Partagez | 
 

 Jugement Princier [Otton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khephren Amonnkaht
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 111
Fiche : Prince Ambassadeur
Vice : Insouciance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 302

MessageSujet: Jugement Princier [Otton]   Ven 13 Avr - 21:31

Voilà quelques semaines maintenant que Khephren s'était installé en ville. L'influence néfaste de celle-ci lui pesait quotidiennement et cela malgré les nombreux conseils prodigués par ses médecins, qu'il avait surprenamment suivi à la lettre; éviter les quartiers défavorisés, le district Pharma ainsi que plusieurs autres zones décrétées "à risque" par les ressortissants kemethis qui avaient déjà eu l'occasion de poser le pied ici. La clinique d'un certain Selketh distribuait même de petites cartes de la ville qui reprenait tous les points dangereux. Sans étonnement, le fort du Prieuré en faisait partie.

Il va donc sans dire que l'affaire qu'il amenait en ce lieu de perdition avait un intérêt tout particulier pour qu'il daigne y mettre un pied. Une invitation. Une demande émise par le Prince Egidio en personne, pour une affaire importante qui impliquait, semblait-il, directement l'ambassade. Clairement, Khephren aurait préféré le rencontrer à un autre moment et autre part, mais il ne pouvait repousser une occasion de rencontrer en personne l'un des quatre dirigeants de la cité-état. Après tout, il était là pour tisser des liens et il comptait bien ne pas s'arrêter au Prince Compositeur.

C'est donc à la fois rempli d'appréhension et d’excitation qu'il avait suivi le jeune prieur qui les guidaient, lui et Sokar, dans les couloirs du Fort. Une bâtisse impressionnante qui surplombait la ville de manière stratégique. Un lieu symbolique qui, d'après ce qu'il savait, faisait également office de Palais de justice. Tandis qu'ils marchaient silencieusement, le Prince ne pouvait s'empêcher de frissonner. La souffrance suintait. Sous leurs pieds, des gens croupissaient dans leur sang, d'autres s’infligeaient avec ferveur ce que nul ne devrait s'infliger. Il espérait arriver bientôt au bureau du Premier Prieur. Il fallait qu'il se concentre sur autre choses.

Un coup d’œil sur Sokar lui permit de remarquer sans surprise qu'il restait impassible. Maitre de lui-même. Du moins en apparence. Aimait-il ce qu'il ressentait ? Il ne lui poserait jamais la question, même s'il mourrait de connaître sa réponse. Sokar était une petite énigme à ses yeux. Il savait qu'il faisait parti d'un ordre secret mais les informations dont il disposait s'arrêtait là. En quoi avait consisté son entraînement ? Avait-il déjà vraiment tué ? Et si oui, combien ? Cela l'affectait-il ou était-il complètement indifférent à la douleur des autres ? Tant de questions qui se bousculaient dans sa tête quand il observait son garde du corps marcher en silence à ses cotés.

Il fut par ailleurs tiré de ses pensées par un petit toussotement. Ils étaient arrivés. Le jeune homme qui les avait conduit se tenait droit, à coté d'une grande porte frappée des armoiries de la ville. Il frappa deux fois sur celle-ci d'un geste précis puis pris la parole :

« Premier Prieur Egidio, le Prince-Ambasseur Kemethi est là ! »

Il attendait visiblement une réponse pour ouvrir à ses invités. Il semblait un peu nerveux, comme sil avait peur de décevoir ou de faire une erreur, ce qui ne manqua pas d'arracher un petite sourire au dit ambassadeur. Sans moquerie aucune.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 409
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 851
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Ven 13 Avr - 22:37

Un des problèmes, de très multiples problèmes, d'une Ville telle qu'Excelsa, était le nombre d'étrangers résidant plus ou moins sur son territoire. Lorsqu'ils venaient pour la diplomatie, les affaires ou même leurs études, cela ne dérangeait personne, la plupart du temps. Mais un des lieux les plus densément peuplés du Continent, un criminel supplémentaire finissait toujours par créer des ennuis. Surtout que, pour une fois, il ne s'agissait pas d'un voleur à la tire auquel on pouvait se contenter de casser un doigt et le renvoyer dans les rues. Non. Un triple homicide, avec des témoins et un rapport bien écrit par des prieurs, voilà qui relevait de l'autorité d'Otton.

Le coupable n'étant pas un excelsien ordinaire, il fut enfermé dans les geôles du Fort, en attendant la décision du Premier Prieur. D'habitude, les éléments réunis ne justifieraient pas une longue audience. Il rejoindrait rapidement la file de prisonniers en marche vers la Guillotine et cesserait d'être un problème, un grain de sable dans les rouages de la Cité, à la prochaine séance d'exécutions. Même si l'homme n'était pas quelqu'un d'important, il n'en était pas moins un invité en Ville, tel un enfant turbulent. Et il aurait été déplacé de le châtier, sans en informer, au moins, ses parents. Son ambassadeur, en l'occurrence. Voilà une faveur qui pouvait lui être accordée.

D'autant plus, que Kemeth s'offrait à nouveau le luxe d'avoir un représentant officiel à Excelsa. Un prince de leur maison royale, d'après ce que le Prieuré savait à son sujet. Si Elikia Lutyens s'était chargé des politesses d'accueil du jeune homme, les trois autres ont été mis au courant. Otton le premier. L'Ambassadeur avait un garde du corps et ne demandait pas une protection particulière. Mais, ne fut-ce que pour des situations comme celle-ci, il lui fallait connaître la liste des diplomates présents à Excelsa. Ainsi donc, Otton avait envoyé une invitation officielle à Khephren Amonnkaht pour que celui-ci vienne au moins se tenir au courant de l'exécution prochaine de l'un de ses compatriotes.

- Merci, frère Anselm. Faites-le entrer et laissez-nous.

Le Premier Prieur fit le tour de son bureau, le temps que le jeune frère ouvre la porte pour laisser entrer les deux étrangers. Il n'était pas difficile de deviner lequel était le prince et lequel était le guerrier. La richesse des habits et la finesse des traits, exquis, il fallait être honnête, désignait l'un d'eux comme étant Khephren. L'autre, dont le nom n'était pas connu d'Otton, était un tueur. Ou, dans tous les cas, un homme capable de tuer. Sa démarche seule trahissait un combattant aguerri.

- Excellence. Le Premier Prieur inclina légèrement la tête. Merci de vous être déplacé et permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue à Excelsa.

D'un geste, il l'invita à s'installer dans l'un des petits fauteuils, servant aux entretiens dans lesquels la relation hiérarchique n'intervenait pas. Chaque meuble de la pièce était, à force des années de service, une sorte d'antiquité, amenée ici par l'un ou l'autre prédécesseur d'Otton. Lui-même n'y avait pas encore ajouté grand-chose. Pour l'instant, aucune idée ne lui était venue de ce côté. Et ses moyens étaient réduits. Il s'empara d'une fine pile de feuilles de papier sur son bureau et vint s'asseoir en face de l'Ambassadeur.

- Je suis porteur d'une mauvaise nouvelle. Attaquer de suite la question délicate était la meilleure option. Ils échangeraient les politesses plus tard. Otton déposa les rapports de l'enquête, menée au District Sainte Hélèna sur la table basse à côté d'eux. L'un de vos compatriotes a récemment été mis aux arrêts... Un certain Bès. Il est coupable d'avoir tué trois personnes. Vous comprendrez aisément qu'il doit être jugé.

C'était peut-être le bon moment pour s'arrêter et laisser Khephren encaisser ces informations. Et répondre. La culpabilité et le châtiment ne faisaient aucun doute. Mais l'ambassadeur était là pour se prononcer. Autant qu'il le fasse.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Khephren Amonnkaht
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 111
Fiche : Prince Ambassadeur
Vice : Insouciance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 302

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Jeu 10 Mai - 22:03

Les portes s'ouvrirent et Khephren put enfin découvrir le second Prince d'Excelsa. Un mélange d'appréhension et de curiosité malsaine gagnait le kemethi. Beaucoup de rumeurs à propos des Prieurs circulaient à Kemeth. Ils étaient régulièrement dépeints comme des hommes et femmes avides de sang et de douleur, qui flirtaient avec les limites de la santé mentale. Ils s'adonnaient à des pratiques barbares, se mutilaient à longueur de journée et faisaient subir le même sort à leurs prisonniers... Et plutôt que de se faire soigner proprement, ils laissaient les plaies se refermer d'elles-mêmes, balafrant leur corps de nombreuses cicatrices. Ainsi, à quoi donc pouvait bien ressembler leur chef ? Sur les quelques secondes avant que le suspens tombe, Khephren eut le temps de s'imaginer un homme nerveux aux yeux injectés de sang, couvert de plaies. Il frissonna. Pitié, non... Une part de lui savait fort bien qu'il exagérait à outrance le tableau. Il avait déjà pu croiser quelques prieurs depuis son arrivée et... Ils avaient l'air presque normaux, si ce n'est l'étrange malaise qu'ils provoquaient chez lui.

C'est donc avec un soulagement certain qu'il découvrir Otton. Bon, son visage semblait effectivement marqué, mais au moins n'était-il pas en train de s'abreuver dans un bol de sang. En vérité, le Premier Prieur semblait être un homme courtois, bien que direct. A peine installé dans son siège, Sokar prenant place derrière lui en silence, qu'il se lança dans le vif du sujet.

Le sujet qui l'amenait était on ne peut plus grave. A l'annonce des trois meutres, le Prince se crispa sur son siège et son regard se fit plus sérieux qu'à l'accoutumé. Sokar était lui même devenu plus attentif à la conversation. Les crimes de ce genre étaient rares à Kemeht mais pas sous-estimés. Plusieurs questions se bousculaient dans sa tête. Il était important de savoir comment il avait opéré. Était-il déjà corrompu ? Où avait-il dû se protéger ? Valait-il mieux le laisser à la justice d'Excelsa ou le rapatrier à Olebh ? Il n'avait encore jamais dû traiter d'un tel sujet. Son éducation lui interdisait de perdre la face, il s'arma donc d'un ton qui se voulait détaché mais qui restait... Préoccupé.

« Mhm, je vois et j'en suis désolé... Pourrais-je en savoir plus sur l'homme en question et sur les faits ? Où est-il en ce moment ? »


Pas de précipitation. Il fallait garder son calme. A ce stade, rien ne permettait de croire qu'il avait utilisé la magie interdite. Il avait besoin de plus de renseignements. Otton avait à présent toute l'attention du duo kemethi.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 409
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 851
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Ven 11 Mai - 9:17

Le Premier Prieur sourit intérieurement. Le Prince kemethi fut très direct dans sa réponse. Il ne prit pas le temps de le remercier ou de formuler la moindre politesse. C'était agréable lorsqu'on avait l'habitude de rencontrer des dignitaires étrangers qui passaient leur temps à échanger des platitudes et ne traitaient les affaires pressantes qu'à demi-mots et dans des chuchotements sournois. Pour une fois, on pouvait passer aux affaires immédiatement.

- Bien sûr, excellence. Puis-je vous offrir quelque chose à boire ? Otton disposait de quelques rafraîchissements dans son bureau et d'autres pouvaient éventuellement être demandés. S'il n'investissait pas vraiment dans des boissons raffinées, la qualité était présente. Et il arrivait qu'il reçoive l'un ou l'autre cadeau plus cher qu'il pouvait conserver pour ce genre d'occasions. Il est détenu en bas. Il a affirmé que les victimes l'ont bien cherché mais il ne s'est pas montré agressif avec mes frères et sœurs jusqu'ici.

Il servit l'Ambassadeur et choisit de l'accompagner, avec la même chose. Avec une hésitation dans le geste, il proposa silencieusement un verre au garde du corps, mais celui-ci se contenta de refuser. Le kemethi taciturne semblait d'ailleurs encore plus préoccupé par la suite de la conversation que son maître. Otton ne voulut pas les faire attendre plus longtemps.

- Il y a trois jour, les prieurs de la Caserne Nord ont arrêté notre homme dans la rue des Pharmaciens. D'après les témoins, il se serait disputé avec les victimes. Il semblerait que tout le monde allait partir de son côté, Bès se serait mis à... Otton hésita. ... gesticuler ? Toujours est-il qu'il y a pas eu de contact. Ou de blessures. Juste trois décès.

Le rapport était clair quant à ce qui s'était passé, mais ce n'était pas facile à dire. Même les vicaires les plus puissants ne pouvaient produire un pareil effet. Deux hommes et une femme, tombés raids morts, sans marques sur le corps. Des poisons aux effets similaires, l'Apothicariat pouvait en fabriquer à la chaîne, bien sûr. Mais aucun ne pouvait être appliqué par quelques gestes, à distance. La seule explication ne pouvait provenir des récits semi-légendaires qui circulaient à propos de Kemeth et de ses habitants. Une sensibilité accrue et des méthodes de soins à la fois très avancées et étrangement rituelles à la fois. D'expérience, les prieurs savaient que les guérisseurs et autres experts des soins faisaient de redoutables tueurs. Ils savaient où et comment frapper pour faire le plus de dégâts.

- Je ne peux pas me permettre d'agir sur base de racontars de marins ou de rumeurs. Voilà pourquoi j'espérais que vous pourriez peut-être nous éclairer davantage sur le sujet...

Dans d'autres circonstances, il se serait contenté de demander "c'est possible, ça ?" Mais les trois cadavres étaient bien réels. L'un d'entre eux avait été même expédié à l'Apothicariat pour être examiné plus en détails. Otton but une gorgée et se tut, regardant attentivement son interlocuteur.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Khephren Amonnkaht
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 111
Fiche : Prince Ambassadeur
Vice : Insouciance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 302

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Ven 11 Mai - 15:29

Les choses étaient graves. Les deux kemethis étaient à présent extrêmement tendus. Khephren criait intérieurement à la nouvelle. Ce n'était vraiment pas bon. Son esprit cherchait le meilleur moyen de gérer la situation. Un détériorateur pouvait impliquer beaucoup de choses et il trouvait surprenant qu'il n'y ait que trois morts. Cela devait forcément faire des mois que le kemethi avait dû succomber. On apprenait pas à maîtriser des arcanes en un claquement de doigts, pour ce qu'il en savait. Sokar lui confirmerait sans doute plus tard ses craintes.

« Juste l'eau, merci. » Autant avoir les idées claires. Khephren ne se sentait pas disposé à boire quelques choses de plus festif ou raffiné dans un moment pareil. « Ce que vous me rapportez est.. extrêmement grave et surprenant à vrai dire. » Il fit une pause, afin de bien choisir ses mots avant de répondre au Prieur.

« Il n'est pas impossible de tuer de cette manière pour un kemethi. » Bien que que ce n'était pas un secret, l'information passait rarement la frontière, si ce n'est sous forme de rumeur, tant l'idée semblait saugrenue et effrayante. « C'est un type de magie proscrit et dangereux mais qui ne vient pas naturellement, si cela peut vous rassurer. » Pas sûr que le Premier Prieur se trouve rassurer de cette information, mais il ne pouvait pas décemment le lui cacher. Et puis, quelque chose clochait dans l'histoire.Il était donc nécessaire qu'il rentre dans de plus ample explication pour mettre en lumière ce qui le dérangeait.

« L'affaire est surprenante car... Comme vous le savez peut-être, nous sommes très sensibles à la douleur des autres et... Cela peut en affecter certains au plus au point. Si cela atteint un seuil...critique dirons nous, il se peut que la personne se mette à ressentir le besoin d'infliger la douleur, voir la mort. Ainsi, je trouve étrange que cette homme ait tué par pure vengeance ou même que ce soit la première fois que vous entendiez parler de lui. Des premiers signes de violences auraient dû apparaître plus tôt, bien avant des meurtres. »

S'il avait été en privé, il aurait voulu n discuter longuement avec Sokar. Il était mieux placé que lui pour parler de ça, mais il ne pouvait le faire sans éveiller de soupçons. Ce dernier restait silencieux  et à l’affût.

« C'est même étrange qu'il ce soit laisser capturer sans résister, à vrai dire. Si ce kemethi maîtrise réellement des arcanes interdites, quelqu'un a dû le cacher ou alors, il a fait semblant de les tuer par magie pour faire diversion... Enfin, je me lance dans des suppositions douteuses, désolé... Ce que je veux dire, c'est qu'il faudrait plus creuser la question, et je suis prêt à vous aider à démêler tout ça, bien entendu. » Sa dernière phrase avait été dite sur un ton plus léger, accompagner d'un léger sourire contrit. A peine arriver et déjà devoir gérer pareil sac de nœuds. Il fallait qu'il en apprenne plus. Sa langue était sèche, à force de parler. Il prit son verre et but une grande gorgée... Il n'aimait vraiment pas ce qui était en train d'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 409
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 851
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Lun 14 Mai - 9:26

La crispation des deux invités était palpable. Un magicien du Conservatoire l'aurait sans doute senti à en avoir une réaction allergique. Les prieurs, eux, avaient de l'habitude des tensions. Cependant, dans ce cas précis, Otton ne s'adressait pas à des prévenus mais bien à des diplomates étrangers dont au moins un bien trop séduisant pour que ça puisse lui faire plaisir de faire si mauvaise impression. Mais le devoir appelait et il fallait l'assumer. La justice pénale n'était pas ce qu'il y avait de plus glamour pour briller en société auprès d'un ambassadeur...

- On ne m'a effectivement pas rapporté d'antécédents. Je lancerai une enquête à plus grande échelle pour en apprendre plus. Il se peut qu'on ait pas fait le lien entre certains de ses crimes et lui. Ou qu'ils aient été attribués à une maladie inconnue.

Le Prince Khephren apportait une lumière nouvelle à ces faits. Si dans certains quartiers, les maladies tuaient régulièrement les plus démunis, il fallait redoubler de vigilance lorsqu'on retrouvait ses victimes. Instruit de l'existence de cette magie, l'Apothicariat pourrait mettre au point des analyses permettant de séparer les meurtres par magie kemethie des infections plus courantes.

- Je n'ai pas été assez précis, veuillez m'excuser. Il a résisté lors de son arrestation. Ce que je voulais dire, c'est qu'il n'a pas causé de soucis, une fois incarcéré ici.

Solidement passé à tabac et assommé par une patrouille de prieurs, si dangereux soit-il, Bès ne pouvait pas pratiquer la magie. Était-ce la résignation ou les effets que la prison antique du Fort sur le mental et les sens des kemethis ? Dans tous les cas, personne ne se sentait affaibli et certainement personne n'avait subi le funeste sort de ses victimes. Les geôles avaient été creusées il y a des siècles à même la roche, dans les entrailles de la falaise. L'endroit suintait la douleur et le sang d'innombrables prisonniers. Les fondations-mêmes de ce lieu du culte et de fanatisme sur lequel Excelsa comptait pour la protéger. Dans tous les cas, cet homme-là n'avait pas représenté de dangers jusqu'ici.

- J'attends un rapport de l'Apothicariat qui permettrait éventuellement d'en apprendre plus sur les causes de la mort. S'il s'agit d'un empoisonnement ordinaire et non de pratiques interdites, je vous en informerai, excellence. Otton passa sa langue sur ses lèvres, avant de poursuivre, sans réaliser que mentionner même l'institution médicale excelsienne pouvait être un genre de faux-pas devant un kemethi. Malheureusement, cela ne changera rien aux charges retenues contre lui. Vous comprenez, je l'espère, que la justice doit être rendue ?

Un euphémisme, bien sûr. Dans certains cercles, on se réjouissait déjà du spectacle à venir : celui d'un étranger, à genoux devant ce que de petits plaisantins appelaient la "déesse de la justice". Sans circonstances atténuantes et pour trois morts, trois excelsiens, la guillotine était la seule option possible. Même avec des circonstances atténuantes, en fait, il y avait peu d'options possibles. En réalité, il y aurait probablement des déçus si le prisonnier ne montait pas à l'échafaud amoché par une séance de tortures. Déjà, Otton se dit qu'on pouvait lui épargner ça, histoire de ne pas entamer ces nouvelles relations diplomatiques par un exemple de la justice excelsienne dans sa forme la plus sordide. Peut-être une parade militaire ou même une présentation des vaisseaux de guerre seraient plus adaptés... Dans tous les cas, c'était une bonne chose que le Prince Compositeur se soit chargé de l'accueil de l'ambassadeur.

- Je suis navré que notre première rencontre se déroule sur fond de pareils événements et j'ose espérer que vous passerez de meilleurs moments en Ville. Lorsqu'Otton parlait d'Excelsa, on pouvait presque entendre la majuscule au début du mot ville. Il n'osa pas ajouter "en ma compagnie" mais il craignait que cela se sente malgré tout. Changement de sujet. Avez-vous déjà eu le temps de visiter un peu ?

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Khephren Amonnkaht
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 111
Fiche : Prince Ambassadeur
Vice : Insouciance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 302

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Lun 28 Mai - 15:42

L'Ambassadeur restait attentif à tout ce que le Premier Prieur pouvait lui apprendre de plus. Comment allait-il gérer ça ? Valait-il mieux laisser la justice d'Excelsa faire son office ? Ou vaudrait-il mieux parlementer pour récupérer le prisonnier et s'en occuper soi-même ? S'il choisissait la seconde option, il devrait également trouver un médecin kemethi prêt à pratiquer l'isolation du détenu... Et il n'était pas certain d'en trouver un. Bien que tous les kemethis comprenaient la nature odieuse de ce genre de crime, la coupe du lien de vie restait toujours une cérémonie emplie de malaise, et peu souhaitait la pratiquer. Malgré tout, il avait également le devoir de protéger les intérêts des ressortissants de son pays. Il risquait de perdre la confiance de certains, en laissant l'affaire au main du Prieuré.

A l'énonciation de l'Apothicariat, le Prince se redressa. Tellement de rumeurs courraient sur ce... Centre de recherche ? Peut-être même plus encore que le Prieuré. L'idée que ces charcuteurs puissent trouver quelque chose le dépassait, mais soit.

« Hum... S'il s'agit bien de détérioration, je ne sais pas s'ils pourront vraiment le détecter... C'est généralement plus quelque chose qui se sent... Pas tellement qui se voit. »

Il n'avait fait cette expérience qu'une fois dans sa vie. Lors d'un de ses voyages avec sa soeur Nephtys, dans un pays étranger, une femme s'était glissé dans leurs appartements. Khephren ne sut jamais quelles étaient ses véritables intentions, ni qui elle était. A peine avait-elle osé pénétrée en ces lieux qu'elles s'étaient... fanée. C'était le meilleur mot qu'il pouvait trouver pour décrire ce qu'il avait vu. Comme si toute sa force et toute sa jeunesse lui avait été volée en quelques instants, ne laissant qu'une sensation désagréable de vide béant face à eux. Comme si le torrent d'une rivière s'asséchait en quelques instants. Plus morte qu'on ne pouvait l'être. Il s'était senti mal... Comme pris d'un vertige face à la vitesse à laquelle elle avait cessée d'exister.
Sokar lui avait expliqué plus tard, en détail, ce qui s'était passé. Il avait combiné ses pouvoirs avec la personne chargée de protéger la future Reine. Un mal nécessaire pour assurer leurs protections.

« S'ils ne trouvent rien, vous pouvez toujours envoyer une des victimes à un de nos médecins, ils devraient pouvoir déterminer ça très rapidement. » Ou n'importe quel kemethi, à dire vrai, mais il ne voulait pas se montrer plus insolent. « Enfin, je comprend que vous souhaitiez faire votre propre enquête... Et oui, les crimes restent inchangés, je le comprends. Ne pensez pas que nous prenons ce genre de choses à la légère... Nous avons juste une autre manière de les régler. »

Au final, il était préférable d'attendre le reste de l'enquête avant de demander quoique ce soit. Il lui fallait des informations fiables et vérifiées avant de s'enfoncer plus que nécessaire dans une telle affaire. Armée de son sourire poli, il repris la conversation d'un ton plus léger.

« Hélas, pas autant que je l'espérerais. J'ai bien sûr eu l'occasion de visiter le Conservatoire et je me suis un peu promené dans les environs mais cela met mal à l'aise Sokar » D'un petit geste, il désigna l'homme derrière lui qui poussa un léger soupir, l'air blasé, ce qui provoqua le rire de l'ambassadeur. « Mais j'ai cru comprendre qu'il y aurait bientôt des festivités dans votre ville. Je compte bien y prendre part. » Une nouvelle saison approchait, plus joyeuse et agréable, de ce qu'on lui en avait dit, et il avait hâte de voir ça.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 409
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 851
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Mar 29 Mai - 13:46

Otton fronça légèrement les sourcils, voyant l'invité se crisper davantage à la seule mention de l'Apothicariat. Trop peu au fait de la culture kemethie et de la sensibilité surnaturelle de ses habitants pour concevoir que les agissements des médecins excelsiens puissent être perturbants à ce point. Bien sûr, certains de leurs actes révolteraient même le plus endurci des excelsiens. Même les prieurs et les Oisillons devaient parfois s'incliner devant ce dont les chirurgiens étaient capables.

- Détérioration ? Otton supposa qu'il s'agissait du nom de la technique magique utilisée pour tuer. Mais il était tout de même curieux d'en apprendre plus. Il s'agit de l'art de la guerre kemethi ? L'autopsie doit être pratiquée. Si aucun résultat concluant ne pourra être obtenu, nous serons donc certains qu'il s'agit de ce dont vous parlez, excellence.

L'offre de l'Ambassadeur était intéressante et témoignait d'une véritable envie d'aider l'enquête. En plus, Otton apprécia qu'il dise "une des victimes". Il ne souhaitait manifestement pas faire disparaître des preuves. Sinon, il aurait demandé à recevoir tous les corps. On ne pouvait pas raisonnablement s'attendre à ce qu'il ne demande rien en échange. Avec subtilité, mais assez directement pour que le Premier Prieur comprenne également le sens de ses pensées, Khephren suggéra une alternative à la guillotine. L'excelsien se contenta de hocher la tête, sans rien répondre. Si le châtiment proposé était équivalent et surtout s'il empêchait l'individu de faire du mal à d'autres citoyens à l'avenir, on pouvait l'envisager. Au nom de bonnes relations diplomatiques et pour le sourire de l'Ambassadeur...

Le militaire but une nouvelle gorgée d'eau, alors que la conversation revenait sur des sujets moins macabres que les meurtres et les exécutions publiques.

A la plaisanterie de Khephren, Otton se mordit l'intérieur de la joue et lança un regard amusé au garde du corps. Le rire du prince kemethi résonna, brièvement mais délicieusement, dans le bureau. Il était vraiment charmant. Il espéra que son interlocuteur ne pouvait pas lire les pensées en plus de percevoir les choses vivantes... Parce que les images qui traversaient son esprit étaient plutôt osées. Le Premier Prieur passa en revue ses paroles et agissements jusqu'ici. Il n'avait pas commis d'impair... pas plus qu'il ne favorisa le Prince Kephren en raison de son apparence. Non, l'affaire était grave. Heureusement, ils étaient d'accord qu'il fallait se montrer inflexible. Lors d'un échange moins crucial, Otton craignait de se montrer trop complaisant... Khephren serait sans doute encore plus séduisant avec les clés de la ville...

Il secoua la tête et poursuivit la conversation.

- Le dispositif de sécurité peut être renforcé, si vous le souhaitez. Ce ne serait pas le premier Ambassadeur étranger à profiter de la présence de prieurs lors de ses sorties. Le Conservatoire jouissait déjà de leur présence accrue lorsqu'Elikia Lutyens y était. Mais des patrouilles pouvaient toujours accompagner Khephren lors de ses promenades. Je ne peux que vous recommander de suivre les indications de votre homme. Malgré tous nos efforts, la prudence est de mise, surtout après le coucher du soleil et dans certains quartiers.

Un District n'était pas un autre. Même dans la Borée, à proximité de la Caserne Nord, on ne risquait pas grand-chose. Mais il était préférable pour le jeune prince de ne pas s'aventurer plus loin que Sainte-Hélèna sans une bonne raison.

- Oui, la Saison du Renouveau approche. C'est une période plus festive, en général. Otton sourit. Préparez-vous à recevoir beaucoup d'invitations...

Encore une fois, le prieur ne se rendit pas compte que cette dernière phrase pouvait être interprétée. Ou qu'elle reflétait simplement son état d'esprit, disposé à inviter Khephren plus d'une fois...

- La Fête de la Vie n'est qu'à deux dizaines de jours. Et, en toute confidence, l'Amirale O'Fell compte bientôt organiser un grand concert à bord du Saint-Virgile...

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Khephren Amonnkaht
Excelsien(ne)

avatar

Messages : 111
Fiche : Prince Ambassadeur
Vice : Insouciance
Faction : Conservatoire
District : Virtua
Influence : 302

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Ven 1 Juin - 12:30

La réflexion du Premier Prieur pris Khephren par surprise. L'art de la guerre kemethi ? Une question bien délicate sur laquelle on préférait laisser le doute planer. Officiellement, Kemeth n'était pas un peuple guerrier. Cependant, en théorie, n'importe quel kemethi pouvait devenir un tueur assoiffé de pouvoir, s'il s'y trouvait pousser. Chose qu'on n'ébruitait pas. Il pris un air géné tandis qu'il cherchait le meilleur moyen de répondre, sans alarmer qui que ce soit.

« Hum... He bien... Art de la guerre est un terme un peu fort. Comme vous le savez peut-être, nous n'avons plus connu de guerre depuis deux siècles et nous faisons tout pour maintenir la paix avec nos voisins. » Ce qui n'était pas faux. « La Détérioration est un type de magie interdit, nous ne l'entretenons donc pas, ainsi, on ne peut pas vraiment parler de culture guerrière autour de celle-ci... Cependant, par le passé, elle nous a permis de résister à nos envahisseurs et de les repousser avec force et... Violence. Donc, dans un sens, c'est ce qui pourrait se rapprocher le plus ce que vous appelleriez ''art de la guerre'' » C'était presque entièrement véridique. Personne, dans le cercle restreint de la famille royale, ne dirait jamais ouvertement qu'ils entraînaient une faction secrète d'espion et d'assassin capable de tuer à distance grâce à une magie unique... Et puis, au final, tout le monde le faisait, d'une manière ou d'une autre.

« Bien sûr, nous avons développer des techniques de combat propre à nous, mais elles sont plus... conventionnelles. Bien que Sokar arbore cette magnifique lance, les techniques non léthales sont à vrai dire notre spécialités »

Dans une société où l'ordre et la santé public reposait sur le bien-être de chacun, il était nécessaire de pouvoir maîtriser quelqu'un sans le tuer, voir même sans le blesser outre-mesure. Un art délicat qui s'était parfait au fil des décennies. Ce petit aparté terminé, le Prince embraya sur les festivités dont parlait Otton. Maintenant que le le problème était en partie régler, il semblait se détendre un peu. Khephren était satisfait d'avoir pu le rassurer un peu... Ou du moins de ne pas avoir commis d'impairs. La réflexion du Prieur au sujet des invitations le fit sourire joyeusement. Il n'avait sans doute pas tort. Sa place d'ambassadeur en induirait indubitablement, mais il n'était pas assez naïf que pour croire que c’était la seule raison. Bien qu'il puisse être déjà charmant de base, il avait également travaillé longtemps sa gestuelle et son élocution pour s'attirer la sympathie de ses interlocuteurs.

« Ah bon ? Vous le pensez ? » Son sourire était devenu un poil taquin. A dire vrai, jusqu'ici, le Prince Excelsien lui avait paru plutôt hermétique à son charme... Et la conversation ne s'y prêtait guère non plus. «Un spectacle ? Je ne dis pas non à un peu de distraction... Aurais-je le plaisir de vous y voir également... ? » Maintenant que le kemethi avait pu voir de ses propres yeux que le Prieur n'était pas un monstre se scarifiant à tout va, il se sentait tout de suite plus enclin à passer du temps en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Otton Egidio
Prince Prieur

avatar

Messages : 409
Fiche : Ici
Vice : Luxure
Faction : Prieuré
District : Prioral
Influence : 851
Occupation : Premier Prieur
Disponibilité : Je vis ici

MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   Lun 4 Juin - 9:01

Quelque chose n'avait pas été dit correctement, Otton avait pu le sentir. Il avait commis un faux-pas ou, au moins, une maladresse dont il ne percevait pas entièrement le sens. Contrairement à certains de ses amants, Bénédikt le premier, le prince Amonnkaht n'appréciait peut-être pas de parler des machines de guerre, des armes à feux et d'épées... Ce n'était pas du goût de tout le monde, il fallait bien le reconnaître.

Les Prieurs étaient souvent les meilleures guides à Excelsa, à la fois par leur connaissance de l'histoire de la Ville et par les centaines et milliers d'heures de patrouilles dans la topographie actuelle des avenues et ruelles. Pourtant, leur maîtrise du passé des autres nations, surtout celles plus éloignées, laissait souvent à désirer. Otton se promit intérieurement de tenter de rattraper un peu son retard. Jusqu'ici, il ignorait totalement l'existence d'un quelconque passé belliqueux de Kemeth.

Sa curiosité fut plus sincèrement piquée par ce que l'Ambassadeur dit à propos de son garde du corps. Sokar avait toute l'allure d'un guerrier-né. Puissant et félin, il ferait sans aucun doute un adversaire formidable. Les techniques de combat non létales, comme Khephren les appela, étaient sans doute toutes ces façons qu'on pouvait avoir pour maîtriser ou désarmer quelqu'un sans le blesser. Les prieurs n'en maîtrisaient que les bases, comme des clés de bras ou autres procédés simplistes, brutaux mais néanmoins efficaces. Une civilisation qui basait une bonne partie de sa justice sur les châtiments corporels n'allait pas se préoccuper de savoir à quel point une arrestation était musclée...


- J'y serai.

Le Premier Prieur répondit peut-être un peu trop vite. Bien sûr, il allait se rendre sur le Saint-Virgile, il ne pouvait en être autrement. Mais son enthousiasme n'était pas dû à la merveille de technologie qu'était le vaisseau-amiral. Il se réjouissait déjà à l'idée de voir le Prince étranger dans un contexte plus détendu.

- Vous aurez probablement l'occasion de nous y voir tous les quatre. Et surtout de rencontrer l'Amirale O'Fell. Je sais de source sûre qu'elle n'a pas lésiné sur les moyens pour cette réception. Le Conservatoire et la Maison des Navigateurs seront certainement à la hauteur du lieu.

Laisser entrer le public sur le Saint-Virgile était une idée des plus originales. Un événement dont on parlerait encore longtemps après. Cela se ferait certainement avec toutes les précautions possibles et imaginables. Maeva protégerait son vaisseau comme s'il s'agissait de son enfant... En réalité, c'était le cas.

- Ce sera un plaisir pour moi aussi, d'autant plus que le contexte sera moins grave. J'ose l'espérer au moins. Otton lança un regard aux rapports posés sur la table basse. Je vous tiendrai au courant des avancées de l'enquête. Et vous serez certainement consulté pour ce qui est du verdict final.

_________________
Madame Guillotine !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jugement Princier [Otton]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jugement Princier [Otton]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opinion ou jugement
» Agen. Il met les voiles avant son jugement
» Le Jugement de l'Humanité
» Comment fait-on pour récupérer une copie de son jugement de divorce ?
» Proposition de modèle de bureau départemental

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: [RP] Excelsa Intérieure :: District Prioral :: Fort-
Sauter vers: