une danse qui ne perdrait ni sens ni prestance si, au lieu de se tenir main dans la main…
Les deux protagonistes ne se pointaient du bout de l'épée.

Les yeux d'or de Maeva se posent un bref instant sur le couple auquel elle a arraché Otton, les compliments d'Alexander et l'étrange gène de la Princesse Navigatrice toujours en tête, avant de revenir se planter dans ceux de son cavalier. Une partie de ses pensées vont à la postérité, lorsqu'elle fera allusion à cet instant où elle avait attiré Otton à danser, et lui demander s'il s'était amélioré depuis, le tout dans un cadre beaucoup moins cordial bien évidemment. Le reste, cependant, est occupé à mener la danse tantôt en fonction du rythme de la violoncelliste, tantôt par le biais de ses souvenirs d'adolescence, alors que ses précepteurs lui apprenaient à avoir le pied leste et le dos droit. Tant satisfaite de mener la danse que d'être à l'écart du centre de la piste, la jeune femme tente, avec un succès mitigé, de superposer un sourire poli à son air concentré.


– Ravie qu'elle vous plaise. Elle marque une pause, attendant une nouvelle occasion de parler sans avoir à modifier son souffle ou à hausser le ton par dessus la musique. Que diriez-vous alors de boire en ma compagnie, après ces pas ?

Une invitation sincère, qui lui permettra également d'écarter jusqu'au plus courageux des prétendants ayant l'idée saugrenue de lui demander une danse après l'avoir vue sur la piste. Encore que le jeune Shah, si ses pas de danses traduisaient certains aspects de sa personnalité, serait probablement assez fougueux pour s'y essayer, et Maeva ne saurait dire si elle pourrait décemment y échapper. Et puis, ses devoirs d'hôtesse impliquent qu'elle passe du temps avec ses invités de marque, après tout.

L'air grave de son cavalier ramène l'Amirale à la réalité juste à temps pour ne pas flancher à l'annonce de ce dernier. L'énonciation du prénom de la Princesse Rectrice – qu'elle a discrètement aperçue quelques secondes auparavant, emportée par les pas en rythme – lui demande un grand effort de concentration pour ne pas afficher un air grave de circonstance. L'évocation d'un sujet qu'elle pensait réservé aux murs clos du bureau d'Otton et, très bientôt, du Palais Princier, ne manque pas de lui faire un certain effet.

La véritable difficulté vient du conflit entre ses sourcils qui cherchent à se froncer et ses lèvres qui ne veulent rien de plus que s'étirer en un sourire victorieux.

Incapable de répondre à cette information qui la comble secrètement de joie sans qu'elle ose le laisser paraître, Maeva sent sa concentration sur la danse s'amoindrir et se ressaisit tant bien que mal. Les excuses d'Otton lui offrent une parfaite raison pour enfin laisser les commissures de ses lèvres se relever en un sourire, réduit à la simple politesse pour le bien des apparences.


– Ne vous en faites pas, j'imagine que ça y ressemble, à la différence que vous n'essayez pas de trouver la faille dans la garde de votre adversaire, mais plutôt de la consolider ?

À vrai dire, l'Amirale apprécie les duels car ils lui permettent de s'exercer dans un art qu'elle n'a que trop peu étudié durant sa formation. Ses instructeurs l'ont formée à se défendre et à tuer des hommes aux tactiques simples, en aussi peu de passes que possible afin de ne pas laisser le temps à un adversaire trop fort, trop robuste ou trop agile de tirer avantage de son talent, mais ses méthodes, quoiqu'efficaces contre des pirates et des miliciens réguliers, restent perfectibles, et Maeva ne se satisfait que de la perfection.

Surtout dans un domaine qui pourrait s'avérer si important dans les prochaines années.

Un instant, la dame blanche se demande combien de passes elle tiendrait face au Prince Prieur, et s'il accepterait simplement de croiser le fer avec elle.
Une question qu'elle ne laisserait pas en suspens plus que nécessaire, soucieuse d'améliorer ses compétences martiales.


– Je suis heureuse que ce projet ait retenu l'attention de la Princesse Rectrice, j'espère que j'aurai bientôt l'occasion de lui en parler en personne.

Les notes de Saint-Juste s'enchaînent, empêchant Maeva de poursuivre afin de ne pas finir sur une note si tendue. Enfin, la musique s'achève, laissant l'Amirale s'écarter du Prince avec un sourire de circonstance et s'incliner avec le respect du danseur qui salue son partenaire. Tout en inclinant dos et tête, cette dernière murmure, à la seule intention du Prince.

– Mais pas ce soir.

Respectueuse des consignes évoquées dans le bureau de son supérieur et ami, la dame blanche n'a guère l'intention d'évoquer un sujet aussi sensible en public. Il suffirait qu'une oreille pas assez distraite ne traîne au mauvais endroit pour glaner un fragment d'information qui, hors de son contexte, pourrait rapidement mener à un soulèvement populaire.

Et puis, l'idée de sa tête sur un échafaud ne parait pas plus alléchante qu'à sa première mention à la femme aux yeux d'or.

Un rapide coup d’œil alentours apprend à Maeva que les deux Princesses ainsi que le jeune Shah sont isolés pour l'instant. Désireuse de discuter avec les trois, la gène encourue par sa supérieure hiérarchique à la Maison des Navigateurs la préoccupe assez pour que le choix se fasse rapidement. Invitant Otton à la suivre d'un geste de la tête, l'hôtesse se dirige vers Thalia Morlone, non sans saisir une coupe de champagne d'un serveur passant à sa portée pour la tendre au Premier Prieur. Elle-même n'a encore rien bu de la soirée, mais ses yeux ont repéré une coupe dans la seconde main de la dame d'ébène.

Sérafine de Saint-Juste entame son dernier morceau, dans quelques minutes, il sera temps de l'applaudir et de célébrer l'arrivée de Chandra Naidu, un chanteur à la voix particulièrement prenante. Les notes accompagnent chacun des mouvements des convives, comme si l'archet de la jeune femme jouait non sur les cordes de son instrument, mais sur des centaines de fils agitant les membres de toutes les personnes présentes. Arrivée à la hauteur de la Princesse Navigatrice, la matrone de l'Océan, soucieuse de tous les regards fixés sur sa nuque depuis sa révérence à son premier cavalier, se fend d'un salut digne du rang de son aînée.


– Tout va pour le mieux, votre Altesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Shah
Fleurettiste Masqué

avatar

Messages : 78
Fiche : Le Fleuret
Vice : Cruauté
Faction : Oisillons
District : Manufacturier
Influence : 299
Occupation : Gosse de riche / Mercenaire

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Sam 14 Juil - 15:37

Et votre grâce sur la piste est au moins égale à celle que vous dégagez à chaque pas, Altesse.

Dès que Sérafine de Saint-Juste avait laissé ses dernières notes échapper de son archet, Alexander avait salué Thalia avec tout le respect qui lui était du, avant de répondre à son compliment par une nouvelle flatterie. Bien sûr, son idée d'observer la réaction d'Otton avait été annihilée par l'arrivée subite de Maeva, mais cela n'avait guère plus d'importance. C'était peut-être même un mal pour un bien. Une troisième cible potentielle venait d'entrée dans la partie, ça pimentait tout.

Alors qu'ils s'éloignaient du centre de la pièce à danser du Saint-Virgile, L'As vit la Dame d'ébène saisir deux coupes de champagnes. Il se contenta d'un seul verre, dans lequel il trempa distraitement les lèvres. Bien évidemment, ils se dirigeaient vers le couple qui avait le plus attiré l'attention des commères ces dernières minutes. L'Amirale et le Prince Prieur avaient repris leur place à l'écart des autres, aussi Alexander se considéra bien chanceux de les voir toujours isolé, et non pas aux prises avec divers bonimenteurs avides de récolter quelques ragots.

Manifestement, tout le monde avait envie de boire. Le jeune Shah ne comptait pas jouer au bon guide de soirée, et accueillait bien volontiers le concours de l'alcool dans sa petite partie de divertissement personnel. Tous les chemins lui étaient encore disponibles, lui-même ne fermait aucune porte quant à la suite à donner aux festivités. Dans un premier temps, le mercenaire ne se priva pas de complimenter les deux figures d'autorité :

Vous disiez vrai Altesse : le rouge et le blanc vont très bien ensemble.

De la bouche d'un autre, on aurait pu percevoir dans cette phrase un sous-entendu bien clair. Mais Alexander connaissait les deux protagonistes, aussi supposait-il qu'ils n'en prendraient pas outrage. Il ne savait pas qui partageait la couche de l'Amirale, mais dans un premier temps : ce n'étaient pas ses affaires. Dans un second temps : la Dame blanche était bien libre de partager ses nuits avec qui elle voulait. Et dans un dernier temps : si jamais Maeva s'avérait ne pas être « bloquée » par une union fixe, Alexander pouvait bien proposer sa compagnie le temps d'une nuit.

Désormais, le récital de la violoniste était achevé. Il était temps pour le second artiste, Chandra Naidu, de se présenter. Sa voix avait fait sa réputation, et nul doute que beaucoup dans l'assistance était impatient de l'écouter. Mais pour le bien de la discussion comme pour celui de ses desseins, Alexander n'hésita pas à proposer à ses trois compagnons de soirée si haut-gradés :

Loin de moi l'idée de vouloir manquer de respect à ce cher Monsieur Naidu, mais je crains qu'on ne puisse pas vraiment s'entendre... à cause de sa voix. Si je puis donc suggérer que nous nous éloignions de ce magnifique organe, idéalement dans une autre pièce, afin de poursuivre cette discussion...

Les souvenirs de la dernière entrevue d'Alexander avec Maeva remontèrent. Ils avaient évoqué l'idée d'une nouvelle arme de guerre... sous-marine. Une merveille technologique, si avancée qu'elle semblait bien utopique. Mais cette idée permit à L'As de formuler un nouvel argument à sa cause.

Le Saint-Virgile est une merveille technologique comme nul n'en a jamais vu. Pour ma part, je serais bien curieux de visiter l'une des salles techniques. Celle des pistons, par exemple.

Sur cette dernière phrase, le jeune homme n'avait pas été capable de retenir une œillade aux deux Princes face à lui. Cette manie de faire des sous-entendu graveleux finirait par le perdre...
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Morlone
Princesse Navigatrice

avatar

Messages : 14
Fiche : Ici
Vice : Orgueil & Exigence
Faction : Marchands
District : Mercantis
Influence : 167

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Ven 20 Juil - 12:29

Le champagne était subtilement équilibré. Voilà encore un compliment à faire à l'Amirale... Thalia se retrouvait avec deux coupes de champagne à la main et personne ne semblait s'approcher. La présence d'Alexander à quelques pas était rassurante, la Princesse Navigatrice savait à quoi s'en tenir avec lui. Thalia prit le parti de terminer sa première coupe de champagne un peu plus calmement qu'elle l'avait commencée: elle prit plusieurs gorgées calmes ponctuées de sourires posés. Si quelqu'un l'observait en ce moment, une rumeur allait sans doute naître. La Princesse Navigatrice était alcoolique !

Le champagne l'avait délivrée d'une partie de son trouble lorsque Maeva O'Fell arriva à sa hauteur. Thalia lui rendit son salut et cette fois-ci elle n'eut aucun mal à faire la conversation.

« Tout va bien merci à vous. Je crois que j'ai temporairement perdu mes facultés de sociabilisation. » Petit sourire amusé de la Princesse. « J'ai manqué d'occasions de me retrouver dans la foule ces derniers temps... Mais dites-moi, d'où tenez vous cette tenue ? » Un serveur était tout proche, Thalia en profita pour poser d'un air naturel sa coupe de champagne vide sur son plateau. Il lui restait toujours une coupe pleine dans l'autre main. Pour distraire son interlocutrice de ce détail, et aussi parce qu'elle avait bien envie de le faire, la Princesse Navigatrice approcha les doigts du bras de l'Amirale. « Ce tissu est magnifique » dit-elle d'un ton appréciateur en glissant l'index le long de la manche de Maeva. En tant que femme d'affaire dans le tissu de luxe, Thalia savait reconnaître la beauté et la qualité.

Le Premier Prieur et Alexander Shah s'étaient également regroupés avec les deux femmes et le petit fils de Denvis fit une intervention dans un timing parfait. Qui sait où la conversation aurait pu aller si elles n'avaient pas été interrompues ? Le champagne ne faisait pas des miracles, Thalia parvenait à surmonter son trouble mais l'arrivée d'Alexander lui offrait l'opportunité de baisser la garde.

Pour un temps en tout cas. Voilà qu'il accompagnait son excellente suggestion par une œillade à peine voilée ?

C'est à croire qu'ils le font exprès pensa la Princesse. Elle espérait que la discussion reviendrait sur des terrains moins délicats...

« C'est une bonne idée! » répondit-elle à Alexander en haussant un peu la voix pour couvrir le bruit des applaudissements. « Mais peut-être que l'Amirale ne souhaite pas dévoiler les secrets de ce navire ? » Cette réflexion valait surtout pour le petit fils de Denvis. Les Princes avaient droit de regard sur toutes les affaires de la ville et Otton et Thalia étaient chargés de la flotte de surcroît.

« Qu'en pensez-vous Otton ? Il m'a semblé comprendre que vous connaissez un peu mieux que moi la valeur de notre ami Shah ici présent. Quelle est la profondeur de son intégrité ? » C'était plus facile de parler d'Alexander que de l'Amirale. La Princesse avait retrouvé sans difficulté son ton poli et amical. Elle avait pris grand soin de choisir les mots de sa dernière phrase, un léger sourire amusé au coin des lèvres.

Quand ses interlocuteurs se décidèrent à partir, Thalia leur emboîta le pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://sarahitaliano.fr/
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 521
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 1118
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Ven 20 Juil - 15:20

Danser avec l'Amirale était plus plaisant que de rester seul sur le côté pendant que les autres s'amusent, c'était certain. Sans jamais avoir eu de pensées trop impures à son égard, il ne pouvait lui refuser son charme et sa prestance. Elle avait toute cette classe naturelle, venue d'une excellente éducation. Si elle n'avait pas suivi son amour pour l'Océan, elle serait une prieuse exemplaire. Peut-être même, en ce moment, une Première Prieuse.

Mais on allait pas refaire le monde ce soir, surtout pas avec des "si". Otton survécu à la danse tant bien que mal, sans s'attirer trop de regards moqueurs.

- Prenons le temps de préparer ça.

Maeva n'était pas idiote, elle n'allait pas aborder Hanae ici, ce soir, pour parler de ses projets. Une audience en bonne et due forme devant les Quatre devrait faire l'affaire. Au bon moment.

La Dame entraîna le Prince avec elle à sa suite en direction de leurs interlocuteurs : Alexander et Thalia étaient déjà revenus de leur tour de piste. La Princesse Navigatrice était impressionnante de prévoyance. Bien sûr, elle était l'une des têtes pensantes de l'économie la plus puissante de cette région du Continent, mais voilà qu'elle accueillait Maeva avec une coupe de champagne, toute préparée à cet effet... Otton haussa les épaules, un pas derrière l'Amirale, avant de se glisser dans ce petit carré.

Son regard s'attarda à nouveau sur le jeune homme, alors que Thalia complimentait Maeva. Il était certain qu'avec un peu plus d'alcool ils pourraient se retrouver rapidement nus dans un recoin isolé, en duos ou à quatre, peu importe... La proposition d'Alexander alla étrangement dans ce sens aux oreilles du Premier Prieur. Il connaissait déjà les parties les plus intéressantes du vaisseau, à savoir ses armements. Seul le Fort et quelques bastions extérieurs disposaient d'une puissance de feu plus grande... Il était délicieusement indécent d'imaginer la destruction que le Saint-Virgile aurait pu apporter s'il l'utilisait sur une ville ou forteresse ennemie. Les détails des machineries lui échappaient et ne l'intéressaient pas autant que Maeva... ou Bénédikt. Eux, ils pouvaient parler de chaque rouage pendant des heures.

La question de Thalia lui tomba dessus de nulle part. Non seulement elle l'appela par son prénom, soudainement plus détendue, en présence de leur majestueuse subalterne, mais en plus elle plaçait sur lui une responsabilité qui n'était pas entièrement sienne. Sans oublier que la situation n'était pas confortable vis-à-vis d'Alexander. Il ne voulait pas lui refuser la visite (en fait il ne voulait rien lui refuser) mais ne pouvait pas non plus se montrer désinvolte avec des questions de Sécurité.

- Je pense qu'une petite visite ne peut pas faire de mal. Le Prince ne souriait pas, mais faisait de son mieux pour ne pas se montrer désagréable. S'il est aussi intègre que bon duelliste, c'est le citoyen parfait. Et l'Amirale sait très bien ce qui peut visité et ce qui ne peut pas.

Un regard échangé avec Maeva suffit. Elle protégerait les secrets de son bébé avec sa vie si nécessaire... Bien sûr, il ne s'agissait que d'une promenade avec des gens peu au fait des technologies de pointe. Les secrets de la défense excelsienne ne risquaient pas d'être exposés ce soir.

De plus, le jeune Shah n'était pas un espion étranger et, malgré les ressources considérables de sa famille, ne pouvait pas reproduire le Saint-Virgile dans sa cave après avoir rapidement parcouru les salles des machines. Qu'il connaisse vaguement l'emplacement des lieux ne semblait pas plus grave que cela non plus.

- Ceci dit, je ne me joindrai pas à vous, si vous le permettez. Je préfère aller prendre l'air sur le pont. Et peut-être boire encore un peu... Otton s'inclina légèrement pour saluer ses interlocuteurs, avant de prendre congé. Bonne visite. Je vous assure, c'est très impressionnant.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Maeva O'Fell
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 138
Fiche : Fiche
Vice : Fierté
Faction : Marchands
District : Portuaire
Influence : 345
Occupation : Amirale d'Excelsa

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Sam 21 Juil - 8:29

La question de la Dame d'Ébène manque de surprendre la Blanche, tant elle fait résonner une interrogation que cette dernière avait toujours tue. Intérieurement, l'Amirale avait toujours cru que cette tenue, ainsi que toutes les autres, avaient été confectionnées par des industries contrôlées par la Princesse elle-même, puisqu'elle n'avait jamais fait la demande d'un tel attirail. Non qu'elle soit mécontente de son uniforme, très loin de là, même, mais l'idée n'avait jamais été sienne pour commencer. Si ces tissus ne provenaient ni des usines Morlone ni des Shah, une question, superficielle et irritante à la fois, se posait.

Qui avait vêtu l'Amirale ?


– Eh bien, j'ai toujours pensé que mon uniforme était de votre crû, votre Altesse. Si ce n'est pas le cas, alors je suis navrée de n'en rien savoir moi-même.

Elle laisse la main de Thalia glisser le long de son bras sans un geste, faisant de son mieux pour ne pas avoir l'air figé. Très peu tactile, Maeva a tendance à limiter les contacts physiques au minimum, et ce peu importe son interlocuteur. Une caractéristique s'imbriquant parfaitement avec cette image de femme de glace que son uniforme et comportement entretiennent à merveille, mais bien peu connue du grand public. Elle accueille le compliment d'Alexander avec un sourire de circonstance et incline la tête à son égard pour toute réponse, n'ayant pas été la destinataire principale de son intervention. S'ensuivent les applaudissements suite au départ de Sérafine, l'appel de Chandra, la proposition d'Alexander…

Faisant de son mieux pour ne pas réagir au sous-entendu fallacieux du jeune Shah, Maeva considère cette éventualité avec un air plus fermé qu'auparavant. Cette salle faisant partie de la machinerie n'a, à priori, aucun secret d'état à révéler sinon l'excellente ingénierie du plus grand vaisseau de la flotte. De plus, ce procédé n'est pas unique au Saint-Virgile, et utilisé dans d'autres navires ainsi que quelques usines, il est certes perfectionné militairement, mais a déjà une variante civile qui permet, à son sens, de ne pas le classer en secret d'état. Silencieuse, elle échange un regard entendu avec le Prince Prieur à la suite de sa remarque, s'assurant de son accord tacite. Si les parties les plus intéressantes du navire resteront inaccessible à tout public, celle que propose le jeune homme n'en fait pas partie. Pour autant, le départ d'Otton jette un voile sur le regard doré de l'Amirale qui s'efforce de n'en rien laisser paraître.


– Bonne soirée à vous, votre Altesse. Dit-elle en s'inclinant, avant de reporter son attention sur les deux autres convives. Je ne peux rien refuser à un tel attrait, je serai ravie de vous faire visiter cette salle, et d'autres si vous le désirez.

Elle regrette à nouveau l'absence de Bénédikt, qu'elle aurait pu emmener avec elle pour emporter les deux convives dans de grandes discussions mécaniques et technologiques sur chaque détail du vaisseau, et peut-être reprendre cette conversation avec Alexander sur un nouveau type de navire auquel elle n'avait cessé de songer depuis leur première rencontre. Peut-être Thalia aurait-elle son mot à dire à ce sujet ? Une lueur d'espoir passe dans les yeux de Maeva alors qu'elle commence à guider les deux invités vers l'une des portes ouvertes dans les flancs de la salle, lueur qui s'estompe bien vite lorsque le silence frappe ses oreilles comme un coup de canon.

Comme pour y faire écho, l'un de ses hommes vient murmurer une nouvelle particulièrement irritante à son oreille : Chandra Naidu est introuvable, et une lettre pour l'Amirale a été remise à l'un de ses hommes qui semble l'avoir égarée dans le tumulte de la fête. L'orage gronde dans l'esprit de la dame blanche qui attendra des comptes du chanteur comme de son subordonné, mais l'heure n'est pas à la sanction. Elle se tourne un instant vers les deux magnats du textile avec un air qu'elle tente de convertir de l'irrité au désolé.


– Veuillez m'excuser un instant, je dois m'occuper d'un contretemps.


Le regard qu'elle échange avec la femme aux cheveux bleus, à quelques mètres de sa position, lui offrit la solution à son problème. Ses pas la menent au travers d'une houle grondante de rumeur et d'impatience, attendant l'homme promis par la presse. Peu seraient déçus, à vrai dire, car tout talentueux que fut le chanteur, entendre Catherina en avance ne donnerait certainement pas matière à se plaindre.

– Chandra est absent, c'est à vous, miss Damoroff.

Les excuses viendraient plus tard, et certainement pas d'elle pour l'erreur d'un autre. Elle attend un bref instant que la pianiste lui signale son accord d'un hochement de tête, puis s'en retourne sans un regard pour son cavalier, très associable lorsqu'il s'agit de régler des problèmes d'organisation. Ses pas la mènent au groupe qu'elle a quitté quelques instants auparavant, sa main droite saisit un petit four croustillante qu'elle avale sans vraiment le déguster tandis que la gauche s'empare d'une coupe de champagne qu'elle entame peu avant de rejoindre ses convives. Les regards interrogateurs qui se dirigent vers elle sont tout bonnement ignorés, car trouveront leur réponse dans les premières notes de l'étoile de cette soirée.

– Tout est réglé, toutefois, je pense que vous voudrez attendre un instant avant de commencer la visite…

Comme pour faire écho à ses paroles, l'égérie prend la parole et captive les foules, des cris s'élèvent de part et d'autre de la salle pour saluer son annonce et sa présence sur scène, puis, petit à petit, le silence se fait dans l'attente des premières notes…

Qui arrivent.

Le flot musical envoûte l'assistance – l'Amirale y-compris – qui n'ose piper mot. Le talent de Catherina lui apparaît d'une rareté telle qu'il n'en apparaît pas un par génération. Les notes s'écoulent les unes après les autres, figeant le temps dans une boucle infinie dont peu voudraient se sortir, jusqu'à la finale qui soulève une clameur à en faire trembler les parois du navire. Totalement incapable de dire si les minutes qui venaient de s'écouler étaient en réalité des secondes ou des heures, l'Amirale se tourne à nouveau vers ses convives avec un sourire béat collé aux lèvres malgré son habituelle contenance, elle aussi a acclamé le premier morceau de la pianiste de renom.


– Si vous voulez bien me suivre, votre Altesse, Monsieur Shah, la salle des pistons est par ici, à moins que vous ne vouliez entendre la suite ?


S'ils choisissaient de s'éclipser vers la salle mécanique, elle finirait sa coupe et les y guiderait tous deux. Entre sa passion pour la mécanique et son admiration pour la musique de la pianiste, l'Amirale avait, hélas pour la femme aux cheveux bleus, choisi l'acier plutôt que l'ivoire.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Shah
Fleurettiste Masqué

avatar

Messages : 78
Fiche : Le Fleuret
Vice : Cruauté
Faction : Oisillons
District : Manufacturier
Influence : 299
Occupation : Gosse de riche / Mercenaire

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Jeu 26 Juil - 14:32

Le pas calme et assuré d'Alexander emboîte celui de la Princesse d'ébène, pour rejoindre le Prince Prieur et l'Amirale. Évidemment, les deux coupes de champagne saisie par Thalia ne lui ont pas échappé, mais il juge préférable de ne rien dire. En revanche, il ne peut réprimer un léger sourire lorsque la main princière se pose sur l'étoffe du costume de la Dame Blanche. Le mercenaire ne peut que se remémorer ses premiers mots avec Maeva O'Fell. La manière dont elle avait réagi lorsqu'il lui avait demandé d'où provenait son costume. C'était amusant, mais forcément, ça soulèverait quelques questions : qui avait fabriqué le costume de l'Amirale ? Peu désireux de rentrer dans un débat qui aurait pu réveiller de vieilles rivalités entrepreneuriales qui le dépassait, Alexander choisit à nouveau le silence.

La réaction d'Otton à sa proposition de visite lui arracha une moue un peu déçue. Non pas que l'idée de se retrouver seul dans un coin isolé avec deux belles jeunes femmes l'embête, loin de là, mais la présence du Prince Prieur aurait ajouté un peu plus de piment à la visite. Bien sûr, il fallait respecter son choix, et Alexander s'inclina avec respect devant celui qu'il comptait un jour éliminer.

Votre confiance m'honore, Altesse. Il ne me viendrait jamais à l'idée de tenter, de quelque manière que ce soit, de nuire à la Ville.

Un sourire, presque sincère, car le Premier Prieur s'était révélé être un bon compagnon de soirée et un adversaire exceptionnel, mais finalement très hypocrite compte tenu des vrais plans de L'As. L'homme en rouge s'éloigne, tandis que le petit-fils de Denvis se retrouve seul entre Thalia et Maeva. Le Prieur, puis la Dame Blanche, n'ont pas vu d'inconvénient à ce qu'une petite visite soit improvisée. Un bon point selon Alexander, qui pouvait au moins se targuer d'avoir fait un petit pas supplémentaire dans sa quête de gagner la confiance des puissants.

Alors qu'ils se dirigeaient vers une sortie latérale, en direction des entrailles du Saint-Virgile, un événement imprévu vint bouleverser le déroulement de la soirée. Point de Chandra Naidu, qui manquait mystérieusement à l'appel. Catherina Damoroff fut donc propulsée sur le devant de la scène plus tôt que prévu, pour entamer un nouveau récital mémorable. Alexander avait apprécié les notes de Sérafine de Saint-Juste, quelques minutes plus tôt, mais la Dame aux cheveux bleus évoluait dans une dimension bien différente. Capable de transporter les foules, elle figea littéralement l'assemblée sur place. Le premier morceau s'acheva, sortant Alexander de cette douce torpeur. Que faire maintenant ? Visiter le Saint-Virgile l'intéressait au moins autant que se retrouver seul en si bonne compagnie, mais le concert était de si bonne qualité...

Si son Altesse souhaite rester écouter, il n'y a pas de mal à repousser cette visite de quelques minutes. Je serais tout de même d'avis de vous suivre, Amirale.

Par un effort de lucidité, Alexander avait tenté de se dérober de la musique. Il ne devait pas perdre de vue ses propres objectifs, à savoir obtenir toujours plus d'informations sur les plus grands noms d'Excelsa. Récolter des informations et savoir quand s'en servir ferait un jour toute la différence. Et puis s'il y avait moyen de s'amuser au passage, ce ne serait évidemment pas de refus...
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Morlone
Princesse Navigatrice

avatar

Messages : 14
Fiche : Ici
Vice : Orgueil & Exigence
Faction : Marchands
District : Mercantis
Influence : 167

MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   Mar 7 Aoû - 12:24

Qui avait habillé l'amirale ?

Maeva prétendait que l'étoffe provenait des entrepôts de la Princesse Navigatrice. Avait-elle menti pour préserver la dignité de Thalia, qui était en concurrence avec Amelia Shah ? La dame d'ébène doutait que l'amirale prenait le temps de mentir, c'était une femme très rigide et avec une telle attitude on s'attend à une honnêteté constante... Parfois presque glaciale.

Alors, qui avait habillé l'amirale ?

Les pensées de Thalia étaient surtout tournées vers la situation inverse. La Princesse Navigatrice ne se serait pas fait prier pour voir les vêtements de l'amirale de près. Vraiment très près. La question d'où venait cette étoffe viendrait plus tard. Après tout, Thalia ne pouvait pas se souvenir de tous les rouleaux de tissu magnifique qui s'entassaient dans ses entrepôts.

Otton était parti et la Princesse Navigatrice avait cru voir son air pincé se pincer encore plus que d'habitude. C'était sans doute le prince le plus modeste de tous et la question directe de Thalia l'avait peut-être mis mal à l'aise: elle avait mis toute la responsabilité sur lui.

Cela aussi, il faudrait le voir plus tard.

Thalia se tourna en direction de la salle des machines, prête à partir avec ses deux interlocuteurs. C'était prématuré. Il semblait y avoir un problème, alors la princesse navigatrice observa l'Amirale s'éloigner avec un petit soupir contrit et le regard satisfait. La vue sous cet angle était intéressante...

« Que pensez-vous de cette femme monsieur Shah »
demanda Thalia d'un air très intéressé, à la manière des gérantes d'agence matrimoniales qui cherchent absolument à vous caser avec la dernière femme inscrite. Au bout d'un moment elle consentit à donner également son avis: ce n'était pas juste de cuisiner le jeune Alexander sans abandonner une bribe d'information.

« Elle est très impressionnante. Je souhaiterais tout particulièrement....  Ah, la voilà qui revient. »


Thalia n'avait pas eu le temps de terminer sa phrase et ne tenait pas à le faire en présence de Maeva.

Damoroff conquit la salle en à peine quelques secondes. La Princesse d'ébène attendit patiemment, assez peu réceptive à la musique. Du coin de l’œil elle aperçut une femme qui lui jetait des regards insistants. Thalia fronça les sourcils. C'était l'une de ses employées les plus haut placées, que faisait-elle ici ? La navigatrice lui intima silencieusement de patienter. Elle se fichait éperdument de la musique mais ses interlocuteurs semblaient apprécier le spectacle. Elle ne voulait pas gâcher ça.

Lorsque les applaudissements retentirent, la femme s'approcha précipitamment de Thalia et lui souffla quelque chose à l'oreille. Quelque soit l'information, elle était particulièrement fournie pour que le murmure dure de longues secondes ! Tandis que la femme en tenue de travail lui parlait, Thalia esquissa un rictus. C'était rare de la voir autant en colère. Tout était dans l'expression du visage, sa voix restait égale à elle-même, polie.

« J'arrive » dit-elle à son employée avant de se tourner vers Maeva et Alexander. « Je vais devoir décliner cette invitation, j'en suis désolée. Quelqu'un a mis le feu à mes entrepôts. Au plaisir de vous voir tous les deux bientôt, pour parler affaires (elle regarda Maeva droit dans les yeux) ou partager un autre repas (ses iris sombres se plantèrent dans ceux d'Alexander).»

Sans attendre leur réponse, Thalia sortit de la foule d'un pas tendu, le dos raide.
Revenir en haut Aller en bas
http://sarahitaliano.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Concert sur le Saint-Virgile] Sandwich Princier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» IUT Saint-Cloud DUT Année Spéciale - admissions 2009
» Saint Maurice d'Etelan FENESTRE
» Saint-Jean-de-la-Neuville
» Pétition - Non à la Saint Cochon
» Le Havre - Rue Bernardin de Saint-Pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Intérieure :: District Balnéaire-
Sauter vers: