Partagez | 
 

 Crin crin & complots [Hanae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 447
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 974
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Crin crin & complots [Hanae]   Mar 24 Avr - 15:10

S'il fallait se montrer et sourire, surtout lorsqu'on était du genre à porter des tenues voyantes, le Prince Prieur espérait toujours, toujours en vain d'ailleurs, qu'il pourrait sortir au moins une fois dans des lieux fréquentés par les excelsiens les plus fortunés et ne pas avoir à faire la conversation. Mais les hautes sphères le reconnaissaient toujours comme un homme auquel on peut demander des choses et il n'avait d'autre choix que de répondre d'une façon au moins courtoise. Ecouter plus longuement l'homme en face de lui allait cependant bientôt s'avérer nocif pour la santé de quelqu'un...

- Certainement.

Otton serra la main de son interlocuteur et fit volte-face pour s'engouffrer, suivi de deux hommes en uniformes rouges, plus loin dans les couloirs menant aux loges. L'un des incontestables avantages de son titre était là, dans le libre-accès à la Culture excelsienne sous toutes ses formes, en ce compris les plus raffinées. Et dans ce thème-là, quoi de mieux que l'Opéra d'Excelsa, joyaux du Conservatoire ? Avec un Prince Compositeur à sa tête, l'université ne pouvait que prospérer. L'une des portes était gardée par des prieurs et Otton sut immédiatement qu'il ne serait pas seul à occuper la loge princière ce soir. S'il s'était renseigné plus tôt, il l'aurait su bien sûr. D'autant plus qu'il reconnaissait au moins l'un des deux gardes. La Princesse Ibihn était là.

On le salua et ouvrit la porte pour qu'il puisse pénétrer dans la pénombre de la loge. Si les places du parterre étaient généralement considérées comme les plus chères et les plus prestigieuses, certaines organisations emblématiques de la Ville disposaient de loges privées et les Quatre Princes ne pouvaient échapper à la règle.

La Rectrice était déjà là. C'était typiquement le genre de personne qui avait réussi dans la vie et certainement pas qu'un peu. Mais Otton ne la citerait pas en exemple au cours d'un sermon. Si le succès était glorifié à Excelsa, on connaissait peu de personnes aussi sournoises et prêtes à tout que la Princesse. Le Premier Prieur la suspectait, en plus d'autres manœuvres moins voyantes, d'être armée en permanence et de piéger son bureau et ses appartements au Palais. Voilà pourquoi il se sentait toujours rassuré d'avoir lui-même une arme, même si leur collaboration avait été très bonne jusqu'ici.

Hanae avait une certaine estime pour les prieurs et, au moins, pour l'ordre et tout ce qui touchait aux affaires militaires. Elle avait contribué à équiper les combattants de la ville de grenades à fragmentation, dévastatrices pour les foules compactes et donc parfaites pour les combats urbains. Sans oublier le fait qu'ils s'étaient associés, pour des raisons différentes, au cours de la dernière élection princière. Ils avaient assis Elikia Lutyens sur le trône vacant à deux, après tout.

- Bonsoir, Princesse. Le Premier Prieur s'installa dans le siège vide à gauche de Hanae et sortir la bouteille de champagne de la glace avant de remplir la flûte à moitié vide de sa collègue. Il s'en servit une aussi. Savez-vous si nous attendons quelqu'un d'autre ce soir ?

Si lui ne s'était pas renseigné sur les deux autres, elle l'avait peut-être fait. Ou, ce qui était probable aussi, avait-elle donné rendez-vous à quelqu'un d'autre. Sinon dans la loge-même, ailleurs, pendant l'entracte ou après la représentation. Otton n'avait aucune envie de s'imposer, bien sûr. Même s'il était à sa place ici, il préférait ne pas être trop associé aux projets de la Princesse. Par contre, peut-être pouvaient-ils s'associer au nom d'intérêts communs.

- Santé.

Oui, il allait avoir besoin de plus qu'un verre pour survivre et à l'Art et à une longue conversation avec Hanae...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hanae Ibihn
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 13
Fiche : Sœur Sourire
Vice : La colère
Faction : Académie
District : Cénacle
Influence : 336
Occupation : Princesse Rectrice, Première Magister de l'Académie.

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Jeu 26 Avr - 13:08

J'ai beaucoup de mal à suivre l'histoire de l'Opéra auquel je suis en train d'assister. Ce n'est pas que l’œuvre est mauvaise, c'est que je supporte très mal de rester immobile et passive pendant des heures. Regarder quelqu'un d'autre faire des choses intéressantes, ce n'est pas mon truc. Cela dit je peux vous donner mon avis d'experte de l'art : « c'est joli ». J'aime surtout les costumes. C'est flamboyant, coloré, les observer m'a occupée un bon quart d'heure. Les décors sont pas mal non plus. Surtout qu'ils bougent ! Je suis fascinée par toute l'ingénierie derrière pour rendre deux tonnes de carton-pâte gracieux et vivant. J'essaye d'imaginer comment ça marche – on ne voit absolument aucun élément de la machine quand on est spectateur, bien sûr. Il me faudrait une grande feuille, un crayon et une calculatrice, le calcule mental à cette heure là ne me vaut rien.

J'ai déjà fait un schéma lors d'une précédente séance de torture à l'Opéra de toute façon. Le problème c'est qu'il aurait fallu que le bâtiment soit trois fois plus grand pour loger la machine. Dans l'inspiration du moment, je me suis dit que soulever des gros trucs très très vite pouvait se révéler utile dans un autre cadre que l'art, et de fil en aiguille j'ai réinventer le trébuchet. Un trébuchet tout pourri. J'avais trop profité du champagne ce jour là. J'ai quand même gardé ce très joli dessin réalisé sur le programme du spectacle d'une machine conçu pour propulser des décors de théâtre – voire les danseurs et les comédiens, au besoin - par dessus les fortifications ennemies.

Et d'un coup j'ai une crampe. Dans la jambe. Celle qui n'est plus là. Ce n'est pas la faute de la prothèse. Ne t'inquiète pas ce n'est pas la première fois que ça arrive, d'ailleurs la première année après l'amputation ces douleurs me tourmentaient beaucoup, d'autant que je me croyais devenir folle. Trois médecins m'ont assuré que c'était courant, même si on ignore comment on peut avoir mal à un endroit qui n'existe plus. De temps en temps j'ai des crampes, ou l'impression que ma jambe est contractée à fond jusqu'à avoir le talon sur la fesse. Au fil des ans ces sensations diminuent, et je me demande si ça ne va pas me manquer de ne plus « sentir » ma jambe. Là je l'imagine souvent remuer les orteils quelque part en forêt, là où le chirurgien aurait pu la balancer.
Heureusement il n'y a rien qu'une petite pipe d'opium ne saurait résoudre. Les analgésiques fonctionnent, en dépit du bon sens. Ça renforce ma représentation mentale de la jambe en train de vivre sa vie détachée de moi. Là elle doit avoir une crampe parce qu'elle a fait trop de sport. La pute.

A ce moment là le Premier Prieur rentre discrètement dans la loge et me fait sursauter. Il a conservé une attitude assez martiale malgré les années dans le pouvoir et l'opulence. Se mouvoir normalement c'est un truc de pauvre. Il n'a pas envoyé un serviteur en avant lui disposer son alcool préféré et un petit repose-pied, par exemple.

- Bonsoir Prince Otton.

Il me ressert galamment du champagne.

- Je ne crois pas. Thalia doit être au banquet annuel des grandes compagnies de transport, qui se déroule ce soir, et le Prince Compositeur eh bien... j'imagine qu'il doit en avoir soupé de cet opéra, c'est au moins la dixième fois qu'il est joué cette saison. Il plaît beaucoup.

J'appelle l'autre Princesse par son prénom, parce que je la connais depuis un paquet d'années. Elle était déjà là quand j'ai perdu ma jambe (oui dans ma ligne du temps mentale tout se divise entre « avant la jambe »/« après la jambe », ce n'est pas bon signe). Je n'ai pas cette familiarité avec le petit nouveau. Mon plan dans ma tête c'est que j'ai voté pour un grand sensible qui vendrait sa mère pour avoir les subventions et montrer son génie au monde. C'est l'opinion que j'ai sur les artistes en général. Ça crie, ça pleure, mais c'est les premiers à tendre la main vers l'ennemi pour avoir le droit à un décor en marbre et vingt danseuses de trente kilos chacune. Tant que c'est les autres qui ont les mains sales. Je n'ai rien contre ça. De l'art de qualité est bénéfique à la Ville. Toute cette flamboyance nécessite de l'argent, c'est bien normal. C'est juste qu'on a besoin d'une poignée d'idiots utiles, pas cinq milles.

- Santé à vous.

Je trinque. J'ai un grand respect pour les Prieurs. Ils font ce qui est nécessaire et qui est hors de ma portée, c'est à dire en venir aux mains. La grenade n'est rien sans le bras qui la lance. Et puis on est obligé de se faire blesser, de fréquenter des criminels imbéciles, de se fatiguer physiquement. Beurk. Je ne pourrais jamais faire ça, le mental ne tiendrait pas.

- Vous fumez ? Veuillez me pardonner si j'ai l'air un peu endormie à cause de cette médication. Je pensais passer la soirée seule, je suis venue pour raison personnelle. Mon cadet doit chanter dans le choeur, au troisième acte je crois.

A ce qu'il m'en a dit, mais je ne m'en souviens plus. J'ai peut être tourné la tête au mauvais moment. Il remplace quelqu'un d'autre, qui remplaçait déjà quelqu'un d'autre. Il n'a pas de poste fixe dans la troupe évidemment. Ça a toujours été le plus crétin de mes trois enfants. Il chante bien, mais qu'est ce que ça peut foutre ? Il dit que son nom de famille et sa richesse n'ont aucune importance à ses yeux. Certes. Mais ça en a forcément aux yeux des autres, qui se jouent de lui aussi facilement qu'avec un chaton aveugle. Comme toutes les andouilles il résout les problèmes en affirmant qu'ils n'existent pas. Il est jeune, donc l'espoir est permis, mais je pense que sur ce terrain là il ne va pousser que du fiel et des crises de nerf. Je plains sa future femme – si il est foutu de s'en trouver une. En attendant je ne lui fais pas assez confiance pour lui filer ne serait que la pièce pour acheter du pain, con comme il est. C'est pas comme si j'attendais grand chose à propos de toute cette histoire de maternité de toute façon. Il ne me déçoit pas parce que je n'avais aucune attente à son sujet. Tant qu'il reste en vie et qu'il ne me cause pas du tort de façon trop spectaculaire...

- Et vous Prince Otton ? Le récit de la raison de votre présence pourrait distraire une vieille dame ensuquée ?
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 447
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 974
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Jeu 3 Mai - 21:48

Otton se contenta de boire. Plus vite que les bonnes manières le souhaiteraient, mais pas assez vite pour soulever des questions. La vieille dame... si on pouvait présenter Hanae de la sorte, le mettait toujours assez mal à l'aise. En soi, elle accomplissait très bien son Devoir. Elle co-gouvernait Excelsa et régnait en impératrice impitoyable sur l'Académie et ses environs. Un peu comme lui-même le faisait avec le Fort et le Prieuré. Et, autant que possible, avec les rues de la Ville. Tout était fait pour qu'ils s'entendent bien. Hanae pourrait être sa tante, excentrique mais quelque peu bienveillante...

Et pourtant, un instinct de survie animal murmurait à l'oreille du Premier Prieur de rester sur ses gardes. Pas qu'elle tente de l'assassiner d'une façon créative. Non, ce n'était pas ça. Mais rester sur ses gardes sonnait comme une bonne idée.

- C'est ce qu'on m'a dit. Si l'Opéra avait l'honneur de plaire à un public large, il y avait des chances que le militaire ne meurt pas d'ennui et qu'il comprenne quelque chose à ce qui s'y passait. Bien sûr, parfois, ses obligations le traînaient ici de force. D'abord comme garde personnel et conseiller de la Princesse Aliénor, ensuite en tant que Prince. Deux d'entre nous au même endroit, c'est déjà une majorité.

Un trait d'esprit ou simplement une banalité à moitié vraie, histoire de meubler ? C'était difficile à dire, de l'extérieur. En réalité, Otton ne se rendit compte qu'après-coup que sa remarque pouvait être vue comme une allusion à l'élection d'Elikia Lutyens. Après tout, à eux deux, ils avaient fait l'Histoire. Le Premier Prince du Conservatoire était assis sur son trône grâce à eux.

- Avez-vous eu le loisir de parler avec lui ? Après une courte pause, il ajouta encore. Charmant, n'est-ce pas ?

Puis il s'intéressa de près à la bouteille, histoire de ne pas avoir à regarder Hanae dans les yeux. Il se resservit. Comment ça, "charmant" ? Seul une idiote ignorerait que le Premier Prieur manquait de discipline seulement lorsqu'il était question des plaisirs de la chair, mais tout de même. Les hommes et les femmes de plus grande beauté ne manquaient pas pour le poste de Prince. Son vote n'avait pas été guidé par ses préférences. En tout cas, il ne voulait pas qu'on puisse croire ça.

Heureusement, Hanae poursuit.

- Ne vous excusez pas. J'ai pris la décision de venir à la dernière minute. Et... non, je ne fume pas. Il n'était pas dupe : la loi ne s'appliquait pas de la même façon aux Princes qu'aux petits fumeurs minables. Le Prieuré pouvait fermer les yeux sur certaines choses. Mais lui, il ne fumait pas. Le respect des lois et le Précepte de la Vigilance l'en empêchaient. J'ignorais. J'espère avoir l'occasion de le féliciter après la représentation.

Enfin, poliment, elle lui fait comprendre qu'elle a joué toutes ces cartes en ce qui concerne les politesses et lui indique que c'est son tour d'en jouer quelques-unes. Et Otton n'est pas très bon à ce jeu-là, elle doit le savoir. Si, comme lui, Hanae a passé beaucoup de temps dans son propre milieu, hermétique et étranger aux communs des mortels, elle a pour elle d'avoir une vie sociale privée et très chère en termes de ducats. D'où aussi une plus grande capacité à parler de la météo, un verre à la main, sans paraître ennuyeuse...

- Je suis surtout venu me détendre. Les journées sont longues et les nuits trop courtes. Il soupira. Encore une fois, elle le battait certainement en ce qui concernait les nuits sans sommeil. La discipline du prieuré demandait qu'on donne tout ce qu'on a mais aussi qu'on dorme assez d'heures pour pouvoir tout donner le lendemain. Même couché sur une planche en bois posée à même le sol, Otton pourrait faire ses huit heures et être frais ensuite.

Otton se pencha brièvement par-dessus la balustrade sculptée et peinte d'or. Pendant quelques instants, il écouta la musique. L'orchestre attaquait un morceau plus entraînant, voire épique. Était-ce un duel étrangement chorégraphié ? En tout cas, une forme d'affrontement.

- Le récit de ma présence, comme vous dites, risque de vous ennuyer plus qu'autre chose. Mais je pourrais avoir une anecdote intéressante à vous raconter. Il sourit légèrement, se tournant à nouveau vers elle.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hanae Ibihn
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 13
Fiche : Sœur Sourire
Vice : La colère
Faction : Académie
District : Cénacle
Influence : 336
Occupation : Princesse Rectrice, Première Magister de l'Académie.

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Mer 27 Juin - 14:31

- Hm... je n'ai pas eu l'occasion de faire connaissance avec le Prince Compositeur aussi bien que je l'aurais voulu. J'aurais ce plaisir un jour ou l'autre.

Le Premier Prieur a mis le doigt pile sur l'inconvénient d'élire Elikia : je n'ai pas une connaissance fine des positions politiques du Conservatoire. Avant, ça n'avait aucune importance. J'ai déjà suffisamment de choses dont je dois me tenir au courant. Je fais confiance à mes préjugés sur ces gens, malgré tout. Jusque là, le bénéfice d'avoir évincé les industriels est prodigieux. C'est rare de foutre aussi bien la merde.
Et oui, il faudrait être une grande ingénue pour ne pas s'apercevoir du penchant du monsieur ici présent pour la chair. J'ai quand même un gros doute sur l'objectivité de ses choix politiques dans le futur. Comme il dit, l'animal n'est pas vilain. Est ce que son vote pour le Prince Compositeur a été dicté par autre chose qu'un organe dédié à la réflexion ? Non, pas à l'époque, je ne pense pas. C'est le futur qui m'inquiète, je t'ai dit. Bon tu sais les Prieurs ils sont gentils hein... mais vivre tous ensemble là haut dans leur machin en pierraille là... c'est pas le meilleur moyen d'apprendre à séparer le privé du professionnel. Puis ce n'est pas un secret que le frère Otton ne vient pas tout à fait du même milieu que nous (tout comme l'autre Prince). Il s'en sort très bien, mais on est jamais à l'abri d'un manque de classe et de raffinement typique de ces gens là. Je me suis déjà demandé si il devait faire un effort permanent de concentration pour ne pas se curer le nez en public et autres tics de pauvres. Je ne sais pas.

Je bois une gorgée de champagne pendant que mon collègue observe un peu le spectacle par dessus le balcon. C'est vrai que quand on vient ici, on fait à peine semblant de s'intéresser, à la longue ça fait quand même désordre. Heureusement le silence ne dure pas trop longtemps. J'ai eu peur qu'il se mette à réellement regarder tout le truc. Bonjour l'ennui.

- Racontez donc.

Au moment où Otton prend son souffle pour parler, je sursaute violemment. Je ne sais pas comment ils font ça, mais tout le décor a changé de couleur d'un seul coup et un espèce de machin énorme s'est mis à descendre du plafond. Les brusques variations lumineuses c'est toujours un enchantement quand on est défoncé. J'en ai lâché un discret « bordel », entre mes dents. Heureusement on est trop loin pour se prendre la musique en train de brailler.

- Les effets spéciaux de nos jours, bon sang...

J'arrive à un âge où on commence à se demander qu'est ce qu'un problème cardiaque, comment ça arrive, est ce que c'est une bonne façon de mourir ou non. Mais rien ne se produit de ce coté là, en fin de compte.

- Pardon. Vous disiez ?
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 447
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 974
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Jeu 28 Juin - 9:18

L'Opéra, les politesses, les usages,... Comme tout le reste, c'est plus facile à assimiler à un jeune âge, entouré de gens qui font tout correctement depuis qu'ils sont petits. Otton avait mis deux ans, lorsqu'il était encore conseiller auprès de la Princesse Aliénor, qu'il ne fallait pas tenir sa coupe de champagne comme s'il s'agissait d'une masse d'armes.

Depuis son entrée dans le grand monde en tant qu'interlocuteur digne d'au moins un regard et non un simple garde, il avait eu le temps de s'en prendre plein la figure niveau jugements, remarques sur son comportement, ses manières, ses origines parfois aussi,... Bien entendu, son élection avait fait taire une partie des quolibets. Il faut reconnaître qu'avec une armée et des guillotines, on impose le respect même si on a les deux pieds dans le purin. Alors si on se lave et qu'on enfile un uniforme avec des dorures... Otton était probablement le premier et le dernier de sa famille à accéder à tout ce qu'Excelsa pouvait offrir aux gens puissants et fortunés. Mais il comptait en profiter.

En attendant, la question qu'il avait commencé à aborder méritait un développement. Le Premier Prieur n'était pas certain de vouloir donner son appui au projet de l'Amirale mais celui-ci devait être soumis aux autres Princes. Autant que ça vienne de lui.

Ils furent interrompus par une série d'effets, fort réussie, provenant de la scène. La Rectrice sursauta et Otton réprima un sourire. Il était persuadé d'avoir décelé un juron.

- Ils sont très impressionnants, en effet.

Même si les combats sur scène manquaient bien souvent de réalisme, ils n'en étaient pas moins impressionnants. Ca manquait souvent de sang, mais on sentait pratiquement l'odeur de poudre. Et, il fallait bien le reconnaître, une véritable salve d'artillerie était rarement accompagnée par un orchestre symphonique. Le Prieuré n'avait pas vraiment cherché à organiser sa propre fanfare jusqu'ici, se reposant sur le Conservatoire pour les cérémonies officielles lorsque cela était nécessaire.

- Je me suis récemment entretenu avec l'Amirale O'Fell. Une bonne entrée en matière, dans la mesure où il était plus qu'évident que les deux militaires se voyaient régulièrement : là aussi, le privé et le professionnel se mêlaient dangereusement. Même si Otton et Maeva étaient plutôt des collaborateurs proches, elle était aussi la meilleure amie de son amant officiel. Mais ici, il était surtout question d'un entretien officiel. Elle m'a présenté... un début de son dernier projet en matière de défense.

Aucun plan d'invasion précis n'avait encore été élaboré, alors ce n'était pas faux non plus. Surtout si on parait du vieil adage disant que la meilleure défense, c'était l'attaque. Une devise méprisée par les Prieurs qui affirmaient que la meilleure défense, c'était leur défense, tout simplement. Mais si Maeva comptait parler aux Princes de son projet, Otton se sentait obligé de le considérer sérieusement, quitte à le rejeter par la suite. Il se pencha un peu vers Hanae, inspira encore une fois et finit par énoncer cette idée, qui semblait encore plus folle lorsqu'on la disait à haute voix.

- Elle nous suggère d'entamer une campagne militaire offensive pour étendre le territoire d'Excelsa. C'était un résumé concis. On pouvait développer davantage. Elle a commencé par proposer une attaque contre Suran, mais je suis d'avis qu'il s'agit d'une cible beaucoup trop grande pour nous...

De petits voisins plus vulnérables ne manquaient pas. Trius, Florès, même Atlas ou Lentia pourraient céder sous la force excelsienne. Le problème n'était pas là. L'essentiel était de savoir comment le reste du Continent réagirait à un tel revirement dans la politique d'Excelsa, jusqu'ici défensive et ouverte au commerce plutôt qu'à la guerre.

- L'Amirale demandera une audience au Conseil lorsqu'elle sera prête à présenter son plan. Je souhaiterais tout de même avoir votre opinion avant cela...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hanae Ibihn
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 13
Fiche : Sœur Sourire
Vice : La colère
Faction : Académie
District : Cénacle
Influence : 336
Occupation : Princesse Rectrice, Première Magister de l'Académie.

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Jeu 28 Juin - 11:45

Je prends une bouffée sur ma pipe, tranquille, mais soudain le Premier Prieur dit quelque chose de tellement énorme que j'avale de travers. Il me parlait de l'Amirale, d'un plan de défense, tranquille, et mes oreilles ont clairement entendu « campagne militaire offensive ». Ouh là attends on se calme ma fille...
L'expansion d'Excelsa, c'est un vieux rêve. Il y a toujours quelqu'un au Conseil qui l'entretient en secret. Je ne sais plus qui c'était, du temps d'avant. Maiiiiis... la paix, c'est bien aussi. Déjà, ça rapporte. Et puis les gens sont content. Puis en temps de guerre les factions militaires prennent un importance ridicule. Mais bon sang si ça marche... je crois que je vais me mettre à baver un peu si j'y pense. C'est tellement inattendu ! Je pensais qu'avec la nomination du Prince Compositeur, il faudrait du temps avant que quelqu'un ait l'assurance pour une proposition incroyable. En tout cas, oui, le frère Otton s'y entend en anecdote distrayante. Je réponds sans réfléchir :

- J'aurais dit Altas moi. Ou Kemeth. Mais vous me prenez à l'improviste sur cette question !

Je regarde dans le vide, Suran fait peur. J'ai souvent fantasmé au fil des ans sur ma part de gâteau préférée dans tout le continent, tout de même. Mais je n'ai pas toutes les donnes récentes.

- Hm... laissez moi réfléchir à voix haute. Le royaume d'Atlas a de nombreuses mines de fer, entre autre, ça nous enlèverait une épine du pied de ne plus être dépendant de l'étranger pour ça. Le problème c'est que nous nous retrouverions dans une situation difficile si la.... la diplomatie venait à se prolonger. En plus avec leur foutu train ils doivent se déployer très vite. J'adorerais avoir un de ces engins là, cela dit. Mais ce n'est pas moi l'experte sur ces questions là.

Je fronce les sourcils dans le vide, le cerveau soudain très encombré. La vie est soudain devenue très excitante !

- C'est vrai que Suran... ça fait un gros morceau. Puis ça fait très longtemps qu'on a pas eu de diplomatie intense ... est-ce qu'il serait possible d'occuper Kemeth pour avoir un endroit d'où faire la guerre à Suran sans compromettre la Ville ? Ça serait peut être à voir dans un premier temps. Mais ça leur laisserait aussi le temps de se préparer.

Je bois une gorgée.

- En tout cas pour trouver un casus belli ce n'est pas dur. Voyons... à Atlas ils ont ces espèces de bandits qui attaquent de temps en temps Trius, voire nos marchands, on peut y aller pour rétablir la paix dans la péninsule... apporter des infrastructures à des populations démunies... oh, j'ai lu exactement une phrase de ce style, qu'un dignitaire Suranien a écrit quand ils envahissaient je ne sais quel trou, c'était du grand art. C'est vrai qu'avec Kemeth c'est vraiment dur de trouver, ils ont une culture qui ne se prête pas trop à la... la diplomatie.

C'est incroyable ce qu'on s'amuse d'un coup ! J'ai failli renverser mon verre tellement je bougeais les mains en parlant (en prolétaire c'est l'équivalent de rire en pétant, quelque chose comme ça).
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 447
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 974
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Ven 29 Juin - 11:02

La Princesse Rectrice fut prise de court, mais l'enthousiasme remplaça bien vite la surprise. Conformément à sa réputation, elle procédait rapidement aux calculs de profits et analysait ce que coûterait ou rapporterait l'invasion de tel ou autre pays. C'est certainement l'une des personnes à Excelsa qu'on souhaite avoir de son côté lorsqu'on planifie un mauvais coup... Est-il vraiment mauvais, en fin de compte ? Certainement du point de vue de ceux qui se feront attaquer. Par contre, si on suivait l'avis de l'Amirale O'Fell, Excelsa ne faisait que s'assurer sa défense en frappant la première, dans une situation où les autres n'attendaient qu'une bonne occasion pour frapper.

- A vrai dire...

Otton se tait, pendant que la Princesse continue sa réflexion. La mention de Kemeth le refroidit un peu. La cible a l'air facile et bien exposée côté Océan. Mais les événements des dernières semaines pousseraient le Premier Prieur à ne pas agresser cette paisible nation. Le fait que leur charmant ambassadeur venait à peine de débarquer en Ville et qu'il s'imaginait mal de le contrarier... Mais aussi, et peut-être surtout, parce que ses compatriotes semblaient détenir un pouvoir qui devait encore être mesuré.

Lorsque Hanae fit une pause plus longue, Otton répondit.

- Je vous en parle pour savoir si vous êtes d'accord d'examiner le projet. Devant la délicatesse d'une pareille entreprise, il convenait de ne brûler aucune étape. On allait là à l'encontre d'un bon nombre de principes excelsiens. Et la garantie de la Sécurité du peuple et de la Ville était primordiale. L'expansion ne pouvait se faire au détriment de la protection que le Prieuré et les Princes devaient offrir à leurs gens et leurs terres. Puis au moins l'un des Princes allait s'opposer de toutes ses forces à ce qu'on entame une guerre.

- Nous ne sommes pas prêts à envahir et occuper qui que ce soit, à l'exception de Florès, peut-être. Excelsa dispose d'une flotte, mais pas d'une armée. La mission première des Prieurs est la défense de la Cité. Nous pouvons mener des combats urbains et manier l'artillerie, mais dans une bataille rangée, les ennemis nous submergeront.

La suprématie technologique d'Excelsa était visible et impressionnante dans certains domaines mais elle était loin d'être écrasante sur le plan militaire et terrestre. Les pays disposant d'une population plus importante et, surtout, une armée régulière, pourraient opposer une résistance bien trop importante pour que le jeu en vaille la chandelle, même face aux plus compétents des Prieurs. Seule la flotte ne craignait aucun ennemi et permettrait de raser les défenses côtières quelle que soit leur solidité. Ce qui ne résolvait pas la question de l'occupation durable.

L'étrange façon dont Hanae s'obstinait à utiliser le mot "diplomatie" pour "guerre" ou même "agression" ne plaisait pas à Otton, mais il comprenait la nécessité. S'ils finissaient par décider d'une offensive, il faudrait présenter les choses correctement au reste du monde. Rassurer, convaincre, peut-être soudoyer les dirigeants étrangers pour les obliger à rester neutres et surtout à ne pas frapper Excelsa dans le dos. Une éventualité terrifiante qui donnait des sueurs froides au Premier Prieur.

- Un nouvel Ambassadeur kemethi est en Ville, issu de leur famille royale. Une forme d'alliance pourrait peut-être être négociée. Il remplit leurs deux verres. Dans tous les cas, c'est le genre de choses dont il faudra parler autour d'une carte neuve et avec un inventaires d'armes qui nous permettraient de compenser notre désavantage numérique.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hanae Ibihn
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 13
Fiche : Sœur Sourire
Vice : La colère
Faction : Académie
District : Cénacle
Influence : 336
Occupation : Princesse Rectrice, Première Magister de l'Académie.

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Mer 11 Juil - 18:20

- Oui bien sûr, je m'emballe un peu, mais l'exercice mental que vous me proposez est très amusant.

Cet ambassadeur Kemeth, je ne l'ai jamais vu. Et effectivement, je n'y connais rien en magie. Ce qui est logique. Dans les études scientifiques, on nous explique bien que le propre de la magie c'est qu'on ait pas le début d'une explication la concernant. Des gens peuvent se téléporter, on ignore pourquoi. Pas de trace, pas de chaleur, rien. Alors oui ça marche à la douleur, mais est ce que c'est une explication satisfaisante ça ? C'est quoi le lien ? En conclusion ça fait longtemps que j'ai classé l'affaire dans la catégorie « rien à foutre ». Je pressens tout de même que j'ignore quelque chose à propos de Kemeth. Ils sont notoirement connu pour le coté pacifique de leur culture.

- Quel est le lien entre cette potentielle alliance et la forme de diplomatie que nous envisageons ? J'avoue ne m'être jamais passionnée pour Kemeth.

Le Premier Prieur remplit nos verres. Cette fois ci je bois plus lentement. La conversation nécessite mes capacités cognitives habituelles et trois verres de champagne en moins d'une heure ça fait beaucoup pour une toute petite bonne femme. J'aime boire, mais pas m'humilier en public.
La mention d'un inventaire d'arme me fait sourire dans le vide. Il y a encore du boulot. Ce que j'aimerais voir de mon vivant, c'est des armes à feu légères et rapides. Les rares tentatives dans ce sens n'ont provoqué que des explosions (entre les mains de celui qui testait, je te laisse imaginer). On a les pistolets qui font boum deux fois, puis il faut les recharger très très lentement. Les canons c'est bien évidemment, mais peu mobile. Pas simple pour envahir quelque chose. Les grenades oui bien sûr c'est très bien (on ne le dira jamais assez), mais ça ne suffit pas. Non, c'est du coté des armes à feu que ça pêche. Boum boum c'est pas assez. Il faudrait que ça fasse bou-bou-bou-bou-boum. Voire plus long. J'ai déjà la musique dans la tête. Même le petit bruit que ferait un rechargement très rapide. Mais c'est très compliqué. Non seulement il faut que ça n'explose pas, mais que ça ne pèse pas huit cents kilos et que ça ne coûte pas des fortunes à produire. Et tu sais quoi ? Personne n'a ne serait ce que le début de la marche à suivre. Mais c'est ça qu'il faudrait pour submerger le monde. Je ne vois pas d'autre solution.

… ou quelque chose en rapport avec la flotte. Plus rapide et plus discrets que nos bâtiments actuels, et qui tire de l'artillerie plus loin. J'ai quelques idées. Le problème c'est que ce genre de chantier demande un coin du Port à soi tout seul. Dans une ville qui dépend entièrement de la mer c'est quelque chose qui ne s'envisage pas à la légère. Une grosse prise de risques pour quelques idées et une conversation à bâtons rompus à l'Opéra.
Enfin bref ça doit faire une bonne minute que je fixe le vide avec intensité. Pendant ce temps, sur scène, des gens avec de très grandes collerettes sont apparus et ils chantent très forts. La lumière est devenu bleuâtre. Ça a l'air d'un moment important. Je ne comprends pas les paroles, du moins ce que je comprends n'a aucun sens. J'ai perdu le fil de l'intrigue. Merde.

- Ces dernières années, l'Académie s'est efforcée, dans le domaine militaire, de réduire les coûts financiers et humains en matière d'intendance. De ne plus être complètement dépendant de l'étranger pour produire la poudre noire, par exemple. Mais c'est vrai que j'ai complètement écarté de mes préoccupation la nécessité d'un armement plus... adapté aux besoins que vous évoquez.

Tu es en train de tiquer, à propos de la poudre ? Bon, d'accord, d'accord, j'admets que la formule vient de l'étranger, c'était complètement de l'espionnage scientifique. Mais il fallait quand même organiser cet échange d'étudiants et glisser dans la délégation un... enfin peu importe. C'était un bon souvenir. Le pauvre garçon nous avait rapporté une de ces piles de note en Suranien, un cauchemar. Bon, on a toujours besoin de l'étranger pour les matières premières, mais on transforme sur place maintenant. Plus vite et moins cher. On est pas foutu d'avoir une seule mine de quelque chose d'utile sur notre sol, mais pour l'industrie on sait faire.

- En avez vous déjà parlé à Thalia ?
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 447
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 974
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Ven 13 Juil - 10:51

"Exercice mental" n'est certainement pas le terme qu'Otton utiliserait. Mais il devait bien s'attendre à ce que la Princesse Rectrice considère la question comme un problème divertissant, une équation à résoudre ou toute autre métaphore pour les gens sincèrement amusés par les mathématiques.

- Il s'agit du peuple le plus pacifique du Continent. Je ne pense pas qu'il soit bien vu de l'occuper sans une excellente raison.

Même si la vision du Prince Khephren enchaîné, en prisonnier de guerre, était alléchante, il serait dangereux de commencer l'offensive par Kemeth. En fait, il serait dangereux d'attaquer ou menacer Kemeth tout court. Sans tenir compte de l'image que cela enverrai d'Excelsa au reste du monde, ou même de leurs pouvoirs magiques dont on ne savait pas grand-chose, ils étaient riches. Et un ennemi riche se fait vite des alliés. Mercenaires, nations étrangères... Si Kemeth se mettait à discrètement financer l'effort de guerre contre Excelsa, cela pourrait s'avérer dramatique.

- Je sais. Ces progrès contribuent grandement à la sécurité de la Ville.

En mille ans d'existence, Exclesa a limité ses expéditions à la traque de pirates nuisibles pour ses routes commerciales. En-dehors de cela, elle n'a mené littéralement aucune campagne, n'a agressé personne et seulement bâti une réputation de cité-forteresse imprenable. Il n'était pas étonnant que son Académie ait fait de son mieux pour aller dans ce sens pendant tout ce temps. La réputation des prieurs y était pour quelque chose. La taille des canons conçus par l'Académie et pointés dans toutes les directions n'était pas en reste.

- Pour être tout à fait honnête, je ne pensais pas avoir à considérer cette question de mon vivant. Pas sérieusement. Mais si l'Amirale a raison, nous ne pouvons pas nous permettre de rater ce qui pourrait être notre unique chance de protéger la Ville d'une attaque.

Trius mis à part, pratiquement chaque nation du Continent disposait d'une armée plus nombreuse et de plus de territoire qu'Excelsa. De plus de ressources matérielles. Sans le génie de ses ingénieurs et ses fortifications, la Ville serait une proie facile.

- Si une invasion doit avoir lieu, je préfère que le front ne soit pas sur nos terres. Même si je plains sincèrement quiconque s'aventurera devant nos remparts et dans nos rues.

Leurs pouvoirs, leur entraînement et leurs grenades à fragmentation faisaient des prieurs les champions des combats urbains, c'était un fait connu de tous. L'abordage des vaisseaux était similaire en cela qu'il fallait se battre dans des espaces étriqués. Au final, pour des combattants aguerris, c'était comme réprimer une émeute, sans se préoccuper des dommages collatéraux.

Ah. Thalia. Si l'accord de ne fut-ce qu'examiner le projet serait sans doute plus difficile à obtenir du représentant du Conservatoire, celui de la Princesse Navigatrice était probablement le plus essentiel. Après tout, l'argent, le nerf de la guerre, tout ça... On ne pouvait envisager un pareil effort sans la Flotte et sans des moyens des plus considérables. Rien que pour faire discrètement le plein des ressources, avant qu'il n'y ait des perturbations dans l'approvisionnement des industries, la Maison des Navigateurs devrait s'organiser à tous les niveaux.

- Non. L'Amirale O'Fell n'en a parlé qu'à moi et je lui ai donné l'ordre de garder son projet secret. Vous êtes la première personne à laquelle j'en parle. Il but une gorgée, pensif. Ses yeux furent attirés vers la scène où de grands talents se démenaient pour leur offrir un divertissement qu'ils n'appréciaient pas tellement. Surtout par manque d'intérêt et, aussi, au nom d'un sujet bien plus passionnant. Mais je pense que si quelqu'un doit mettre Thalia au courant, c'est bien Maeva. Je crains que la dernière élection ne l'ait laissée... amère.

Un autre regard sur la scène suffit pour se rendre compte qu'en fait, le spectacle arrivait lentement à son terme.

- Vous pensez sincèrement que ce projet vaut la peine d'être considéré ? Est-ce que quoi que ce soit de positif pour la Ville puisse en sortir ?

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hanae Ibihn
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 13
Fiche : Sœur Sourire
Vice : La colère
Faction : Académie
District : Cénacle
Influence : 336
Occupation : Princesse Rectrice, Première Magister de l'Académie.

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Sam 14 Juil - 19:45

Du positif pour la Ville... Otton vient justement de mentionner que le plan de l'Amirale est un plan de défense, pas d'attaque. J'imagine qu'il veut que j'en arrive à la conclusion que si on attaque pas en premier, ce sont les autres qui vont s'y mettre. Sincèrement... je ne sais pas. J'ai du mal à mettre à la place des autres nations. Par exemple Kemeth, comme l'a très justement souligné le Premier Prieur. Ils ont une culture très éloignée de la notre, ils préfèrent celle des consommateurs de champignons hallucinogènes. Il faut préserver la vie, l'art doit illuminer les yeux de tous. Ce genre de conneries.

Mais pour ce qui est utile ou non... qu'est ce qui sert vraiment, à la longue. Hein. Si on tenait tellement à préserver nos civils, on se poserait la question autrement. Peut être qu'on envisagerait d'office d'être vassal de la République de Suran, et qu'on serait déjà en train d'apprendre la langue pour leur facilité le travail. Pas de guerre, comme ça. En tout cas je ne proposerais pas des cibles d'attaque au hasard, et Otton ne m'écouterait pas.

De toute façon je n'ai pas peur des ravages de la guerre, ça ne me concernera jamais directement. Il y aura toujours de l'argent, toujours un convoi de la dernière chance pour que je trouve refuge chez un ami riche à l'étranger. Je ne fais pas parti des gens qui peuvent mourir du typhus ou d'un éclat de boulet de canon par malchance. Quoiqu'il arrive je serais toujours à des kilomètres des combats. Alors je peux bien pointer du doigt Atlas ou n'importe quel bled, ça ne restera qu'un jeu. Et puis comment imaginer que des ennemis arrivent jusqu'ici ? Je connais la puissance de notre arsenal pour tenir un siège, les efforts qui sont fait pour contribuer à notre supériorité. Ce que j'ai vu des étrangers, c'est des gens excentriques et malpolis qu'on comprend pas. Imaginer ces tarés là gagner des guerres, ça demande un effort. Et puis tu as vu ce qu'ils mangent ? Des gens de science ne peuvent pas absorber des horreurs pareilles. Enfin voilà, oui, c'est de l'orgueil. Mais tout ce que je connais du monde me hurle que j'ai raison.

- Bien sûr. L'Amirale est très avisée de considérer qu'une attaque arrivera forcément, un jour ou l'autre. Elle n'a pas tort. Il faudrait présenter les choses à Thalia sous cet angle... peut être, je ne sais pas. Je n'ai jamais essayé de tirer sur la corde de la paranoïa avec elle.

Cette dernière phrase serait restée dans mon cerveau si le champagne ne s'en était pas mêlé. Ce n'est pas que j'ai spécialement un truc avec la princesse Navigatrice, c'est que d'habitude on a l'élégance d'emballer ce genre de cynisme. Mais pourtant la paranoïa ça marche très bien. Les gens se sentent seuls, incompris, harcelés en permanence par un quotidien étouffant. Je suis là pour leur dire qu'ils ont raison, que je comprends leur douleur, et que je connais le responsable de leur malheur. Je peux régler tous les problèmes si tu signes ici, ici et ici. Et paraphe là. Merci. La caisse est à droite en sortant.
Grâce à mes efforts, je ne suis pas ivre morte ou en train de vomir tout ce que l'opium veut, mais quand même. Mon regard se perd dans la même direction que celui du Premier Prieur, c'est-à-dire vers la scène. C'est très particulier de regarder un Opéra sans le suivre, sans rentrer dans l'ambiance. Chaque moment où on lève les yeux est collector.

- … Je crois que tous les personnages de l'histoire sont morts, là. Ça doit être la fin. Enfin j'imagine, ils sont allongés sur la scène avec de la lumière bleu, et ça danse plus. Quand j'étais jeune, la mode en matière de scénographie c'était de mettre du faux sang partout, au moins on pouvait savoir si on était à l'acte II ou l'acte V au nombre de cadavres sanguinolents, d'un seul coup d'oeil.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 447
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 974
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   Mar 17 Juil - 9:52

Même s'il présentait l'idée à sa collègue, Otton n'était pas certain du bien-fondé d'une quelconque invasion. S'il y avait certainement plus d'un butin à la clé, les conséquences d'une agression pouvaient être catastrophiques. Excelsa pouvait encore aisément repousser des envahisseurs, surtout si ceux-ci étaient assez fous pour venir depuis la mer. Mais pouvait-elle survivre à un embargo de la part de ses partenaires commerciaux si ceux-ci venaient à la juger trop belliqueuse ? Ses produits avaient-ils assez de valeur pour que quelqu'un veuille toujours d'eux, même lorsque ses voisins se font assiéger et asservir ?

Si d'autres gens comme Hanae étaient au pouvoir dans d'autres pays, ils vendraient probablement leurs mères et leurs frères pour continuer à commercer avec Excelsa, dans le dos des autres nations. Mais on ne pouvait compter uniquement sur la cupidité des étrangers pour tenir en cas de véritable guerre économique...

- Nous verrons lorsque l'Amirale aura un plan d'invasion plus précis. Évitons d'ébruiter cela en attendant qu'une décision soit prise.

La remarque concernant la paranoïa ne passa pas inaperçue. Elle détonnait, même aux oreilles peu entraînées d'Otton. Le Prince haussa les épaules. Pour lui, le comble de la subtilité en ce qui concernait Thalia était de laisser parler Maeva O'Fell. Non seulement on pouvait lui faire confiance, mais en plus elle avait la confiance et portait les couleurs de la Maison des Navigateurs.

Dans tous les cas, sans plus de moyens, humains ou technologiques, les forces excelsiennes n'iraient sans doute pas plus loin que Florès et Trius. Autant dire plus de pertes que de bénéfices.

Le Premier Prieur suivit le regarde de Hanae vers la scène. Effectivement, peu après la remarque de la Princesse, la musique fait encore ce petit "sursaut" final, puis laissa place à un bref silence, suivi par des applaudissements. Otton s'empressa de se joindre aux autres spectateurs. Les artistes avaient accompli leur devoir ce qui leur avait certainement coûté beaucoup de travail. Il fallait respecter ça. A défaut de divertissement, on leur avait offert une bonne occasion de parler discrètement.

Otton fut le premier à se lever. Il s'inclina légèrement après avoir ajusté son uniforme.

- Votre Altesse. Merci pour cette soirée. A bientôt.

Il quitta la loge et esquiva les éventuelles rencontres sociales pour retrouver l'air frais de la nuit. Après une profonde inspiration qui éclaircit ses pensées prit la direction du Fort.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crin crin & complots [Hanae]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crin crin & complots [Hanae]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 10 solutions anti-vergetures
» Croix du Combattant de moins de 20 ans 1914-1918
» indentification Norécrin
» Kératose pilaire et complexe
» Mes Barbies de collection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Intérieure :: District Virtua :: Opéra-
Sauter vers: